Chomelix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chomelix
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Haute-Loire
Arrondissement Puy-en-Velay
Canton Craponne-sur-Arzon
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Craponne
Maire
Mandat
Roselyne Beyssac
2014-2020
Code postal 43500
Code commune 43071
Démographie
Population
municipale
492 hab. (2011)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 15′ 47″ N 3° 49′ 43″ E / 45.2630555556, 3.8286111111145° 15′ 47″ Nord 3° 49′ 43″ Est / 45.2630555556, 3.82861111111  
Altitude Min. 674 m – Max. 1 089 m
Superficie 26,47 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chomelix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chomelix

Chomelix est une commune française située dans le département de la Haute-Loire en région Auvergne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

  • 927 : premières traces de Chomelix.

Chomelix vient du latin "Chalmelis" qui signifie "chemin des eaux", caractéristique typique de la commune, traversée par plusieurs petits ruisseaux et par deux rivières : l'Arzon et la Chamalière et où les sources sont nombreuses.

Quelques vestiges de l’époque mégalithique (menhir du Monteil) et de l’époque romaine (milliaires des voies Bolène et du Chemin de César, poteries, bijoux, monnaies …) attestent d’une vie sur la commune depuis la plus haute antiquité.

Le Moyen Âge fut particulièrement riche. Quatre importants châteaux furent construits aux XIe et XIIe siècles : Chomelix le Haut, aujourd’hui totalement détruit, Chomelix Le Bas, dont il reste les vestiges d’une tour, Sereys, plusieurs fois détruit et remanié et Arzon dont les imposantes ruines dominent le ruisseau l’Arzon.

Durant très longtemps, Chomelix le Haut et Chomelix le Bas furent des villages fortifiés, indépendants, et même ennemis. En atteste les guerres désastreuses que se sont livrés à plusieurs reprises les seigneurs de Chomelix le Haut et le Bas.

Le prieuré de Chomelix fut longtemps dépendant de l'abbaye de la Chaise-Dieu. Jusqu'en 1374, deux moines y résident puis, ne pouvant plus assurer leurs fonctions faute de moyens (forte mortalité, guerres), ils regagnent la maison mère. En 1643, le prieuré est directement rattaché à La Chaise-Dieu.

Depuis 2001, une association regroupant tous les sites casadéens en Europe renforce les échanges et la coopération entre ces sites, dans le but de promouvoir le patrimoine casadéen et le développement touristique et culturel de ces sites. Ainsi, le Réseau Européen des Sites Casadéens poursuit la construction de l'Europe initiée par les moines de La Chaise-Dieu dès le XIe siècle[1].

Chomelix a longtemps été un point de passage des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle en direction du Puy-en-Velay venant de l'est, pour rejoindre la Via Podiensis. En attestent deux coquilles Saint-Jacques qui ornent les murs de l’église ainsi que les registres de l’hôpital.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
juin 1995 janvier 2012 Régis Forissier[2] DVD  
janvier 2012 mars 2014 Pierre Mousson    
mars 2014 en cours Roselyne Beyssac    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 492 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
338 1 381 1 513 1 470 1 481 1 605 1 625 1 637 1 638
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 570 1 454 1 558 1 584 1 502 1 428 1 523 1 325 1 440
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 348 1 364 1 359 1 200 1 081 987 916 797 735
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
678 631 509 438 376 409 493 506 497
2011 - - - - - - - -
492 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le chemin de César : situé aux "Sagnes", la légende veut que César, accompagné de ses Légions, ait marché sur ce chemin, lors de la conquête de la Gaule.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]