Valcivières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Valcivières
Vue générale du bourg.
Vue générale du bourg.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Ambert
Canton Ambert
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Ambert
Maire
Mandat
André Voldoire
2014-2020
Code postal 63600
Code commune 63441
Démographie
Gentilé Cheveyrand
Population
municipale
211 hab. (2011)
Densité 6,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 35′ 34″ N 3° 47′ 47″ E / 45.5927777778, 3.7963888888945° 35′ 34″ Nord 3° 47′ 47″ Est / 45.5927777778, 3.79638888889  
Altitude Min. 651 m – Max. 1 556 m
Superficie 32,96 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Valcivières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Valcivières

Valcivières est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne. Ses habitants se nomment les Cheveyrands.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située dans le cirque du même nom, Valcivières est limitrophe du département de la Loire. Avec ses voisines, Job et Saint-Anthème, elle possède une grande partie des Hautes Chaumes du Forez qui sont des zones traditionnelles d'estive, c'est-à-dire de pâturage estival des bovins et des ovins.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Albafont, l'Artaudie, Balayoux, le Bégonin, la Bernardie, la Boissadie, Bourianne, les Buges, Chabreyssat, les Charmelles, Chataignier, le Cheix Gros, sur le Cheix, la Chevaleyre, la Chomette, les Chomettes, la Colombie, le Combat, le col des Supeyres, les Courtiaux, la Croix du Château, la Croix de la Faye, Cubert (ou le Cheix de l'Oule), l'Episse, la Farge, la Faye, les Fayes, Fenier, Gourbeyre, la Grange Dauphin, La Javardie, la Jurinie, Louville, Malmotte, les Meins, Montjalade, la Moronie, Meymont, Montchaut, Montouroux, la Moronie, le Moulin de l'Agen, le Moulin de Beny, le Moulin de la Bernardie, le Moulin de Montouroux, l'Ordurif (anciennement : l'Hort = "jardin" du Rif = ruisseau, ru), le Pastural (près de Gourbeyre), le Perrier, la Pierre, la Pourreyronie, la Pouille, le Puy, Rimbaud, le Suc, les Teyrias (anciennement : l'Asteyrias), Thiolerette, les Grandes Versades, les Petites Versades, la Vire, la Visseyre, Voldoire ...

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 décembre 2005 Jean Voldoire    
janvier 2006 en cours
(au 28 septembre 2014)
André Voldoire[1]    

La commune de Valcivières est adhérente du Parc naturel régional Livradois-Forez.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 211 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 508 1 220 1 267 1 245 1 552 1 597 1 504 1 554 1 614
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 506 1 514 1 495 1 587 1 663 1 685 1 705 1 725 1 644
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 580 1 528 1 343 1 127 1 031 968 880 752 677
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
550 439 347 288 222 215 219 211 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église du village.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pierre GIRAULD de NOLHAC et Hervé de CHARETTE de la CONTRIE (un de ses arrière petits fils) mais aussi Claire SALVY (qui a écrit un livre sur cet arrière grand père), Valéry GISCARD d'ESTAING (par une de ses arrière-grands-mères née à Ambert : Marie Anne Bérardine de LUSSIGNY), Claude DRAVAINE (par sa mère : Jeanne FAURE) et son neveu André LICHNEROWITCZ : ont des ancêtres qui ont vécu à Valcivières par un couple GOURBEYRE-MORON ; Florence ARTHAUD[réf. nécessaire]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des maires 2014, site de la préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 28 septembre 2014).
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011