Novacelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Novacelles
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Ambert
Canton Arlanc
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Arlanc
Maire
Mandat
Laurent Bachelerie
2014-2020
Code postal 63220
Code commune 63256
Démographie
Population
municipale
147 hab. (2011)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 26′ 19″ N 3° 39′ 03″ E / 45.4386111111, 3.6508333333345° 26′ 19″ Nord 3° 39′ 03″ Est / 45.4386111111, 3.65083333333  
Altitude Min. 669 m – Max. 995 m
Superficie 14,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Novacelles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Novacelles

Novacelles est une commune française située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Saint Sauveur La Sagne - Mayres - Arlanc - Saint-Bonnet-le-Chastel - Saint Bonnet Le Bourg - Doranges.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des Maires successifs : Émile Malfériol Mars 1953 à Mars 1959 Claude Molimard Mars 1959 à Mars 1977 Maurice Grenier Mars 1977 à Mars 2008 Laurent Bachelerie Mars 2008

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 147 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
867 1 000 1 052 965 964 1 014 992 967 995
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 017 990 992 972 882 873 846 752 711
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
631 579 586 517 493 470 434 381 315
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
262 260 234 201 173 146 150 151 147
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
  • Novacelles et son cirque :

Novacelles est établi au fond d'une vallée, celle de la Dolore, dans un creux qui ressemble à un cirque, tel celui de Navacelles (34) avec la présence des trois ruisseaux de la Cella, ce qui paraît classique pour un "siège" de type celtique ou préceltique[réf. souhaitée]. Il reste les vestiges d'un ancien château avec des restes d'enceinte fortifiée. En 1965, on y a découvert la présence de fresques datant du Moyen âge, lors de travaux à l'intérieur de l'église. C'est le peintre Marcel Nicaud, restaurateur notamment du " Christ en Majesté " de Lavaudieu, qui a reconstitué ce chef d'œuvre afin de lui redonner l'éclat qu'il attendait depuis plusieurs siècles. À proximité de Novacelles, sur la route RD 105 qui conduit à la Chaise - Dieu, en bordure de Dolore, a été aménagée une grotte, réplique de celle de Lourdes, où une petite fête - pèlerinage a toujours lieu au mois de mai, celui de Marie.

  • Longevie et ses centenaires :

Ce petit hameau a été réputé pour la longévité humaine. Son étymologie semble aussi le rappeler[réf. souhaitée]. D'après les registres paroissiaux de Novacelles et d'Issandolanges, des tables de décès consultables à l'AGPA (Association de Généalogie du Pays d'Arlanc) de nombreux centenaires ont été recensés à l'époque royale dans un rayon de quelques kilomètres autour de Longevie. Certains vécurent même jusqu'à l'âge de 111 ans et on y observe que, sur une période de 40 ans, plus de 1 % des décès survenaient après 100 ans.
Il s'agirait d'un phénomène lié à une source d'eau exceptionnelle qui aurait un pouvoir particulier de régénération pour les individus qui l'auraient consommé au cours de leur existence. Monseigneur de Sirmonds, jésuite et confesseur de Louis XIII, mort quasiment centenaire, en aurait notamment bénéficié lorsqu'il venait chez son oncle, jadis prêtre de la paroisse.

  • La Morestie :

Ce hameau qui domine le cirque de Novacelles avec vue imprenable sur les sommets de Longevie et de La Savoye est aussi lié à la longévité, son étymologie pouvant signifier "la mort s'arrête ici"[réf. souhaitée] avec aussi l'histoire de la croix dédiée à Saint Marc, en remerciement de l'arrêt, lors de la propagation de l'épidémie de peste en ce lieu précis. Il existait un lieu tout proche appelé "Bois des lépreux" où selon la légende, on pendait un sac de nourriture aux branches des arbres en bordure de ce bois qui servait en quelque sorte à nourrir les malades placés en "zone de quarantaine". On raconte aussi que le bourg tout proche de Saint Bonnet le Chastel, siège du mandement, aurait été déserté pendant une période plus ou moins longue, sans doute à la fin du XVIe siècle. Les habitants se seraient réfugiés quelque temps à Novacelles, on retrouve encore certains actes notariés[3] stipulant l'expression "...habitant Saint Bonnet de Novacelles..."

  • Ménières :

Son orthographe est la même que celle de cette commune de Suisse qui a donné son nom à cette maladie liée aux différents troubles déséquilibres de l'oreille interne, dite des " Vertiges de Ménières ". Autrefois orthographiée Meyneyres, en rappel, sans doute, de la famille de Meyneyras qui l'habitait, cette forme rappellerait aussi la présence des Meunières, car plusieurs habitants de ce lieu possédaient leur moulin sur la rivière Dolore, toute proche.

  • La Savoye :

C'est le point culminant de la commune à près de 1000 mètres d'altitude, dont le nom peut être historiquement lié au passage des Allobroges de Savoie dans la région, ou encore des Alamands de la zone proche du Léman[réf. souhaitée]...

  • Issandolanges :

C'est une particularité suffisamment rare pour qu'elle soit mentionnée : La commune de Novacelles est composée de deux anciennes paroisses, Novacelles et Issandolanges. Des ruines restaurées depuis les années 90, on distingue encore les traces d'une double motte castrale, sans doute les emplacements successifs du château au cours du temps passé, les restes d'une chapelle, d'un four, d'un lavoir, d'un vieux moulin... On racontait autrefois que les premiers couteliers thiernois étaient issus de ce lieu, le village proche de Fontenilles rappelant le nom d'une famille de couteliers qui existe toujours dans la région de Thiers !

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

La commune de Novacelles est adhérente du Parc naturel régional Livradois-Forez.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  3. l'ouvrage consacré aux Insinuations de Riom d'Eric Tixier

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :