Chevry-sous-le-Bignon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chevry et Bignon.
Chevry-sous-le-Bignon
Image illustrative de l'article Chevry-sous-le-Bignon
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loiret
Arrondissement Montargis
Canton Courtenay
Intercommunalité Communauté de communes des Quatre Vallées
Maire
Mandat
Jean-Michel Bouquet
2014-2020
Code postal 45210
Code commune 45094
Démographie
Gentilé Chevriots
Population
municipale
227 hab. (2012)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 08′ 30″ N 2° 53′ 53″ E / 48.1416666667, 2.8980555555648° 08′ 30″ Nord 2° 53′ 53″ Est / 48.1416666667, 2.89805555556
Altitude Min. 97 m – Max. 133 m
Superficie 7,40 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte administrative du Loiret
City locator 14.svg
Chevry-sous-le-Bignon

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte topographique du Loiret
City locator 14.svg
Chevry-sous-le-Bignon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chevry-sous-le-Bignon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chevry-sous-le-Bignon
Liens
Site web www.chevry45.fr

Chevry-sous-le-Bignon est une commune française, située dans le département du Loiret en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Chevry-sous-le-Bignon et des communes limitrophes

La commune de Chevry-sous-le-Bignon se trouve dans le quadrant nord-est du département du Loiret, dans la région agricole du Gâtinais pauvre[1]. À vol d'oiseau, elle se situe à 78,2 km d'Orléans[2], préfecture du département, à 19,3 km de Montargis[3], sous-préfecture, et à 9,6 km de Ferrières-en-Gâtinais, ancien chef-lieu du canton dont dépendait la commune avant mars 2015. La commune fait partie du bassin de vie de Ferrières-en-Gâtinais[4].

Les communes les plus proches sont : Le Bignon-Mirabeau (2 km), Pers-en-Gâtinais (2,4 km), Chevannes (2,8 km), Rozoy-le-Vieil (3,8 km), Égreville (4,5 km, en Seine-et-Marne), Bransles (5,1 km, en Seine-et-Marne), Jouy (6,3 km, dans l'Yonne), Bazoches-sur-le-Betz (6,6 km), Mérinville (7,1 km) et Villebéon (8,2 km)[5].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le bourg est établi sur les deux rives du Betz, sous-affluent de la Seine par le Loing, à deux kilomètres en aval du Bignon[Quoi ?].

Paysages et urbanisation[modifier | modifier le code]

Le bourg de Chevry-sous-le-Bignon est entouré de hameaux construits en étoile sur les plateaux environnants.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2014 en cours Jean-Michel Bouquet    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 227 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
312 334 329 325 382 363 359 375 417
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
423 430 397 369 377 338 352 362 358
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
321 309 324 292 296 274 264 252 245
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
186 172 149 122 171 201 224 230 227
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Le Chevry-sous-le-Bignon est un producteur de fromage. C'est la famille Chatelle qui est à l'origine de la première production dans cette région en 1890. Le chevry est un petit fromage de chèvre servi dans un pot d'argile recouvert de suie.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments et sites[modifier | modifier le code]

Église Saint-Jean-Baptiste.

L'église Saint-Jean-Baptiste construit au 4e quart du XIIe siècle : fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [8]. L'église contient une cloche de 1749 qui fait l’objet d’un classement au titre objet des monuments historiques depuis le [9], une grille de chœur (improprement appelée jubé) du 1er quart du XVIIe siècle qui fait l’objet d’un classement au titre objet des monuments historiques depuis le [10], sur le mur nord de la nef des restes de peintures murales, qui fait l’objet d’une inscription au titre objet des monuments historiques[11], sur le mur sud de la nef des restes de peintures murales : cavaliers qui fait l’objet d’une inscription au titre objet des monuments historiques[12].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Christophe Malavoy, acteur et réalisateur français né en 1952, y réside une grande partie de l'année.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :