Dhû-l-Qarnayn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Dhû-l-Qarnayn (en arabe : ذو القرنين) littéralement « celui qui a deux cornes » ou « le biscornu » ou encore « Celui des deux époques» est une personnalité importante mentionnée dans le Coran, dans la sourate 18 : La caverne (Al-Kahf) qui fut confronté à Ya'jûj wa Ma'jûj (Gog et Magog).

Dhû-l-Qarnayn construisit, dans un défilé, un mur de fer pour contenir les peuples de Gog et Magog et les empêcher d'attaquer les peuples vivant à l'Ouest.

93. Et quand il eut atteint un endroit situé entre les Deux Barrières (montagnes), il trouva derrière elles une peuplade qui ne comprenait presque aucun langage.
94. Ils dirent : "Ô Zul-Qarnayn, les Yajuj et les Majuj commettent du désordre sur terre. Est-ce que nous pourrons t’accorder un tribut pour construire une barrière entre eux et nous ? ”
95. Il dit : “Ce que Mon Seigneur m’a conféré vaut mieux (que vos dons). Aidez-moi donc avec force et je construirai un remblai entre vous et eux.
96. Apportez-moi des blocs de fer”. Puis, lorsqu’il en eut comblé l’espace entre les deux montagnes, il dit : “Soufflez ! ” Puis, lorsqu’il l’eut rendu une fournaise, il dit : “Apportez-moi du cuivre fondu, que je le déverse dessus”.
97. Ainsi, ils ne purent guère l’escalader ni l’ébrécher non plus[1].

Qarnayn ne signifie pas seulement deux cornes mais a un autre sens en arabe qui est cité à plusieurs reprises dans le Coran. Il s'agit d'époque. Ainsi existent deux époques où la terre sera confrontée à ces terribles guerriers Gog et Magog, descendants également d'Adam. La première époque est celle où Dhûl Qarnayn a construit un barrage dans le Caucase afin d'endiguer les vagues meurtrières sur les populations démunies. Certains des exégètes qui soutiennent que Dhû-l-Qarnayn serait Alexandre le Grand fondent leur argumentation sur le Roman d'Alexandre, texte écrit par le pseudo-Callisthène selon lequel Alexandre le Grand aurait en effet édifié un tel ouvrage pour se prémunir des attaques des Gog et des Magog[2]. La deuxième époque correspond aux signes de la fin des Temps à savoir les attaques de Gog et Magog contre les Musulmans lorsque se montrera le massih ad dajjal (signifiant le faux prophète: celui-ci apparaîtra aux yeux de tous comme le messie car il possède d'étranges pouvoirs tandis que le vrai messie essayera en vain de prêcher; tout ceci se passera à l'approche de la fin des temps). Qarnayn = deux époques où Gog et Magog seront en action.

D'autre part, le mot "Qarn" désigne un siècle en arabe et "Qarnayni" désigne deux siècles. Or dans le Coran, il est épelé ainsi "wa yas'a'lounaka aan di alqarnayni,qol...", donc on peut supposer que le grand souverain a vécu deux siècles. Il est dit que son royaume était presque aussi grand et prestigieux que celui du roi Sulayman (Salomon) lui-même.

Tabarî a tenté une explication sur l'origine de la relation aux cornes. Cependant, il ne s'est appuyé pour cela sur aucun texte source de la tradition islamique :

« Alexandre est appelé Dhû-l-Qarnayn pour la raison qu'il alla d'un bout à l'autre du monde. Le mot “qarn” veut dire une corne, et on appelle les extrémités du monde “cornes”. Lui, étant allé aux deux extrémités du monde, tant à l'orient qu'à l'occident, on l'appelle Dhû-l-Qarnayn[3] ».

On considère[Qui ?] généralement que le nom de Dhû-l-Qarnayn, donné à Alexandre le Grand, a une explication plus simple. En effet, on peut voir Alexandre, portant les cornes du dieu Ammon, sur le tétradrachme frappé à son effigie. Cette pièce a circulé dans tout l'Orient[réf. nécessaire] et a servi de modèle aux monnaies arabes[réf. nécessaire] (le mot dirham vient du grec drachme, δραχμη / drakhmê).

Toutefois, plusieurs théologiens et historiens musulmans — dont As-Suhayliy (XIIIe siècle), Ibn Taymiyyah (XIVe siècle) et Al-Maqrîziy (XVe siècle) — réfutent l'idée selon laquelle Dhû-l-Qarnayn serait Alexandre, et font remonter le personnage coranique à l'époque d'Ibrahim (Abraham). Certains érudits islamiques contemporains penchent plutôt pour l'identifier avec d'autres personnages comme Cyrus le Grand. Enfin d'autres spécialistes font remarquer que Dhû-l-Qarnayn est décrit comme étant monothéiste,

Quelques disciples musulmans contemporains, comme Maududi et Molana Abul Kalam Azad, ont suggéré que Dhul-Qarnayn soit Cyrus le Grand. Cette théorie a été récemment approuvée par des disciples du théologien Mohammad Ali Tabatabaei (dans son livre Tafsir Al-Mizan). Selon les recherches de as-Syohârwî, il existe, aujourd'hui encore, dans la passe de Darial (qui se trouve dans le massif du Caucase), un mur de fer et de cuivre entre deux parois montagneuses. C'est le mur que Cyrus II avait construit autrefois pour empêcher les Scythes (Gog et Magog pour l'époque d'alors) de venir piller les cités situées en-deçà du massif (cf. Qassas ul-qur'ân, 3/205-207).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sourate 18, 93-97.
  2. Daniel de Smet, op. cité.
  3. Dans Tabari, La Chronique (De Salomon à la chute des Sassanides), Actes Sud (ISBN 2-7427-3317-5) p. 78

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daniel de Smet, article « Dhu l-Quarnayn » in Mohammad Ali Amir-Moezzi (dir.) Dictionnaire du Coran, éd. Robert Laffont, 2007, p. 218-221.

Voir aussi[modifier | modifier le code]