José Ortega y Gasset

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ortega.
José Ortega y Gasset
Picto infobox auteur.png

Philosophe occidental

Époque moderne

Jose Ortega y Gasset.jpg

José Ortega y Gasset dans les années 1920.

Naissance
Décès
18 octobre 1955 (à 72 ans)
Madrid (Espagne)
Nationalité
Œuvres principales

José Ortega y Gasset, né le 9 mai 1883 à Madrid et mort dans la même ville le 18 octobre 1955 (à 72 ans), est un philosophe, sociologue, essayiste, homme de presse et homme politique espagnol.

Biographie[modifier | modifier le code]

La formation dans l'Espagne de la Restauration (1883-1910)[modifier | modifier le code]

Son père, José Ortega Munilla, est écrivain et journaliste et dirige le supplément littéraire du journal El Imparcial ; sa mère est la fille du fondateur de ce journal, Eduardo Gasset y Artime. Ortega commence sa scolarité chez les Jésuites au Collège de Miraflores del Palo. Il étudie la philosophie à Madrid où il passe sa thèse de doctorat sur Les terreurs de l'an mil: critique d'une légende. Il découvre la pensée de Nietzsche, s’intéresse à la culture française et lit aussi les auteurs espagnols de la « Génération de 98 », ce qui le sensibilise au problème de la décadence de l’Espagne et aux moyens de sa régénération. Sa pensée est marquée par l’influence du Krausisme espagnol dont il retiendra l’idée que tout problème politique a une solution culturelle.

À la recherche de voies pour la modernisation de son pays, il part en 1905 étudier en Allemagne, successivement à Leipzig, puis à Berlin avant de s’établir à Marbourg où il découvre la philosophie néokantienne avec Paul Natorp et Hermann Cohen. Il sera par la suite très critique envers cet héritage de Kant, essayant de dépasser l’idéalisme rationaliste.

Le pédagogue social et l'homme de presse (1910-1923)[modifier | modifier le code]

Il retourne en Espagne où il est nommé en 1910 à la chaire de métaphysique à l'université de Madrid, créant ainsi un noyau d'intellectuels formant l'« École de Madrid ».

Après avoir longuement disserté sur le flamenquisme et les fêtes populaires, dont la corrida qui éloigneraient le peuple de la « vraie culture », Ortega y Gasset se décide à écrire un traité de tauromachie, qu'il n'achèvera pas. Mais c'est lui qui pousse José María de Cossío qui fera référence pendant très longtemps[1]

Ortega est un membre éminent de la Génération de 1914, qui se distingue de celle de 1898 par sa volonté de trouver des solutions concrètes à la modernisation de l’Espagne, en se dotant de tribunes journalistiques et d’organes politiques. Il fonde en 1914 la Liga de Educación Política, dont il divulgue le programme dans un retentissant discours donné au Teatro de la Comedia, intitulé « Vieja y nueva política ». Il s’y insurge contre le caciquisme et l’oligarchie caractéristiques de la vieille politique, propose « la pédagogie sociale comme programme politique » et un projet conjuguant « libéralisme et nationalisation ». Durant cette période, il fonde plusieurs revues : Faro (1908), Espãna (1915-1924), Europa (1915), El Espectador, dont il est l’unique rédacteur, puis El Sol, grand quotidien libéral, qu’il cofonde en 1918 avec Nicolás María de Urgoiti, et dont il sera l’éditorialiste jusqu’en 1931.

Le développement de la raison vitale (1923-1930)[modifier | modifier le code]

Suite au demi-échec que connaît la Liga de Educación Política, à la triple crise institutionnelle, militaire et ouvrière qui agite l’Espagne en 1917, et au coup d’État du général Primo de Rivera en 1923, il se retire provisoirement de la politique. Sa pensée politique prend alors un virage plus conservateur : il analyse avec inquiétude l’émergence de la société de masses, car selon lui l’évolution sociale est le fruit de l’action d’une minorité culturelle (et non économique), une sorte d’aristocratie de l’effort dont les valeurs sont menacées par l’uniformisation culturelle et le nivellement par le bas. Sa conception de l'élite a parfois été comparée à celle des italiens Mosca ou Pareto. Durant les années 1920, Ortega se consacre à la philosophie, rédigeant d’importants essais comme España invertebrada (1921), El Tema de nuestro tiempo (1923), La deshumanización del arte (1925), Mirabeau o el político (1927), ¿Qué es filosofía? (1929), La rebelión de las masas (1930), Misión de la universidad (1930)… C’est l’époque de la maturité, où il expose sa théorie de la raison vitale, influencée notamment par Dilthey et Simmel, et qui propose le dépassement de l’idéalisme et du vitalisme grâce à la méthode du perspectivisme : la vie humaine, insérée dans sa « circonstance », ne peut être saisie qu’au moyen d’une raison épousant les contours fluides de la vie elle-même.

Ortega fonde en 1923 la revue scientifique Revista de Occidente, grâce à laquelle il souhaite divulguer au public espagnol le meilleur de la pensée européenne de son temps. En 1924, il fonde la maison d’édition de la Revista de Occidente qui traduira et publiera les plus grands scientifiques et intellectuels européens de l’époque. Il voyage en Argentine en 1916 et 1928, où il jouit d’un succès notable. Il y rencontre Victoria Ocampo et lui inspire en partie l'idée et le graphisme de la revue Sur.

De l'engagement républicain à l'exil (1931-1945)[modifier | modifier le code]

Son opposition au régime de Primo de Rivera se précise à la fin des années 1920 et il condamne le régime à l’aide d’une formule restée célèbre : « Delenda est Monarchia », qui marque son engagement pro-républicain. En 1931, il fonde avec Gregorio Marañón et Ramón Pérez de Ayala le parti de centre-droit Agrupación al Servicio de la República(ASR), qui formera un petit groupe aux Cortès et participera à la rédaction de la Constitution espagnole de 1931. Très rapidement, il est déçu par la tournure radicale que prend la Seconde République espagnole. Fin décembre 1931, il dissout l’ASR et en 1933 se retire définitivement de la vie politique.

Dès le début de la Guerre civile espagnole, faisant l’objet de menaces dans les deux camps, il fuit vers la France où il reste jusqu’en 1939, avant de se réfugier en Argentine puis au Portugal. Bien qu'il ne l'ait jamais annoncé publiquement, sa sympathie allait plutôt au camp franquiste pendant la guerre civile, comme le révèle sa correspondance privée. Il rejette en fait à la fois le fascisme et le communisme, mais redoute par-dessus tout ce dernier, car il assimile l'esprit révolutionnaire à l'idéalisme rationaliste, et considère que « l'action directe », moyen d'expression privilégié par les masses (ouvrières) est illégitime et violente. Il a donc choisi le camp de « l'ordre » contre celui de la « révolution », et semble, dans un premier temps du moins, s'être trompé sur les intentions réelles de Franco et la nature du régime qu'il souhaitait implanter en Espagne.

Malgré l’exil, la maladie et les difficultés financières, Ortega poursuit son œuvre philosophique en développant la théorie de la raison historique, prolongement de la raison vitale, avec des cours et des articles souvent recueillis sous forme d’ouvrages comme En torno a Galileo (1933), Historia como sistema y Del imperio romano (1940), Sobre la razón histórica (1940-1944), Una interpretación de la historia universal (1948).

Dans ses travaux des années 1940, Ortega s'emploie à contester la légitimité des dictatures militaires, notamment au moyen d'analyses historiques. Ces travaux peuvent être considérés comme le témoignage d'une certaine « résistance silencieuse » au régime de Franco, qui reste néanmoins prudente : le philosophe souffre de l'exil et semble avoir fait, par son silence politique, une sorte de concession au régime pour pouvoir revenir dans son pays.

Un philosophe sous Franco (1946-1955)[modifier | modifier le code]

Il revient d’exil en 1946, pensant que la victoire alliée dans la Seconde Guerre mondiale impliquerait un changement d’orientation politique du franquisme. Il donne des conférences et fonde l’Institut d’Humanités (1948-1950) avec son disciple et ami Julián Marías, essayant de retrouver une place sur la scène intellectuelle espagnole ; mais il se heurte à l’indifférence des nouvelles générations, à l’hostilité des secteurs d’opinion catholiques (qui ne lui ont jamais pardonné son non-catholicisme) et franquistes (qui lui reprochent son passé républicain). « Exilé intérieur » dans son propre pays, il gagne en revanche une notoriété internationale : entre les années 1950 et 1955, il voyage en Angleterre, en Allemagne, ou aux États-Unis. Ses derniers textes, et notamment la conférence qu'il donne à l'Université libre de Berlin en 1949, intitulée Meditacion de Europa, sont une véritable profession de foi européiste. Convaincu qu'il existe déjà une société européenne, unifiée culturellement et socialement, il pense que l'union juridico-politique en est une conséquence logique. Dès 1930, Ortega pariait sur l'idée « d'États-Unis d'Europe » pour surmonter à la fois les limites de la démocratie parlementaire et l'écueil de l'autoritarisme.

Il meurt relativement isolé et incompris, le 18 octobre 1955. Des funérailles laïques sont officieusement organisées par les étudiants qui accourent en masse à ce qui est la première manifestation publique du régime franquiste. Cette commémoration, et la répression qui s’ensuit, seront à l’origine du mouvement de protestation universitaire de 1956, qui marque la première crise du régime et le début d’une nouvelle phase du franquisme.

La pensée libérale d’Ortega y Gasset sera revendiquée plus tard par plusieurs intellectuels franquistes qui s’opposeront progressivement au régime et se convertiront à la démocratie au moment de la transition démocratique espagnole. Son épouse Rosa est morte en 1980 à 96 ans.

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

Jusqu'à récemment, les 12 volumes des Obras completas publiées en 1983 par la Revista de Occidente, Madrid, était l'édition de référence des œuvres d'Ortega.

Une nouvelle édition des Œuvres complètes en dix tomes, entièrement révisée, corrigée, et soumise à des critères d'édition scrupuleux est en cours de publication par la Fondation Ortega y Gasset chez l'éditeur espagnol Taurus. Neuf volumes (les six premiers recueillent les œuvres publiées de son vivant, jusqu'en 1955; les trois suivant réunissent des textes inédits de son vivant, écrits entre 1902 et 1948, et publiés à titre posthume) ont paru à ce jour. Le dernier complètera la série de textes inédits.

Parmi les principaux travaux d'Ortega, citons :

  • Méditations sur Don Quichotte (1914)
  • L'Espagne invertébrée (1921)
  • Le thème de notre temps (1923)
  • La déshumanisation de l'art et Idées sur le roman (1925)
  • La révolte des masses (1929)
  • Mission de l'université (1930)
  • La rédemption des provinces et la décence nationale (1931)
  • Autour de Galilée (1933)
  • L'histoire comme système (1935/1941)
  • De l'Empire romain (1941)
  • La raison historique (1940-1944) ;
  • Une interprétation de l'histoire universelle (1948)
  • L'idée de principe chez Leibniz (1947) ;
  • L'homme et les gens (1949)

Œuvres disponibles en français[modifier | modifier le code]

Peu d'œuvres du philosophe espagnol ont fait l'objet de traductions en français. Une édition de ses œuvres complètes (au critère thématique et non chronologique) a commencé chez Klincksieck, mais elle s'est interrompue au troisième volume. En revanche Ortega a été traduit dans de nombreux autres pays : Allemagne, Angleterre, Portugal, Brésil, Russie...

  • La déshumanisation de l'art [suivi de Idées sur le roman et de L'art au présent et au passé], trad., étude critique et notes de Paul Aubert et Eve Giustiniani, Sulliver, Cabris, 2008, 218 p.
  • Œuvres complètes I : Qu'est ce que la philosophie ?, Leçons de métaphysique, trad. de Yves Lorvellec et Christian Pierre, Klincksieck, Paris, 1988, 363 p.
  • Œuvres complètes II : Aurore de la raison historique (Idées et croyances, Notes sur la pensée, Sur la raison historique), trad. Yves Lorvellec et Christian Pierre, Klincksieck, paris, 1988, 377 p.
  • Œuvres complètes III : Velazquez et Goya, trad. Christian Pierre, Klincksieck, Paris,1990, 339 p.
  • La révolte des masses, trad. de Louis Parrot, Stock, Paris, 1937, 207 p; rééd. Gallimard, collection "Idées NRF", Paris, 1961, 1967, 256 p; Livre Club du Labyrinthe, Paris, 1986, 308 p.
  • Ecrits en faveur de l'amour, trad. de Hélène Saint-André et Frédéric Lannaud, Distance, Biarritz, 1986, 140 p.
  • Le spectateur tenté, trad. Mathilde Pomès, Plon, Paris, 1958, 373 p.; rééd.sous le titre Le spectateur, trad. Christian Pierre, Rivages Poches, Paris, 1992, 256 p.
  • Études sur l'amour (édition à part extraite du précédent ouvrage) trad. Christian Pierre, Rivages Poche / Petite Bibliothèque, Paris, 2004, 159 p.
  • L'évolution de la théorie déductive. L'idée de principe chez Leibniz, trad. de jean-Paul Borel, Gallimard, collection NRF, Paris, 1970, 342 p.
  • Méditations sur la chasse, traduction de Charles-A. Drolet, introduction de Louis-Gilles Francoeur, Septentrion, Québec, 2006, 146 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

En espagnol, la bibliographie critique sur Ortega y Gasset compte plusieurs milliers d'ouvrages et d'articles.

  • (fr) Yves Lorvellec et Christian Pierre, Ortega y Gasset. L'exigence de vérité, Michalon, collection "Le bien commun", Paris, 2001, 119 p. (centré sur la philosophie politique d'Ortega)
  • (fr) Alain Guy, Ortega y Gasset ou la raison vitale et historique, Seghers, Paris, 1969 (résumé assez complet de sa philosophie)
  • (es) Javier Zamora Bonilla, Ortega y Gasset, Plaza&Janés, Barcelone, 2002, 653 p.
  • (es) José Luis Abellán, Ortega y Gasset y los orígenes de la transición democrática, Espasa-Calpe, Madrid, 2000, 377 p. (écrite par un éminent critique culturel espagnol, fournit des compléments sur les conséquences de la mort d'Ortega et son rôle dans la formation d'une conscience critique parmi les intellectuels espagnols sous le franquisme)
  • (es) Gregorio Morán, El Maestro en el erial, Tusquets, Barcelone,1998, 541 p. (écrite par un journaliste sur un ton moins scientifique que polémique, s'intéresse aux relations troubles d'Ortega avec le régime franquiste)
  • (fr) Véronique Flanet (dir.) et Pierre Veilletet (dir.), Le Peuple du toro : ouvrage collectif, Paris, Hermé,‎ 1986 (ISBN 2866650344)
    L'ouvrage comprend des contributions de Michel del Castillo, Jean Lacouture, Yves Harté; Jacques Durand Francisco Ruiz Miguel
  • (es) Pedro Cerezo Galán,La voluntad de aventura. Aproximamiento crítico al pensamiento de Ortega y Gasset, Ariel, Barcelone, 1984 (sur la philosophie ortéguienne, assez exhaustif et très technique)
  • (en) John Thomas Graham,Theory of history in Ortega y Gasset: «The dawn of historical reason», University of Missouri Press, Columbia, 1997 (sur la raison historique)
  • (es) Antonio Elorza, La razón y la sombra. Una lectura política de Ortega y Gasset, Anagrama, Barcelone, 2002, 2e éd. (1re éd. 1984), 252 p. (sur les aspects politiques de la pensée d'Ortega)
  • (eu) Joxe Azurmendi (en), "Ortega y Gasset" in Espainiaren arimaz, Donostia: Elkar, 2006. (ISBN 84-9783-402-X)
  • (fr) Misère et splendeur de la traduction, traduit de l'espagnol sous la direction de François Géal, Postface de Jean-Yves Masson, Paris, Les Belles Lettres, collection "Traductologiques", 2013.

Liens externes[modifier | modifier le code]