Rachel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rachel (homonymie).

Rachel (hébreu רָחֵל (raḥel) : brebis) est un personnage de la Genèse, le premier livre de la Bible. Elle est la cousine et la seconde femme de Jacob. Elle est également la fille de Laban et la sœur de Léa. Elle est présente sur les jeux de cartes en la personne de la dame de carreau.

Récit biblique[modifier | modifier le code]

Rachel est la première personne de sa famille que Jacob rencontre près d'un puits à son arrivée à Harran. Lorsque Jacob voit Rachel, fille de Laban, frère de sa mère, conduisant le troupeau de Laban, il s'approche, roule la pierre de dessus l'ouverture du puits, et abreuve le troupeau.

Il pleure en embrassant Rachel. Jacob apprend à Rachel qu'il est parent de son père, qu'il est fils de Rebecca. Et elle court l'annoncer à son père. Dès que Laban entend parler de Jacob, fils de sa sœur, il court au-devant de lui, il l'embrasse et le fait venir dans sa maison. Jacob tombe amoureux de Rachel et veut l'épouser.

Après sept ans de travail chez Laban, ce dernier marie Jacob à Léa au lieu de Rachel. Sept jours plus tard, Jacob épouse enfin Rachel, en échange de la promesse de travailler sept autres années au service de son beau-père [1]. Rachel est stérile. Jalouse de la fécondité de sa sœur, elle demandera à Jacob de coucher avec sa servante Bilha, pour avoir des enfants de cette manière[2].

Plus tard, elle lui donnera finalement deux fils : Joseph puis Benjamin, dont la naissance lui coûta la vie alors que la famille revient dans le pays de Canaan.

Rachel décède sur le chemin du retour vers Bethléem. Le tombeau de Rachel, lieu saint du judaïsme, symbolise pour les Juifs la route que les Judéens prirent lors de l'exil de Babylone.

Représentation[modifier | modifier le code]

Dans les jeux de cartes, elle est la dame de carreau.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. v. Gn, 29,27
  2. le même subterfuge avait été utilisé par Sarah : v. Gn, 16,1-2

Articles connexes[modifier | modifier le code]