Chasse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Cynégétique)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chasse (homonymie).
Joachim von Sandrart, Novembre, Huile sur toile, 1643

La chasse est la traque d'animaux dans le but de les capturer ou de les abattre. Quand la chasse est soumise à une réglementation, la pratique de la chasse en dehors de son cadre légal est appelée braconnage. La cynégétique est l'art de la chasse. Le mot chasse peut ou pouvait aussi désigner des terrains de chasse, l'IGN possède par exemple une « Carte des chasses du roi », levée de 1764 à 1773 et de 1801 à 1807 sur ordre de Louis XV[1] et à partir d'une carte antérieure du Duché de Rambouillet.

Pour le juriste, la chasse a aussi une dimension d'appropriation par l'individu ou un groupe d'animaux sans propriétaires légaux (Res nullius dans le droit). Ainsi en 1845, selon J. Perrève (ancien procureur du roi et juge, « la chasse, qui est un titre d'occupation, un moyen originaire, primaire d'acquérir la propriété, est l'action de les rechercher, de les poursuivre, de s'en emparer par force, par ruse ou adresse, soit au moyen d'engins, soit à l'aide d'animaux domptés pour l'usage domestique ou dressés à cette fin[2] ».

Le chasseur est défini par le Codex alimentarius comme une personne qui participe à l'abattage du gibier et/ou à la saignée, à l'éviscération partielle et à l'habillage partiel sur le terrain des animaux abattus[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Scène de chasse, mosaïque romaine du IVe siècle, Villa De Casale, Sicile
Scène de chasse à l'arc dans l'art levantin espagnol (Néolithique)

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Article connexe : Chasseur-cueilleur.

La pratique de la chasse par les premiers représentants du genre Homo fait encore débat au sein de la communauté scientifique[4],[5]. Selon certains archéologues et paléontologues, l'analyse des traces d'outils et des ossements fossiles montre que nos ancêtres ont également consommé des cadavres d'animaux morts naturellement[6],[7],[8] ou des animaux blessés ou malades qu'ils achevaient plus facilement.

La chasse est clairement attestée dans les gisements archéologiques liés à l'homme de Néandertal[9],[10],[11]. À Coudoulous et à La Borde, les néandertaliens ont utilisé des avens comme pièges naturels pour abattre de nombreux grands bovidés (bisons et aurochs). Elle est également probable pour des périodes antérieures[12]

Le piégeage de petits animaux est une pratique très ancienne. Des populations préhistoriques ont pratiqué une chasse quasiment monospécifique (mammouth, renne) à tel point que certains auteurs ont évoqué une chasse spécialisée. Il semble que les chasseurs-cueilleurs suivaient leur gibier, remontant vers le nord l'été et revenant au sud bénéficier d'un climat plus doux l'hiver. Cette pratique a encouragé un nomadisme que les Inuits et certaines tribus amérindiennes pratiquaient encore il y a peu, mais qui n’existe pratiquement plus, les grands animaux (sauf les oiseaux migrateurs) étant par ailleurs totalement limités dans leurs déplacement par une fragmentation écopaysagère croissante, principalement due au morcellement du paysage par les infrastructures de transports (autoroutes, TGV clôturés, canaux aux berges infranchissables, etc.)

Avec l'apparition du mode de vie sédentaire et de l'élevage, l'importance de la chasse en tant que moyen de subsistance diminua pour une grande partie des populations. Déjà dans certaines cultures antiques, la chasse n'était plus considérée que comme un passe-temps. De plus en plus, elle ne fut souvent pratiquée que par une petite partie de la population.

Antiquité[modifier | modifier le code]

De nombreux écrits sont depuis l’Antiquité consacrés aux techniques cynégétiques et de piégeage. La notion de droit de chasse est évoquée pour la première fois dans le recueil de coutumes des Francs Saliens (riverains de la Sala ou Yssel) écrit sous Clovis (époque mérovingienne) et dénommé ultérieurement « loi salique ». L'évolution de ce concept s'est articulée alternativement à travers des périodes de permissivité et de restriction, voire de prohibition.

Moyen Âge et Époque moderne[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, la chasse était de plus en plus devenue un privilège de la noblesse et des dignitaires de l'État ou du clergé. À cette époque s'est formalisée ce privilège : la chasse au grand gibier était réservée aux nobles et le petit gibier (lièvres, volatiles) laissé au reste de la population. Certaines zones étaient réservées à la chasse Royale.

En France au Moyen Âge et sous l'Ancien Régime, la chasse est un plaisir de gentilhomme et un privilège seigneurial. Les rois sont grands chasseurs et entretiennent des équipages importants. Être admis aux chasses du roi est un des plus grands honneurs de la Cour. Louis XIII, qui a appris la lecture dans les ouvrages de vénerie, pratiquait quotidiennement toutes les chasses[13] et chassa beaucoup en Sologne.

Le seigneur haut-justicier a ce droit dans l'étendue de sa haute-justice, le seigneur local dans sa seigneurie. Les roturiers n'ont pas ce droit sauf s'ils ont acheté un fief, une seigneurie ou une haute-justice (ordonnance sur les eaux et forêts de 1669). Les seigneurs ecclésiastiques, les dames hautes-justicières (pratiquant la chasse au vol), les nobles âgés sont tenus de faire chasser afin de réduire le surplus de gibier nuisible aux cultures (ordonnance de juillet 1701).

Des espaces sont spécialement aménagés pour l'exercice de la chasse. Les garennes sont des parcs fermés, initialement dévolus à toutes sortes d'animaux, avant que le terme désigne spécialement un espace dévolu à l'élevage et à la chasse au lapin (XIIIe-XIVe siècle). Au XVIe siècle, les rois puis les aristocrates commencent à gérer leurs forêts avec des objectifs cynégétiques, notamment pour la vénerie[14].

Les braconniers sont craints surtout à cause de l'éventualité du port d'armes. Les contrevenants sont sévèrement punis. L'édit de 1601 prévoit l'amende et le fouet pour la première infraction, le fouet et le bannissement pour la première récidive, les galères et la confiscation des biens à la seconde récidive, la mort en cas de troisième récidive. L'ordonnance de 1669 écarte la peine de mort. Les gardes-chasses n'ont pas le droit au fusil. Les registres des cahiers de doléances montrent cependant que la verbalisation est beaucoup plus importante pour les délits forestiers que pour les délits de braconnage[13].

Pour permettre l'existence du gibier, il est interdit de moissonner avant la Saint-Jean, d'enlever les chardons, d'enclore par des murs les terres. Il faut planter des haies d'« épines » auprès des forêts royales. Il est interdit de tuer les lapins sauf sous la direction des agents des eaux et forêts (les capitaineries).

Afin de protéger le travail des paysans et les récoltes, les chasseurs ne doivent pas passer dans les terres ensemencées et lorsque les céréales sont en « tuyaux ». Les vignes sont interdites de chasse du 1er mai jusqu'aux vendanges. Mais ces interdictions sont peu observées. Le droit de chasse, privilège et activité de détente, est un des plus haïs par les paysans car ils voulaient se défendre contre les « animaux féroces » (ours, loups) et les « animaux nuisibles » (sangliers, oiseaux granivores s'en prenant à leurs récoltes) en chassant eux-mêmes, sachant qu'il y avait peu d'indemnités pour les dégâts agricoles.

Il existait cependant quelques chasses populaires accordées aux populations dans les provinces récemment annexées ou aux bourgeois qui avaient payé pour cela un droit particulier. Seuls certains animaux dangereux (sanglier, cerf)[15] étaient l'exclusivité des nobles[13].

Mythologie et imagerie[modifier | modifier le code]

À la Préhistoire, il fallait une bonne dose de bravoure pour affronter les animaux quasi à mains nues dans les contrées hostiles des forêts primaires. La pierre, ensuite le bronze et le fer, la lance, l'arc et le couteau, ensuite le fusil et le fusil à lunette, les chances pour les animaux d'échapper au chasseur se sont au cours des temps progressivement amoindries. De plus les espaces sauvages se sont réduits comme peau de chagrin, morcelés par l'agriculture et les friches industrielles.

Les usages liés à la chasse, la peur de l'inconnu, la confrontation à la mort, le sang versé, ont eu toutefois le temps d'imprégner durablement les usages, les croyances et les rites. Les mythes fondateurs évoquent souvent la chasse que des Dieux ou des animaux auraient enseignée à l’Homme. Les religions recèlent de traditions liées à la chasse: Arduinna, Abnoba et Vosegus dans la tradition celtique, Odin ou Wotan dans les mythologie nordique et germanique se met en scène dans d'invisibles « Chasses fantastique, » Artémis dans la mythologie grecque, Diane dans la mythologie romaine, déesse et non pas dieu pour une discipline de tous temps masculine, saint Hubert de la même manière que saint Eustache et le cerf crucifère dans la tradition chrétienne. L’opposition biblique de Caïn et Abel pourrait être vue comme le reflet de la supplantation du chasseur-cueilleur par l’agriculteur éleveur. La Grande Muraille de Chine elle-même a été interprétée comme une marque de séparation entre peuples cultivateurs sédentarisés et les nomades chasseurs. La chasse a souvent une importance rituelle ou initiatique pour les jeunes adultes, comme c'est encore le cas chez certaines groupes humains. Pour être reconnu comme adulte, le jeune Inuit devait affronter et tuer un ours blanc adulte avec un couteau ou un poinçon[réf. nécessaire].

Le chasseur chassé[modifier | modifier le code]

Le chasseur chassé par son gibier est un thème récurrent de l'imaginaire[16]. Ainsi Actéon, chasseur célèbre de la Grèce antique est métamorphosé en cerf fuyant ses propres chiens qui ne le reconnaissent pas. De chasseur, Actéon devient gibier. Ovide dans les métamorphoses écrit à son sujet: « Ses chiens l'ont aperçu (...). Cette meute avide de la curée(...) poursuit le jeune homme(...). Il fuit dans ces mêmes lieux où il a si souvent poursuivi le gibier; hélas oui il fuit ceux qui étaient à son service[17] »

Les métamorphoses du chasseur en gibier ne sont pas inconnues du Moyen Âge. Dans les marges à drôleries des manuscrits gothiques, les enluminures substituent au chasseur, le chien de chasse, le lapin et surtout le singe. Ou bien on substitue au gibier, le chasseur ou ses chiens. Le singe fauconnier est souvent représenté juchant un âne tenant non pas un faucon mais une chouette. La chouette est un des oiseaux les plus méprisés du Moyen Âge et partage avec le singe une réputation de laideur physique et morale. Quant à l'âne il partage avec le singe une réputation de lubricité qui ne s'est jamais démentie. Dans un manuscrit anglais, cette image est commentée par un proverbe qui implique que ces animaux ne valent rien: « Neyther no less than an ape and an owl an ass[18] ». Dans les décrétales de Smithfield, datant de 1330, la punition du chasseur fait l'objet d'un véritable cycle. Un chasseur est terrassé par un lièvre ou un lapin, puis attaché et conduit devant le juge. Condamné à mort, il est mené au gibet puis décapité[18].

Ces substitutions ont pour but d'être drôles ou didactiques. Elles renversent les valeurs attribuées à la chasses ou à la fauconnerie. Elles ont souvent un contenu sexuel. Dans le Cligès de Chrétien de Troyes, les enluminures transforment un gibier particulier en chasseur, spécialement affecté à la symbolisation du sexe féminin[18].

Fonctions de la chasse[modifier | modifier le code]

Un chasseur avec son cerf

Fonction originelle agricole[modifier | modifier le code]

À l'origine, la chasse est une source de nourriture carnée mais aussi de ressources diverses telles que la peau, la fourrure, la corne, les bois, l'os, les tendons, les dents, etc. Dans les régions arctiques, pour les Inuits, c'était jusqu'à il y a quelques décennies la seule source de nourriture hormis la pêche.

La chasse a pu aussi avoir comme fonction de repousser ou d'éliminer des prédateurs dangereux pour l'homme, tels que le lion des cavernes ou l'ours des cavernes, qui ont pu être en compétition avec l'homme pour occuper certaines cavités où hiverner. Les prédateurs menaçant son cheptel domestique (loup, lion, tigre…) ont longtemps été pourchassés, souvent jusqu'à leur extinction dans les grandes régions d'élevage.

Avec la révolution néolithique et l'avènement de l'élevage, hormis dans les forêts tropicales et dans les régions polaires, la chasse pour la subsistance perd en importance.

Dans les sociétés occidentales, la chasse, retrouve parfois sa fonction originelle dans les périodes de disette, toutefois avec le monde moderne, l'élevage et l'économie de marché, la chasse dans sa vocation originelle devient quasi inutile.

Une activité de loisir[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge la chasse se transforme peu à peu en simple activité de loisir, souvent réservée aux classes dominantes, la noblesse, puis les notables en Europe, avant de se démocratiser, après la Révolution en France. Toutefois, la chasse reste très prisée dans les classes dominantes, y compris la noblesse, où on la considère souvent comme un signe distinctif.

Fonction rituelle[modifier | modifier le code]

L'ethnologue replace la cynégétique dans l'imaginaire occidental et sa représentation du Sauvage. Le chasseur « qui a ça dans le sang » affronte dans des espaces réputés dangereux, des animaux demeurés sauvages, c'est-à-dire exclus de l'élevage. Le chasseur s'oppose de cette manière au viandard qui va pratiquer la chasse dans des espaces clos sur des animaux domestiqués. Le sang du chasseur est assimilé à un flux sauvage semblable au sang noir des gros gibiers. « Le « sang noir » est le principe de la formidable vigueur sexuelle qui caractérise cerfs et sangliers. En période de rut, cette substance s'échauffe, « bouillonne », et rend la traque encore plus dangereuse[19] ». En tuant l'animal, le chasseur s'approprie les vertus de sa victime, il récupère le massacre pour s'en faire un trophée. Dans sa fonction rituelle la chasse est une épreuve de virilité, dans certaines traditions, Scandinaves, Grecques et romaine notamment elle s'accompagne d'une ivrognerie rituelle . Dans les diverses société il arrive que le tueur héroïque châtre sa victime ou boive son sang[19].

Le XVIIIe siècle les philosophes naturalistes, Jean-Jacques Rousseau en tête, revendiquent la prééminence de la nature sur l'homme et s'opposent à toutes destruction d'éléments naturel. L'écologisme procède de cette philosophie. L'autre courant, traditionaliste, admet que l'homme éprouve la nature dans des actes périlleux avec les êtres sauvages. Ces deux courants s'affrontent régulièrement sur les thèmes de la chasse et de la corrida. Le sang versé lors de la chasse, rejoignant en cela la corrida, semble de plus en plus gratuit pour tous ses opposants, bien que ce soit le même sang qui est déversé dans les abattoirs industriels. C'est pour ceux qui le soutiennent une manière de sauver sa vertu au-delà des artifices du monde moderne[19].

La taille des ramures du cerf est à la mesure de sa puissance. En portant son choix sur un tel animal, le chasseur s'éloigne de la fonction régulatrice de la chasse, puisqu'un cerf à la ramure épanouie est aussi un cerf arrivé à sa maturité sexuelle.

Une fonction régulatrice discutée[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

À la fin du XXe siècle, en Occident, le monde de la chasse tente sans succès (et pour cause, car les contre-arguments scientifiques ne manquent pas) de faire accepter à la mouvance écologiste la fonction de régulation des populations animales herbivores, en remplacement des grands prédateurs disparus ou devenus rares, notamment dans les régions fortement anthropisées. Ses fonctions écologiques s'étendraient aussi à la préservation d'espèces menacées par les activités humaines, comme le petit tétras dans les Alpes, et au développement d'espèces autrefois chassées de façon aléatoire. Le tir sélectif a ainsi fait ses preuves pour une gestion restauratrice de populations de cerfs ou de quelques espèces emblématiques comme le chamois ; les plans de chasse ont dynamisé les populations de sanglier à des niveaux souvent trop importants dans certaines régions, ce qui pose des problèmes quant au financement de l'indemnisation des agriculteurs victimes de dégâts.

En revanche, de nombreux territoires ont recours à des lâcher de gibier de tir, qui affaiblissent considérablement les populations existantes quand celles-ci n'ont pas déjà disparu du fait de la dégradation de leurs milieux et de la prolifération d'espèces classées nuisibles comme la corneille noire. Les lâcher de gibier de tir sont donc à proscrire, au profit de véritables politiques de restauration des milieux, seules capables de permettre un retour des espèces sensibles comme les perdrix, le lapin ou le lièvre, voire d'espèces protégées comme le râle des genêts ou l'outarde canepetière.

La position du monde de la chasse quant à la préservation de la biodiversité fait totalement abstraction de la réalité des évolutions règlementaires en France : jusque dans les années 1970, tous les rapaces et de nombreux petits passereaux étaient chassés et on doit exclusivement aux associations écologistes d'avoir obtenu la loi de 1976 sur la protection de la faune, qui a permis de sauver in extremis de nombreuses espèces durement touchées par une chasse sans justification.

Pour certains opposants, la fonction de régulation écologique de la chasse reste très discutée, car la sélection naturelle pratiquée par les grands prédateurs qui pistent et tuent préférentiellement les animaux jeunes et inexpérimentés, mal-formés, vieux et malades, n’est que rarement comparable dans ses effets aux résultats du tir au fusil, en particulier pour la chasse de nuit (oiseaux d’eau) qui ne permet pas de distinguer l’état des oiseaux ni même d’identifier avec certitude toutes les espèces, ou concernant une multitude d’espèces non chassées par l’homme (souris, mulots et autres campagnols, par exemple) qui sont les principales proies du loup, du renard, etc., longtemps empoisonnés ou piégés en tant que concurrents de l'homme, mais que le chasseur semble difficilement pouvoir remplacer. De plus, certaines études laissent penser que les déplacements de chiens et d'espèces gibier ou certaines introductions de gibiers ont des impacts sanitaires importants sur les populations sauvages : zoonoses, parasites, appauvrissement ou dérives génétiques, pollution génétique par introduction d’animaux exotiques, d’élevages, ou issus de croisements et marronnage.

D'autre part, l'affirmation que seul le chasseur peut réguler renvoie directement au refus d'une majorité de chasseurs d'accepter toute cohabitation avec les grands prédateurs, qui sont fréquemment victimes de braconnage (lynx, ours, loup).

Un sport[modifier | modifier le code]

Les différents types de chasse[modifier | modifier le code]

Chasse à tir (armes à feu et arcs)[modifier | modifier le code]

Chasse individuelle[modifier | modifier le code]

Abri cache pour la chasse aux cerfs.
  • Chasse devant soi (billebaude)
  • Chasse à l'affût
  • Chasse à l'approche

Chasse en groupe[modifier | modifier le code]

Remarques sur la chasse à l'arc : celle-ci se développe, avec un matériel de plus en plus sophistiqué, et se présente également pour certains comme une chasse plus écologique. Elle a le mérite de ne pas émettre de substances polluantes dans l'environnement, et de limiter le dérangement de la faune par le bruit et le stress liés aux détonations, à l'usage des chiens et des battues. Elle permet aussi de chasser dans des zones "péri-urbaines" avec des risques bien moins grands pour les riverains grâce à la portée réduite des flèches. Pour mémoire, l'ordre de grandeur de la portée d'une carabine de chasse type .300 WM est de 5 km, celle d'un arc moderne à la puissance maximale exploitable par un humain actuel (80 livres à poulies) est d'un kilomètre. Elle a été interdite en France par la loi du 2 mars 1844 qui considérait que ce type de chasse silencieuse favorisait le braconnage, puis autorisée en 1995 par un arrêté[20].

Autre modes de chasse[modifier | modifier le code]

Illustration du traité de fauconnerie De arte venandi cum avibus

Chasse par type de gibier[modifier | modifier le code]

Nombre de chasseurs aujourd'hui en Europe[modifier | modifier le code]

Nombre de chasseurs : la France est le pays européen qui compte le plus grand nombre de chasseurs (chasse aux oiseaux), 1 343 000 en 2009[21] (2e sport en nombre de licenciés derrière le football si tant est que la chasse puisse être considérée comme un sport). Suivent ensuite le Royaume-Uni (800 000), l'Espagne (980 000) et l'Italie (750 000). Ces valeurs sont toutefois à relativiser au regard de la forte variabilité de taille de population et de surface entre ces pays.

Proportion de chasseurs dans la population : ce taux est le plus fort en Irlande (8,9 %), à Chypre (6,4 %), en Finlande (5,8 %) et en Norvège (4,75 %) et le plus bas en Estonie, aux Pays-Bas (0,1 % dans ces deux pays) ou encore en Belgique (0,2 %) et Roumanie (0,27 %). Le taux en France est élevé : 2,1 %.

Nombre de chasseurs par surface : en dehors du cas particulier de Malte (50 chasseurs/km²), ce ratio est le plus fort à Chypre et en Irlande (5 ch./km²), au Danemark (3,8 ch./km²), au Royaume-Uni (3,3 %), au Portugal ou encore en Italie (2,5 ch./km² pour ces deux pays). Il est relativement faible en Pologne (0,3 ch./km²), aux Pays-Bas, en Suède et en Hongrie (0,6 ch./km²) ou encore en Allemagne (1 ch./km²). Ce ratio en France est plutôt dans la moyenne haute : 2 chasseurs/km² comme en Espagne.

Données de 2007[22].

Critiques envers la chasse[modifier | modifier le code]

Annonce de battue

Le débat sur la chasse, sur certains types de chasse ou sur ses excès, est extrêmement ancien. Ainsi, Diderot regrette dans l'article consacré à la chasse dans l'Encyclopédie que le goût de la chasse « dégénère presque toujours en passion ; qu'alors il absorbe un temps précieux, nuit à la santé, et occasionne les dépenses qui dérangent la fortune des grands, et qui ruinent les particuliers ».

La chasse (et certains types de chasse en particulier) fait l'objet de nombreuses critiques de la part d'associations et de personnes soucieuses de comportement éthique envers les animaux (par exemple les hunt saboteurs (en)). Celles-ci remettent en question des éléments tels que :

  • les périodes de chasse (plusieurs mois);
  • les jours de chasse (souvent à des périodes où les familles souhaitent se promener dans la nature);
  • les zones de chasse (différend sur la réserve naturelle du Platier d'Oye par exemple) ;
  • les espèces chassables (chasse à l'ortolan par exemple) ;
  • les lâchers d'espèces d'élevage, qui font dégénérer les comportements des espèces sauvages (par exemple le faisan) ;
  • le nourrissage des espèces sauvages: le nourrissage supplétif, l'alimentation de mangeoire à maïs pour que les sangliers restent plus ou moins aux mêmes endroits ou le nourrissage dissuasif, pour éviter qu'ils ne s'attaquent aux cultures, est la cause principale de la surpopulation de ceux-ci[23];
  • le système d'actionnariat des chasses privées, où c'est le tableau qui prime sur d'autres considérations;
  • les classes d'âge chassables ;
  • l'évaluation des quantités d'animaux chassables ;
  • la pertinence de l'usage de la chasse en dehors de la régulation en zone de friction avec l'homme ;
  • le comportement des chasseurs durant la chasse, comme le non-ramassage des cartouches usagées (l'enveloppe est presque toujours en plastique, et la douille en métal) ;
  • la toxicité des munitions, en particulier du plomb source de saturnisme
  • les critères de délivrance du permis de chasser ;
  • l'absence de contrôles d'alcoolémie sur les personnes armées.

Dangerosité des fusils de chasse[modifier | modifier le code]

Les armes de chasse font courir un risque relatif aux autres personnes ainsi qu'aux chasseurs eux-mêmes. Certaines critiques vont de manière générale à la banalisation des armes à feu et des accidents qu'ils occasionnent ;

  • En France, selon l'ONCFS, sur les 163 accidents de chasse de la campagne 2007/2008 en France, 10 % concernent des non-chasseurs : 1 cas mortel, 9 accidents graves et 7 accidents légers[24])
  • Au Québec, 37 % des décès accidentels seraient causés par des armes à feu résultent d'accidents de chasse (en 1995, 49 personnes sont mortes des suites de blessures causées de manière accidentelle par des armes à feu, le nombre de blessés serait à multiplier par 13). Dans 55 % des cas la victime fait feu sur elle-même. D'autre-part, de 1974 à 1996, 55 % des homicides sont réalisés au moyen de fusil de chasse ou d'une carabine (39 % en 1996). Enfin, en 1995, moins du quart des 4000 suicidés au Canada, l'on été par une arme à feu, un fusil de chasse plutôt qu'une arme de poing[25].

Impacts environnementaux[modifier | modifier le code]

Vers 1875, pile de crânes de bisons destinés à la fabrication d'engrais. Parfois les cadavres étaient abandonnés dans la prairie, simplement dépouillés de leur fourrure.

L'activité cynégétique a historiquement marqué les écosystèmes et les paysages, notamment quand elle s'est accompagnée de l'usage du feu, des chiens ou de rapaces dressés, du piégeage et du poison.

Si une espèce comme le tigre à dents de sabre semble avoir naturellement disparu, de nombreuses espèces pourraient avoir brutalement disparu du fait de la chasse, bien avant l'extension de l'agriculture et des villes, dans l'hémisphère nord, en Australie et sur un certain nombre d'îles. L'archéologie préhistorique et la paléontologie montrent que ces extinctions ont commencé par la disparition des gros animaux (dont en Europe mammouth, éléphant, ours des cavernes, lion des cavernes, megaloceros, etc.). Ces extinctions ont coïncidé avec l'extension des populations de l'homme de Cro-Magnon très habiles dans l'usage du silex, du propulseur de sagaies, de l'arc, et peut-être de techniques de piégeage et d'empoisonnement.

En Europe de l'Ouest, à la fin du Moyen Âge, la plupart des grands mammifères (cerf, chevreuil, aurochs, bison, renne, etc.) étaient en régression, hormis dans les forêts royales et les zones reculées. Même les gens d'église pouvaient pratiquer la chasse comme le rappelle un parchemin du moine Abélard qui interdit aux moines qu'il a sous son autorité de chasser l'ours plus de deux jours par semaine. Un menu commun de banquet de Louis XIV pouvait comprendre 300 oursons farcis.

Après la révolution française qui a démocratisé la chasse, les grands mammifères chassés et les oiseaux ont encore fortement régressé, disparaissant de régions entières (ou totalement pour l'aurochs) et partout hors des zoos puis des anciennes forêts royales de Pologne.

En Amérique du Nord, l'utilisation généralisée des fusils a très rapidement provoqué la régression d'espèces telles que le bison des prairies et la disparition totale des pigeons migrateurs qui par vols de millions d'oiseaux pouvaient obscurcir le ciel et cacher le soleil il y a deux siècles à peine. L'abattage systématique des bisons était plus politique que du fait des chasseurs, dans le but avoué d'affamer les indiens.

Ce n'est qu'à partir des années 1960/1970 qu'à la suite d'une évolution de la réglementation favorisée par la prise de conscience d'une part croissante de la population, à la suite des plans de chasse, et grâce à une alimentation artificielle dite « agrainage » que ces populations se sont reconstituées, sur des bases génétiques appauvries, et dans le cas du sanglier après croisements avec des cochons, mais non sans succès quantitatifs, parfois au point de faire d'importants dégâts dans les cultures ou dans les forêts surexploitées, posant des problèmes dits de déséquilibres sylvocynégétiques. Les populations humaines des régions tropicales et équatoriales, hormis sur les îles, ne semblent pas avoir fait disparaître d'espèces par la chasse, alors que les disparitions et régressions ont été très significatives dans les zones tempérées de l'hémisphère nord et en Australie.

Toutefois l'amélioration apparente de certaines populations d'espèces chassables pose le problème de leur qualité génétique et sanitaire lorsque des repeuplements issus d'animaux d'élevage ont été réalisés.

À la fin du XXe siècle, dans plusieurs pays a émergé un courant en faveur d'une chasse écologiquement responsable, représenté par l'ANCER (très minoritaire) en France.

Il existe d'autres mouvements qui affichent une hostilité délibérée à toute forme de chasse. Par ailleurs, l'image de la chasse est extrêmement négative auprès d'un large public à majorité principalement urbaine tournée vers une idée anthropomorphique de la nature et à des lieux de la connaissance du terrain contrairement aux chasseurs.

L'utilisation de métaux lourds[modifier | modifier le code]

Un autre problème est l'utilisation massive et encore préférentielle de munitions toxiques (au plomb) contenant des amorces composées de métaux lourds. Ce plomb est notamment à l'origine d'un problème grave et avéré de saturnisme aviaire malgré une évolution vers la substitution des cartouches au plomb par des munitions moins toxiques depuis les années 1980 dans certains pays et pour certains types de chasse. Dans plusieurs pays, la chasse avec des cartouches de plomb est interdite sur toutes les zones humides (étangs, rivières, marais, littoral…) ; les chasseurs ont l'obligation, dans ces zones, d'utiliser des cartouches de billes d'acier, ou d'alliages à base de bismuth ou de tungstène.

Le plomb, très polluant, notamment pour les plans d'eau et la chaine alimentaire (les cartouches à plomb ne sont interdites d'usage en France que depuis 2005, et uniquement pour un chasseur tirant vers une zone humide ou dans une zones humides, mais des dizaines de milliers de tonnes de billes de plomb sont encore présentes dans les sols et sédiments, facteur de saturnisme aviaire) ;

Chasse et santé[modifier | modifier le code]

Le chasseur est plus exposé que la moyenne à plusieurs risques sanitaires, notamment dans certaines régions à risque, s'il dépèce lui-même et sans précaution son gibier, s'il ingère une viande mal cuite (trichinose), s'il pratique des modes de chasse où l'on est couché au sol, en forêt. Le contact avec l'animal ou avec des chiens infectés est également une source de risques sanitaires.

Les principaux risques sont :

Dégâts du gibier[modifier | modifier le code]

Certaines espèces-gibier favorisées par l'agrainage et certains plans de chasse (sanglier, chevreuil, lièvre, lapin) peuvent localement proliférer et/ou causer des dégâts dans les forêts, les champs et les jardins, et poser des problèmes juridiques et contentieux, économiques, sanitaires et sécuritaires[27]. En France, les fédérations de chasseurs, via les cotisations contribuent à l'indemnisation de certains de ces dégâts (actuellement plus marqués dans l'est et le centre-nord de la France). À la suite de « signaux inquiétants tels que l'augmentation constante du montant des indemnisations payées par les fédérations départementales des chasseurs au titre des dégâts de gibier, la dégradation croissante des peuplements forestiers par les cervidés, les difficultés rencontrées par les agriculteurs et notamment par les éleveurs dont les prairies sont parfois fortement endommagées par les sangliers, et enfin la présence indésirable de ces espèces en milieu urbain ou péri-urbain ou sur les voies de circulation (...)grandissante quant à l'existence de liens entre certaines épizooties touchant notamment les bovins et les porcins », en 2012, en s'appuyant notamment sur un « plan sanglier » engagé en France en 2009, le CGEDD a formulé[28] 10 recommandations de révision des politiques concernant ces dégâts [29]. Le CGEDD propose notamment d'interdire l'agrainage, sauf si son utilité est démontrée, d'améliorer les dispositions existantes et « rendre possible l'indemnisation des dégâts forestiers »[27].

En France[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Chasse en France.

Les chasseurs[modifier | modifier le code]

Les chasseurs sont pour la plupart des inactifs (30 %), des ouvriers (26 %) et des agriculteurs (12 %). Les agriculteurs et les patrons de l'industrie et du commerce sont les catégories socioprofessionnelles où la proportion de chasseur est la plus importante. L'âge moyen des chasseurs est de 50 ans et augmente d'année en année. 73 % des chasseurs sont fils de chasseur, ce qui démontre des traditions cynégétiques familiales affirmées. Les motifs de satisfaction recherchés dans la chasse sont le contact avec la nature, le travail du chien, la pratique d'un loisir entre amis. Passent en second, la gestion d'un territoire, la protection des cultures et forêts, le tableau de chasse. Enfin la chasse est une activité quasi-exclusivement masculine (99 %)[30].

La législation française[modifier | modifier le code]

L'ouverture de la Chasse, peinture de Buss reproduite en estampe dans Les Musées chez soi
Article détaillé : Droit de la chasse en France.

Avec la Révolution française, la chasse s'est popularisée en Europe. Avec les vagues de colonisations, les modes de chasse par arme à feu se sont développées sur tous les continents et elle reste une pratique plutôt rurale, qui tend à être de plus en plus encadrée (permis de chasser, licence, plans de chasse, droits de chasse…) qui alimente une économie importante (jusqu’à 70 % des revenus forestiers et couramment au moins 50 % en France).

En France, le privilège du droit de chasse de la noblesse instauré par une ordonnance de 1396, relayé ultérieurement par un droit de chasse exclusif du propriétaire terrien et la constitution de vastes réserves de chasse pour « les plaisirs du roi » (les capitaineries) constitueront les règles essentielles pendant près de quatre siècles jusqu'à la Révolution, conduisant à l'abolition des privilèges dans la nuit du 4 août 1789.

Le droit de chasse exclusif est aboli à la suite de cette nuit du 4 août : le principe de la liberté de chasser se substitue au droit exclusif, même si le droit de chasse continue à être considéré comme un attribut du droit de propriété. En application de ce principe, le Parlement adoptera en 1844 une solution de compromis qui permet à tous de chasser avec l'accord tacite du propriétaire.

La loi du 3 mai 1844 constitue encore, à l'heure actuelle, le fondement de l'organisation de la chasse dans son ensemble. Elle considère le gibier comme objet de prélèvement car nul ne songeait à l'époque à la gestion des effectifs, ni à la protection des biotopes. Cette législation a largement perduré depuis, complétée par diverses dispositions adoptées au cours du XXe siècle.

Cette loi a notamment interdit le droit à chasser avec des lévriers.

En droit, la chasse est définie comme un prélèvement artificiel sur la faune terrestre. La loi dite Verdeille définit l'acte de chasse comme « tout acte volontaire lié à la recherche, à la poursuite ou à l'attente du gibier ayant pour but ou pour résultat la capture ou la mort de celui-ci » (article L.420-3 du code de l'environnement).

En 2010, est publié au Journal officiel un décret créant une contravention de cinquième classe pour obstruction à un acte de chasse, passible de 1 500 euros d'amende[31].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, Présentation du fond historique de l'IGN, consulté 2011-12-07
  2. J. Perrève (1845), Traité des délits et des peines de chasse dans les forêts de l'Etat, les propriétés de la liste civile, des communes, des établissements publics et des particuliers, chez P. A. Manceron, 1845 - 464 pages - 464 pages
  3. [PDF] Codex alimentarius.
  4. Binford, L.R. (1981) - Bones : ancient men modern myths, New York, Academic Press.
  5. Brain, C.K. (1981) - The Hunters or the hunted ? An introduction to African cave taphonomy, Chicago, University of Chicago Press, 365 p.
  6. Shipman, P. (1986) - « Scavenging or hunting in early hominids : theoretical framework and tests », American Anthropologist, 88, p. 27-43.
  7. Joulian, F. (1993) - « Chasse, "charognage" et hominisation », Préhistoire Anthropologie Méditerranéennes, 1993, p. 7-14.
  8. Brugal, J-P. et Jaubert, J. (1991) - « Les gisements paléontologiques pléistocènes à indices de fréquentation humaine : un nouveau type de comportement de prédation ? », Paléo, no 3, p. 15-41.
  9. Jaubert, J., Kervazo, B., Brugal, J.-Ph., Chalard, P., Falguères, Ch., Jarry, M., Jeannet, M., Lemorini, C., Louchart, A., Maksud, F., Mourre, V., Quinif, Y. et Thiébaut, C. (2005) - « Coudoulous I (Tour-de-Faure, Lot), site du Pléistocène moyen en Quercy. Bilan pluridisciplinaire », in: Données récentes sur les modalités de peuplement et sur le cadre chronostratigraphique, géologique et paléogéographique des industries du Paléolithique inférieur et moyen en Europe, Molines, N., Moncel, M.-H. et Monnier, J.-L., (Éds.), BAR International Series 1364, Actes du Colloque International de Rennes, 22-25 septembre 2003, p. 227-251.
  10. Jaubert, J., Lorblanchet, M., Laville, H., Slott-Moller, R., Turq, A. et Brugal, J.-Ph. (1990) - Les chasseurs d'Aurochs de La Borde - un site du Paléolithique moyen (Livernon, Lot), Paris, MSH, Documents d'Archéologie Française no 27, 157 p.
  11. Farizy, C., David, F. et Jaubert, J. (1994) - Hommes et bisons du Paléolithique moyen à Mauran (Haute-Garonne), Paris, CNRS, XXXe supplément à Gallia Préhistoire, 267 p.
  12. Isaac, G.L. (1968) - « Traces of Pleistocene hunters : an East African example », in: Man the hunter, Lee, R.B. et Devore, I., (Éds.), Chicago, Aldine, p. 253-61.
  13. a, b et c Andrée Corvol, Histoire de la chasse, éditeur Perrin, 2010
  14. Jérôme Buridant, "La forêt et la chasse au XVIe siècle", in : Claude d'Anthenaise, Monique Chatenet, Chasses princières dans l'Europe de la Renaissance, Paris : Actes sud, 2007, p. 159-178.
  15. D'où le dicton : « Au sanglier, blessure de barbier, au cerf blessure de bière »
  16. La célèbre comptine de Jean-Jacques Debout et Roger Dumas « Le lapin » interprétée par Chantal Goya en constitue un des multiples avatars
  17. Ovide, Le métamorphoses, III. Cité dans Jacques Désautels. Dieux et mythes de la Grèce ancienne: la mythologie gréco-romaine. Presses Université Laval, 1988
  18. a, b et c Jean Wirth, Isabelle Engammare. Les marges à drôleries des manuscrits gothiques, 1250-1350. Librairie Droz. Consulter en ligne
  19. a, b et c Saumade Frédéric. Chasseur, torero, boucher : le triangle sémantique du sang animal. In: L'Homme, 1995, tome 35 n°136. pp. 113-121. Consulter en ligne
  20. Annie Charlez, La chasse à l'arc évolue [PDF], Faune sauvage no 283, janvier 2009
  21. Nombre de chasseurs en fonction des pays et superficie de chasse Univers Nature
  22. Recensement des chasseurs en Europe, FACE-Fédération des associations de chasse et conservation de la faune sauvage de l'UE
  23. Exemple d'interdiction de nourrissage sur le site environnement.wallonie.be
  24. « Accidents de chasse », Ligue ROC (consulté le 31 août 2011)
  25. Ministère de la Justice du Canada, Armes à feu, décès accidentels, suicides et crimes violentss. Centre canadien des armes à feu. Consuter en ligne
  26. http://www.oncfs.gouv.fr/Espace-Presse-Actualites-ru16/Bilan-des-accidents-de-chasse-saison-2011-2012-news1315
  27. a et b Ministère de l'Écologie, Les dégâts de grand gibier, 19 mars
  28. Pierre Rathouis, coordonnateur, Armelle de Ribier, Jean Lévêque, CGEDD, Michel de Galbert, Alain Monnier, CGAAER Rapport no 007966-01 "Mission sur les dégâts de grand gibier" (PDF, 1,4 Mo) rendu en janvier 2012, publié le 19 mars 2012, consulté 2012-03-22
  29. Propositions pour une politique territoriale efficace. Face au développement non maîtrisé du grand gibier et des dégâts qu'il occasionne, le CGEDD propose la mise en place d'une politique territoriale qui permettrait un retour à la normale dans les trois à cinq ans (selon Actu-Environnement), 21 mars 2012
  30. Données sociologiques de la chasse sur le site de l'office nationale de la chasse et de la faune sauvage
  31. Décret no 2010-603 du 4 juin 2010 créant une contravention pour obstruction à un acte de chasse

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Aspects historiques[modifier | modifier le code]

  • Andrée Corvol, Histoire de la chasse : L'Homme et la Bête, Perrin, 2010.
  • Lucien Jean-Bord, Jean-Pierre Mugg, La chasse au Moyen Age : Occident latin, VIe-XVe siècle, éditions du Gerfaut, 2008.
  • Philippe Salvadori, La Chasse sous l'Ancien Régime, Fayard, 1996.
  • Andrée Corvol (collectif) Forêt et chasse Xe-XXe siècle, L'Harmattan, 2005.
  • P.L. Duchartre, La Chasse, NRF la Galerie Pittoresque. Gallimard 1958. 126 gravures.

Aspects techniques[modifier | modifier le code]

  • Xénophon, L'Art de la chasse, Belles Lettres, 1970.
  • Arrien & Oppien d'Apamée, L'art de la chasse, Belles Lettres, 2009.
  • Jacques du Fouilloux, La Vénerie, 1573. Fac-similé : Éditions Roger Dacosta, Paris, 1979.
  • Gérard Henrotin, Les fusils de chasse à percussion et à broche expliqués", Éditions H&L HLebooks.com - 2010
  • J.-L. de Waziers, La chasse. Fusils, chiens et gibiers, Coll. Chasse et Pêche, Paris, Flammarion, 1967, 281p.

Aspects artistiques[modifier | modifier le code]

  • Dominique Venner, Les Beaux-arts de la chasse, Editions Jacques Grancher, 2014.
  • Claude d'Anthenaise, Le livre de chasse de Gaston Phébus, Bibliothèque de l'Image, 2003.
  • Bénédicte Pradié-Ottinger, L'Art et la Chasse, La Renaissance du Livre, 2002.
  • Paul Cunisset-Carnot
    • Du Lièvre (1888)
    • Flâneries d'un chasseur (1905)
    • La Chasse à tir (1911)
    • Pour les chasseurs. Faites bien vos cartouches ! Calmez vos nerfs ! (1908)
    • L'examen du permis de chasser (2011)

Aspects philosophiques et mythiques[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]