Triguères

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Triguères
Image illustrative de l'article Triguères
Blason de Triguères
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loiret
Arrondissement Montargis
Canton Courtenay
Intercommunalité CC de la Cléry, du Betz et de l'Ouanne
Maire
Mandat
Michel Raigneau
2014-2020
Code postal 45220
Code commune 45329
Démographie
Gentilé Triguerois[1]
Population
municipale
1 338 hab. (2014)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 56′ 21″ nord, 2° 58′ 54″ est
Altitude Min. 112 m
Max. 192 m
Superficie 35,78 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte administrative du Loiret
City locator 14.svg
Triguères

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte topographique du Loiret
City locator 14.svg
Triguères

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Triguères

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Triguères
Liens
Site web mairie de Triguères

Triguères est une commune française située dans le département du Loiret en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Triguères et des communes limitrophes.

La commune de Triguères se trouve dans le quadrant nord-est du département du Loiret, dans la région agricole du Gâtinais pauvre[2]. À vol d'oiseau, elle se situe à 80,5 km d'Orléans[3], préfecture du département, à 18,9 km de Montargis[4], sous-préfecture, et à 4,4 km de Château-Renard, ancien chef-lieu du canton dont dépendait la commune avant mars 2015. La commune fait partie du bassin de vie de Château-Renard[5].

Les communes les plus proches sont : Château-Renard (4,4 km), Douchy (5,1 km), Melleroy (5,6 km), Saint-Firmin-des-Bois (6,2 km), Montcorbon (7 km), Chuelles (7 km), Fontenouilles (7,2 km, dans l'Yonne), Chêne-Arnoult (7,5 km, dans l'Yonne), Dicy (9 km), Chambeugle (9,8 km) et Courtenay (12,3 km)[6].

Rose des vents Chuelles
Château-Renard
Chuelles, Courtenay Montcorbon
Douchy
Rose des vents
Château-Renard N Douchy
O    Triguères    E
S
Château-Renard
Melleroy
Melleroy / Fontenouilles (Yonne) Douchy
Chêne-Arnoult (Yonne)

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Éperon de la Garenne

Les lieux-dits suivis d'une astérisque sont situés à l'écart de la route indiquée.

A

  • Les Allemands, Rte de Chuelles à Douchy (D 35)
  • Les Aulnes*, Rte des Grands Moreaux (S-O du bourg)
  • Avallon*, Rte de Douchy (D 943)

B

  • La Barre*, Rte de Courtenay (D 162)
  • Bel-Air, Rte de Melleroy (D 162)
  • Bellevue, Rte de Melleroy (D 162)
  • Les Bertets*, Rte du Clergé (Sud du bourg)
  • La Petite Blaudière*, Rte des Salmons
  • Le Bois Rond*, Rte du Clergé (Sud du bourg)
  • Les Bolognes*, Rte des Grands Moreaux (S-O du bourg)
  • Les Bourgoins (en partie)*, Rte de Montcorbon
  • La Bourgonnière*, Rte du Clergé (Sud du bourg)
  • Les Brangers* (1), Rte des Vallées (à l'ouest vers Château-Renard)
  • Le Bréau*, Rte de Douchy (D 943)
  • Les Brossets, Rte de Courtenay (D 162)

C

  • La Caille*, Rte de Chuelles à Douchy (D 35)
  • La Canonnière, Rte des Vallées (vers Château-Renard à l'ouest)
  • Le Caron Biston*, Rte de Chuelles par les Raignaults
  • Les Chambaults*, Rte du Clergé (Sud du bourg)
  • Le Champ de la Poussetière*, Rte de Courtenay (D 162)
  • Le Champ de Vaux (en partie)*, Rte des Grands Moreaux (S-O du bourg)
  • Les Charlots (en partie), Rte de Chuelles à Douchy (D 35)
  • La Charmaie, Rte du Clergé (Sud du bourg)
  • La Chêneraie*, Rte de Fontenouilles (D 64)
  • Le Chouêne*, Rte de Montcorbon
  • Le Clergé, Rte du Clergé (Sud du bourg)
  • La Corne des Bois*, Rte de Courtenay (D 162)
  • Les Coudrettes, Rte de Chuelles à Montcorbon
  • Les Couèches*, Rte de Courtenay (D 162)
  • La Grande Cour*, Rte de Courtenay (D 162)
  • La Cour de France, Rte des Grands Moreaux (S-O du bourg)
  • Le Grand Courtoiseau, Rte de Château-Renard (D 943)
  • Coutant*, Rte de Courtenay (D 162)
  • La Croix Rouge, Rte de Melleroy (D 162)

D

  • Les Donons, Rte de Montcorbon
  • Le Duberrouy*, Rte du Clergé (Sud du bourg)
  • Les Dubois*, Rte de Chuelles par les Raignaults
  • La Dupinerie*, Rte de Chuelles par les Raignaults

E

  • Les Étoits*, Rte des Grands Moreaux (S-O du bourg)

F

  • Les Fèvres*, Rte de Château-Renard (D 943)
  • La Flamandière*, Rte de la Tuilerie (N-O du bourg)
  • Fontaine le Beau*, Rte de Chuelles à Montcorbon
  • La Fontaine de Villiers*, Rte du Clergé (Sud du bourg)
  • La Fouinière, Rte de Chuelles par les Raignaults
  • La Petite Fouinière*, Rte de la Tuilerie (N-O du bourg)
  • Le Fourneau, Rte du Clergé (Sud du bourg)

G

J

L

M

  • Maison des Champs*, Rte de Courtenay (D 162)
  • La Maladrie*, Rte des Grands Moreaux (S-O du bourg)
  • Le Petit Marchais*, Rte du Clergé (Sud du bourg)
  • La Marchaiserie, Rte de Courtenay (D 162)
  • La Mardelle, Rte de Château-Renard (D 943)
  • La Grande Mardelle*, Rte des Grands Moreaux (S-O du bourg)
  • Les Maroches*, Rte de Chuelles à Douchy (D 35)
  • Les Grands Marteaux*, Rte de Melleroy (D 162)
  • Les Petits Marteaux*, Rte de Melleroy (D 162)
  • Les Mauguenons*, Rte de Courtenay (D 162)
  • La Michotte, Rte de Melleroy (D 162)
  • La Montagne*, Rte de Montcorbon
  • Les Grands Moreaux, Rte de Fontenouilles (D 64)
  • Les Petits Moreaux, Rte de la Tuilerie (N-O du bourg)
  • Le moulin du Chemin, Rte de Château-Renard (D 943)
  • Le moulin de Paille*, Rte de Douchy (D 943)
  • Le moulin de Vaux*, Rte des Grands Moreaux (S-O du bourg)
  • La Moutinière*, Rte de Montcorbon
  • La Mussardière*, Rte de Montcorbon

P

  • Les Pasquettes*, Rte du Clergé (Sud du bourg)
  • Le Pau-Curier*, Rte de Melleroy (D 162)
  • Les Perrets, Rte de Chuelles à Douchy (D 35)
  • Les Petits Perrets*, Rte de Chuelles à Douchy (D 35)
  • Pincevin, Rte de Douchy (D 943)
  • Les Plantes, Rte de Montcorbon
  • Les Pommerats, Rte de Melleroy (D 162)
  • La Poussetière*, Rte de Montcorbon
  • Le Prieuré, Rte des Vallées (à l'ouest vers Château-Renard)

Q

  • Les Quatre-Vents, Rte des Jeannets (Ouest du bourg)

R

  • Les Radets*, Rte de Montcorbon
  • Les Raignaults, Rte de Chuelles par les Raignaults
  • Ramais, Rte de Château-Renard (D 943)
  • La Robarderie*, Rte des Salmons
  • Rougerie, Rte des Jeannets (Ouest du bourg)
  • Le Haut de Rougerie, Rte de la Tuilerie (N-O du bourg)
  • Les Roulets, Rte de la Pâture Reignault (Sud du bourg)

S

T

  • Les Thézards, Rte du Clergé (Sud du bourg)
  • La Tuilerie, Rte de la Tuilerie (N-O du bourg)

V

  • Les Vallées, Rte des Vallées (vers Château-Renard à l'ouest)
  • Les Vélins*, Rte de Château-Renard à Fontenouilles (D 142)
  • La Vignette, Rte de Chuelles par les Raignaults
  • Villargis*, Rte du Clergé (Sud du bourg)


(1) Ne pas confondre les Brangers sur la route des Vallées (vers Château-Renard), et les Brangers situés en bordure de commune mais sur la commune limitrophe de Fontenouilles au S-E.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La rivière Ouanne arrose Triguères, coulant d'Est en Ouest. Très méandreuse, elle est divisée sur toute sa traversée de la commune en deux bras souvent eux-mêmes divisés en bras secondaires. Elle y reçoit[7] :

le ru de la Fontaine de Villiers, confluant en rive droite au niveau du moulin de Vau (amont du bourg) ;
le ru des Étoits, confluant en rive droite à environ 900 m en aval du moulin de Vau ;
le ru de la Dardenne, confluant en rive gauche dans le bourg à environ 150 m en aval de la D162 vers Melleroy. Il reçoit lui-même sur sa rive droite un petit ru saisonnier venant du hameau la Corne des Bois ;

Ces rus marquent les plateaux au nord et au Sud de profondes entailles, notamment le ru de la Dardenne qui présente une importante dénivellation de 40 m sur 286 mètres linéaires sur son coteau Est où passe la route vers Courtenay.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Triguères sur la carte de Cassini.

Attestations anciennes[modifier | modifier le code]

  • Trigorre, 1218 (forme française dans un acte latin mentionnant le nom d'un homme : Hattonem de Trigorre)[8] ;
  • In parrochia de Trigorria, 1258 ;
  • Triguères, mai 1318[9] ;
  • Trigorre en Gastinoys, septembre 1391[10] ;
  • Triguères, novembre 1409[11] ;
  • Trigueurre, 1692, sur la cloche baptisée cette année-là[8] ;
  • Triguères, 1740[12] ;
  • Triguerres, XVIIIe siècle[13].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Triguères résulte, d'après les formes anciennes, d'un plus ancien Trigorre.
-orre s'explique peut-être par une évolution de l'appellatif gaulois durum « porte, forum, ville close, bourg », lorsque le mot précédent se termine par un -o, c'est-à-dire -o-durum qui aurait abouti à -orre par amuïssement régulier du [d] intervocalique en proto-français[14]. La terminaison -orre, -ore procédant de -o-durum se rencontre également dans Aujeurres (Haute-Marne, Algyorre 1186) ou Izernore (Ain, Isarnodori, génitif, VIIIe siècle).

Le premier élément Trigo-, radical Trig-, est sans doute gaulois[15]. Selon Jean-Marie Cassagne et Mariola Korsak, l'ancienne forme Trigiodurum désignerait ainsi "la forteresse du gaulois Trigio". Selon toute vraisemblance, ce dernier était un chef d'une tribu ou sous-tribu gauloise qui avait établi une position fortifiée sur une éminence de terrain[16].


Le nom latin Vellaunodunum donné par César[Informations douteuses] [?] reflète la même idée de fort ou point de vue au bord de l'eau[17].

Histoire[modifier | modifier le code]

Depuis les temps pré-romains et jusqu'en 1825, Triguères a été un point essentiel de surveillance de la route allant de Sens à Gien. Elle fut une ville celte avant de devenir gallo-romaine. Sur 9 hectares de la colline du Donjon (là où se trouve le lieu-dit le Châtelet sur la carte de Cassini), s'étendait un oppidum surveillant le « chemin Perré », empierré de silex selon la mode celte - et non pavé de type romain[18],[19]. L'endroit est particulièrement adapté au contrôle des passages et autres activités : la colline du Donjon formant l'éperon de la Garenne, est limitée à l'ouest par la vallée du ru de la Dardenne, au sud par la vallée de l'Ouanne, et à l'est par une vallée sèche[18].

Gisement du Moustérien[modifier | modifier le code]

Un riche gisement d'artéfacts datant du Moustérien (au plus tôt 30 000 ans avant le présent) a été découvert en 1922 au nord-est du lieu-dit la Garenne[Note 1], dans un terrain constitué d'une mince couche de terre arable recouvrant un sous-sol d'argile mêlé de silex. Les outils trouvés vont du moustérien de tradition acheuléenne (de 500 000 à 300 000 ans avant le présent - couteaux quadrangulaires à dos naturel ou abattu, pointes triangulaires de type abri Audi) au moustérien final (30 000 ans - pointes triangulaires avec retouches marginales alternées sur faces opposées, pointes à pédoncules et burins). Le tout est en silex blond et gris moucheté du pays, sauf une lame dont le silex semble provenir de l'Yonne, et un gros racloir dont la roche jaspée est d'origine inconnue[20].

Époque celte[modifier | modifier le code]

Trilithe du Vieux-Garçon.

Trilithe du Vieux-Garçon[modifier | modifier le code]

Dans le bois de la Garenne se trouvait un dolmen en grès, dit « dolmen du Vieux-Garçon ». Le plus proche gisement de grès présentant des blocs de cette taille est à 60 km de là, à Souppes-sur-Loing. Au début du XXe siècle, l'agriculteur, lassé des curieux, creusa une fosse pour y enterrer le dolmen[19]. Le trilithe était entouré de deux enceintes de fondations[18].

Puits funéraire[modifier | modifier le code]

En 1862 on découvre un puits funéraire celte dans le bourg, lors du creusement d'une cave. De forme elliptique, le puits mesure plus de 5 m de profondeur. Il contient des cendres mêlées d'os, des mâchoires de porc, des cornes de bélier et un pot. Cependant, le propriétaire fait immédiatement combler le puits pour construire sa cave par-dessus[19].

Oppidum[modifier | modifier le code]

Une grande levée a été érigée de main d'homme au nord de la colline du donjon, fermant ainsi l'éperon de la Garenne avec contrescarpe, fossé, escarpe et talus, et conforme en tous points aux caractères décrits par l'empereur romain Jules César pour les fortifications gauloises y compris des poutres enchâssées dans les murs. Elle n'a pu servir qu'à protéger ladite colline contre des assauts éventuels de ce côté - ce qui, tenant compte de l'escarpement des trois autres côtés, en faisait un lieu bien fortifié. Le mot donjon pourrait n'être qu'une forme francisée du mot dunum, attendu qu'il n'y a à Triguères aucune trace historique d'un quelconque château fortifié, fortification ou donjon[18].

Nombre des objets trouvés ont été donnés au musée de Sceaux-du-Gâtinais[21].

Époque romaine[modifier | modifier le code]

Triguères est un candidat de premier choix pour être le Vellaunodunum mentionné par Jules César dans ses Commentaires sur la Guerre des Gaules[18],[22],[23]. Les restes d'une ville gallo-romaine importante y ont été retrouvés dans les années 1850-1860, notamment un amphithéâtre pouvant accueillir de 8 000 à 9 000 spectateurs[Note 2],[18], un cimetière en 1857[19], le sanctuaire de source au moulin du Chemin en 1858[Note 3],[19], les villas gallo-romaines des Vallées et des Monts[Note 4],[Note 5], un temple gallo-romain[18], un aqueduc et des thermes[18].

La « grande Triguères » cessa probablement d'exister en 451 après les guerres menées par le roi des Huns, Attila[18]. Il fallut attendre six siècles pour que Triguères renaisse, sans jamais retrouver le faste qu'elle avait connu[19].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Porche roman de l'église.

Sainte Alpais et sa légende précèdent les relevailles de Triguères dans l'élan du christianisme[18].

L'église[modifier | modifier le code]

Vers la fin du XIe siècle, une église romane est construite sous l'égide de son prêtre Aymery[Note 6]. Le premier document historique connu la concernant est une charte d'octobre 1258 entérinant la vente de la dîme par plusieurs personnes à Eudes de Clermont, chanoine de Sens ; cette charte utilise la forme latine du nom de Triguères : Trigorria[24]. Elle a visiblement été partiellement détruite et rebâtie : le mur sud de la seconde travée du chœur est oblique ; les basses nefs et la grande nef sont inclinées ; la porte principale n'est ni dans l'axe du chœur ni dans celui de la nef[24].

La tour du clocher est contemporaine du portail roman, et sinon du même architecte du moins de même facture que celle de l'église de Courtenay (bâtie par Louis VI en 1132)[25].
Rebâtis au XIIe siècle, le chœur et le coin nord-ouest du mur de façade sont de style gothique[26].
La nef, large maintenant de 10 m, mesurait alors 6 m à 6,40 m de large (on voit encore un chaînage de coin de l'ancien mur dans le mur à gauche du portail à l'intérieur)[27]. Elle comprend deux travées voûtées en briques depuis 1866, autrefois en lambris dont on voit les restes dans les combles. Le sommet s'élevait alors à environ 14 m du sol[24].

Église Saint-Martin vue du sud-est.

La forme lancéolée des baies du clocher indique le XIIIe siècle (peut-être dû à un rehaussement du clocher postérieur à la reconstruction du XIIe siècle, clocher dont la base romane n'était plus assez haute par rapport à l'église gothique rebâtie, pour que les cloches aient la portée voulue), mais ses ornements du sommet seraient du XVIe siècle, époque des dernières transformations importantes de l'église avec le rajout des bas-côtés et de la sacristie[28].
L'autel de style Louis XIII avec son retable-tabernacle en bois et pâte dorés, vient du couvent des Bénédictines de Montargis (qui fut fondé à la fin de ce règne)[29].
De trois, le nombre de cloches est passé à une, le bourdon (baptisée Martine, Marie, Nicole, Françoise, Charlotte en 1692). Dans leur enthousiasme de célébrer l'armistice de 1945, les habitants la brisèrent et durent la faire refondre en 1946. Mais lors de la remise en place de la nouvelle cloche, fut découverte la statue d'une Vierge royale en bois du XVe siècle cachée dans le mur (probablement à la Révolution)[19].

Reliquaires de l'église Saint-Martin.

Le premier patron de l'église est saint Martin ; saint Louis a été ajouté comme patron ultérieurement. L'église possède un reliquaire en cristal taillé et argent, qui semble dater du XIIe siècle, portant l'inscription : "DIGITUS BEATI MARTINI" (« doigt de saint Martin »), qui contient trois petits paquets de papier. L'un de ces paquets contient une phalange de doigt, probablement de saint Martin bien que le papier porte l'inscription : "Saint Clément" ; l'autre paquet inscrit "Saint Louys" (deuxième patron de l'église) contient un fragment d'os ; le troisième paquet, vide, porte la mention « reliques de saint Clément » en caractères du XVIe siècle.
Le deuxième reliquaire (voir photo ci-contre), du début du XIIIe siècle, est une boîte en cuivre posée sur un socle, dont l'intérieur est divisé en compartiments contenant des reliques de plusieurs saints et des parcelles de la vraie croix ; chaque compartiment porte une inscription désignant le saint dont il contient la relique, en écriture du XIIIe siècle. Ce deuxième reliquaire était enfermé dans une gaine en cuir repoussé (voir photo dans la galerie ici plus bas) de 22 cm de hauteur, depuis longtemps perdue si bien que personne n'en avait entendu parler ; cette gaine a été retrouvée vers 1860 dans un réduit du chœur de l'église et donnée au musée de Montargis[30]. Le reliquaire en cuivre contient de nombreuses reliques[Note 7], certaines nommées, d'autres non ; parmi celles dont l'étiquette s'est perdue, il y a peut-être des reliques de sainte Alpais, puisque l'église est connue pour en posséder. Sainte Alpais, née et ayant passé sa vie à Triguères, est toujours célébrée le premier dimanche de juillet[19]. Le musée historique d'Orléans possède une pierre gravée assez grossièrement d'un christ, qui provient de l'église de Triguères[31].

La paroisse faisait partie du doyenné de Ferrières, diocèse de Sens. Au XVIe siècle elle était taxée 400 livres tournois, de même que les églises de Montcorbon, Saint-Germain et Saint-Maurice-sur-Aveyron (Solterre seule payait 800 livres tournois)[24].

Le Châtelet[modifier | modifier le code]

Au XIVe siècle, le seigneur de Triguères était Jean du Sochet, de Gy-les-Nonains. Sa fille Marie épousa Jean d'Avy. La famille d'Avy, ou David, en vient à posséder de nombreux fiefs sur Château-Renard, Douchy, Conflans. Vers 1550 ils firent construire le Châtelet, c'est-à-dire la partie ancienne de la demeure appelée le Donjon (et non la demeure bourgeoise construite plus tard dans la même enceinte), au long de la route menant à Courtenay. En 1685, devenus endettés, leurs biens furent vendus par adjudication. La propriété fut achetée comme maison de campagne par les bénédictines de Montargis. Aux alentours de 1750, celles-ci, qui possédaient alors pratiquement tout le pays de Triguères, firent construire une maison de belle apparence à côté du Châtelet. À la Révolution, cette propriété fut saisie comme tous les biens du clergé et vendue au sieur Jalouzot. M. Fouet, maire de Triguères, l'acquit au XIXe siècle, puis la famille Lassailly en 1919. Une de leurs parents lointains, l'historien Boulet de Monvel, dirigea les fouilles gallo-romaines dans les années 1850[18],[19].
Une grande dalle dans l'église porte une inscription[Note 8] indiquant l'implantation de longue date de la famille d'Avy dans le village[19].

Le Grand Courtoiseau[modifier | modifier le code]

L'étymologie du nom (« la Cour des Oisons ») renvoie à Gefroy Oison qui en fut propriétaire en 1300. Il passa ensuite aux d'Avy en 1353. Le château se situait alors à l'emplacement actuel de la ferme du château. C'est après la guerre de Cent Ans que les d'Avy le firent reconstruire sur le site actuel du château. Le bâtiment précédent, devenu la ferme, garda longtemps des tours ¬ d'où son nom de ferme de la Guetterie[19]. Suite aux revers de fortune des d'Avy, c'est la famille Farins, bourgeois de Triguères, qui achetèrent le château de Courtoiseau et la ferme de la Guetterie. Leurs héritiers, les de Lisle, furent les derniers à se nommer en 1650 « seigneurs de la Guettrie et de Courtoiseau. » Le château devint ensuite la propriété des Hodoart, noblesse de robe de Sens. Ceux-ci possédaient également Villegardin à Chéroy, et d'autres fiefs proches[19]. Antoine Dupré de Saint-Maur, petit-fils du collaborateur de Buffon[32], en hérita vers le milieu du XVIIIe siècle et lui donna son allure actuelle. Le domaine fut ensuite acheté au XIXe siècle aux Cornu de la Fontaine de Coincy, qui y demeurèrent de 1836 à 1906. Ils y furent suivis par Alfred Léon Gérault-Richard, journaliste socialiste qui combattit le boulangisme[19].

La paroisse de Villargis est réunie à celle de Triguères à la fin XIVe ou début XVe siècle.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Entre le 29 janvier et le 8 février 1939, plus de 2 800 réfugiés espagnols fuyant l'effondrement de la république espagnole devant les troupes de Franco, arrivent dans le Loiret. Devant l'insuffisance des structures d'accueil d’Orléans, 46 centres d’accueil ruraux sont ouverts[33], dont un à Triguères[34]. Les réfugiés, essentiellement des femmes et des enfants (les hommes sont désarmés et retenus dans le Sud de la France), sont soumis à une quarantaine stricte, vaccinés, le courrier est limité, et le ravitaillement, s'il est peu varié et cuisiné à la française, est cependant assuré[35]. Une partie des réfugiés rentrent en Espagne, incités par le gouvernement français qui facilite les conditions du retour, ceux préférant rester sont regroupés au camp de la verrerie des Aydes, à Fleury-les-Aubrais[34].

Articles détaillés : Retirada et Histoire du Loiret.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Triguères (Loiret).svg

Les armoiries de Triguères se blasonnent ainsi : D'azur à la divise ondée d'argent accompagnée, en chef à dextre, d'une croisette ancrée du même, à senestre, du buste de Sainte-Alpais diadémée portant une houlette contournée en barre, le tout d'or, et, en pointe, d'une roue de moulin de huit rayons aussi d'argent[36].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Planification[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal prescrit l'élaboration d'un plan local d'urbanisme le 10 décembre 2004, en application de la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains, dite loi SRU. Après l'enquête publique qui s'est déroulée du 30 novembre au 31 décembre 2007, le document est approuvé le 6 mars 2008[37],[38].

Logement[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Réseau routier principal de la commune de Triguères (avec indication du trafic routier 2014).

Infrastructures routières[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par trois routes départementales : une route à trafic modéré (la RD 943) et deux routes à faible trafic[Note 9] : la RD 35, la RD 142 et la RD 162.

La RD 943 relie Montargis à Douchy et supporte en 1974 un trafic de 2 435 véhicules/jour dans la traversée de la commune[39]. La RD 142, qui relie Château-Renard à Melleroy, la RD 162, qui relie Saint-Maurice-sur-Aveyron à Courtenay et la RD 35 , qui relie Douchy à La Selle-en-Hermoy supportent un trafic inférieur à 500 véhicules/jour[39].

Transports en commun routiers[modifier | modifier le code]

En 2016, Triguères est desservie par la ligne régulière n°13 du réseau d'autocars interurbains Ulys qui relie Montcorbon à Montargis[40]. Cette ligne propose un nombre de dessertes variable en fonction des jours ouvrables de la semaine[41]. Des correspondances SNCF, avec le Transilien et le réseau Amelys sont assurées à la gare de Montargis. À compter du , la compétence des services de transports routiers interurbains, réguliers et à la demande est transférée des départements aux régions, et donc localement du département du Loiret à la région Centre-Val de Loire, consécutivement à la loi NOTRe du 7 août 2015[42].

Infrastructures ferroviaires[modifier | modifier le code]

La commune est située sur l'ancienne ligne ferroviaire Orléans - Châlons-sur-Marne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

Commune : territoire et institution[modifier | modifier le code]

La paroisse et bourg de Triguères acquiert le statut de municipalité avec le décret du de l'Assemblée Nationale[43] puis celui de « commune », au sens de l'administration territoriale actuelle, par le décret de la Convention nationale du 10 brumaire an II ()[44]. Il faut toutefois attendre la loi du sur l'organisation municipale pour qu'un régime juridique uniforme soit défini pour toutes les communes de France, point de départ de l’affirmation progressive des communes face au pouvoir central[45].

Aucun événement de restructuration majeure du territoire, de type suppression, cession ou réception de territoire, n'a affecté la commune depuis sa création[46].

Circonscriptions administratives et électorales de rattachement[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime, à la veille des États généraux de 1789, la paroisse de Triguères était rattachée sur le plan ecclésiastique de l'ancien diocèse de Sens[47] et sur le plan judiciaire au bailliage de Montargis[48].

La loi du divise le pays en 83 départements découpés chacun en six à neuf districts eux-mêmes découpés en cantons regroupant des communes. Les districts, tout comme les départements, sont le siège d’une administration d’État et constituent à ce titre des circonscriptions administratives. La commune de Triguères est alors incluse dans le canton de Chateaurenard, le district de Montargis et le département du Loiret[49].

La recherche d’un équilibre entre la volonté d’organiser une administration dont les cadres permettent l’exécution et le contrôle des lois d’une part, et la volonté d’accorder une certaine autonomie aux collectivités de base (paroisses, bourgs, villes) d’autre part, s’étale de 1789 à 1838[50]. Les découpages territoriaux évoluent ensuite au gré des réformes visant à décentraliser ou recentraliser l'action de l'État. La régionalisation fonctionnelle des services de l'État (1945-1971) aboutit à la création de régions[51]. L'acte I de la décentralisation de 1982-1983 constitue une étape importante en donnant l'autonomie aux collectivités territoriales, régions, départements et communes[52]. L'acte II intervient en 2003-2006[53], puis l'acte III en 2012-2015.

Le tableau suivant présente les rattachements, au niveau infra-départemental, de la commune de Triguères aux différentes circonscriptions administratives et électorales ainsi que l'historique de l'évolution de leurs territoires.

Circonscription Nom Période Type Évolution du découpage territorial
District Montargis 1790-1795 Administrative La commune est rattachée au district de Montargis de 1790 à 1795[46],[49]. La Constitution du 5 fructidor an III, appliquée à partir de vendémiaire an IV (1795) supprime les districts, rouages administratifs liés à la Terreur, mais maintient les cantons qui acquièrent dès lors plus d'importance[54].
Canton Chateaurenard 1790-1801 Administrative et électorale Le 10 février 1790, la municipalité de Triguères est rattachée au canton de Chateaurenard qui comprend sept municipalités[55]. Les cantons acquièrent une fonction administrative avec la disparition des districts en 1795.
Château-Renard 1801-2015 Sous le Consulat, un redécoupage territorial visant à réduire le nombre de justices de paix ramène le nombre de cantons dans le Loiret de 59 à 31[56]. La commune, orthographiée alors Triguerres, est alors rattachée par arrêté du 9 vendémiaire an X (30 septembre 1801) au canton de Château-Renard qui comprend désormais dix communes[57],[46].
Courtenay 2015- Électorale La loi du [58] et ses décrets d'application publiés en février et [59] introduisent un nouveau découpage territorial pour les élections départementales. La commune est alors rattachée au nouveau canton de Courtenay[59]. Depuis cette réforme, plus aucun service de l'État n'exerce sa compétence sur un territoire s'appuyant sur le nouveau découpage cantonal. Le canton a disparu en tant que circonscription administrative de l'État ; il est désormais uniquement une circonscription électorale dédiée à l'élection d'un binôme de conseillers départementaux siégeant au conseil départemental[60].
Arrondissement Montargis 1801- Administrative Triguères est rattachée à l'arrondissement de Montargis depuis sa création en 1801[46],[57].
Circonscription législative 4e circonscription 2010- Électorale Lors du découpage législatif de 1986, le nombre de circonscriptions législatives passe dans le Loiret de 4 à 5. Un nouveau redécoupage intervient en 2010 avec la loi du . En attribuant un siège de député « par tranche » de 125 000 habitants, le nombre de circonscriptions par département varie désormais de 1 à 21[61],[62]. Dans le Loiret, le nombre de circonscriptions passe de cinq à six[63]. La réforme n'affecte pas Triguères qui reste rattachée à la quatrième circonscription[64].

Collectivités territoriales[modifier | modifier le code]

La commune de Triguères est rattachée au département du Loiret et à la région Centre-Val de Loire[65], à la fois circonscriptions administratives de l'État et collectivités territoriales.

Intercommunalités[modifier | modifier le code]

Le , un arrêté préfectoral transforme le SIVOM du canton de Château-Renard, créé le 2 avril 1968, en Communauté de Communes de Château-Renard qui comprend dix communes dont Triguères[66]. La commune appartient à d'autres établissements publics de coopération intercommunale, de type syndicats ou autres regroupements intercommunaux. Le découpage territorial de ces structures est en constante évolution dans une perspective de rationalisation et d'efficience des services[Note 10].

Le , la communauté de communes du Betz et de la Cléry (CCBC) et la communauté de communes de Château-Renard (CCCR) fusionnent pour donner naissance à la communauté de communes de la Cléry, du Betz et de l'Ouanne (3CBO). À l’occasion de cette fusion, le Syndicat d’Aménagement Rural (SAR) de Château-Renard et Courtenay, totalement inclus dans le périmètre de la 3CBO, fait partie intégrante de la nouvelle entité créée[67].

Personnalités élues par circonscription électorale de rattachement[modifier | modifier le code]

Au-delà du maire, premier magistrat administrant la commune, les personnalités élues dont le mandat est relatif à une collectivité à laquelle est rattachée la commune de Triguères et représentant donc le territoire communal au sein de chacune de ces collectivités sont les suivantes :

Élections Circonscription électorale Élu de la circonscription
Niveau Type Titre Nom Début de mandat Fin de mandat
Groupe communal Municipales et communautaires Commune de Triguères Maire Michel Raigneau 2014 2020
Communauté de communes de la Cléry, du Betz et de l'Ouanne Président de l'intercommunalité Lionel de Rafélis 2017 2020
Département Départementales Canton de Courtenay Conseillère départementale Corinne Melzassard 29 mars 2015 2021
Conseiller départemental Frédéric Néraud
Région Régionales Région Centre-Val de Loire Président du conseil régional François Bonneau 18 décembre 2015[68] 2021[69]
Pays Législatives 4e circonscription Député Jean-Pierre Door

Politique et administration municipales[modifier | modifier le code]

Conseil municipal et maire[modifier | modifier le code]

Depuis les élections municipales de 2014, le conseil municipal de Triguères, commune de plus de 1 000 habitants, est élu au scrutin proportionnel de liste à deux tours (sans aucune modification possible de la liste)[70], pour un mandat de six ans renouvelable[71]. Il est composé de 15 membres [72]. L'exécutif communal, est constitué par le maire, élu par le conseil municipal, parmi ses membres, pour un mandat de six ans, c'est-à-dire pour la durée du mandat du conseil.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  en cours Michel Raigneau UMP-LR Retraité - Ancien conseiller général du canton de Château-Renard (2005-2015)
Les données manquantes sont à compléter.

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

Gestion des déchets[modifier | modifier le code]

En 2016, la commune est membre du syndicat d'aménagement rural (SAR) des cantons de Courtenay et Château-Renard. Celui-ci assure la collecte et le traitement des ordures ménagères résiduelles[Note 11] en porte à porte, des emballages ménagers recyclables, des journaux-magazines et du verre en points d’apport volontaire[73]. Un réseau de trois déchèteries accueille les encombrants et autres déchets spécifiques (déchets verts, déchets dangereux, gravats, ferrailles, cartons, cartouches/capsules, déchets dangereux). La déchèterie la plus proche est située sur la commune de Château-Renard[74]. Le SAR n’assure pas le traitement, ni la valorisation des déchets collectés qui sont effectués par le SMIRTOM et différents prestataires. Le SMIRTOM de Montargis procède à l'élimination et la valorisation énergétique des déchets ménagers dans l'unité d'Amilly, construite en 1969. Une convention de délégation du service public de traitement a été conclue en 2013 avec la société Novergie Centre, filiale énergie du Groupe Suez pour la valorisation énergétique des déchets[75].

Depuis le , la « gestion des déchets ménagers » ne fait plus partie des compétences de la commune mais est une compétence obligatoire de la communauté de communes de la Cléry, du Betz et de l'Ouanne (3CBO) en application de la loi NOTRe du [76]. À l'occasion de la création de la 3CBO, le Syndicat d’Aménagement Rural (SAR) de Château-Renard et Courtenay, totalement inclus dans le périmètre de cette nouvelle structure, est dissout par arrêté préfectoral du et les personnels, biens et équipements font désormais partie intégrante de la nouvelle communauté de communes[67].

Production et distribution d'eau[modifier | modifier le code]

Le service public d’eau potable est une compétence obligatoire des communes depuis l’adoption de la loi du 30 décembre 2006 sur l’eau et les milieux aquatiques[77]. Au , la production et la distribution de l'eau potable sur le territoire communal sont assurées par la commune elle-même[78]. La loi NOTRe du 7 août 2015 prévoit que le transfert des compétences « eau et assainissement » vers les communautés de communes sera obligatoire à compter du . Le transfert d’une compétence entraîne de facto la mise à disposition gratuite de plein droit des biens, équipements et services publics utilisés, à la date du transfert, pour l'exercice de ces compétences et la substitution de la communauté dans les droits et obligations des communes[79],[80].

Assainissement[modifier | modifier le code]

La compétence assainissement, qui recouvre obligatoirement la collecte, le transport et l’épuration des eaux usées, l’élimination des boues produites, ainsi que le contrôle des raccordements aux réseaux publics de collecte[81], est assurée par la commune elle-même[82]. La commune est raccordée à une station d'épuration située sur le territoire communal, mise en service le et dont la capacité nominale de traitement est de 600 EH, soit 100 m3/jour. Cet équipement utilise un procédé d'épuration biologique dit « à boues activées »[83],[84].

L’assainissement non collectif (ANC) désigne les installations individuelles de traitement des eaux domestiques qui ne sont pas desservies par un réseau public de collecte des eaux usées et qui doivent en conséquence traiter elles-mêmes leurs eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel[85]. Le Syndicat mixte d'Aménagement Rural des cantons de Courtenay et de Château-Renard a créé un service public d'assainissement non collectif (SPANC) qui a pour missions la vérification de la conception et de l’exécution des ouvrages pour les installations neuves ou réhabilitées et la vérification périodique du bon fonctionnement et de l’entretien des installations existantes[86],[87]. Depuis le , le SPANC est assuré par la 3CBO, dont la création a été accompagnée de la dissolution du Syndicat d’Aménagement Rural (SAR) de Château-Renard et Courtenay[67].

Prix de l'eau[modifier | modifier le code]

Le « prix de l’eau » doit permettre de financer l’ensemble des investissements (mise en place de nouveaux ouvrages, mise aux normes du patrimoine existant, renouvellement du patrimoine,...) mais aussi les frais de fonctionnement du service (frais de personnel du service, électricité, produits de traitement, renouvellement du matériel, analyses, élimination des déchets,...)[88]. L'observatoire national des services d'eau et d'assainissement publie la description actualisée des services publics d'eau potable et d'assainissement, qu’il s’agisse de leur organisation, de leur tarif ou de leur performance[89]. Le prix au m3 est calculé pour une consommation annuelle de 120 m3 (référence INSEE)[90].

Domaine Commune 2010 2011 2012 2013 2014 2015
Eau potable Triguères 1,48[91] NC[92] 1,60[93] 1,64[94] 1,64[95] 1,66[96]
Loiret 1,76[97] 1,7[98] 1,66[99] 1,69[100]
France 1,93[97] 1,96[98] 2,00[99] 2,03[100]
Assainissement Triguères 2,71[91] NC[92] 2,90[93] 2,97[94] 2,97[95] 2,97[96]
Loiret 2,07[97] 2,19[98] 2,25[99] 2,38[100]
France 1,73[97] 1,82[98] 1,85[99] 1,89[100]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : démographie de Triguères.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[101]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[102],[Note 12].

En 2014, la commune comptait 1 338 habitants, en diminution de -1,91 % par rapport à 2009 (Loiret : 2,42 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 098 1 231 1 236 1 264 1 286 1 291 1 395 1 490 1 439
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 457 1 534 1 601 1 572 1 626 1 616 1 640 1 588 1 551
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 542 1 470 1 515 1 263 1 297 1 324 1 302 1 310 1 223
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
1 261 1 219 1 145 1 086 1 122 1 152 1 335 1 332 1 338
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[103] puis Insee à partir de 2006[104].)
Histogramme de l'évolution démographique

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de Triguères.

Le village compte deux monuments inscrits à l'inventaire des monuments historiques français :

L’église Saint-Martin des XIe, XIIe et XVIe siècles inscrite à l'inventaire des monuments historiques le [105]. L'église contient plusieurs objets classés Monuments historiques au titre d'objet : deux reliquaires du XIIIe siècle, l'un en argent et en cristal[106], l'autre en cuivre[107] ; un tableau de l'école flamande du XVIe siècle représentant le Christ de pitié[108] ; un autel daté de 1673 signé du sculpteur Vatimel[109] ; une statue du XVe siècle représentant la Vierge à l'Enfant[110] ; une cloche en bronze datée de 1692[111] ; une plaque en pierre du XIe siècle commémorant la construction de l'église[112].

Le manoir du Grand-Courtoiseau des XVIIe et XVIIIe siècles inscrit à l'inventaire des monuments historiques le [113]. Le manoir est situé à l'emplacement d'une ancienne forteresse qui avait été construite vers 1480. Parmi les hôtes célèbres du manoir, on note le miniaturiste Jean-Baptiste Augustin qui y vécut de 1819 jusqu'à 1832, année de sa mort ; le naturaliste Auguste-Henri Cornut de la Fontaine de Coincy (1837-1903) ; à partir de 1906, le journaliste et homme politique Alfred-Léon Gérault-Richard ; à partir de 1946, s'y sont succédé notamment l'écrivain Hervé Bazin qui y vécut en autarcie et y écrit ses dernières œuvres, et le chanteur compositeur Marcel Mouloudji. Depuis 1991 on peut visiter le jardin du Grand Courtoiseau, créé par Alain Richer[114],[115].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

ZNIEFF[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes au plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Le territoire communal de Triguères ne comprend pas de ZNIEFF[116].

Natura 2000[modifier | modifier le code]

Une marnière au lieu-dit la Montagne des Bruyères, près des Raignaults et du ru de la Dardenne, sert de gîte d’hibernation pour des chauve-souris. Elle a été regroupée avec sept autres marnières de l'est du Loiret dans le même cas[117], cet ensemble de cinq sites ayant en 2013 été classé en Zone Spéciale de Conservation et le tout intégré au réseau Natura 2000.

La marnière de Triguères, dont le plus long boyau atteint 62 m, est la plus grande des grottes de ce groupe. Elle est également la seule du groupe à abriter des barbastelles, apparues en 2003. On y trouve aussi des vespertilions à oreilles échancrées et des grands murins[118],[119].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Triguères est situé dans l'académie d'Orléans-Tours et dans la circonscription de Montargis-Est. La commune possède une école maternelle et une école primaire[120].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Le gisement du Moustérien a été découvert par Aurèle Chevillon en 1922 ; Chevillon l'a régulièrement exploré jusqu'en 1939. Il se trouve près du croisement des coordonnées 648 long. et 328 lat. sur la carte d'état-major. Ses limites sont : à l'Est-Nord-Est, le chemin Perré ; au nord-Ouest, la route de Triguères à Chuelles ; au Sud-Sud-Ouest, le bois de la Garenne.
  2. Coordonnées de l'emplacement de l'amphithéâtre : 47° 56′ 29,45″ N, 2° 58′ 48,26″ E. Il est encore bien visible sur des photographies satellites. Même si une maison a été construite à l'emplacement de l'arène, le relief de son grand arc de cercle est très nettement marqué sur les cartes d'état-major.
  3. Coordonnées du moulin du Chemin : 47° 56′ 18,88″ N, 2° 58′ 48,98″ E.
  4. Coordonnées du lieu-dit Les Vallées : 47° 55′ 55,73″ N, 2° 58′ 21,75″ E
  5. Coordonnées du lieu-dit Les Monts : 47° 56′ 07,13″ N, 2° 57′ 02,28″ E
  6. Une inscription gravée dans une pierre sur la face nord du contrefort méridional du portail indique : « VIII IDUS IVNII OBIIT AIMERIDVS SACERDOS QVI FECIT ISTAM » (« Le 8 des ides de juin mourut Aimeridus prêtre qui fit celle-ci »).
  7. Les compartiments du reliquaire en cuivre sont noyés dans de la cire rouge pour retenir les reliques. Certains ne sont accompagnés d'aucun écrit ; les autres indiquent respectivement des reliques de saint Jean-Baptiste (sang et cheveux), saint Philippe (tête), saint Jacques (Jacob), sainte Agnès (Agneti - os), sainte Madeleine (os), saint Etienne (Stephani), saint Grégoire, Symonis et Jude. Dans la partie supérieure un compartiment est en forme de croix et contient des parcelles de la vraie croix. Les photos des reliquaires et de la gaine en cuir ont été publiées à l'origine dans le Bulletin n° XII de la Société d'émulation de l'arrondissement de Montargis. Eugène Jarry.
  8. La dalle porte l'inscription : Cigît Guillaume Davy en son vivant seigneur de la Fouynière et du petit Jussy qui trépassa le neuvième jour de juin mil cinq Cens trente et Cinq et auprès de lui Jehanne Poncet en son vivant femme dudit Davy laquelle trépassa le XIIJ. Jour de may mil Vc VIIIJ. Prie pour eux…
  9. Une route est dite à faible trafic lorsqu'elle supporte un trafic inférieur à 1 500 véhicules/jour.
  10. La commune peut faire partie de diverses autres intercommunalités qui ne sont pas représentées : des syndicats (syndicats intercommunaux à vocation unique (SIVU), (syndicats intercommunaux à vocation multiple (SIVOM), syndicats mixtes) ou d’autres regroupements intercommunaux (programme local de l'habitat (PLH), contrat local de santé (CLS), centre intercommunal d'action sociale (CIAS).
  11. Les déchets ménagers résiduels comprennent les déchets obtenus après extraction des autres fractions, valorisables, de déchets.
  12. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
Références
  1. « Gentilés des communes du Loiret », sur habitants.fr (consulté le 9 février 2013)
  2. « Zonage en petites régions agricoles », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le 25 juillet 2015)
  3. « Orthodromie entre "Triguères" et "Orléans », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 25 juillet 2015).
  4. « Orthodromie entre "Triguères" et "Montargis" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 25 juillet 2015).
  5. « Fiche communale », sur http://www.insee.fr/ (consulté le 25 juillet 2015).
  6. « Villes les plus proches de Triguères », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 25 juillet 2015).
  7. Les cours d'eau sur Triguères, sur Géoportail.
  8. a et b Eugène Jarry, « Notice archéologique sur l'église de Triguères (Loiret) », Annales de la Société historique et archéologique du Gâtinais, Fontainebleau, Maurice Bourges, t. 24,‎ , p. 79-111. p.93 (lire en ligne)
  9. Archives Nationales-JJ 58, fol. 105, no 233
  10. A.N.-JJ 141, no 124, fol. 69
  11. Archives Nationales-JJ 164, no 28, fol. 17
  12. Bibliothèque municipale d’Orléans, manuscrit 995, fol. 251.
  13. Carte de Cassini.
  14. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, librairie Droz, Genève, N° 45370.
  15. ibidem
  16. Origine des noms de villes et villages du Loiret (2003), p. 262
  17. Eugène Boutet de Monvel, Étude sur les expéditions de J. César dans les Carnutes, pp. 167-169. Mémoire de la Société d'Agriculture, Sciences, Belles-Lettres et Arts d'Orléans. Imprimerie Émile Puget, Orléans, 1863.
  18. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Eugène Boutet de Monvel, « Nouvelle étude sur les ruines celtiques et gallo-romaines de la commune de Triguères », Mémoire de la Société d'Agriculture, Sciences, Belles-Lettres et Arts d'Orléans, Orléans, Imprimerie d’Émile Puget et compagnie, t. 7,‎ , p. 137-172 (lire en ligne)
  19. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n Liliane Violas, « Histoire d'il y a belle lurette..., Triguères », L’Éclaireur du Gâtinais, no 2780,‎ (lire en ligne)
  20. Aurèle Chevillon, « La station moustérienne de la Garenne, commune de Triguères (Loiret) », Bulletin de la Société préhistorique de France, vol. 47, no 6-8,‎ , p. 372-375 (lire en ligne)
  21. Abbé André Nouel, Les découvertes des Ages du Bronze et du Fer dans le département du Loiret. Bulletin de la Société préhistorique de France, 1963, Volume 60, N° 7-8, pp. 389-395.
  22. M.A. Bréan, Itinéraire de l'expédition de César, 1865.
  23. Eugène Boutet de Monvel, « Étude sur les expéditions de Jules César dans les Carnutes », Mémoire de la Société d'agriculture, sciences belles-lettres et arts d'Orléans, t. 7,‎ , p. 5-102 (lire en ligne)
  24. a, b, c et d Eugène Jarry, opus cit.
  25. Eugène Jarry, opus cit. p. 95.
  26. Eugène Jarry, opus cit. p. 101.
  27. Eugène Jarry, opus cit. p. 100.
  28. Eugène Jarry, opus cit. p. 102.
  29. Eugène Jarry, opus cit. p. 104.
  30. Eugène Jarry, opus cit. p. 110.
  31. Eugène Jarry, opus cit. p. 111.
  32. Dupré de Saint-Maur et Buffon avaient collaboré à l'établissement de tables de mortalité (Lavoisier, Mémoires présentés à l'Assemblée de l'Orléanais, 1893 (1788).
  33. Jeanine Sodigné-Loustau, « L'accueil des réfugiés civils espagnols de 1936 à 1940. Un exemple : la région Centre ». Dans Matériaux pour l'histoire de notre temps, 1996, n° 44, p. 43.
  34. a et b Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 47.
  35. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 43-44.
  36. Le blason de la commune sur Gaso. Consultation : avril 2010.
  37. [PDF]« État d'avancement des procédures d'urbanisme dans le Loiret au 1er janvier 2016 », sur http://www.loiret.gouv.fr/, (consulté le 3 mai 2016), p. 107
  38. « État d'avancement des procédures d'urbanisme dans le Loiret », sur http://www.loiret.gouv.fr/, (consulté le 3 mai 2016)
  39. a et b « Carte du trafic 2014 sur le réseau routier du Loiret », sur le site d'information géographique du Loiret, (consulté le 3 mai 2016)
  40. « Plan du réseau Ulys », sur http://www.ulys-loiret.com/ (consulté le 3 mai 2016)
  41. Fiche horaire de la ligne Montcorbon-Montargis pour la période du au 31 août 2016', [lire en ligne][PDF].
  42. Aloïs Ramel, Alexandra Aderno, « Loi NOTRe et transports publics », sur http://web.lexisnexis.fr/, (consulté le 16 mai 2016)
  43. Motte 2003, p. 24
  44. Motte 2003, p. 23
  45. « Les grands principes de la loi municipale de 1884 », sur le site du sénat, (consulté le 18 octobre 2015)
  46. a, b, c et d « Notice communale de Triguères », sur le site de l'EHESS (consulté le 18 octobre 2015).
  47. « Ancien diocèse de Sens », sur http://www.francegenweb.org/ (consulté le 16 octobre 2015)
  48. « Bailliages de la région Centre », sur Dictionnaire toponymique de la région Centre - Val de Loire (consulté le 16 octobre 2015)
  49. a et b Prudhomme 1798, p. 162.
  50. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 3.
  51. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 41-46.
  52. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 61-72.
  53. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 118-138.
  54. Gérard Lang, « Le Code officiel géographique (COG) - 4.3. : l’œuvre révolutionnaire », sur http://projetbabel.org/, (consulté le 18 octobre 2015).
  55. Denis Jeanson, « Cantons de la région Centre-Val de Loire », sur Dictionnaire toponymique de la région Centre - Val de Loire (consulté en 18 octobre 201518 octobre 2015), p. 6.
  56. Gérard Lang, « Le Code officiel géographique (COG) - 4.4. : le Consulat et l'Empire », sur http://projetbabel.org/, (consulté le 18 octobre 2015)
  57. a et b « Arrêté du 9 vendémiaire an X portant réduction des justices de paix du département du Loiret - Bulletin des lois de 1801 - page 43 », sur http://gallica.bnf.fr (consulté le 18 octobre 2015)
  58. « LOI no  2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral », JORF no 0114 du 18 mai 2013 p. 8242, (consulté le 18 octobre 2015).
  59. a et b « Décret n° 2014-244 du 25 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Loiret », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 18 octobre 2015).
  60. « Question no 460 de M. Jean-Jacques Cottel », sur http://questions.assemblee-nationale.fr/, (consulté le 18 octobre 2015).
  61. « Législatives 2012 : élections selon des modalités révisées. », sur http://www.vie-publique.fr/ (consulté le 22 septembre 2015).
  62. « Délimitation des circonscriptions législatives - Loi ratifiant l'ordonnance n° 2009-935 du 29 juillet 2009 portant répartition des sièges et délimitation des circonscriptions pour l'élection des députés », sur le site du sénat (consulté le 22 septembre 2015).
  63. « Carte du découpage législatif du Loiret », sur http://www.elections-legislatives.fr/ (consulté le 22 septembre 2015).
  64. « Rattachements dans le Loiret avant et après la réforme de 2010 », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le 18 octobre 2015).
  65. « Rattachements administratifs de la commune de Triguères », sur le site de l'Insee (consulté le 18 octobre 2015)
  66. « Communautés de communes de la région Centre-Val de Loire », sur Dictionnaire toponymique de la région Centre - Val de Loire (consulté le 18 octobre 2015)
  67. a, b et c « Intercommunalité : Courtenay, membre de la Communauté de Communes de la Cléry, du Betz et de l’Ouanne (3CBO) », sur http://www.courtenay45.fr/ (consulté le 3 mai 2017)
  68. « François Bonneau (PS) réélu président du Centre-Val de Loire », sur http://www.lanouvellerepublique.fr/, (consulté le 29 décembre 2015)
  69. Xavier Brivet, « Les nouvelles règles relatives aux régionales 2015 », sur http://www.courrierdesmaires.fr/, (consulté le 29 décembre 2015)
  70. Loi no 2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral, article 51 et son décret d'application no 2013-938 du 18 octobre 2013.
  71. « Election des conseillers municipaux et du maire », sur le site de la DGCL (consulté le 18 octobre 2015)
  72. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  73. « Rapport d'activités 2015 du SAR des cantons de Courtenay et Château-Renard. », sur http://www.sar45.fr/ (consulté le 2 mai 2017), p. 7
  74. « Rapport d'activités 2015 du SAR des cantons de Courtenay et Château-Renard. », sur http://www.sar45.fr/ (consulté le 2 mai 2017), p. 14
  75. « UIOM d'Amilly - Valorisation énergétique : les Ordures Ménagères », sur http://www.smirtom.fr/ (consulté le 2 mai 2017)
  76. « Schéma de coopération intercommunale du Loiret », sur http://www.loiret.gouv.fr/, (consulté le 2 mai 2017), p. 4
  77. [PDF]« Les services publics d'eau et d'assainissement. », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le 9 juillet 2017)
  78. « composition communale des services d'eau potable pour l'année 2016 », sur http://www.services.eaufrance.fr, (consulté le 19 juillet 2017)
  79. Article L1321-1 du Code général des collectivités territoriales et suivants
  80. AMF, « Loi NOTRe : transfert des compétences « eau et assainissement » aux EPCI à fiscalité propre », sur http://amf83.fr/, (consulté le 19 juillet 2017)
  81. Les services publics d'eau et d'assainissement ", p. 16
  82. « composition communale des services d'assainissement collectif pour l'année 2016 », sur http://www.services.eaufrance.fr, (consulté le 19 juillet 2017)
  83. « Catalogue des stations d'épuration en service dans le Loiret au 21 juin 2016 », sur http://www.eau-loire-bretagne.fr/ (consulté le 19 juillet 2017)
  84. « Station d'épuration de Triguères », sur http://www.sandre.eaufrance.f (consulté le 19 juillet 2017)
  85. « Tout savoir sur l’assainissement non collectif », sur le portail ministériel de l'assainissement non collectif (consulté le 18 juillet 2017)
  86. « composition communale des services d'assainissement non collectif pour l'année 2016 », sur http://www.services.eaufrance.fr, (consulté le 18 juillet 2017)
  87. « SAR des cantons de Courtenay et de Château-Renard - SPANC », sur http://www.sar45.fr (consulté le 18 juillet 2017)
  88. « Note sur la tarification des services de l’eau et de l’assainissement », sur http://www.loiret.gouv.fr/, (consulté le 19 juillet 2017)
  89. « Observatoire national des services d'eau et d'assainissement », sur http://www.services.eaufrance.fr/ (consulté le 19 juillet 2017)
  90. « Prix TTC du service au m³ pour 120 m³ », sur http://www.services.eaufrance.fr/ (consulté le 19 juillet 2017)
  91. a et b Prix de l'eau en 2010 à Triguères.
  92. a et b Prix de l'eau en 2011 à Triguères.
  93. a et b Prix de l'eau en 2012 à Triguères.
  94. a et b Prix de l'eau en 2013 à Triguères.
  95. a et b Prix de l'eau en 2014 à Triguères.
  96. a et b Prix de l'eau en 2015 à Triguères.
  97. a, b, c et d Prix de l'eau en 2010 dans le Loiret.
  98. a, b, c et d Prix de l'eau en 2011 dans le Loiret.
  99. a, b, c et d Prix de l'eau en 2012 dans le Loiret.
  100. a, b, c et d Prix de l'eau en 2013 dans le Loiret.
  101. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  102. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  103. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  104. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  105. « L'église Saint-Martin », notice no PA00099035, base Mérimée, ministère français de la Culture
  106. « Reliquaire en argent », notice no PM45000859, base Palissy, ministère français de la Culture
  107. « Reliquaire en cuivre », notice no PM45000858, base Palissy, ministère français de la Culture
  108. « Tableau du Christ de pitié », notice no PM45000717, base Palissy, ministère français de la Culture
  109. « Autel », notice no PM45000716, base Palissy, ministère français de la Culture
  110. « Statue de la Vierge à l'Enfant », notice no PM45000715, base Palissy, ministère français de la Culture
  111. « Cloche », notice no PM45000714, base Palissy, ministère français de la Culture
  112. « Plaque commémorative », notice no PM45000713, base Palissy, ministère français de la Culture
  113. « Le manoir du Grand-Courtoiseau », notice no PA45000019, base Mérimée, ministère français de la Culture
  114. « Les jardins du Grand Courtoiseau », sur www.grand-courtoiseau.fr (consulté le 27 avril 2010)
  115. Vidéo incluant une séquence sur les jardins du Grand Courtoiseau (de 1'12 à 2'30), sur youtube.com.
  116. « Liste des ZNIEFF de la commune de Triguères », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 3 août 2015).
  117. Huit marnières souterraines à Chantecoq, La Chapelle-sur-Aveyron, Château-Renard, Dordives, Douchy et Triguères, abritant des chauve-souris, sont ensemble désignées comme « Grottes d'intérêt régional de l'est du Loiret » sous le même code (Code Natura 2000 : 8310).
  118. Les sites à chauve-souris de l'est du Loiret. Document d'objectifs du site Natura 2000. Octobre 2005. Pp. 23-24 : relevés de la grotte de Triguères ; p. 38 : tableau de répartition des espèces de chauve-souris trouvées dans les sites respectifs.
  119. Sites à chauves-souris de l'est du Loiret, fiche INPN.
  120. « liste des écoles de la circonscription de Montargis-Est », sur www.ac-orleans-tours.fr (consulté le 27 avril 2010)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Marie Cassagne et Mariola Korsak, Origine des noms de villes et villages du Loiret, Éditions Jean-Michel Bordessoules, , 285 p. (ISBN 2-913471-64-1)
  • Louis Marie Prudhomme, Dictionnaire géographique et méthodique de la République française en 120 départements, volume 1, Paris, Louis Marie Prudhomme, , 673 p. (lire en ligne).
  • Collectif, Loiret : un département à l'élégance naturelle, Paris, Christine Bonneton, , 319 p. (ISBN 978-2-86253-234-9)
  • Abbé Patron, Département du Loiret - Dictionnaire des communes, Paris, Comédit, 1991, réédition de 1870 (ISBN 2-909112-01-2)
  • Claude Motte, Isabelle Séguy & Christine Théré, avec la collaboration de Dominique Tixier-Basse, Communes d’hier, communes d’aujourd’hui - Les communes de la France métropolitaine, 1801-2001. Dictionnaire d’histoire administrative, Paris, Institut National d’Études Démographiques,, , 408 p. (ISBN 978-2-7332-1028-4)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :