Azraël

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Azraël (homonymie).
Azraël

Azraël (عزرائیل) est l'ange de la mort dans certaines traditions hébraïques[1], musulmanes et sikhes. Son nom vient de l'arabe Azra'il (عزرائيل) ou Azra'eil (عزرایل). Le Coran n'utilise jamais ce nom, se référant plutôt à Malak al-Maut (qui se traduit littéralement en ange de la mort). Il est également appelé Izrail, Izrael, Azrail, Ezraeil, Azraille, Azryel, ou Ozryel. Le nom signifie littéralement que Dieu aide[1].

Historique[modifier | modifier le code]

L'ange de la mort est considéré de nombreuses manières par différentes religions. Bien que certaines sources aient spéculé sur un lien entre Azraël et le prêtre Esdras[2], il est généralement décrit comme un archange avec une longue histoire antérieure à cette personnalité[réf. nécessaire]. Plutôt que d'être simplement la personnification de la mort, Azraël est habituellement décrit dans les sources islamiques comme subordonné à la volonté de Dieu « avec la plus profonde révérence »[3]. Dans la mystique juive, il est identifié comme l'incarnation du mal, et pas nécessairement ou spécifiquement la mort elle-même[1]. Selon les perspectives et les préceptes des diverses religions, Azraël peut être un résident du troisième paradis[4]. Dans l'une de ses formes, il a quatre faces et quatre mille ailes, son corps tout entier est couvert de langues et d'yeux, dont le nombre correspond à celui des personnes vivant sur Terre.

Enregistrant sans cesse, dans un grand livre, le nom des hommes à leur naissance et les effaçant à leur décès, il sera le dernier à mourir[5].

Religion musulmane[modifier | modifier le code]

L'ange de la Mort est décrit comme un serviteur de Dieu, mais n'a jamais été nommé. Dans la tradition musulmane du jugement dernier, l'archange Israfel annoncera le jour de la résurrection des morts en soufflant dans la trompe ou corne. L'ange de la Mort, traditionnellement nommé Azraël, bien que cette dénomination lui étant attribué n'a aucune origine dans les sources de l'Islam, c'est-à-dire ni dans le Coran, ni dans la Sunnah[6], sera le dernier survivant de toutes les créatures (anges, démons, humains...), après avoir repris les âmes de Djibril, Mikaël et Israfel. Dieu lui ordonnera de mourir, puisque pour les musulmans, l'ordre de Dieu se manifeste par le Verbe. Après la mort de l'ange de la Mort, Dieu restera seul et unique.

Le prophète Mahomet a dit que la douleur ressentie par l'ange de la Mort lors de sa mort est suffisante pour tuer toutes les créatures qu'Allah a créé[réf. nécessaire]. Dans le récit de son voyage au septième ciel, Mahomet décrit le véritable visage de l'ange de la Mort : il a des pieds se trouvant dans la septième terre et sa tête est sous le trône de Dieu située au septième ciel. Tout ce qui a été décrit par le prophète de l'islam en ce qui concerne l'ange de la Mort est qu'il ôte les âmes des créatures selon un ordre divin.

L'ange de la Mort utilise différents moyens pour extraire l'âme d'une personne, selon que celle-ci aura été mauvaise ou bonne durant sa vie. Certains sont décrits dans le Coran (Sourate An-Naziâat).

Le prophète Mahomet dit que cet archange est entouré de plusieurs anges qui l'aident à extraire les âmes (des humains ou mêmes les âmes des anges eux-mêmes et des démons). Il y a un grand arbre dont les feuilles comportent les noms de tous les humains ; lorsque la date de la mort de quelqu'un approche sa feuille devient jaune et tombe, l'Ange de la Mort comprend alors que c'est un homme qui va mourir.[réf. nécessaire] Quand l'heure de la mort arrive, les anges commencent à extraire l'âme à partir des nerfs et de sa chair en commençant par les pieds puis en remontant vers l'abdomen ; ils accordent un peu de repos au mourant puis recommencent pour que l'âme vienne jusqu'à la poitrine et puis à la gorge ; à ce moment-là le mourant commence à voir ce qui se passe dans l'autre monde (« Tu restais indifférent à cela. Et bien, Nous ôtons ton voile ; ta vue est perçante aujourd'hui. » Sourate Qaf-Versets 22), puisqu'il ne peut plus parler et ainsi révéler ce qui se passe. Il ne peut que grimacer (sourire, sourciller, être effrayé s'il est malfaisant).

Dans l'art et la littérature[modifier | modifier le code]

Azraël, comme un personnage ou concept abstrait, a été utilisé par de nombreux artistes, musiciens, poètes, auteurs, au cours des siècles pour exprimer ou évoquer diverses significations ou émotions[7].

En littérature, Azraël est représenté par différents auteurs, à travers un large éventail de styles et de pays. Terry Pratchett en a fait le personnage principal de ses romans, Le Faucheur et De bons présages, ce dernier coécrit avec Neil Gaiman. De même pour Anne Rice, dans Le Sortilège de Babylone. Il fait également partie du panthéon de La Saga du Roi Dragon de Stephen R. Lawhead. Le Lord Asriel de Philip Pullman dans À la croisée des mondes pourrait également être une allégorie de Azraël (il est « celui qui veut tuer Dieu »).

Le dramaturge Arthur Miller a décrit Azraël comme un personnage de La Création de la vie et d'autres entreprises, tandis que le poète mexicain Amado Nervo a écrit un poème intitulé Azraël.

Il apparaît également au cours des aventures de Corto Maltese, la bande dessinée d'Hugo Pratt, ainsi que dans la bande dessinée Poulet aux prunes de Marjane Satrapi, et dans la série des Schtroumpfs de Peyo, où le chat du sorcier Gargamel s'appelle Azraël.

Dans la série de romans Les Vampires de Manhattan de Melissa de la Cruz, Azraël apparaît sous les traits de Madeleine "Mimi" Force, jeune lycéenne arrogante et prétentieuse.

La trilogie La Lignée de Guillermo del Toro et Chuck Hogan fait d'Azraël le vampire qui conquiert le pouvoir sur l'ensemble de l'humanité, appelé la Créature ou le Maître.

Azraël est cité dans la chanson Big Bang Théorie du groupe de rap 1995

Homonymie[modifier | modifier le code]

On retrouve également ce nom dans un certain nombre d'ouvrages de science-fiction ou de fantasy, et même dans les Schtroumpfs (le chat Azraël). Il apparaît également sous les traits de Jason Lee dans le film Dogma de Kevin Smith (1999) mais est une muse déchu et non pas l'Ange de la Mort, celui-ci est représenté par Loki (Matt Damon). Ainsi que dans le film de Jean Cocteau L'Aigle à deux têtes sous les traits du poète Jean Marais. Dans le jeu Final Fantasy on retrouve dans certains épisodes un boss nommé Zaléra, une anagramme d'Azraël et qui est aussi un ange, de la mort.

Dans le jeu fantasy Warhammer 40 000, Azraël est le maître suprême du chapitre space marine des Dark Angels, tandis qu'Izrafael est un jeune archiviste Dark Angel de l'époque de la Grande Croisade.

Azrael est également le titre d'un morceau du groupe de black metal suédois Marduk, présent sur l'album La Grande Danse macabre.

Azraël est un ange dans le jeu Darksiders. Il demande à Guerre de le libérer dans le Trône noir et a en charge la garde du puits des âmes.

Azraël est également cité dans le dernier tome d'une trilogie vampirique (La Lignée (tome 1), La Chute (tome 2), La Nuit éternelle (tome 3)) écrite par les auteurs Guillermo Del Toro et Chuck Hogan (en).

Azraël est aussi le vrai nom d'ange de Madeleine (Mimi) Force dans la série de Melissa de la Cruz, les Vampires de Manhattan.

Azraël apparaît dans le jeu vidéo Batman Arkham City, lors d'une mission secondaire celui-ci vous observe.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Davidson, Gustav (1967), A Dictionary of Angels, Including The Fallen Angels, Entry: Azrael, pp. 64, 65, Library of Congress Catalog Card Number: 66-19757
  2. Who is Azrael? The Man to the Myth, The Azrael Chronicles: A Compendium of the Books of Azrael ha'Malak, wgOfAzrael.org
  3. Hanauer, J.E. (1907), Folk-lore of the Holy Land: Moslem, Christian and Jewish, Chapter V: The Angel of Death, at sacred-texts.com
  4. Davidson, Gustav (1967), A Dictionary of Angels, Including The Fallen Angels, Entry: Third Heaven, p. 288, Library of Congress Catalog Card Number: 66-19757
  5. Hastings, James, Selbie, John A. (Editors) (2003), Encyclopedia of Religion and Ethics Part 3, Kessinger Publishing, 2003, ISBN 076613671X
  6. L'ange de la mort ne se nomme pas Azra'il, le savant cheikh al Outheymine http://3ilm.char3i.over-blog.com/article-22651662.html
  7. voir Ange dans l'art

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :