Eustache de Rome

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Eustache.

Eustache (mort vers 118) est le nom d'un saint martyr de l'église catholique. Selon le récit de sa passion[1], il aurait été martyrisé à Rome sous Trajan ou sous Hadrien, avec sa femme et ses deux fils. Il aurait eu d'abord le nom de Placide et il aurait reçu, après sa conversion, ce nom d'Eustache ou Eustathe (c.-à-d. « Constant »). On le fête à Rome le 20 septembre[2]. La Vie de ce martyr apparaît uniquement à partir du VIIIe siècle et serait, selon le médiéviste Alain Boureau, une création de l'époque carolingienne. Les actes de ce saint ont été publiés en grec par François Combefis, Paris, 1660 et traduits en français par le père Le Sueur.

La légende du cerf[modifier | modifier le code]

Le miracle de saint Eustache (miniature du XIIIe siècle)

Un jour que Placide allait chasser en forêt, avant sa conversion, il rencontra une harde de cerfs, dont un lui parut plus grand et plus beau que les autres. Il s'approcha pour le tuer, et s'aperçut qu'il portait entre ses bois un crucifix qui se mit à lui parler, en lui disant qu'il venait pour le sauver. Devant ce miracle, ayant reconnu qu'il s'agissait du vrai Dieu, Placide se convertit avec sa femme et ses deux fils. La nuit même, ils se firent baptiser par l'évêque de Rome. Placide s'appela dès lors Eustache.

Le même miracle a été attribué ultérieurement à saint Hubert, devenu patron des chasseurs.

Attributs[modifier | modifier le code]

Saint Eustache est, comme saint Hubert, représenté avec un cerf portant un crucifix ou une croix entre les bois. On peut cependant l'en distinguer : Eustache a un uniforme, parfois incomplet, de soldat[3]. Il est également représenté accompagné d'un taureau d'airain rougi au feu en rappel de son martyre[4].

Source[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. grandes douleurs, souffrance, par analogie à la Passion du Christ
  2. « Saint Eustache », sur Nominis
  3. Des Graviers et Jacomet, Reconnaître les saints : Symboles et attributs, Massin,‎ 2006 (ISBN 2-7072-0471-4)
  4. Rosa Giorgi, Les Saints, Guide des arts Hazan,‎ 2003 (ISBN 2-85025-856-3)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Boureau, « Placido Tramite. La légende d'Eustache, empreinte fossile d'un mythe carolingien », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 37e année, no 4,‎ 1982, p. 682-699 (lien DOI?, lire en ligne)
  • Catherine Talbotier, « La légende d’Eustache-Placide », e-Spania, no 7,‎ juin 2009 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

L'histoire d'Eustache est rapportée dans La Légende dorée de Jacques de Voragine