Cligès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cligès
ou
la Fausse Morte
Auteur Chrétien de Troyes
Genre Roman courtois
Pays d'origine France
Date de parution XIIe siècle
Chronologie
Précédent Érec et Énide Lancelot ou le Chevalier de la charrette Suivant

Cligès ou la Fausse Morte est le deuxième roman courtois de Chrétien de Troyes, écrit après Érec et Énide vers 1176. Cette œuvre rédigée en vers octosyllabiques nous est connue par sept manuscrits différents et des fragments[1]. Il fait partie de la forme romanesque que Chrétien de Troyes développe en tant qu'invention. Avec la démarche du nouveau, Chrétien de Troyes sort du principe de l'épopée, raconter l'histoire, et crée le principe du roman moderne, raconter une histoire.

Chrétien aurait été inspiré par l'ambassade byzantine en 1171 à la cour De Frédéric Barberousse à Cologne[2].

Fils d’Alexandre et de Soredamor, petit-fils de l’empereur Alexandre de Constantinople, Cligès serait le neveu de Gauvain. Neveu d’Alis de Constantinople, il tombe amoureux de sa tante Fénice.

Ce personnage est également cité dans La Vie de Caradoc, le Roman de Jaufré, Les Merveilles de Rigomer et Méraugis de Portlesguez.

Résumé[modifier | modifier le code]

Un jeune homme vit en Grèce et descend de la lignée du roi Arthur. Il est le fils d'un empereur riche et puissant, Alexandre qui possède la Grèce et Constantinople et d'une noble impératrice, Tantalis. Il s'appelle Alexandre et son beaucoup plus jeune frère se nomme Alis. Pour acquérir gloire et renom, Alexandre fils veut se rendre auprès du roi Arthur en Bretagne. Alexandre père accepte, il l'adoube et lui donne tout ce dont il a besoin : bons chevaux, vêtements de soie...

Ils naviguent durant avril et mai et arrivent à Southampton, en Angleterre. Ils se déplacent jusqu'à Winchester où se trouve le roi Arthur qui acceptent les Grecs dans sa cour.

À cette époque le roi Arthur veut se rendre en Bretagne et confie l'Angleterre au comte Angrès de Windsor. Sur le bateau naviguant vers la Bretagne se trouvent le roi, sa nièce Soredamor et ses demoiselles et les Grecs. Alexandre aime Soredamor et Soredamor aime Alexandre mais aucun n'ose regarder l'autre.

Au début d'octobre des messagers arrivent pas Douvres de Londres et de Canterbury pour annoncer au roi Arthur que le comte Angrès de Windsor était un traître : il entend lui disputer ses terres. Arthur réunit une immense armée pour laquelle Alexandre veut se faire chevalier. Les rois leur donne des armes à lui et à ses compagnons. Lorsqu'elle apprend cette nouvelle la reine décide d'offrir une contrepartie à Alexandre. Elle lui offre une chemise de soie blanche sur laquelle Soredamor a entrecroisé, aux deux manches et au col, un des ses cheveux avec les fils d'or.

Le roi et l'armée vont à Windsor et n'ont pas d'autre choix que de camper au bord de la Tamise car le châteaux du traître a été renforcé. Mais Alexandre voit des chevaliers qui joutent sous ses yeux et sans armures, il décide de s'affronter à eux. Alexandre et ses compagnons désarçonnent treize chevaliers et ramènent quatre chevaliers dont il fait don à la reine car il sait que le roi les ferait pendre. Mais pour finir ils tombent tout de même entre les mains du roi qui décide que des traîtres doivent être traînés. Le comte Angrès est rempli de colère lorsqu'il voit ses amis traînés autour du château. Alexandre rend visite tous les soirs à Soredamor. Ce soir-là, la reine découvre le cheveux d'or sur le poignet d'Alexandre.

Durant la nuit, les soldats du traître sont surpris par les guetteurs du roi et tous partent en vitesse s'armer. Alexandre a alors une idée de génie : prendre les écus et des lances aux traîtres qu'ils ont tués pour pouvoir entrer dans le château. À peine entrés les Grecs surprennent les traîtres désarmés et en tuent 31 d'un coup. Alexandre fait quelques prisonniers dont le comte. Tous font l'éloge d'Alexandre et pour se faire la reine réunit Alexandre et Soredamor et on célèbre leur noces le jour même, à Windsor. En un même jour Alexandre obtient trois honneurs : le château qu'il prit, la promesse que fit le roi de lui donner le royaume de Galles et son mariage avec Soredamor. De cette alliance naît Cligès.

Dans l'intervalle, l'empereur de Grèce meurt mais une tempête surprend les messagers qui devaient aller chercher Alexandre en Bretagne. Un seul messager survit et raconte le mensonge qu'Alexandre aurait également péri dans le naufrage. Ils prennent alors Alis, son petit frère, et le couronnent. Alis reçoit l'Empire de Grèce et Alexandre ne tarda pas d'apprendre la nouvelle. Il ne veut pas se battre avec son frère mais seulement négocier.

Il emmène Soredamor et Cligès et arrive, un mois plus tard, dans le port d'Athènes. Alis laisse Alexandre gouverner tout le pays mais demande à garder le nom d'empereur. Alexandre est d'accord si et seulement si Alis promet de ne jamais prendre d'épouse pour que Cligès puisse hériter du trône. Alis promet solennellement de ne jamais prendre de femmes. Alexandre meurt peu après et Soredamor également à cause de son trop grand chagrin.

Les conseillers d'Alis le forcent à prendre une femme et il accepte car il a oublié sa promesse. Ils partent en Allemagne et vont jusqu'à Ratisbonne. L'empereur d'Allemagne est heureux de leur accorder sa fille, Fénice Bien qu'il l'ait déjà promise au duc de Saxe. Alis décide donc d'envoyer ses meilleurs chevaliers combattre en Allemagne et prend avec lui son neveu. Ils rencontrent la jeune fille à Cologne et Cligès en tombe fou amoureux mais Fénice est destinée à son oncle. Cligès se bat contre le neveu du duc de Saxe qui lui mande Fénice. Cligès le renverse et Fénice, qui a assisté au combat, est sous le charme de Cligès.

Le soir des noces, Thessala, la gouvernante de Fénice, fait un philtre pour qu'Alis ne prenne jamais aucun plaisir de Fénice mais qu'il rêve éveillé en s'imaginant avec elle.

Lorsqu'ils rentrent, les Saxons leur tendent une embuscade et ils enlève Fénice car les Grecs sont occupés à se battre. Seul Cligès remarque sa disparition et il part, seul, abattre les Saxons et ramener Fénice. Le duc défie à nouveau Cligès qui arrive à mettre le duc en mauvaise posture durant le combat, ils s'accordent et le duc rentre en Saxe.

Cligès veut aller en Grande-Bretagne, comme son père, car il le lui avait promis et son oncle accepte. Cligès prend des biens et des compagnons et quatre chevaux de couleurs différentes : blanc, alezan, fauve et noir.

Ils passent la mer et arrivent à Wallingford. Cligès se rend tout de suite au tournoi de Oxford. Il porte son armure et ses armes noires et son cheval de même couleur. Il gagne Sagremor. À la nuit tombée, sans être vu, il rentre dans son logis et cache les armes noires puis expose les vertes. Tout le monde parle du chevalier noir et tous dont le roi Arthur le recherchent activement.

Le lendemain, Cligès, en vert, vainc Lancelot du Lac et cache à nouveaux les armes vertes et sort l'armement vermeil. Cligès, dans son armure vermeille, abat Perceval le Gallois. Le soir il cache ces armes et sort les blanches mais les chevaliers se rendent compte que tous ont été vaincus par un seul et même homme. Le lendemain Gauvain veut l'affronter mais le roi vient les séparer car il ne veut qu'aucun ne se blesse. Il invite Cligès à sa cour et il le suit. Il accomplit de nombreus exploits chevaleresques et le roi le chérit. Il ne peut cependant rester plus longtemps loin de Fénice et rentre en Bretagne.

Longtemps après être arrivé, il rend régulièrement visite à Fénice et tous deux décident de ne pas vivre leur amour comme Tristan et Yseut. Ils feignent un plan pour lequel Fénice demande l'aide de Thessala et Cligès celui de Jean l'artisan. Au début, la reine feint d'être malade et puis fait semblant de succomber à sa maladie. Tout le royaume la pleure. Ce jour-là passent trois médecins de Salerne qui demandent à la voir : tous sont d'accord sur le fait qu'elle n'est pas morte car son cœur palpite. Ils promettent au roi de la ramener à la vie sinon ils seraient prêts à endurer de durs souffrances. Au début, les médecins lui parlent et essayent de négocier mais lorsqu'ils voient qui n'obtiendront jamais rien d'elle, il l'arrache du cercueil et la battent à coups de lanière dans son dos qui saigne. Ils lui coulent du plomb chaud et bouillant dans les paumes mais Fénice ne dit rien car elle est sous l'effet du philtre de Thessala. Les demoiselle de Fénice les surprennent et les poussent du haut de la tour : les trois traîtres meurent.

Lors de l'ensevelissement tous s'évanouissent car ils sont très tristes et Jean a le loisir de fermer la sépulture comme il l'entend c'est-à-dire afin de pouvoir la rouvrir. Le soir venu, Cligès et Jean viennent chercher Fénice, l'amènent dans sa tour secrète, tour que seule lui connaît l'entrée.

Cligès et Fénice vivent de longs mois dans la tour. Mais lorsque la belle saison revient, ils veulent sortir dans le verger. Mais un chasseur, Bertrand, qui avait égaré son épervier les surprend nus dans le lit sous l'ente. Cligès ne parvient pas à attraper Bertrand mais l'estropie.

Les amants fuient en Bretagne où ils demandent l'aide du roi Arthur qui leur promet de mettre sur pied une grande armée. Des messagers arrivent de Grèce et raconte qu'Alis était mort de tristesse après ne pas avoir retrouvé son neveu.

Les amants rentrent en Grèce où ils sont reçus dans la joie. On les couronne et célèbre leur mariage.

Analyse[modifier | modifier le code]

Dans les premiers vers du roman, Chrétien de Troyes donne les titres des œuvres qu'il a déjà écrit (Érec et Énide, Les commandements d'Ovide, L'art d'aimer, Le mors de l'épaule et La Muance de la hupe, de l'aronde et del rossignol qui sont quatre adaptations de textes d'Ovide et Du roi Marc et d'Iseult la blonde)[3].

Parmi les sources d'inspiration du roman se trouve un texte que Chrétien affirme avoir lu dans la bibliothèque Saint Pierre de Beauvais. D'autres textes ont été suggérés en tant que source comme le récit Perse Vis et Ramin[4] ou le Roman de Tristan de Thomas d'Angleterre[4].

Selon la thèse de Norris J. Lacy, les romans arthuriens de Chrétien de Troyes sont construits sous une même forme : vie apparemment heureuse du héros, crise, résolution de la crise grâce à une quête. Toutefois, le roman de Cligès ne se présente pas réellement ainsi. Il apparaît que le schéma est modifié bien qu'il existe deux parties du récit. Ici la première est un récit consacré au personnage du père, la seconde s'intéresse au fils et les deux personnage forment un coupke opposé. Le père cache son amour alors que Cligès et Fenice avouent leurs sentiments[5]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Philippe Walter, Chrétien de Troyes, Presses universitaires de France, collection Que sais-je ?, Paris, 1997, p. 58
  2. Françoise Pont-Bournez, Chrétien de Troyes : père de la littérature européenne, L'Harmattan,‎ 2010, 190 p. (ISBN 9782296125490), p. 15-16
  3. Michel Zinc, « Chrétien et ses contemporains », dans Norris J. Lacy, The Legacy of Chrétien de Troyes, Amsterdam, Rodopi,‎ 1987 (ISBN 9789062037384, lire en ligne), p. 5
  4. a et b Duggan 2001, p. 283
  5. (en) Norris J. Lacy, The Craft of Chrétien de Troyes : An Essay on Narrative Art, Brill Archive,‎ 1980, 136 p. (ISBN 9789004061910, lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • (fr) Dictionnaire Électronique de Chrétien de Troyes Le DÉCT est un outil interactif permettant d'interroger les textes (transcriptions du manuscrit P BnF fr. 794), permettant de comprendre le sens des mots grâce au lexique qui l'accompagne. LFA Université d'Ottawa / ATILF CNRS & Nancy Université