Montaigut-le-Blanc (Puy-de-Dôme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montaigut et Montaigut-le-Blanc.
Montaigut-le-Blanc
Vue de la commune de Montaigut-le-Blanc avec les villages de Saint-Julien en deuxième plan et de Montaigut-le-Blanc dominé par son château sur la butte en arrière-plan.
Vue de la commune de Montaigut-le-Blanc avec les villages de Saint-Julien en deuxième plan et de Montaigut-le-Blanc dominé par son château sur la butte en arrière-plan.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Issoire
Canton Champeix
Intercommunalité Communauté de communes des Puys et Couzes
Maire
Mandat
Christian Chabaud
2014-2020
Code postal 63320
Code commune 63234
Démographie
Population
municipale
800 hab. (2011)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 35′ 13″ N 3° 05′ 26″ E / 45.5869, 3.0906 ()45° 35′ 13″ Nord 3° 05′ 26″ Est / 45.5869, 3.0906 ()  
Altitude Min. 474 m – Max. 879 m
Superficie 22,26 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative de Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Montaigut-le-Blanc

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique de Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Montaigut-le-Blanc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montaigut-le-Blanc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montaigut-le-Blanc

Montaigut-le-Blanc est une commune française située dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne.

Ses habitants sont appelés les Montacutins.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de Montaigut-le-Blanc, à flanc de colline.

Au sud du département du Puy-de-Dôme, la commune de Montaigut-le-Blanc est traversée par la Couze Chambon, un affluent de l'Allier. Outre le village de Montaigut-le-Blanc, la commune est constituée de cinq autres villages ou hameaux : Saint-Julien, Reignat, Gourdon, Chazous et Coudoux

L'altitude minimale, 474 mètres, se trouve à l'est, là où la Couze Chambon quitte le territoire communal et entre sur celui de Champeix. L'altitude maximale avec 879 mètres est localisée au nord-ouest, au puy de Gourdon[1].

Établi sur un éperon granitique qui domine la Couze Chambon, au-dessus de l'intersection des routes départementales (RD) 71, 639 et 996, le village de Montaigut-le-Blanc se situe en distances orthodromiques, treize kilomètres à l'ouest-nord-ouest d'Issoire et quinze kilomètres au nord-est de Besse-en-Chandesse.

Le territoire communal est également desservi par les RD 630 et 631.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Montaigut-le-Blanc
Olloix,
Saint-Nectaire
Ludesse
Grandeyrolles Montaigut-le-Blanc Champeix
Creste Saint-Floret Clémensat

Histoire[modifier | modifier le code]

D'après la toponymie, le village de Saint-Julien daterait d'avant Montaigut-le-Blanc qui aurait été fondé au XIe siècle à l'occasion de la construction du château[2].

Montaigut-le-Blanc est dominé par la masse sombre d'un château : celui-ci est une imposante forteresse féodale, comme en témoigne la représentation qui figure dans l'Armorial de Guillaume Revel, réalisé vers 1450. Les Montaigut étaient alors une puissante famille de seigneurs, qui tenaient le château en fief des dauphins d'Auvergne. Disposé en cascade sur le versant, le village, encadré de vignes et de vergers, possède un charme méridional.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
... mars 1971 Alfred Amouroux    
mars 1971 mars 1983 Paul Amouroux    
mars 1983 mars 2001 Madeleine Sauzet    
mars 2001 en cours Christian Chabaud    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, Montaigut-le-Blanc comptait 800 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2006, 2011, 2016, etc. pour Montaigut-le-Blanc[3]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 273 1 400 1 330 1 356 1 353 1 376 1 302 1 300 1 277
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 266 1 213 1 200 1 245 1 231 1 259 1 283 1 304 1 289
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 249 1 115 1 035 824 775 792 724 674 645
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
592 524 530 507 568 601 717 800 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Économie[modifier | modifier le code]

  • Commerce et artisanat.
  • Tourisme, avec deux hôtels, des chambres d'hôtes, des gîtes, un camping avec chalets.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Puy de Gourdon sur Géoportail. Consulté le 23 décembre 2013.
  2. Lembron et pays de Couze page 33, éditée par l'association Chamina, 2000, Clermont-Ferrand, ISBN 2-84466-018-5.
  3. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 22 décembre 2013)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  6. « Ruines du château fort », base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 23 décembre 2013.
  7. « Porte de la ville », base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 23 décembre 2013.
  8. a et b A voir et à faire sur le site de Montaigut-le-Blanc, consulté le 23 décembre 2013.
  9. « Fonts baptismaux », base Palissy, ministère français de la Culture, consulté le 23 décembre 2013.
  10. « Tour de Rognon », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 31 juillet 2013.
  11. Tour de Rognon sur Géoportail. Consulté le 23 décembre 2013.