Louzouer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Louzouer
La mairie
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loiret
Arrondissement Montargis
Canton Courtenay
Maire
Mandat
Denise Konneradt
2014-2020
Code postal 45210
Code commune 45189
Démographie
Population
municipale
281 hab. (2012)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 02′ 20″ N 2° 52′ 56″ E / 48.0388888889, 2.8822222222248° 02′ 20″ Nord 2° 52′ 56″ Est / 48.0388888889, 2.88222222222  
Altitude Min. 112 m – Max. 138 m
Superficie 11,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte administrative du Loiret
City locator 14.svg
Louzouer

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte topographique du Loiret
City locator 14.svg
Louzouer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Louzouer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Louzouer

Louzouer est une commune française, située dans le département du Loiret en région Centre-Val de Loire.

La prononciation gâtinaise de Louzouer est « Louzoir ».

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans l'aire urbaine de Montargis.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des derniers maires
Période Identité Étiquette Qualité
2001 en cours Marcel Dumas    
19?? 19?? André Quetu    
19?? 19?? Berger    
18?? 18?? Bellenger    

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de Louzouer.

En 2012, la commune comptait 281 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
274 271 251 283 262 301 371 390 370
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
356 330 350 349 324 304 300 286 266
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
231 248 238 190 186 182 177 160 184
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2012
151 154 147 182 226 277 271 269 281
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Le menhir de la Chaise[3], qui mesure environ quatre mètres de hauteur, est l'un des plus grand mégalithe de la région Centre[4]. Il présente de nombreuses protubérances. Cette pierre a reçu plusieurs noms : La Chaise, le menhir formant le dossier d’une chaise et la pierre de calage le siège (cette pierre de calage de 40 cm de hauteur est situé au nord). Ce nom est resté celui du lieu-dit ; La Grande Pierre, celle-ci étant la plus grande des régions Centre, Bourgogne et Île de France ; La Pierre de Minuit, d’après une légende, le menhir ferait un tour sur lui-même, à minuit, la nuit de Noël ; Pierrefitte, sous Philippe VI au XIVe siècle.

La forêt domaniale de Montargis est partiellement située sur le territoire de la commune.

Culture[modifier | modifier le code]

L'association « Louzou'art » propose des cours collectifs de peinture sur porcelaine et sur bois, de mosaïque et d'encadrement.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2012
  3. Cce mégalithe est utilisé lors de la fixation des limites féodales au cours de la moitié du XIVe siècle. Pour séparer les châtellenies de Montargis et de Courtenay, les commissaires choisirent le menhir de « La Chaise » comme borne stable et facilement identifiable. Ce mégalithe est désigné dans les lettres de juin 1336 par lesquelles Philippe VI entérina le travail de délimitation sous le nom de « Pierrefitte » (pierre figée) - Archives Nationales.J.167. Cette dernière dénomination se rencontre dans des actes bien plus récents, mais elle est quelque peu tombée en désuétude : sur les plans de la seconde moitié du XVIIIe siècle, elle porte le nom de « la Grande Pierre ».
  4. Répertoire des mégalithes, Christian Laroze, 1989.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :