Chêne-Arnoult

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chêne (homonymie).

Chêne-Arnoult
Chêne-Arnoult
Mairie et monument aux morts de Chêne-Arnoult.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Auxerre
Canton Charny
Intercommunalité CC de l'orée de Puisaye
Code postal 89120
Code commune 89097
Démographie
Population 118 hab. (2013)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 54′ 09″ nord, 3° 04′ 12″ est
Altitude Min. 126 m
Max. 188 m
Superficie 9,1 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Charny-Orée-de-Puisaye
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yonne

Voir sur la carte administrative de l'Yonne
City locator 15.svg
Chêne-Arnoult

Géolocalisation sur la carte : Yonne

Voir sur la carte topographique de l'Yonne
City locator 15.svg
Chêne-Arnoult

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Chêne-Arnoult

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Chêne-Arnoult

Chêne-Arnoult est une ancienne commune française, située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne-Franche-Comté, devenue, le , une commune déléguée de la commune nouvelle de Charny-Orée-de-Puisaye.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Douchy
(Loiret)
Dicy Rose des vents
Triguères
(Loiret)
N
O    Chêne-Arnoult    E
S
Fontenouilles Charny

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Coquilleray possédèrent la seigneurie de Chêne-Arnoult jusqu'au XVe siècle. À la suite du mariage de la fille de Philippe de Coquilleray avec Jean Charnier une partie des terres devient la propriété de la famille Charnier. Au XVIe siècle, un accord de famille fait passer la terre de Chêne-Arnoult entre les mains des Le Fort, seigneurs de Juranville. Abigaïl Le Fort ( XVIe siècle ), mariée à Jean Louzeau, fonda une messe hebdomadaire qui devait être célébrée tous les samedis en l'église de Chêne-Arnoult en l'honneur de la Vierge-Marie. Une plaque commémorative datée de 1646 et portant une variante des armes des Louzeau (adjonction de trois oiseaux) rappelle cette fondation. À l'intérieur de l'église une plaque de marbre noire frappée par la foudre au XIXe siècle rappelle la mort de Madeleine de Vièvre, femme de Vérain Le Fort, le 8 octobre 1640. Les armes sont celles des Le Fort et de Vièvre : d'azur au chevron d'or accompagné de trois besans d'argent et de gueules à trois lions d'argent couronnés d'or. Ces armes sont entourées de la cordelière des veuves puisque Madeleine de Vièvre épousa en secondes noces Antoine de Navinaut, chevalier, seigneur de la Durandière, l'un des cents gentilshommes de la maison du Roi. Gaspard Robert de Guérin de Bruslard, un descendant de Madeleine de Vièvre, seigneur de Chêne-Arnoult, fut inhumé dans l'église. Ses armes sont d'or à trois lions de sable, armés, lampassés et couronnés de gueules, posés 2 et 1[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
4 avril 2014   Lucile Lesince    
mars 2001 4 avril 2014 Lionel Hochart[2]    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 118 habitants, en diminution de -0,84 % par rapport à 2008 (Yonne : -0,46 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
263281279223216261265289294
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
330312317308330314297321306
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
280275257235224185180167169
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2013
165154115114125127122121118
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

église de Chêne-Arnoult 2016
TOMBE HUBERT DESCHAMPS au cimetière de Chêne-Arnoult

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Levistes, Les propriétaires de la terre et seigneurie de Chêne-Arnoult, dans Cahiers généalogiques de L'Yonne, t. 13, 2002, p. 47-61. Exemplaire à la BM de Dijon cote LP III 712
  2. Liste des maires de l'Yonne sur le site de la Préfecture de l'Yonne
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .