Vosegus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Vosegus (parfois Vosagus ou plus rarement Vosacius) était le nom emprunté au monde celtique rhénan au sein de l'empire romain pour désigner la chasse dans les forêts profondes. Vosegus est dans l'héritage gallo-romain un dieu topique de la faune[1]. Cette antique divinité à la fois noire et souvent invisible est dans ce sens proche d'Arduinna et Abnoba.

Description gallo-romaine[modifier | modifier le code]

Sur les rares représentations qui nous soit parvenues, Vosegus est représenté avec un arc et un bouclier, il est parfois accompagné d'un chien[2]. Un centre où Vosegus était vénéré est au voisinage de Donon, encore aujourd'hui lieu de brame des cerfs en automne. Sur ce double mont sacré ou dunum en gaulois, il y avait deux temples consacrés au culte solsticial, le solstice d'hiver sur le petit donon, le solstice d'été au (grand) Donon proprement dit. Vosegus divinité présidant à la faune ou à la vie sauvage, on dirait aujourd'hui la nature, y avait son culte[3].

Dans la religion gallo-romaine, forte du syncrétisme méditerranéen avec les cultes belges autochtones, Vosegus s'impose en dieu tutélaire de la silva Vosagum, vaste contrée forestière rassemblant le Vosges et la Vôge, dans l'est de la Gaule. Son nom est aussi attesté sur environ cinq inscriptions à l'ouest de l'Allemagne, notamment dans le continuum allemand des Basses-Vosges, ainsi que dans l'Est de la France, deux fois sous la forme Vosego Silv(estri) et une fois sous la forme Merc(urio) Vos(ego)[4].

Description locale[modifier | modifier le code]

Dieu topique à la vouge[5], juché sur un arbre et coupant les extrémités des branches vertes, l'art des conteurs vosgiens lui faisait chanter une chanson rauque, affirmant que les vents violents n'auraient plus de prises et donc ne détruiraient pas les grands arbres vénérables des forêts. La divinité modeste devenue une créature du folklore médiéval n'a gardé qu'une prégnance exclusive sur le végétal. Il n'est qu'un protecteur des arbres et par conséquent du monde végétal. C'est peut-être la fonction d'origine du dieu celtique qui a été étendue abusivement à l'époque gallo-romaine. Il serait regrettable de le confondre avec Cernunnos, le dieu celte cornu ou cocu, protecteur de la faune (mamalienne) et du renouveau vital.

Tout végétal est en pricipe immobile à la base de sa tige ou de son tronc. Il est par conséquent l'être vivant d'un lieu. Dans la tradition vosgienne, le qualificatif de l'être à la vouge est Thanne ou Dani. Le mot, probablement gaulois, est apparenté au vieux germanique danna, qui est d'abord un adverbe de lieu avant de devenir l'adverbe de temps "dann" en allemand du XIXe siècle. Le terme allemand est de même racine que l'article défini "der". Thanne ou Dane signifie un attachement inébranlable à un lieu précis, celui-là et pas ailleurs. En témoigne la dénomination toponymique de Thann, petite ville médiévale autrefois prospère sur la route qui franchissait le massif vosgien pour rejoindre Bussang et la vallée de la Moselle, le nom générique des Dani ou Danois...

Il existe une ancienne confusion perceptible entre ce terme Thanne et le vieil-haut-allemand tanna, qui a donné die Tanne, le sapin en allemand. Mais une observation attentive des rituels anciens et la différence phonétique ne peut induire en erreur. Il s'agit d'un calque gallo-romain qui a utilisé le sapin (tanna, venant de l'indo-européen dhanu-h, soit l'arc en bois de sapin soit l'attribut de Vosegus) comme symbole de Vosegus et parfois dans l'être vert à la vouge. Dans le langage des "mais", cérémonial de verdure antique et médiéval souvent associé au premier mai, la branche de sapin représente la fidélité, la foi continuée, la longévité extrême de vie ainsi que le souhait d'une bonne et longue vieillesse. L'être à la vouge patronnait cette cérémonie, allant du baptême des fontaines au nobles défilés, en passant par le langage du dônage des garçons amoureux , mais il n'incite pas à couper que du sapin, fait rare destiné à un curé exemplaire ou une vieille fille acariâtre.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Geschichte zur frühen Besiedlung des Oberrheingrabens, Geological Institute of Albert-Ludwigs-Universität Freiburg (de)
  2. Gallo-Roman Exhibition at Langensoultzbach (en)
  3. Vosegus - A Gaulish god: The Sower (en)
  4. Nicole Jufer & Thierry Luginbühl. 2001. Les dieux gaulois : répertoire des noms de divinités celtiques connus par l'épigraphie, les textes antiques et la toponymie. Editions Errance, Paris.
  5. La vouge ou vôge est une serpette destinée à couper les petits bois ou branchages.