Beer-Sheva

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beer.
Beer-Sheva / Bersabée
(he) באר שבע - (ar) بئر السبع
Blason de Beer-Sheva / Bersabée
Héraldique
Administration
Pays Drapeau d’Israël Israël
District District sud
Région historique Néguev
Maire Rubik Danilovitch
Démographie
Population 197 269 hab. (2010[1])
Densité 1 679 hab./km2
Géographie
Coordonnées 31° 14′ 00″ N 34° 47′ 00″ E / 31.23333333, 34.7833333331° 14′ 00″ Nord 34° 47′ 00″ Est / 31.23333333, 34.78333333  
Altitude 260 m
Superficie 11 750 ha = 117,5 km2
Divers
Date de création 1900
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Israël

Voir la carte administrative d'Israël
City locator 14.svg
Beer-Sheva / Bersabée

Géolocalisation sur la carte : Israël

Voir la carte topographique d'Israël
City locator 14.svg
Beer-Sheva / Bersabée
Liens
Site web http://www.beer-sheva.muni.il/

Beer-Sheva, Be'er Sheva ou Bersabée ou Beersheba (en hébreu : בְּאֶר שֶׁבַע, puits du serment ou puits des sept ; arabe : بِئْرْ اَلْسَبْعْ Biʼr as-Sabʻ) est une ville du district sud d'Israël.

Beer-Sheva est le centre administratif pour le sud d'Israël. De par sa position géographique centrale et ses gares de trains et de cars, c'est aussi une plate-forme importante pour les transports interurbains du pays. La ville accueille l'Université Ben-Gourion du Néguev, l'hôpital Soroka et l'orchestre Israeli Sinfonietta of Be'er Sheva.

La ville s'est considérablement développée depuis la fondation de l'État d'Israël en 1948. De nos jours, la ville est majoritairement peuplée par des juifs ayant émigré des pays arabes, d'Éthiopie et de l'ex-Union soviétique. Beer-Sheva est entourée de villes-satellites : Omer, Lehavim et Meitar, qui sont des villes majoritairement juives, et Rahat, Tel Sheva et Lakiya, à majorité arabe.

En 2006, Beer-Sheva comptait une population de 185 800 habitants, ce qui en fait la plus grande ville du Néguev et la sixième plus grande ville israélienne.

Dans la plupart des traductions françaises de la Bible hébraïque, le nom de la ville est rendu par Bersabée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Beer-Sheva lors de la conquête britannique sur l'Empire ottoman lors de la Première Guerre mondiale (1917)

D'après les vestiges mis au jour à Tel Beer Sheva, un site archéologique situé à quelques kilomètres au nord-est de la ville moderne, il est avéré que le site a été occupé par l'Homme depuis le IVe millénaire av. J.-C.. La cité a été plusieurs fois détruite et reconstruite au cours des siècles.

Histoire ancienne et moderne[modifier | modifier le code]

En 1920

Les derniers habitants de Tel Be'er-Sheva furent les Byzantins, qui abandonnèrent la ville au VIIe siècle. Les Ottomans, qui occupaient la Palestine depuis le XVIe siècle, ne s'intéressent pas au site jusqu'à la fin du XIXe siècle. Ainsi, au début du XIXe siècle, Beer-Sheva était décrit par les pèlerins européens comme une terre aride avec un puits et une poignée de Bédouins vivant autour.

Vers la fin du XIXe siècle, les Ottomans implantent un poste de police à Beer-Sheva dans le but de garder sous contrôle les Bédouins. Ils construisent des routes, quelques petits bâtiments qui sont toujours debout de nos jours, une gare et une ligne ferroviaire vers Ashkelon et Gaza. Un petit quartier fut construit à l'est de la ville par des Bédouins et des Arabes originaire d'Hébron et de Gaza.

Histoire contemporaine[modifier | modifier le code]

Le Monument de la Brigade du Néguev, un mémorial commémorant la conquête israélienne sur les forces égyptiennes.
Intérieur du Monument de la Brigade du Néguev.

Beer-Sheva a joué un rôle important lors de la campagne du Sinaï et de Palestine au cours de la Première Guerre mondiale. Le 31 octobre 1917, les Australiens de la "4th Light Horse Brigade", commandés par le général de brigade William Grant, mènent la charge sur les tranchées ottomanes et prennent possession des puits de Beer-Sheva. Cet événement est souvent décrit comme la dernière charge de cavalerie victorieuse de l'Histoire. Le cimetière du Commonwealth, hébergeant les tombes des soldats britanniques et australiens, est situé en limite de la Vieille Ville de Beer-Sheva.

Beer-Sheva était un centre administratif majeur au cours du mandat britannique en Palestine.

Le Plan de partage de la Palestine de 1947 incluait Beer-Sheva dans les territoires de l'État arabe, étant donné que la grande majorité des 4000 habitants était Arabes[2]. L'armée égyptienne était implantée à Beer-Sheva en 1948. Le 21 octobre 1948, au cours de l'Opération Yo'av, la cité a été libéré par une unité du Palmach : le Commando Français, commandé par Teddy Eytan ( Tadée Diffre ), compagnon de la Libération, capitaine de l’armée française dans la Division Leclerc . Le 20 novembre, Leonard Bernstein et l'Orchestre philharmonique d'Israël y jouent pour les soldats[3].

Au cours des années 1950, Beer-Sheva se développe vers le nord. L'hôpital Soroka ouvre ses portes en 1960, et l'Université du Néguev, renommée ultérieurement « Université Ben-Gourion du Néguev », est créée en 1970. En 1973, c'est au tour du Théâtre de Beer-Sheva.

En 1979, le Président égyptien Anouar el-Sadate gratifia la ville d'une visite officielle.

Au cours des années 1990, un important afflux d'immigrants induit une importante augmentation de la population et de la taille de Beer-Sheva.

Pendant plusieurs années, Beer-Sheva resta préservée du terrorisme palestinien. Les relations entre Juifs et Arabes étaient en effet particulièrement bonnes, notamment avec les nombreux Bédouins habitant la région et travaillant à Beer-Sheva. Cependant, la situation s'est dégradée suite aux attentats suicides du 31 août 2004, au cours desquels 16 personnes ont été tuées dans deux bus. Ces attentats ont été revendiqués par le Hamas. Le 28 août 2005, un autre kamikaze a attaqué la gare routière centrale, en blessant sérieusement deux gardes de la sécurité.

Fin 2008 et début 2009, alors qu'Israël mène l'opération Plomb durci, le Hamas tire des roquettes en direction de plusieurs villes du Negev. Les nouvelles roquettes Grad (BM-21 Katioucha) ont tout juste la portée nécessaire pour atteindre Beer-Sheva. Pour la première fois, l'une d'elles frappe la ville le 30 décembre 2008. D'autres roquettes atteignent Beer-Sheva dans les jours suivants, causant des dégâts matériels, dont la destruction d'une école. Le 15 janvier 2009, une roquette blesse gravement un enfant de 7 ans (qui reçoit un éclat dans la tête) et légèrement quatre autres personnes[4].

Politique locale[modifier | modifier le code]

Masons' square à Beer-Sheva

Rubik Danilovitch est le maire actuel de Beer-Sheva. La municipalité de Beer-Sheva a été gangrénée pendant de longues années par un manque de leadership, par des problèmes politiques et par une gestion financière déplorable. La situation s'est cependant nettement améliorée au cours des dernières années. Depuis 2005, la principale préoccupation a concerné le développement des parcs et des infrastructures. Un nouveau centre pour la jeunesse a ouvert en 2005, et un nouveau centre culturel est prévue pour 2007. Des quartiers de la Vieille Ville ont été réhabilités et, après des années de restrictions budgétaires, la municipalité a à nouveau présenté un budget équilibré[5].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Le Centre Médical Soroka, Beer-Sheva.

Selon le Bureau Central des Statistiques d'Israël (CBS, (he) למ"ס), la population de Beer-Sheva est estimée à 185 800 habitants en 2006, contre 110 800 en 1983 ; ce qui en fait la 6e ville du pays pour sa population.

Le recensement de 2001 fait apparaître que la ville est peuplée à 98,9 % de Juifs et qu'elle ne compte plus de population arabe significative (cf. Démographie d'Israël). On comptait alors 86 500 hommes et 91 400 femmes.

La répartition par classe d'âge était la suivante :

  • 31,8 % de 0-19 ans,
  • 17,4 % de 20-29 ans,
  • 19,6 % de 30-44 ans,
  • 15,8 % de 45-59 ans,
  • 4,0 % de 60-64 ans,
  • 11,4 % de 65 ans et plus.

Le taux de croissance annuel était de 2,9 %.

Il faut également noter qu'une part importante de la population ne séjourne à Beer-Sheva que pour une courte période ; c'est notamment le cas des étudiants ou des militaires dont les bases sont situées à proximité.

Éducation[modifier | modifier le code]

Selon le CBS, Beer-Sheva compte 81 établissements et accueille 33 623 étudiants : 60 écoles élémentaires (17 211 élèves) et 39 écoles supérieures (16 412 élèves). Il y a aussi plusieurs écoles privées et yeshivoth qui sont regroupées dans le quartier religieux.

Beer-Sheva accueille une des principales universités d'Israël - l'Université Ben-Gourion du Néguev - et plusieurs grandes écoles, parmi lesquelles le Kaye Academic College of Education, le Sami Shamoon Academic College of Engineering, le Practical Engineering College of Beersheba.

Sports[modifier | modifier le code]

Le sport le plus populaire à Beer-Sheva est le football, avec comme club phare le Hapoël Beer-Sheva, bien qu'il évolue désormais en 2e division nationale. Créé en 1949, a gagné deux championnats (1975 et 1976), une Coupe d'Israël (1997) et deux Toto cups (1989 et 1996). Le stade local est le Vasermil Stadium qui est partagé entre le Hapoël et le Maccabi Beer-Sheva.

Beer-Sheva est également le principal centre national du jeu d'échecs. Son club, le Centre d'Échecs Eliahu Levant, a gagné de nombreuses coupes et championnats nationaux. Il a représenté Israël en Coupe d'Europe et a accueilli les Championnats du monde par équipe en 2005. Avec ses huit grands-maîtres, Beer-Sheva a le meilleur rapport du monde pour ce qui concerne le nombre de grands-maîtres par rapport à la population de la ville (un grand-maître pour 22 875 résidents).

Beer-Sheva accueille le Camels-ASA Beersheba, un club de rugby à XV dont les équipes junior et sénior ont gagné de nombreux titres nationaux, notamment le Championnat national sénior en 2004-05.

La lutte, le tennis le vol à voile sont aussi des sports populaires. Le tennis-club de Beer-Sheva, ouvert en 1991, compte huit courts illuminés et l'aéroport local (code AITA : BEV) accueille les activités de vol à voile.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Dans la Bible[modifier | modifier le code]

Beer-Sheva est mentionnée dans la Genèse, le premier livre de la Bible. On y trouve l'origine du nom de Beer-Sheva, le puits du serment : ce puits d'eau appartenait à Abraham et il pensa que les serviteurs d'Abimelech s'en étaient emparés sans sa permission. Pour résoudre le conflit, une alliance fut conclue, symbolisée par le don de sept brebis[6]. Plus tard, Abimelech y conclut une alliance avec Isaac, le fils d'Abraham[7]. Beer-Sheva est parfois appelée puits d'Abraham. En revanche, les traductions puits des sept ou sept puits sont erronées, elles viennent d'une confusion entre les deux acceptions de שבע facilitée par le lien historique, chez les Juifs, entre la notion de serment et le chiffre sept.

Il est également mentionné (Josué 19, 2) que Beer-Sheva était la ville la plus méridionale d'Israël pendant la période biblique. L'expression « De Dan à Beer-Sheva » est parfois utilisée dans la Bible hébraïque pour définir l'ensemble de la Terre d'Israël.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.cbs.gov.il/shnaton64/st02_25.pdf
  2. Palestine Plan of Partition Map United Nations, 1956
  3. Israel Philharmonic Beersheba 1948 Library of Congress
  4. « Boy, 7, seriously hurt as Gaza rockets slam into Be'er Sheva » (consulté le 15 janvier 2009)
  5. Be'er-Sheva Municipality Dun's 100, 2006
  6. Gn 21,25-32
  7. Gn 26,26-31