Fayet-le-Château

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fayet.
Fayet-le-Château
Blason de Fayet-le-Château
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Clermont-Ferrand
Canton Saint-Dier-d'Auvergne
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Billom-Saint-Dier
Maire
Mandat
Jacqueline Constanty
2014-2020
Code postal 63160
Code commune 63157
Démographie
Population
municipale
326 hab. (2011)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 40′ 45″ N 3° 24′ 45″ E / 45.6791666667, 3.412545° 40′ 45″ Nord 3° 24′ 45″ Est / 45.6791666667, 3.4125  
Altitude Min. 490 m – Max. 760 m
Superficie 12,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fayet-le-Château

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fayet-le-Château

Fayet-le-Château est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région d'Auvergne. Fayet-le-Château fait partie de l'aire urbaine de Clermont-Ferrand.

Géographie[modifier | modifier le code]

Fayet-le-Château se trouve sur un affleurement du socle granitique, à une altitude de 650 m. La commune compte environ 250 habitants, les Castelfayettois. Le nom du village est un dérivé de "Fagus", le hêtre, un feuillu qui abonde dans les forêts alentour.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Lieu-dit Le Cheix : un "cheix", en vieux patois local, c'était un gros bloc de granit. Ils abondent sur la colline du Cheix et dans les vallées alentour, charriés par les glaciers qui les ont abandonnés là au dégel qui a suivi la fin de la dernière période glaciaire. Le Cheix fut très longtemps un village de carriers et de tailleurs de pierre, exploitant cette ressource abondante et très demandée au cours du XIXe siècle et jusqu'au tout début du XXe (pavage de routes, trottoirs, linteaux, pierres d'angles). Cette activité a aujourd'hui totalement disparu, le village s'est transformé en lieu-dit, aujourd'hui déserté et qui ne compte plus que six maisons habitées.

Les pierres magiques : la forme de certains blocs de granit situés dans la vallée derrière le Cheix et leur volume (certains dépassent 5 mètres de haut) évoquent des figures de légendes. Certains sites ont probablement servi de lieu de cultes animistes aux premières tribus néolithiques qui deviendront les Arvernes, mais le phénomène a été peu étudié. Le site dit des "trois pierres", formé par trois monolithes qui semblent posés l'un sur l'autre en équilibre instable, est quasiment magique.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le livre "Fayet 1930 : Le Temps de Galoches", publié en 2009, relate la vie à Fayet-le-Château entre les années 1930 et 1950 environ, racontée par ceux qui l'ont connue.

Le roman "Marie Quat'Sous", publié en avril 2011, raconte l'histoire vraie d'une de ses habitantes, authentique paysanne auvergnate qui passa sa vie de labeur entre Égliseneuve-près-Billom, où elle naquit en 1923, et Fayet-le-Château où elle décéda en 2011.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  mars 2001 Marcel Mouillaud    
mars 2014 en cours Mme Jacqueline Constanty[1]    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 326 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
952 829 1 028 1 092 1 120 1 116 1 187 1 123 1 081
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 046 1 025 1 025 951 866 885 809 724 666
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
673 681 579 495 467 431 400 320 300
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
271 249 229 225 198 218 263 259 314
2011 - - - - - - - -
326 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des maires 2014, site de la préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 22 juin 2014).
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :