Monlet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Monlet
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Haute-Loire
Arrondissement Puy-en-Velay
Canton Allègre
Intercommunalité Communauté de communes des Portes d'Auvergne
Maire
Mandat
Gérard Chapelle
2014-2020
Code postal 43270
Code commune 43138
Démographie
Population
municipale
411 hab. (2011)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 13′ 14″ N 3° 42′ 55″ E / 45.2205555556, 3.7152777777845° 13′ 14″ Nord 3° 42′ 55″ Est / 45.2205555556, 3.71527777778  
Altitude Min. 859 m – Max. 1 172 m
Superficie 35,7 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Monlet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Monlet

Monlet est une commune française située dans le département de la Haute-Loire en région Auvergne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Monlet se trouve à deux kilomètres du chef lieu de canton, Allègre, dans la partie centre nord de la Haute Loire. Le village, traversé en son milieu et du nord au sud par la RD 13, est le plus vaste du canton avec une superficie de 3 561 hectares. Du point de vue relief, c’est un plateau granitique d’altitude moyenne autour de 1 000 mètres. Le nom du chef lieu Monlet serait d’origine gauloise (« mons » (montagne) assorti du diminutif « itta » transformé en « let »). Les habitants de Monlet sont appelés les Monletois.

Histoire, Lieux et Monuments[modifier | modifier le code]

  • Une église du XIIIe siècle : Elle est inscrite à l’inventaire des monuments historiques, entièrement restaurée et illuminée. On y trouve un retable Louis XIII aux colonnes torses sur fond vert, dorées à la feuille et une vierge en majesté en bois polychrome du XVIe siècle.
  • La place de l’église, au cœur du village, profite de l’ombrage du « Sully », tilleul tricentenaire au tronc imposant (4,50 mètres de circonférence à hauteur d’homme). L’arbre met en valeur un sarcophage gallo-romain ainsi qu’un labrum qui servait aux ablutions à l’entrée des temples (vasque).
  • Il y a aussi les ruines du château de Monlet à 1 km à l'est en direction de Moissac, il reste quelque pans de murailles la visite est libre.
  • La chapelle de Varennes, construite en 1895. Cette « Notre-Dame de Pitié », la vierge des pauvres, des mendiants et des bûcherons continue d’être vénérée lors d’un pèlerinage annuel en août.
  • Monlet est aussi connu pour sa maison du charron.
  • Le lac de Malaguet

Politique et administration[modifier | modifier le code]

  • Maire : Gérard Chapelle[1] (DVD)

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 411 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 324 1 265 1 452 1 347 1 531 1 590 1 523 1 609 1 477
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 488 1 479 1 409 1 460 1 536 1 536 1 746 1 810 1 530
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 402 1 450 1 305 1 081 1 026 1 025 946 885 752
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
656 572 511 437 399 377 407 411 411
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Animations[modifier | modifier le code]

Fête locale en août

Pèlerinage de Notre Dame de pitié à Varennes en août

Randonnée pédestre et VTT sur chemins balisés

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des maires de la Haute-Loire sur le site de la préfecture (consulté le 1er octobre 2014).
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :