La Chambonie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Chambonie
Vue générale de La Chambonie
Vue générale de La Chambonie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Montbrison
Canton Noirétable
Intercommunalité Communauté de communes des Montagnes du Haut Forez
Maire
Mandat
Guy Grangeversanne
2014-2020
Code postal 42440
Code commune 42045
Démographie
Population
municipale
55 hab. (2011)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 44′ 53″ N 3° 44′ 58″ E / 45.7480555556, 3.74944444444 ()45° 44′ 53″ Nord 3° 44′ 58″ Est / 45.7480555556, 3.74944444444 ()  
Altitude Min. 940 m – Max. 1 383 m
Superficie 4,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte administrative de Loire
City locator 14.svg
La Chambonie

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte topographique de Loire
City locator 14.svg
La Chambonie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Chambonie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Chambonie

La Chambonie est une commune française située dans le département de la Loire en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Chambonie fait partie du canton de Noiretable dans le Forez, département de la Loire.

Elle se situe à la frontière de la région Rhône-Alpes et de la région Auvergne où la rivière de « La Faye » la traverse.

En plein cœur des monts du Forez, elle est au pied du Pic du Vimont (1348 m).

La Chambonie est la commune de Rhône-Alpes la plus à l'Ouest.

Depuis le 27 juillet 2011 elle fait partie du Parc naturel régional Livradois-Forez[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premiers écrits mentionnant la Chambonie datent du XVIe siècle.

En 1789, La Chambonie est dite " hameau de la paroisse de Noirétable en Forez". La Chambonie est érigée en paroisse le 8 mai 1849; en commune en 1907; auparavant, c'était un hameau de la commune de La Chamba[2]. Canton de Cervières en 1793, canton de Noirétable en 1801. On lit dans l'ouvrage de Jean Aymar Piganiol de la Force (1673-1753): Nouvelle description de la France, l'information suivante: "Charles VIII voulut que les habitans du village de La Chambonie dans la paroisse de Noirestable, ne payassent point de Tailles, en consideration des lances qu'ils lui présenterent lorsqu'il passa par Lion à son retour d'Italie"(sic)[3]. Selon une autre source, cette exemption de toute espèce de tailles serait un privilège accordé par Henri IV à ses sujets de La Chambonie pour lui avoir fourni des bois de lances[4]. Voici l'origine de cette dispense d'impôts par laquelle un roi de France récompensa la bonne qualité du bois issu des forêts du haut Forez. Évidemment, la Révolution de 1789 mit fin à cet heureux privilège...

Suite à l'exode rural caractéristique des révolutions industrielles, la commune a vu son nombre d'habitants diminuer. Cependant, depuis quelques années avec l'arrivée de la révolution verte, celle-ci voit la tendance s'inverser.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1971 1995 Joseph Pouvaret    
mars 2001 2008 Louisette Dichamp    
mars 2008   Guy Grangeversanne    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 55 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1911. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
269 276 252 241 231 167 136 127 102
1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011 - -
81 79 55 46 58 62 55 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments :

  • La Chambonie possède 3 croix de mission datant du XIXe siècle. Ces missions sont celles de la restauration de la pratique religieuse par l'église de l'après révolution de 1789.
  • Architecture sacrée avec l'Église Saint-Roch du XVIIe siècle et ses inscriptions romaines.
  • Ses deux lavoirs d'eau de sources.

Lieux :

  • Le chalet du col de la Loge et son domaine skiable l'hiver et ses balades l'été.
  • De vastes forêts à la faune et la flore riche et varié (résineux, feuillus, champignons, baies, chevreuils, sangliers...)
  • Des kilomètres de sentiers praticables à pieds ou à vélo (notamment le GR3).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décret no 2011-874 du 25 juillet 2011 portant classement du parc naturel régional du Livradois-Forez (régions Auvergne et Rhône-Alpes)
  2. Dictionnaire topographique du département de la Loire, J.E. Dufour, publications de l'université de Saint Etienne, réimpression en 2006 de l'édition de 1946.
  3. Nouvelle description de la France, Jean-Aymar Piganiol de la Force, tome 11, chez Théodore Legras, Paris, 1754.
  4. Les paroisses du diocèse de Lyon, archives et antiquités, par l'Abbé A Vachet, 1899.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :