Fontenouilles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fontenouilles
Fontenouilles
Fontenouilles vu de l'ouest
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Auxerre
Canton Charny
Intercommunalité CC de l'orée de Puisaye
Maire délégué Régis Moreau
Code postal 89120
Code commune 89178
Démographie
Population 218 hab. (2013)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 53′ 25″ nord, 3° 02′ 49″ est
Altitude Min. 141 m
Max. 199 m
Superficie 16,48 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Charny-Orée-de-Puisaye
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yonne

Voir sur la carte administrative de l'Yonne
City locator 15.svg
Fontenouilles

Géolocalisation sur la carte : Yonne

Voir sur la carte topographique de l'Yonne
City locator 15.svg
Fontenouilles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Fontenouilles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Fontenouilles

Fontenouilles est une ancienne commune française, située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne-Franche-Comté, devenue, le , une commune déléguée de la commune nouvelle de Charny-Orée-de-Puisaye.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Triguères
(Loiret)
Douchy
(Loiret)
Chêne-Arnoult Rose des vents
Melleroy
(Loiret)
N Chêne-Arnoult
Charny
O    Fontenouilles    E
S
Saint-Maurice-sur-Aveyron
(Loiret)
Chambeugle Charny

Histoire[modifier | modifier le code]

Fontenouilles s'appelait autrefois Fontenelles-lez-Charny, en raison du grand nombre de sources et autres points d'eau sur la commune.

En 1535 Fontenouilles appartenait aux Célestins de Sens, co-seigneurs avec les barons de Châtillon-sur-Loing (maintenant Châtillon-Coligny).

La loi portant que la commune de Fontenouilles sera distraite du canton de Château Renard département du Loiret et réunie au canton de Charny département de l'Yonne, du 7 Thermidor an IV affecte la commune au département de l'Yonne.

En 1857 il y avait 518 habitants[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    René Moreau    
juin 1995 mars 2008 Jean-Claude Jatteau PCF  
mars 2008 2015 Régis Moreau[2]    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 218 habitants, en augmentation de 3,32 % par rapport à 2008 (Yonne : -0,46 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
422471436457478435448485518
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
534574571560557535539551527
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
523501502422435423370357348
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2013
325297215177199209209221218
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Vérain, gothique, date du XVIe siècle. Son porche de style roman a été retouché au XVIIIe siècle ; il est flanqué de fines colonnettes, avec une archivolte terminée par deux culs de lampe. L'intérieur est d'un seul tenant, l'ancienne séparation entre le narthex et la nef a été supprimée. Trois vieilles marches mènent à l'autel. La sacristie a également été démolie et sa porte d'accès, au fond, a été bouchée. Une autre porte au fond s'ouvre sur un placard.
Les fonts baptismaux, près de l'entrée, sont octogonaux et en pierres taillées. La porte d'entrée est surmontée d'une belle statue de la Vierge à l'Enfant en bois polychrome. Les murs de la nef voutée en bois sont ornés de quatorze cadres sculptés du Chemin de Croix, donnés par la comtesse de la Gruerie. La chaire à droite est face à un grand Christ sur le mur de gauche, qui est encadré de deux statues en bois polychrome dont celle du côté du chœur étant de saint Vérain terrassant le dragon avec son bâton de pèlerin. En vis-à-vis, encadrant la chaire sur le mur de droite, se trouvent une statue de la Vierge et une autre de sainte Thérèse de Lisieux. Dans le chœur, l'autel d'origine, en bois polychrome incrusté d'une plaque de marbre rouge, est avancé de trois mètres pour permettre au prêtre de faire face aux fidèles. Ses montants d'angle sont ornés de colonnades cannelées, et le panneau central est divisé en sept parties ; un soleil avec un agneau portant une croix au centre, est entouré de deux groupes de trois saints et saintes de part et d'autre. Un beau retable est composé de trois tableaux. Celui du centre, représentant une descente de croix, est entouré de deux colonnes cannelées et de deux groupes de motifs comportant une gerbe de blé, un évangéliaire et un encensoir. Le tableau de droite est une trinité devant une foule prosternée. Le tableau de gauche comporte deux rois en manteau d'hermine regardant un angelot. Les trois côtés du retable sont peints, d'une mater dolorosa à gauche, d'un saint Jean à droite, et sur la face d'un Jésus en train d'enseigner. De chaque côté du chœur se trouvent des stalles en bois.

Partiellement restaurée en 1931, des travaux ont été entrepris pour un meilleur travail à l'extérieur autant qu'à l'intérieur, le tout réalisé par tranches. L'extérieur des murs a déjà été fait, et le coq du clocher a été remplacé en 1996.

Château de la Gruerie

Carte postale ancienne du Château de la Gruerie
Fontenouilles - Château de la Gruerie

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire de Fontenouilles sur le site de la commune.
  2. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 24 décembre 2013.
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .