Noirétable

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Noirétable
L'église
L'église
Blason de Noirétable
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Montbrison
Canton Noirétable
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes des Montagnes du Haut Forez
Maire
Mandat
Denis Tamain
2014-2020
Code postal 42440
Code commune 42159
Démographie
Population
municipale
1 647 hab. (2011)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 49′ 05″ N 3° 45′ 56″ E / 45.8180555556, 3.76555555556 ()45° 49′ 05″ Nord 3° 45′ 56″ Est / 45.8180555556, 3.76555555556 ()  
Altitude Min. 656 m – Max. 1 351 m
Superficie 40,34 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte administrative de Loire
City locator 14.svg
Noirétable

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte topographique de Loire
City locator 14.svg
Noirétable

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Noirétable

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Noirétable

Noirétable est une commune française située dans le département de la Loire en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Noirétable fait partie du Forez. La commune est située à 25 kilomètres à l'est de Thiers, à 5 kilomètres au sud de la sortie 4 de l'autoroute A72 reliant Clermont-Ferrand à Saint-Étienne. Depuis le 27 juillet 2011 elle fait partie du Parc naturel régional Livradois-Forez[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 27 octobre 1972, vers 19 h 20, le Vickers 724 Viscount F-BMCH assurant le vol 696 Air Inter, entre Lyon-Bron et Clermont-Ferrand-Aulnat, s'écrase sur le pic Picot, à 3 km de Noirétable, en direction de Viscomtat, à environ 1 000 m d'altitude. Il préparait son approche de l'aéroport de Clermont-Ferrand dans des conditions météorologiques difficiles. L'accident fait 60 victimes parmi les 68 personnes à bord ; c'est l'accident aérien le plus meurtrier en Auvergne[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1904 1926 (M.) Just De Villechaize    
1926 1944 (M.) Louis Doyon    
1944 1947 (M.) Louis Duboisset    
1947 1960 (M.) Jean Riol    
1960 1965 (M.) Jean Charbonnier    
1965 juin 1995 (M.) Claude Mont UDF Sénateur
Depuis juin 1995   (M.) Denis Tamain DVG  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 647 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 500 1 887 1 937 2 027 1 914 1 902 1 771 1 986 1 968
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 954 1 896 1 888 2 044 2 359 2 024 2 065 2 119 2 052
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 214 2 155 2 150 2 042 1 978 1 948 1 858 1 903 1 668
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 793 1 850 1 873 1 838 1 719 1 637 1 694 1 647 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lors du recensement de 1999, la population totale, incluant les doubles comptes, était de 1 742 habitants.


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Une rue de Noirétable

Noirétable appartient à l'entité des Bois Noirs (secteur couvrant une partie de l'Allier, de la Loire et du Puy-de-Dôme) : création d'un Espace VTT-FFC qui propose 42 circuits de difficultés différentes, 1 069 km balisés. À découvrir :

  1. le Petit musée sur l'histoire de Noirétable à côté de la Mairie.
  2. Notre-Dame de l'Hermitage : au sud de Noirétable, à 1 110 m d'altitude, l'Hermitage semble veiller sur le canton. Sa position privilégiée offre un panorama rare et de nombreux sentiers vous invitent à pratiquer la randonnée.
  3. Les forges foréziennes : forge et finition d'articles de coutellerie à découvrir en été pour la fabrication des modèles "Le Thiers" , "le Nétrablais", "Le Forézien".
  4. le Plan d'eau : baignade surveillée en été,
  5. le Lavoir de la Conche
  6. Son casino, avec 75 machines à sous, la boule 2000, le blackjack.
  7. La ferme du Phaux, fruits et jazz. Culture bio de fruits rouges, Musiques du monde, jazz, goûter à la ferme en été.
  8. Gare SNCF.
  9. Webcam sur la place du Haut-Forez

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Claude Mont, ancien maire
  • Paul Veysseyre, architecte français en Indochine et Chine ; il a notamment construit le cercle sportif français et le palais du gouverneur de Shanghai (1896-1963).
  • Henri Jourdan (1900-1993): ancien normalien, directeur de l'Institut français de Bonn puis de Londres. Henri Jourdan a obtenu la médaille des justes pour ses activités de résistance en aidant à fuir de jeunes étudiants juifs allemands. Il a été le traducteur en français de Ernst Curtius, auteur de "Balzac".

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :