Le Brugeron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brugeron.
Le Brugeron
Image illustrative de l'article Le Brugeron
Blason de Le Brugeron
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Ambert
Canton Olliergues
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Olliergues
Maire
Mandat
Roger Dubien
2014-2020
Code postal 63880
Code commune 63057
Démographie
Population
municipale
251 hab. (2011)
Densité 9,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 42′ 46″ N 3° 43′ 11″ E / 45.7127777778, 3.71972222222 ()45° 42′ 46″ Nord 3° 43′ 11″ Est / 45.7127777778, 3.71972222222 ()  
Altitude Min. 671 m – Max. 1 427 m
Superficie 27,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Brugeron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Brugeron
Vue générale de Le Brugeron, depuis la route qui mène au col du Béal

Le Brugeron est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région d'Auvergne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Brugeron est situé sur les flancs du Forez. Le Brugeron est relié à Olliergues situé à 12 km en contrebas par la route du Col du Béal.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

La gaitie

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Date d'élection Identité Parti Qualité
Les données antérieures à 2001 ne sont pas encore connues.
mars 2001-mars 2014 André Besset
mars 2014-en cours Roger Dubien PCF

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 251 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
971 937 1 505 1 200 1 244 1 230 1 236 1 214 1 230
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 084 1 198 1 166 1 158 1 149 1 110 1 140 1 052 1 137
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 137 1 102 1 096 942 922 868 869 750 678
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
638 602 539 411 359 274 266 274 253
2011 - - - - - - - -
251 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église du Brugeron possède 3 harmoniums. En tribune, un harmonium-médiophone Dumont-Lelièvre modèle G, "Petit vertical style renaissance". Le haut du meuble cache le système « médiophone ». Le médiophone est constitué de boîtes de résonance spéciales, placées au-dessus de certaines anches, et faisant office de « porte-voix ». Au sommet de cette caisse de résonance, séparés en basse et dessus, des volets commandés par 2 genouillères permettent d'ouvrir ou fermer ce médiophone, et donc de faire des nuances séparées entre graves et aigus.

Un autre harmonium possède le système Harmoniphrase (harmonium Dumont-Lelièvre) : c'est un système mécanique (débrayable) qui fonctionne en tirant vers soi légèrement le clavier. Lorsqu'on joue le thème à un seul doigt, l'instrument réalise mécanqiuement une harmonisation de ce thème. Cela permet d'écouter comment on réalisait une harmonisation du XIXe siècle du 1er mode. Dans ce système, le clavier devient assez dur, car une seule touche appelle alors plusieurs autres touches pour former les accords. Ces harmoniums étaient proposés en zones rurales, où les personnes qui touchaient l'instrument n'étaient pas nécessairement versées dans la science de l'accompagnement. Évidemment, dans le système Harmoniphrase, l'harmonisation est « note contre note ».

Illustrations sonores[modifier | modifier le code]

  • "Aubade" d'Alfred Lebeau interprété par Jean-Luc Perrot sur l'harmonium Médiophone Dumont-Lelièvre du Brugeron

You Tube

  • Kyrie (Messe grégorienne IX) sur l'harmonium Harmoniphrase Dumont-Lelièvre

You Tube

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Archives[modifier | modifier le code]

  • Registres paroissiaux et d'état civil depuis :
  • Délibérations municipales depuis :

Divers[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :