Champagnat-le-Jeune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Champagnat.
Champagnat-le-Jeune
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Issoire
Canton Jumeaux
Intercommunalité Communauté de communes du Bassin minier Montagne
Maire
Mandat
André Bardy
2014-2020
Code postal 63580
Code commune 63079
Démographie
Population
municipale
124 hab. (2011)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 27′ 02″ N 3° 25′ 38″ E / 45.4505555556, 3.42722222222 ()45° 27′ 02″ Nord 3° 25′ 38″ Est / 45.4505555556, 3.42722222222 ()  
Altitude Min. 505 m – Max. 868 m
Superficie 9,39 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Champagnat-le-Jeune

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Champagnat-le-Jeune

Champagnat-le-Jeune est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du Parc naturel régional Livradois-Forez

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Moulin de l'engrais
  • Le Cerf
  • Champagnat-Le-Jeune
  • Champagnaguet
  • Le Cuel
  • Roussille
  • La Garde
  • Voirat
  • Freyssanges
  • La Brugère
  • Cissac
  • Mayaux
  • Cade, Bartariche, Morés, Comptain, Monteyre, Sabounière, Jimbat, Redondis, Fautilles, Bregeras, Morlin, Roveyras, Roussille, Patureaux, Laschamp, Cholay, Carteroux, Crolant, Moutonnades, Lodepin, Malaire, Fontclimorand, Colombier,
  • Le Granat, La Renardière, Rivaux de Jolly, Sanibrian, Chanaly, Les Plats, Les Plauds, Les Fauds, Croix du Cerf, La Garnasse, Les Graviéres, Le Chobas, Le Maupas, Buge vieille, La Garde, Le Flaneix, Les Roches, Les Planneaux, Les Barthes, La Moullière, La Cartade, Les Clunies, La Cone, Le chêne, Le Verdier, Les Blenes, La Pendilière, Le coudenal, Les Côtes, Les Chassagnades, Grenasse Brulée, La Béchade, Les Queyrillers, Le Peix, Le puits, Les Sagnes, Le Genest, La Farge, La Fresse, Les Blenes, La Gullière, Le Plaud, Les Batisses, La Trolle, La Lidière, Les Pachers, Le Pachers des Bœufs, Le Gour, Roche Blanche, Les Mines, Sous Le Château, Font Rouge, La Sauze, Les Rivaux, Les Martines, Les Combaries, Planat Suquet, La Bataille, La Ribeyre, La Feuille, Les Péliades.
  • Bois De La Crêpe, Bois de Char, Cote de l'engrais, Cote de Bésseyre, Suquet De Beau, Sagne Longue, Sagne Douille, Cote de Mayaux, Cote du Cerf, Combe A Talion, La Font Vieille,

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

  • église romane remaniée

Saint-Barthélemy

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Date d'élection Identité Qualité
Les données antérieures à 2001 ne sont pas encore connues.
mars 2001 André Bardy

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 124 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
711 520 574 800 639 672 705 730 760
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
749 718 676 711 663 686 645 714 702
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
715 720 633 532 448 425 394 319 286
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
251 195 158 130 119 93 119 124 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Archives[modifier | modifier le code]

  • Registres paroissiaux et d'état civil depuis : registres paroissiaux depuis 1694, mais incomplets, aux archives départementales.
  • Délibérations municipales depuis :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]