Douchy (Loiret)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Douchy.
Douchy
Le moulin de la Forge.
Le moulin de la Forge.
Blason de Douchy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loiret
Arrondissement Montargis
Canton Courtenay
Intercommunalité SIVOM du canton de Château-Renard
Maire
Mandat
Dominique Talvard
2014-2020
Code postal 45220
Code commune 45129
Démographie
Gentilé Douchyssois[1]
Population
municipale
1 041 hab. (2012)
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 56′ 35″ N 3° 03′ 12″ E / 47.9430555556, 3.053333333347° 56′ 35″ Nord 3° 03′ 12″ Est / 47.9430555556, 3.0533333333  
Altitude Min. 121 m – Max. 190 m
Superficie 23,51 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte administrative du Loiret
City locator 14.svg
Douchy

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte topographique du Loiret
City locator 14.svg
Douchy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Douchy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Douchy

Douchy est une commune française, située dans le département du Loiret en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Douchy et des communes limitrophes.

La Chanteraine, affluent de l'Ouanne, traverse le territoire de la commune.
Le ru du Cuivre se jette dans l'Ouanne à Douchy.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Moulin de Launay.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Entre le 29 janvier et le 8 février 1939, plus de 2 800 réfugiés espagnols fuyant l'effondrement de la république espagnole devant les troupes de Franco, arrivent dans le Loiret. Devant l'insuffisance des structures d'accueil d’Orléans, 46 centres d’accueil ruraux sont ouverts[2], dont un à Douchy[3]. Les réfugiés, essentiellement des femmes et des enfants (les hommes sont désarmés et retenus dans le Sud de la France), sont soumis à une quarantaine stricte, vaccinés, le courrier est limité, et le ravitaillement, s'il est peu varié et cuisiné à la française, est cependant assuré[4]. Une partie des réfugiés rentrent en Espagne, incités par le gouvernement français qui facilite les conditions du retour, ceux préférant rester sont regroupés au camp de la verrerie des Aydes, à Fleury-les-Aubrais[3].

Articles détaillés : Retirada et Histoire du Loiret.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Douchy

Les armes de Douchy se blasonnent ainsi :

Écartelé : au premier parti d'argent et de sable à la croix alésée pattée de gueules brochante, au deuxième de sinople à une gerbe de blé d'or, au troisième d'or à une tour couverte d'azur, ouverte du champ, sur une terrasse d'argent, au quatrième de gueules au lion d'argent[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  en cours Dominique Talvard    

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de Douchy_(Loiret).

En 2012, la commune comptait 1 041 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
891 848 907 815 996 1 062 1 170 1 178 1 195
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 165 1 163 1 191 1 180 1 205 1 201 1 277 1 184 1 135
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 105 1 088 994 898 930 965 983 959 963
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
906 883 829 917 982 956 981 985 1 041
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Château de la Brûlerie (démoli dans les années 1970)

Écologie[modifier | modifier le code]

Une marnière au bois de Masson du lieu-dit les Guillards (mais plus proche d'Avallon sur la commune de Triguères), près du ru des Massons qui entaille le coteau nord de la vallée de l'Ouanne, sert de gîte d’hibernation pour des chauve-souris. Elle a été regroupée avec sept autres marnières de l'est du Loiret dans le même cas[8], cet ensemble de cinq sites ayant en 2013 été classé en Zone Spéciale de Conservation et le tout intégré au réseau Natura 2000.

La marnière de Douchy, de 30 m de profondeur pour 28 m de large, abritait en 2005 des vespertilions à oreilles échancrées, des vespertilion de Bechstein (repérés en 2002) et des grands murins. Des barbastelles y ont été vues de 1990 à 1999, absentes depuis (elles préfèrent hiberner dans des troncs d'arbres)[9],[10].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Alain Delon, acteur, réalisateur et producteur franco-suisse, est un résident occasionnel du village. Il y possède une propriété acquise en 1971, le château de la Brûlerie, Mireille Darc y a vécu au début des années 1970 jusqu'à sa rupture avec Alain Delon dans les années 1980[11]. Ancienne colonie de vacances de la S.N.C.F., le château fut démoli pour y faire un lac. Seuls les communs et les écuries furent conservés.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Gentilés des communes du Loiret », sur www.habitants.fr (consulté le 15 janvier 2010)
  2. Jeanine Sodigné-Loustau, « L'accueil des réfugiés civils espagnols de 1936 à 1940. Un exemple : la région Centre », Matériaux pour l'histoire de notre temps. 1996, no 44. p. 43.
  3. a et b Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 47.
  4. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 43-44.
  5. Gaso. Consultation : mars 2008.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2012.
  8. Huit marnières souterraines à Chantecoq, La Chapelle-sur-Aveyron, Château-Renard, Dordives, Douchy et Triguères, abritant des chauve-souris, sont ensemble désignées comme « Grottes d'intérêt régional de l'est du Loiret » sous le même code (Code Natura 2000 : 8310).
  9. Les sites à chauve-souris de l'est du Loiret. Document d'objectifs du site Natura 2000. Octobre 2005. Pp. 21-22 : relevés de la grotte de Masson ; p. 38 : tableau de répartition des espèces de chauve-souris trouvées dans les sites respectifs.
  10. Sites à chauves-souris de l'est du Loiret, fiche INPN.
  11. Marie A, Douchy, c'est la maison de ma vie, interview d'Alain Delon, La République du Centre, 29 septembre 2011, p13

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :