Auzelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Auzelles
Blason de Auzelles
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Ambert
Canton Cunlhat
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Cunlhat
Maire
Mandat
Paul Pouget-Chabrolle
2014-2020
Code postal 63590
Code commune 63023
Démographie
Population
municipale
349 hab. (2011)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 36′ 10″ N 3° 30′ 37″ E / 45.6027777778, 3.51027777778 ()45° 36′ 10″ Nord 3° 30′ 37″ Est / 45.6027777778, 3.51027777778 ()  
Altitude Min. 449 m – Max. 1 064 m
Superficie 33,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Auzelles

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Auzelles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Auzelles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Auzelles

Auzelles est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Ailloux (à cheval sur la commune de Brousse), l'Alligier, la Bernardie, le Besset, le Besset Bas, le Besset Haut, les Boissières, le Bourg, le Buisson, Cavet, Chalus, la Chassagne, Chigros, les Côtes, la Croix de Pradier, la Croix de Verre, Darnes, Fayet, la Fayette Vieille, Fleury (à cheval sur la commune de Brousse), la Fontanne, la Fougère, la Fouille, la Fourne, la Frissonnette, Gaillard, la Ganille, la Gravière (à cheval sur la commune de Cunlhat), la Grifolle Basse, la Grifolle Haute, Le Faux, le Grun de Fleury, les Gruns, les Gruns Hauts, la Guelle, l'Hirodie, le Jaladis, les Jouannis, le Mahut, le Mas, la Molette, les Moulins, Neuville, les Pieux, Plat, la Prulhière, Ranvier, la Roche, les Rochilles, la Souche, Tarragnat, les Tourdies, la Vaisse (à cheval sur la commune de Saint-Éloy-la-Glacière), le Vert, le Verveil, Vieille Morte, Vindan, Vindiol, Vindiolet.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Date d'élection Identité Qualité
Les données antérieures à 1953 ne sont pas encore connues.
1953, 1959, 1965, 1971, 1977 Louis Chautard
1983, 1989, 1995 Jean Eymere
2001, 2008, 2014 Paul Pouget-Chabrolle[1] Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 349 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 109 2 098 2 149 2 290 2 635 2 550 2 598 2 500 2 406
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 307 2 171 2 050 2 025 1 923 1 824 1 901 1 801 1 681
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 651 1 549 1 517 1 211 1 030 1 010 978 815 659
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
552 465 390 328 325 331 336 338 349
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Église paroissiale St. Blaise. Classement partiel à l'inventaire des monuments historiques (4 novembre 1983) pour les éléments suivants :
    • Peinture murale sur le mur sud de la chapelle absidiale sud (la Descente de croix)
    • également répertoriés : 2 cloches du 4e quart du XVIIe siècle (fondues par Limaux), pentures de la porte d'entrée (XVe siècle), et mobilier du XIXe siècle (calice, patène, ostensoir et 2 ciboires).

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Motte castrale de Pailler, située près des hameaux de Ranvier et des Gruns (privé). C'est le premier château d'une lignée, les Pailler, qui va choisir vers 1030-1040 de l'abandonner pour s'installer dans la place forte de Montboissier (Commune de Brousse, Puy-de-Dôme) et d'en prendre le nom. La chapelle castrale existait encore au XIXe siècle.

C'est en 1092 au château de Montboissier que naîtra Pierre le Vénérable

Personnalité liée à la commune[modifier | modifier le code]

  • Henri Admirat ou Admiral : criminel, né le 3 septembre 1744 à Auzolette ou à Auzelles, en Auvergne, guillotiné le 17 juin 1794.

Divers[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • [http:/www.auzelles.fr Site de la mairie]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des maires 2014, site de la préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 23 juin 2014).
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011