Jacob

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jacob (homonymie).

Jacob

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Jacob se battant avec l'ange
tableau d'Alexandre-Louis Leloir (1865)

יעקב

Alias
Reçoit le nom d'Israël après son combat contre un ange
Activité principale
Patriarche de la Bible
Prophète du Coran
Autres activités
Ses douze fils fondent les douze tribus d'Israël éponymes
Ascendants
Isaac (père)
Rébecca (mère)
Conjoint
Léa (première épouse)
Rachel (deuxième épouse)
Bilha (concubine)
Zilpa (concubine)
Descendants
Famille
Ésaü (son frère aîné)

Jacob[1],[2] est un personnage de la Genèse, premier livre de la Bible, et du Coran. Christianisme comme judaïsme classent Jacob parmi les patriarches bibliques. Le Coran le dit prophète et non patriarche.

Jacob est fils d'Isaac et Rébecca, frère d'Ésaü et petit-fils d’Abraham. Il reçoit également le nom d’Israël après son combat contre un mystérieux « homme »[3], traditionnellement identifié à un ange de Dieu ou à l'ange Gabriel. Jacob est aussi plusieurs fois évoqué dans le Coran et il y est désigné comme l'un des plus grands prophètes.

Ceux[Qui ?] qui considèrent Jacob comme ayant réellement existé estiment qu'il a vécu entre les XVIIe et XVe siècles av. J.-C.

Récit biblique[modifier | modifier le code]

Enfance de Jacob et rivalité avec son frère Ésaü[modifier | modifier le code]

Dans le ventre de sa mère Rébecca, Jacob se heurte avec son jumeau Ésaü. Dieu prédit à Rébecca qu'elle engendrera deux peuples, et que le grand servira le petit. Jacob naît en second, la main agrippée au talon d'Ésaü[4]. Leur père Isaac a 60 ans à leur naissance. Grand amateur de gibier, il préfère Ésaü qui aime la chasse et l'aventure, tandis que Rébecca préfère Jacob qui est raisonnable et casanier[5].

Un jour, Jacob prépare un potage de lentilles. Ésaü revient alors des champs épuisé, et lui réclame de la soupe. Jacob demande que son frère jure immédiatement de lui céder son droit d’aînesse. Ésaü s'exécute et Jacob lui donne du pain et du potage[6].

Avant sa mort, leur père Isaac, devenu aveugle, veut rétablir Ésaü dans ses droits. Rébecca profite de la cécité de son mari pour lui faire donner sa bénédiction à Jacob. Ésaü, furieux, décide de tuer son frère dès la mort d’Isaac. Rébecca découvre ses intentions et implore Jacob de fuir chez son oncle Laban à Harran.

Le rêve de l'échelle[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Échelle de Jacob (Bible).

Au cours de son voyage vers Harran, Jacob passe la nuit à Béthel, prend une pierre comme chevet et y a la vision d’une échelle atteignant le ciel et de Dieu se tenant en haut de cette échelle Gn 28. 10-15.

Les Hébreux[modifier | modifier le code]

Jacob se réfugie chez Laban, lequel a deux filles Léa et Rachel. Jacob rencontre d’abord la cadette, Rachel, près d’un puits à proximité de Harran. Il souhaite l’épouser mais Laban refuse tant que l’aînée n’est pas mariée. Laban lui promet pourtant la main de sa fille contre sept années de travail à son service. Au bout des sept années, Jacob trompé par Laban épouse l’aînée Léa. Laban lui accorde finalement Rachel en échange de sept nouvelles années à son service.

Léa lui donne successivement quatre fils, alors que Rachel restait stérile. En conséquence, Rachel invite Jacob à épouser sa servante Bilha, qui lui donne ainsi deux fils. Léa, de son côté, offre aussi à Jacob sa servante Zilpa, qui lui donne elle aussi deux fils. Léa donne encore deux fils et une fille (Dinah). Enfin, Dieu prend en pitié Rachel et lui permet d’enfanter les deux derniers fils de Jacob (Gn 29-31).

D’incessantes querelles éclatent entre les deux sœurs, ainsi qu’entre Laban et Jacob. Voyant que Jacob s’était enrichi, les fils de Laban complotent contre Jacob. Celui-ci choisit de fuir à nouveau avec sa famille et de retourner dans son pays d’origine. Cela coïncide aussi avec la venue du onzième fils de Jacob qui est Joseph. Avant leur départ, Rachel vole les images des dieux de la maison de Laban, qui font office de titres de propriété, et les cache dans le coussin de sa selle. Jacob et sa famille traversent l’Euphrate et marchent vers Canaan. Laban les rattrape, mais ne parvient pas à retrouver les images des dieux. Laban conclut alors un pacte avec Jacob, qui ne devra prendre aucune femme en dehors des filles de Laban.

Israël ou celui qui a lutté avec l'ange[modifier | modifier le code]

Au cours de ce voyage de retour, Jacob se bat toute une nuit contre un inconnu. Au matin, cet inconnu refuse de lui donner son nom. Désormais, Jacob sera appelé Israël, c’est-à-dire « celui qui a lutté avec Dieu » (Gn 32. 28). Certaines traditions, influençant les peintres qui ont représenté la scène, considèrent que Jacob a en fait combattu un ange.

Retour d'exil[modifier | modifier le code]

Jacob rentre au pays de Canaan après vingt ans d’exil et prend le nom d’Israël. Il se réconcilie avec son frère Ésaü. Jacob part vers Sichem où il acquiert une terre achetée aux fils de Hamor. Sa fille unique, Dinah, est violée par un des fils de Hamor qui accepte de faire circoncire tous les hommes de la ville pour permettre l’union des deux enfants. Pour se venger, les frères de Dinah, Siméon et Lévi, tuent par surprise tous les hommes de la ville qu’ils pillent ensuite. Jacob et sa famille doivent partir pour Béthel, où Dieu renouvelle l’Alliance avec Jacob. En chemin vers Bethléem, Rachel meurt en couches. Son fils prend le nom de Benjamin.

Vieillesse de Jacob/Israël[modifier | modifier le code]

Plus tard, Joseph, l’aîné de Rachel, passe pour mort car ses demi-frères jaloux l’ont vendu à des marchands ambulants. Jacob, vieillissant, affronte le chagrin et la famine. Certains de ses fils partent pour l’Égypte lors d’une période de sécheresse. Ils y retrouvent leur frère Joseph vendu plusieurs années auparavant et devenu vice-roi d’Égypte.

Joseph joue un rôle primordial dans l’histoire du peuple hébreu, telle qu’elle est contée dans la Bible. Son histoire constitue toute la fin du livre de la Genèse (Gn 37-50). Elle est le prélude à l’histoire des Hébreux en Égypte, telle que racontée dans le livre de l’Exode.

À sa mort, Jacob bénit tous ses fils et est enterré près d’Isaac et d’Abraham dans le tombeau des Patriarches.

Les douze fils sont les ancêtres éponymes des douze tribus d’Israël, à l’exception de Lévi, ancêtre des Lévites, dispersés dans les autres tribus, et de Joseph, dédoublé selon ses fils Éphraïm et Manassé.

Les enfants de Jacob[modifier | modifier le code]

Jacob a douze fils et une fille :

  • par sa concubine Bilha, servante de Rachel :
  • par sa concubine Zilpa, servante de Léa :
    • Gad, le septième ;
    • Aser, le huitième.

Lors de la division en deux royaumes, les deux tribus de Juda et Benjamin formèrent le royaume de Juda, les dix autres tribus formèrent le royaume du nord, le royaume d’Israël.

Jacob dans la tradition chrétienne[modifier | modifier le code]

La pierre que Jacob utilise comme oreiller lors de l'épisode du rêve de l'échelle est identifiée à la pierre du destin, un bloc de grès utilisé dans les rituels de couronnement au Royaume-Uni.

Jacob dans l'islam[modifier | modifier le code]

Pour les musulmans, Jacob (يعقوب) est le prophète de Dieu et fils de Isaac, fils d'Abraham.

Selon le coran, Yaacob (Jacob) et Israel sont deux personnages différents, en effet, selon le verset 3 de la sourate 17 ou les descendants d'Israel sont mentionnés " Descendants de celui (ou ceux) qu'on a sauvé avec Noh (Noé)(lors de déluge)..." donc Israel a vécu avant ou à la même période que Noé alors que Jacob a vécu bien après Ibrahim (Abraham). Et si Jacob était véritablement appelé ainsi, c'est probablement pour son appartenance aux descendants d'Israel.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. hébreu : יעקב - ya`aqov
  2. arabe : يعقوب - ya`qūb ou ya`qob = « Dieu a soutenu, protégé »)
  3. Gn 32,28
  4. d'où le nom de Jacob, qui signifie en hébreu « il talonnera »
  5. Gn 25,19-28
  6. Gn 25,29-34

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :