Saint-Cirgues-sur-Couze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Cirgues.
Saint-Cirgues-sur-Couze
La croix de la Placette.
La croix de la Placette.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Arrondissement d'Issoire
Canton Canton de Champeix
Intercommunalité Communauté de communes des Puys et Couzes
Maire
Mandat
Philippe Garnavault
2014-2020
Code postal 63320
Code commune 63330
Démographie
Population
municipale
319 hab. (2011)
Densité 207 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 33′ 03″ N 3° 08′ 38″ E / 45.5508, 3.1439 ()45° 33′ 03″ Nord 3° 08′ 38″ Est / 45.5508, 3.1439 ()  
Altitude Min. 449 m – Max. 622 m
Superficie 1,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Cirgues-sur-Couze

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Cirgues-sur-Couze

Saint-Cirgues-sur-Couze est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ce village s'est tranquillement développé au bord de la Couze Pavin, là où la vallée commence à s'élargir.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune, alors nommée simplement Saint-Cirgues, a porté les noms de Marcelie et de Marcellus[1].
C'est en 1919 que le nom de Saint-Cirgues-sur-Couze a été adopté[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Saint-Cirgues-sur-Couze doit pour partie son nom à saint Cyr, jeune martyr de la chrétienté au IVe siècle dont le nom a été fréquemment déformé en saint Cirgues dans la moitié sud de la France.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Le maire Philippe Garnavault a été élu au premier tour (élection au scrutin majoritaire) mais un siège manquait, aux élections municipales de 2014. Le taux de participation est de 88,10 % au premier tour, 76;95 % au second tour[2].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2008 2014 Jean Chataing    
2014 en cours Philippe Garnavault[3]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 319 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
263 158 263 239 242 240 255 241 249
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
225 221 236 234 270 257 273 252 234
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
232 214 202 156 143 104 107 164 161
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
210 272 235 304 268 273 285 288 319
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le village de Saint-Cirgues possède un très intéressant château du début du XVIe siècle, dont l'allure générale de forteresse flanquée de grosses tours laisse néanmoins deviner quelques traits de parenté avec les châteaux de la Loire : comme Chenonceaux, il fut en effet édifié par Thomas Bohier, seigneur de Saurier et de Saint-Cirgues, qui occupa de hautes charges auprès de plusieurs rois de France. De très nombreuses personnalités tels que la Comtesse de Rupelmond douce amie de Voltaire, la duchesse de Tourzel gouvernante de louis XVI et d'autres (voir livret du Docteur Emile Roux) ont été propriétaire de ce château prestigieux aujourd'hui à l'abandon suite à un terrible incendie.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Saint-Cirgues-sur-Couze sur le site Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui de l'EHESS, consulté le 23 juillet 2012.
  2. Résultats des élections municipales de 2014
  3. Liste des maires 2014, site de la préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 4 juillet 2014).
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :