Champeix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Champeix
Vue générale de Champeix
Vue générale de Champeix
Blason de Champeix
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Arrondissement d'Issoire
Canton Canton de Champeix
Intercommunalité Communauté de communes des Puys et Couzes
Maire
Mandat
Roger Jean Méallet
2014-2020
Code postal 63320
Code commune 63080
Démographie
Population
municipale
1 345 hab. (2011)
Densité 111 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 35′ 22″ N 3° 07′ 47″ E / 45.5894, 3.1297 ()45° 35′ 22″ Nord 3° 07′ 47″ Est / 45.5894, 3.1297 ()  
Altitude Min. 428 m – Max. 760 m
Superficie 12,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative de Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Champeix

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique de Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Champeix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Champeix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Champeix

Champeix est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne.

Ses habitants sont appelés les Champillauds.

Géographie[modifier | modifier le code]

La route départementale 996 traverse Champeix.

Située dans l'aire urbaine de Clermont-Ferrand[1], la commune de Champeix est arrosée par la Couze Chambon, un affluent de l'Allier.

Lieu de convergence des routes d'Issoire et de Clermont-Ferrand vers les Monts Dore, Champeix est une petite ville traditionnellement commerçante, au charme méridional, étagée sur les pentes de la vallée de la Couze Chambon et encadrée de terrasses, appelées "pailhats" qui furent entièrement plantées de vignes.

Photographie de la Couze Chambon qui coule à Champeix
La Couze Chambon à Champeix.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château du Marchidial porte son nom de l'ancienne langue Germanique "Marchi" signifie "marché" et "dial" signifie "la place", la place du Marché. Champeix, au XIIe siècle, fut la seconde résidence des dauphins d'Auvergne et participa à la croisade contre Jérusalem. Les soldats qui sont revenus de cette campagne ont ramené avec eux un trésor auquel conduirait l'un des passages secrets (pas encore découvert) du château ou du village. En l'an 1633, Richelieu ordonne la destruction du château pour que les nobles ne rejettent plus l'autorité du roi (Louis XIII à l'époque). Aujourd'hui, il ne reste que l'Église du château, une partie de la tour principale, les jardins et la base du donjon. Dans cette base se trouve l'ancien garde-manger pour tenir lors d'un siège. Le garde-manger se situe sur deux étages, le premier se situant sous la terre pour récupérer les eaux de pluie afin que la salle reste constamment fraîche. Au Moyen Âge, les villageois et les soldats partaient dans la montagne pour aller chercher de la glace et la ramener au château pour la conserver l'été, la glace servant aussi à conserver les aliments. Au XVIIIe siècle une porte fut rajoutée pour pouvoir entrer dans le garde-manger (l'ancien passage se situe sur le toit). Au début du XIXe siècle, Champeix compte presque 2 000 habitants. Le village vit surtout grâce à ses vignobles. Mais les vignes sont atteintes d'une maladie, par la suite elles mourront toutes. Après ça, Champeix va perdre des habitants petit à petit jusque dans les années 1950, puis remonter à 1345 habitants en 2011.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Roger Jean Méallet PRG[2]  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, Champeix comptait 1 345 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2004, 2009, 2014, etc. pour Champeix[3]). Depuis 2004, les autres dates correspondent à des estimations légales.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 851 1 924 1 926 1 735 1 458 1 890 1 864 1 882 1 844
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 830 1 801 1 757 1 715 1 701 1 582 1 677 1 727 1 682
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 621 1 314 1 246 1 035 961 852 873 855 859
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 075 1 104 1 097 1 164 1 087 1 135 1 231 1 256 1 340
2011 - - - - - - - -
1 345 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

À la grande différence de Plauzat, le village voisin, Champeix n'a pas vu sa population grandement augmenter au cours de ses 50 dernières années. En effet, tandis que Plauzat jouit d'une place de choix au cœur de la plaine fertile de la Limagne, Champeix se situe dans une étroite vallée, où coule la Couze Chambon, et se trouve entourée de collines. La construction de nouveaux pavillons est dès lors plus complexe. Le village est situé plus loin (10 km) de l'autoroute gratuite A75, véritable tremplin dynamique jusqu'à Clermont-Ferrand.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Sainte-Croix, romane du XIIe siècle, modifiée au XVe ‑ XVIe siècle. Église paroissiale d'un ancien couvent des Camaldules, elle est inscrite en 1926 au titre des monuments historiques[6].

L'église Saint-Jean, ancienne chapelle castrale du Marchidial, date du XIIe siècle[7]. Inscrite partiellement au titre des monuments historiques dès 1980, elle l'est intégralement depuis 2006[7]. Elle possède des peintures murales des XIIIe et XVIIe siècles, restaurées en 1993[8].

La chapelle d'Anciat XIIe siècle, route de Plauzat.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le château du Marchidial, seconde résidence au XIIe siècle des Dauphins d'Auvergne[7], dont le donjon a été détruit en 1633 sur ordre de Richelieu, comme beaucoup d'autres places fortes de la région. Restauré par les bénévoles de l'association de sauvegarde du site, il retrouve une nouvelle vie grâce aux jardins du Marchidial.

À l'écart du village, le menhir dit Pierre Fichade (en patois : « pierre plantée »), du Néolithique, est classé en 1889 au titre des monuments historiques[9].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Vie locale[modifier | modifier le code]

Champeix est un village très animé, du printemps jusqu'en automne. Parmi les diverses animations figurent la Fête de la musique, la Fête auvergnate, la Fête du collège et de l'école primaire, le Marché aux Plantes, la brocante annuelle et le loto de l'école primaire et du collège. Champeix est aussi un lieu de randonnées, comme la Pierre Fichade, vers la route de Ludesse. En été, l'église du château est ouverte à la visite.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Zonage en aires urbaines 2010 de Clermont-Ferrand (019) sur le site de l'Insee, consulté le 5 novembre 2013.
  2. Journal Radical 605, PRG, consulté le 22 avril 2014
  3. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 17 octobre 2013)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  6. « Église Sainte-Croix », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 15 octobre 2013.
  7. a, b et c « Château fort et église Saint-Jean du Marchidial », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 15 octobre 2013.
  8. La chapelle du Marchidial retrouve ses couleurs, La Montagne du 3 juillet 1994.
  9. « Menhir dit Pierre Fichade », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 15 octobre 2013.
  10. « Ancien sénateur du Puy-de-Dôme »,‎ 17 janvier 2011