Gnou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le mammifère africain. Pour pour le projet informatique dont il est le symbole, voir GNU.

Les gnous sont les deux espèces de bovidés du genre Connochaetes. Ils sont herbivores et vivent en troupeau en Afrique. Ce sont des mammifères ongulés. On rencontre des gnous en Afrique du Sud, au Kenya et en Tanzanie. Contrairement aux apparences il s'agit bien d'une antilope.

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Physiologie[modifier | modifier le code]

  • Hauteur au garrot : 98 à 147 cm
  • Longueur du corps : 150 à 240 cm
  • Longueur de la queue : 70 à 100 cm
  • Poids des mâles : 130 à 270 kg
  • Poids des femelles : 100 à 220 kg
  • Gestation : 8 mois
  • Nombre de jeune par portée : 1
  • Longévité : environ 15-20 ans dans la nature et jusqu'à 40 ans en captivité.
  • Vitesse de course : 30 à 40 km/h en croisière sur de longues distances, les gnous bleus peuvent atteindre 73 km/h en moyenne avec des pointes maximales à 100 km/h sur de courtes distances, ils sont plus rapides que les gnous à queue blanche qui peuvent courir à 58 km/h en moyenne et 85 km/h au maximum, car ses derniers sont plus petits au garrot et d'un poids minimum équivalent par rapport à leur taille.

Les tailles et les poids indiqués ici, regroupent toutes les espèces de gnous.

Habitudes de vie[modifier | modifier le code]

Les gnous sont plutôt sédentaires, sauf si la nourriture devient insuffisante. Ils effectuent alors des migrations saisonnières importantes. Durant ce voyage des zèbres, gazelles et élands les accompagnent, formant des rassemblements de plus de deux millions de têtes.

La femelle du gnou est encore appelée la maroufle, et les petits sont des gaous. Les gaous naissent généralement en février. Ils deviennent alors une proie facile pour les prédateurs, bien qu'ils soient capables de courir seulement trois minutes après leur naissance, sitôt débarrassés du placenta.

Pour séduire les femelles, les gnous poussent des sortes de coassements, et se battent entre eux. Lorsqu'un mâle est très dominant, il peut s'accoupler avec cent cinquante femelles environ.

La viande de gnou est très appréciée des peuples autochtones. Elle est tendre et légère. Les cornes sont parfois utilisées pour la sculpture ou encore pour leur qualité (réputée) aphrodisiaque.

Les gnous sont la proie des lions, des hyènes, des lycaons et des léopards. Les guépards chassent les nouveau-nés et les jeunes de 6 mois. Les gnous en migration se rassemblent pour traverser les cours d'eau, et représentent ainsi un terrain de chasse exceptionnel pour les espèces alors concurrentes. Lors de leur traversée des cours d'eau, beaucoup de gnous périssent, victimes notamment des crocodiles[1].

Les animaux atteints de maladies, jeunes, blessés, âgés ou une femelle au terme de sa gestation (moins rapide), sont les plus vulnérables face aux prédateurs. Les gnous en bonnes conditions physiques, les plus vigoureux sont très rapides à la course, agiles et savent très bien se défendre ou attaquer, ils peuvent être redoutables lorsqu'ils chargent en groupe. Le gnou est assez irrité et protecteur de nature.

Le gnou ressemble à la fois à une antilope avec ses grandes pattes fines qui lui permettent de courir très vite, au cheval par sa corpulence, sa crinière et sa queue et au taureau avec sa tête, ses cornes et sa charge imprévisible et brutale dès qu'il se sent menacé.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Photos d'un gnou victime de crocodiles, Kenya, Juillet 2010

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :