Seinfeld

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Seinfeld (homonymie).
Seinfeld
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo de Seinfeld
Titre original Seinfeld
Genre Sitcom / Comédie
Création Larry David et Jerry Seinfeld
Production George Shapiro
Howard West
Andrew Scheinman
Jerry Seinfeld
Alec Berg
Jeff Schaffer
Acteurs principaux Jerry Seinfeld
Julia Louis-Dreyfus
Michael Richards
Jason Alexander
Musique Jonathan Wolff
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Chaîne d'origine NBC
Nb. de saisons 9
Nb. d'épisodes 180
Durée 23 minutes
Diff. originale
Site web Seinfeld

Seinfeld est une série télévisée américaine en 180 épisodes de 23 minutes créée par Jerry Seinfeld et Larry David et diffusée du au sur le réseau NBC.

En France, la série a été diffusée à partir de 1993 sur Canal Jimmy, puis en 1997 sur Canal+. France 2 diffuse l'épisode 24 de la saison 7 le [1] lors d'une après-midi spéciale La famille sitcom[2]. Puis en intégralité sur Jimmy, à partir du [3] ou sur Comédie, et en Belgique sur Canal+ Belgique.

Située principalement à New York, dans un quartier de l'Upper West Side, situé au nord-ouest de l'arrondissement de Manhattan, la série met en scène le quotidien de Jerry Seinfeld, artiste de stand-up new-yorkais, trentenaire et de ses trois amis, George Costanza, son ami d'enfance névrosé et malchanceux, Elaine Benes, son ancienne petite amie et éternelle insatisfaite et enfin Cosmo Kramer, son voisin de palier, loufoque mais sympathique. La série est considéré comme "a show about nothing" car les épisodes sont basés sur la vie quotidienne et ses tracas.

Seinfeld est considéré comme la meilleure sitcom de tous les temps par le magazine Vanity Fair[4],[5]. La série a été classée parmi les meilleures émissions de télévision de tous les temps dans des publications telles que Entertainment Weekly, Rolling Stone[6]. et TV Guide. Les épisodes les plus renommés de la série sont "The Chinese Restaurant", "The Parking Garage", et "The Contest". En 2013, la Writers Guild of America a établi un classement des séries les mieux écrites de tous les temps et l'a classée au deuxième rang derrière Les Soprano[7].

Seinfeld est la sitcom la plus lucrative de la télévision américaine, elle a généré 2,7 milliards de dollars de revenus depuis la fin de la diffusion des épisodes inédits en 1998. Depuis 1998, les rediffusions ont engendré 2,3 milliards de dollars. Les revenus du câble représentent près de 380 millions de dollars[8].

Seinfeld totalise la troisième plus grande audience pour un épisode final avec 76,3 millions de téléspectateurs[9].

Certaines phrases de la série sont devenues des slogans dans la culture populaire américaine comme "Yada, yada, yada", "Hello Newman!", "No soup for you!", "Hellooooooo" ou encore "These pretzels are making me thirsty".

Synopsis[modifier | modifier le code]

Jerry Seinfeld, artiste de stand-up new-yorkais, trentenaire, vivant dans un quartier de l'Upper West Side, passe son temps entre ses shows et ses trois amis, George Costanza, son ami d'enfance névrosé et malchanceux, Elaine Benes, son ancienne petite amie et éternelle insatisfaite et enfin Cosmo Kramer, son voisin de palier, loufoque mais sympathique. Quand l'appartement de Jerry n'est le lieu de rendez-vous de ses amis, il se retrouve au Monk's Café avec ses derniers pour parler de tout et de rien. Jerry est un maniaque de la propreté, bavard et immature, pas capable de garder une petite amie plus d'une semaine. Issu d'une famille juive, il excelle néanmoins dans l'art de se moquer de sa propre religion. Ses centres d’intérêt sont Superman, Mets de New York et les céréales qu'il mange à toute heure. Il se retrouve souvent avec ses amis dans des situations embarrassantes. Il est en conflit avec Newman, son voisin du dessus, employé de la poste et meilleur ami de Cosmo Kramer. Son milieu familial est très présent avec ses parents Morty et Helen Seinfeld ainsi que son oncle Léo.

Distribution[modifier | modifier le code]

Acteurs principaux[modifier | modifier le code]

Acteurs Secondaires[modifier | modifier le code]

Acteurs invités[modifier | modifier le code]

Seinfeld a permis de voir débuter un nombre important d'acteurs confirmés et de futur stars avec notamment Marisa Tomei, Jon Voight, Courteney Cox, Teri Hatcher, Lisa Edelstein, Marcia Cross, Anna Gunn, Bryan Cranston, Peter Krause, Kristin Davis, Denise Richards, Bob Odenkirk, Brenda Strong, Brian George, Mariska Hargitay, Jon Favreau, Lori Loughlin, Jennifer Coolidge, Catherine Keener, Jane Leeves, Drake Bell, Jeremy Piven, Melinda Clarke, Brad Garrett, Jon Lovitz, James Spader, Molly Shannon, Debra Messing, Janeane Garofalo, Bob Odenkirk, Ben Stein French Stewart, Christine Taylor, Scott Patterson, Patton Oswalt, Kathy Griffin, Kyle Gass, Debra Jo Rupp, Chris Parnell, Lauren Graham, Megan Mullally, Amanda Peet, Danny Strong, Michael Chiklis, Sam Lloyd, Jon Gries, Daniel Dae Kim, David James Elliott, Thomas Dekker, Brian Doyle-Murray, Suzanne Cryer, Katherine LaNasa, Jami Gertz, Lawrence Tierney, Jon Lovitz, Cary Elwes, Raquel Welch, Bette Midler, Mel Tormé, Fred Savage, George Wendt, Wilford Brimley, Brad Garrett, Judge Reinhold, Candice Bergen, Corbin Bernsen, Bob Odenkirk, Janeane Garofalo, Phil Hartman, Peter Dinklage, Jeremy Piven, Patton Oswalt et Wendie Malick.

Personnalités invitées[modifier | modifier le code]

D'autres personnalités y ont fait des apparitions, comme le maire de New York, Rudy Giuliani, l'ancien joueur de baseball, Keith Hernandez, les journalistes Al Roker et Geraldo Rivera, les présentateurs Regis Philbin, Kathie Lee Gifford et David Letterman.

Personnages[modifier | modifier le code]

Personnages principaux[modifier | modifier le code]

  • Jerome « Jerry » Seinfeld : Jerry est le « personnage central passif » de la série. Il est « capable d'observer le chaos autour de lui sans jamais en faire partie ». Dans la série, Jerry est un humoriste de stand-up. Les scénarios traitent souvent d'une de ses petites amies et il trouve toujours une « raison idiote pour casser » avec la fille en question. D'après Elaine, cela arrive « chaque semaine ». Alors qu'il paraît être quelqu'un de tout à fait normal, les névroses de son personnage nous révèlent quelqu'un de maniaque et immature. Il utilise certaines de ses plaisanteries pour se moquer de sa propre religion, le judaïsme.
  • Elaine Marie Benes : intelligente, féministe, mais aussi autoritaire et superficielle, Elaine est souvent la victime du destin. Elle se fait souvent avoir par les machinations de ses petits copains, des exigences de son patron excentrique et de l'absence de gentillesse de parfaits inconnus. Elle est sortie avec Jerry et ils sont restés très bons amis.
  • Cosmo Kramer : Kramer est le parfait exemple du voisin fou et aussi l'ami de Jerry. Ses marques de fabrique sont sa garde robe dépassée et ses cheveux en l'air, son entrée-glissade explosive par la porte de Jerry, sa collection de chutes et son penchant pour les réactions absurdes. Alors que Kramer était l'un des personnages les plus fascinants, il est le seul à n'avoir jamais eu de monologue intérieur, probablement parce qu'il disait tout ce qu'il pensait. Michael Richards a reçu trois Emmy Awards pour ce rôle. Son prénom (Cosmo) est révélé dans l'épisode 11 de la saison 6. Dans ce même épisode, on y découvre sa mère qui exerce le métier de dame pipi et interprétée par Sheree North.
  • George Louis Costanza : quoique très bien décrit par Elaine comme étant « petit, robuste, chauve et à l'esprit un peu lent », George est aussi névrosé et complexé. Paranoïaque, égoïste, radin, menteur expert et poule mouillée, George est probablement le personnage le plus amoral de la série. Il est le meilleur ami de Jerry depuis l'enfance. Sa réaction la plus connue est d'avoir bousculé enfants et grand-mères pour sortir le premier d'un appartement en feu.

Personnages secondaires[modifier | modifier le code]

  • Helen Seinfeld : Mère de Jerry qui s'inquiète souvent de son fils et regrette que ce dernier n'ai pas un emploi plus stable.
  • Morty Seinfeld : Père de Jerry. Ancien vendeur d'imperméables avec Harry Fleming et était l'inventeur du «trench-coat sans ceinture». Il déteste le Velcro à cause du son déchirant. Il est extrêmement attentif à l'argent, il s'engage dans de fréquents conflits avec Jerry sur l'argent, refusant de laisser son fils payer quoi que ce soit en sa présence, en particulier au restaurant.
  • Frank Costanza : Père de George. Très colérique. D'origine italienne, il était un homme d'affaires voyageur qui déteste enlever ses chaussures dans les maisons des autres et porte ses baskets dans la piscine. Il est également un ancien cuisinier de l'armée et a appris à parler coréen pendant la guerre de Corée. Il invente le fête du Festivus en réaction au mercantilisme culturel de Noël, et dont George a peu de bons souvenirs. Il a une phobie de dépenser et souffre fortement de la musophobie.
  • Estelle Costanza : Mère de George. La mère juive très odieuse et mélodramatique de George. Elle se dispute constamment avec Frank et George au sujet de leurs actions, mais c'est la personne la plus raisonnable chez les Costanza. Elle aime jouer au Mahjong. George prétend qu'elle n'a jamais ri.
  • oncle Leo : Frère d'Helen Seinfeld. Il a un fils, Jeffrey, qui travaille dans le département des eaux et forêts de New York, qu'il mentionne à chaque occasion. Il est ne supporte pas que Jerry ne s'arrête pas pour lui dire bonjour. Souvent, quand quelque chose ne va pas comme il le veut, il l'attribue à l'antisémitisme. Il a déjà été reconnu coupable d'un crime passionnel.
  • Mickey Abbott : Un acteur de petite taille qui apparaît généralement avec son ami Kramer. Devient violent si l'on parle de «nain». Apparaît souvent dans des rôles d'enfants ou d'elfes (avec Kramer dans un grand magasin). Dans l'épisode "the Race", il est révélé qu'il a deux enfants adolescent, et dans "The Yada Yada" qu'il a été marié trois fois.
  • Kenny Bania : Comédien de stand-up considéré comme un raté par Jerry et d'autres comédiens. Jerry le déteste particulièrement parce qu'il utilise les shows de Jerry pour réchauffer son public. L'Ovaltine est un sujet principal de ses sketchs et Jerry dit que Bania pense que tout ce qui se dissout dans le lait est drôle.
  • Tim Whatley : Dentiste de Jerry et de Kramer. Tim se convertit au judaïsme et Jerry l'accuse de l'avoir fait pour pouvoir faire des blagues juives.
  • Larry : Le propriétaire du Monk's Café, parfois contrarié par les discutions du quatuor.
  • Jacopo J. Peterman : Le patron d'Elaine au cours des trois dernières saisons et le fondateur de The J. Peterman Company. Aventurier excentrique et voyageur du monde. Un jour, Elaine a été licenciée pour suspicion de dépendance à l'opium après avoir échoué à un test de drogue (elle avait consommé un muffin aux graines de pavot) et pour avoir montré son extrême aversion pour le film "Le patient anglais.
  • Jackie Chiles : L'excentrique avocat de Kramer. qui s'occupe de le défendre mais sans succès. La bêtise de Kramer fait qu'il perd quasiment tous les procès. Son dicton préféré est "It's outrageous, egregious, preposterous!" parodie de Johnnie Cochran JR. Après la condamnation de Jerry, George, Elaine et Kramer, dans l'épisode finale, Jackie confirme que Sidra, l'ex-petite amie de Jerry, a des caractéristiques physiques non seulement réelles, mais aussi spectaculaires.
  • Monsieur Lippman : Le patron d'Elaine à Pendant Publishing. Plus tard, il ouvre une boulangerie nommée "Top of the muffin to you!" avec le principe de ne vendre que le dessus des muffins (idee volé à Elaine) mais les ventes ne s'envole pas. Il est amateur de cigares.
  • Newman : Il habite dans l'immeuble de Jerry et Kramer, au dessus de Jerry. Il employé de la poste et ennemi juré de Jerry. Il est un très bon ami de Kramer et sont associés dans beaucoup de combines. Il aime le gâteau au café de Drake et les barres de bonbon chunky, et a un grand dégoût pour le broccoli. Une marque de fabrique de la série est que Jerry le salue avec un méprisant "Bonjour ... Newman" chaque fois qu'ils se rencontrent. Dans l'épisode "The Raincoats", Helen Seinfeld s'adresse automatiquement à Newman avec le même ton. Dans l'épisode "The Revenge", il n'apparaît pas mais seule la voix de Newman est entendue. Newman parle souvent d'une manière dramatique et shakespearienne, et a généralement un vocabulaire plus avancé que les autres personnages. Newman a également une passion pour la poésie. Son prénom semble être inconnu, même son employeur ne le connaît pas, sur sa carte de visite, son nom est simplement Newman. Newman qui est petit, vindicatif et enclin à l'hystérie, et souvent représenté comme un génie diabolique. Bien qu'il éprouve beaucoup d'indignation envers Jerry, on le montre disposé à travailler avec lui par moments, mais il reviendra plus tard pour semer le chaos dans sa vie sociale, bien que Jerry ait souvent le dernier mot. L'exaspération de Jerry, l'amènera parfois à serrer le poing et à marmonner "Newman!". Newman a des sentiments non réciproque pour Elaine.
  • Ruthie Cohen : Une caissière du Monk's Café que George a accusé une fois de lui avoir volé un billet de 20 dollars. On peut la voir à la caisse du Monk's Café dans presque tous les épisodes.

Tournage[modifier | modifier le code]

Épisodes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des épisodes de Seinfeld.

Seinfeld se répartit en 9 saisons de 22 ou 24 épisodes, à l'exception de la première qui n'en comporte que 5 et la deuxième qui en compte 13. Cela constitue un total de 180 épisodes.

Plateaux de tournage[modifier | modifier le code]

L'épisode pilote fut filmé au plateau numéro 8, au studio de Desilu Cahuenga, le même où fut tourné The Dick Van Dyke Show et fut enregistré au Studio Ren-Mar à Hollywood. Un plateau de tournage servait pour plusieurs scènes comme le plateau du restaurant Monk's Café qui servait pour les scènes de stand-up au début de chaque épisode.

Tournage d'un épisode[modifier | modifier le code]

Générique[modifier | modifier le code]

Le générique est composé par Jonathan Wolff. Le générique se compose de différents riffs de basse synthétisés solo, joués sur un synthétiseur Korg M1. Il apparait au début de chaque épisodes et apparait entre chaques scènes, souvent accompagnées de beatboxing.

Dans les trois dernières saisons, les différents génériques ont été légèrement modifié avec des rythmes plus frénétiques, une guitare basse a été ajoutée en plus de la basse échantillonnée des saisons précédentes. Tout au long des épisodes, le thème principal est remanié de différentes manières en fonction de l'épisode. Par exemple, dans l'épisode "The Betrayal", dont une partie se déroule en Inde, le thème est joué sur un sitar.

New York[modifier | modifier le code]

La ville de New York est très présente dans Seinfeld bien que les épisodes soient tournés en studio à Hollywood.

Production[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

Pendant les années 1980, Jerry Seinfeld est un jeune comique en vue, il fait plusieurs apparitions télé, notamment à la plus grande émission de divertissement de l'époque, le Tonight Show de Johnny Carson. À ce moment-là, la chaine de télévision National Broadcasting Company, le contacte pour une sitcom. Celle-ci ne lui plaît pas et il refuse. « À ce moment-là j'ai cru que plus jamais je ne pourrais retravailler avec eux » dit-il plus tard. C'est pendant cette période qu'il rencontra Larry David, autre comique new-yorkais.

De leurs vies quotidiennes, de leurs observations des détails va naître le projet de faire une série « à propos de rien », comme personne n'en a jamais fait avant[10]. Les personnages principaux, ainsi que la plupart des personnages secondaires, sont créés à partir de personnages réels que Seinfeld et Larry David avaient croisés, donc, ils en profitent pour les ridiculiser tout en se vengeant. Par exemple, Larry David, avait un voisin du nom de Kenny Kramer, artiste de stand-up, qui sert de base au personnage de Cosmo Kramer qui, comme le personnage de Michael Richards, était aussi très excentrique. Certaines situations de la série ont d'ailleurs été vraiment vécues par les scénaristes de la série. le personnage de Georges Costanza est basé sur Larry David.

Larry David, le co-créateur de la sitcom avec Jerry Seinfeld.
Kenny Kramer, qui sert de base au personnage de Cosmo Kramer.

Thème[modifier | modifier le code]

L'originalité de la série repose sur la façon dont les quatre personnages transforment le quotidien, a priori banal et sans grand intérêt, en situations loufoques. Ils s'attaquent à tous les sujets sans aucun tabou, offrant aux téléspectateurs des dialogues acérés, parfois cruels, mais toujours brillants. Contrairement à la plupart des sitcoms, le sujet de chaque épisode tourne autour d'un petit détail de la vie quotidienne comme attendre dans la queue d'un cinéma, sortir pour dîner ou acheter un costume.

La série se distingue aussi des autres sitcoms par le fait qu'elle n'est pas centrée autour de leçons morales. En effet, les personnages sont souvent immoraux et durs, mais néanmoins drôles. Par exemple, dans l'épisode L'Éponge, Jerry s'inquiète car la fille avec laquelle il sort est très belle. Seinfeld ne s'intéresse jamais au côté dramatique des thèmes dans ses épisodes, malgré certains évènements tragiques comme la mort de certains personnages. Jason Alexander a dit qu'il trouvait que Seinfeld était une série très sombre avec des personnages très sombres aussi, mais réalisée avec un casting aussi parfait, cela rend le spectacle presque léger.

Scénaristes[modifier | modifier le code]

Plusieurs scénaristes on participé tout au long de la série comme Larry Charles, Peter Mehlman, Gregg Kavet, Carol Leifer, David Mandel, Jeff Schaffer, Steve Koren, Jennifer Crittenden, Tom Gammill, Max Pross, Dan O'Keefe, Charlie Rubin, Marjorie Gross, Alec Berg, Elaine Pope, and Spike Feresten.

Structure des épisodes[modifier | modifier le code]

Seinfeld est une sitcom, c’est-à-dire une série humoristique dont l'action se déroule presque exclusivement dans les mêmes décors, plus proche de la pièce de théâtre filmée que du long métrage.

Les épisodes commencent avec un court générique puis Jerry Seinfeld apparait faisant du stand-up dans un club. Le thème du sketch étant aussi celui de l'épisode qui suit. La suite de l'épisode nous révèle comment l'idée du sketch est venue à Jerry. Jusqu'à la cinquième saison, un sketch finissait aussi l'épisode mais dans les dernières saisons, les introductions de stand-up de Jerry Seinfeld disparaissent.

Certaines constantes se retrouvent dans quasiment tous les épisodes de la série :

  • les rires des spectateurs en fond sonore. les sitcoms américaines sont souvent enregistrées en public. bien que les rires et une partie des voix soient ré-enregistrés en post-production, et que certaines scènes (extérieurs notamment) soient réalisées à part.
  • l'utilisation d'un humour à la fois visuel (mimiques ou cascades) et verbal.
  • l'utilisation systématique d'événements issus du folklore américain tels que Thanksgiving, Noël, Halloween, baby showers, etc.
  • le titre de tous les épisodes de la série en anglais commence par The, comme l'épisode "The Voice", cela permettait aux scénariste de ne pas se compliquer avec un titre à rallonge.
Larry Charles, scénariste sur la série Seinfeld.

Diffusion et audience[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Seinfeld totalise la troisième plus grande audience pour un épisode finale avec 76,3 millions de téléspectateurs.

En France[modifier | modifier le code]

Méconnue en France, ou mal appréciée en raison d'un doublage jugé raté par les fans (qui préfèrent de loin la version originale). Le doublage français est critiqué par les fans malgré le fait que les timbres des voix française semblent proches des voix originales[11], entre autres par les voix qui ne correspondraient pas aux personnages. On peut remarquer une mauvaise qualité du son en version française où l'on est obligé notamment dans les versions DVD, de devoir monter le son.

Dans les autres pays[modifier | modifier le code]

Analyse de la série[modifier | modifier le code]

Analyse[modifier | modifier le code]

A l'instar de la série Friends, on retrouve dans Seinfeld des personnages récurrents Afro-Américains ou de couleur dès le début de la série comme Babu Bhatt, Jackie Chiles, Marcelino, Ping, Sid ou encore Larry, le propriétaire du Monk's Café. Dans les années 90, il était rare de voir des séries mélangeant des personnes de couleurs et on retrouve une situation inverse avec des séries comme Le Prince de Bel-Air, le Cosby Show ou encore La Vie de famille où la plupart des protagonistes sont Afro-Américains.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Affiche d'art urbain, Jerry Seinfeld.

Gags récurrents[modifier | modifier le code]

Dans Seinfeld, apparait des gags qui reviennent tout au long des neuf saisons. Les principaux gags sont les suivants :

  • « Vandelay Industries » : Vandelay Industries est une société fictive inventé par George Costanza. Cette société fut inventé pour que ce dernier continue de toucher les allocations chômage. En effet, il fait croire à l'employé en charges des allocations y avoir pris rendez-vous pour chercher du travail. Dans l'épisode "The Boyfriend, Part 1", il situe cette société au domicile de Jerry et qu'il cherchait un travail en tant que vendeur de latex. Dans l'épisode "The Stakeout" de la première saison, apparait le pseudonyme Art Vandelay, autre mensonge de George Costanza pour se faire passer pour un architecte. Il gardera cette idée et cela deviendra la société Vandelay Industries.
  • « Kramerica Industries » : Kramerica Industries est une société fictive inventé par Kramer, pour laquelle il élabore une idée de pizzeria où les clients font eux même leur pizzas, épisode "Male Unbonding", un système de vessie pour les pétroliers qui mettra fin aux déversements du pétrole dans la mer en cas d'avarie et une idée qui combine ketchup et moutarde dans la même bouteille, épisode "The Voice", un distributeur de cravate, épisode "The Stock Tip" ou encore un soutien-gorge pour homme dans l'épisode ""The Doorman"
  • « Oh maman! » : Kramer s'exclame souvent "Oh maman!" quand quelque chose de douloureux ou malheureux lui arrive, comme dans l'épisode "The Gymnast".
  • « Jerry et la propreté » : Jerry étant maniaque de la propreté , on retrouvera tout au long des épisodes, des scènes comme dans l'épisode "The Pothole " où il fait tomber la brosse à dent de sa petite amie dans la cuvette des toilettes et la remet sans rien dire et après que cette dernière c'est brossé les dents avec, il refuse de l'embrasser. Cette habitude a amené Jerry à être accusé d'être un homosexuel dans l’épisode "The Outing".
  • « Les entrées de Kramer » : Tout au long des 9 saisons, Kramer fera 252 entrées dans l’appartement de Jerry.
  • « S'habiller en velour » : George aime le velours et affirme souvent qu'il s'y draperait si c'était socialement acceptable. Ce rêve est devenu réalité dans l'épisode "The Doodle".
  • « Sortez! » : Elaine à l'habitude de s'exclamer "Sortez!" et de pousser les personnes.
  • « Superman » : Jerry fait continuellement référence aux super-héros, en particulier à Superman. Selon la légende, chaque épisode contient une référence visuelle, thématique ou audible de Superman. Cela n'est vrai qu'environ 75% des épisodes
  • « La danse d’Elaine » : Elaine est une mauvaise danseuse et ses prestations font l'objet de critiques, souvent derrière son dos comme dans l'épisode "The Little Kicks".
  • « Les gesticulations de Kramer » : Kramer est connu pour ses effets sonores aléatoires et gesticulations.
  • « George, le roi des idiots » : George se décrit dans plusieurs épisodes comme le roi des idiots comme dans l’épisode "The Apartment".
  • « Vivre en société » : Quand on lui refuse un service ou de l'aide, George crie souvent: "Nous vivons en société, vous savez !"
  • « Qui-est-ce ?» : Lorsque George appelle Jerry au téléphone, pour une chose urgente, Jerry répond : "Qui est-ce?" ce qui énerve généralement George.
  • « Je ne veux pas être » : Jerry parfois dans une voix geignarde dit qu'il ne veut pas être quelque chose, comme : je ne veux pas être un pirate! dans l'épisode "The Puffy Shirt", Je ne veux pas être un cowboy! dans l'épisode "The Mom & Pop Store", je ne veux pas être Suisse! dans l'épisode "The Label Maker" ou encore Je ne veux pas être un 32 dans l'épisode "The Sponge ".
  • « Docteur Martin Van Nostrand » : Kramer incarne un docteur fictif nommé Docteur Martin Van Nostrand. Ce Van Nostrand a d'abord été vu dans l'épisode "The Pilot, Part 1" dans lequel Kramer utilise un pseudonyme pour participer à une audition. Il l'utilise encore dans l'épisode "The Nose Job" pour récupérer sa veste fétiche.
  • « Bob Sacamano » : Kramer a quelques amis étranges en dehors du groupe principal, y compris Bob Sacamano, dont il fait souvent allusion mais que personne n'a jamais vu.

Expression populaire[modifier | modifier le code]

De nombreux termes ont été inventés, popularisés ou ré-popularisés dans la série et sont devenus partie intégrante de la culture populaire américaine. Les slogans et expression comprennent :

  • "Yada, yada, yada"
  • "No soup for you!"
  • "These pretzels are making me thirsty"
  • "Hellooooooo"
  • "Not that there's anything wrong with that!"
  • "Hello Nexman!"
  • "Happy Festivus!"
  • "Spongeworthy"
  • "Serenity Now!"
  • "Master of my domain"

Le lexique des mots et des phrases récurrentes qui ont évolué autour d'épisodes particuliers est appelé Seinlanguage, le titre d'un livre de Jerry Seinfeld.

L'original Soup Man sur la 55e rue à New York inspiré par l'épisode de la septième saison "The Soup Nazi".

Des thèmes plus graves[modifier | modifier le code]

Les scenarii de Seinfeld se basent sur la vie quotidienne et ses tracas mais aussi sur des thèmes plus graves comme l'homosexualité, le handicap ou le cancer, tout cela sur un ton humoristique.

Le Monk's Café[modifier | modifier le code]

Le Monk's Café est un restautant fictif situé dans le quartier l'Upper West Side, situé au nord-ouest de l'arrondissement de Manhattan. Il se situe près de l’appartement de Jerry Seinfeld et fut l’un des pôles majeurs de la série. Il s’agissait d’un des lieux importants où les quatre personnages principaux passaient la majorité de leur temps libre, discutant de leurs problèmes. Le nom original est Tom's Restaurant.

Références culturelles[modifier | modifier le code]

Beaucoup de références à des films sont insérées dans la série tels que JFK, Plan 9 from Outer Space, La liste de Schindler, Spartacus, Godzilla, Superman, Le Parrain et Reservoir Dogs .

Des chansons ou morceaux de musique rythment également la série.

Chanson Artiste Episode notes
"Joltin' Joe DiMaggio" Les Brown "The Note" L'épisode se termine avec cette chanson.
"Vesti la Giubba" Ruggero Leoncavallo "The Opera" et "The Keys" Morceau devant l'entrée de l'opéra.
The Godfather theme Nino Rota "The Bris" L'épisode se termine avec cette musique.
Le Barbier de Séville Gioacchino Rossini "The Barber" Dans cet épisode, le thème de basse caractéristique a été remplacé par la musique du Barbier de Séville..
"Wouldn't It Be Nice" The Beach Boys "The Hamptons" Reprise d'un autre groupe.
Superman theme John Williams "The Race" Morceau joué quand Jerry gagne la course contre Duncan Mayer.
Sonate pour piano nº 8 de Beethoven Ludwig van Beethoven "The Pez Dispenser" Joué par Jonathan Wolf. Elaine rit pendant un concert avec cette musique.
"Everybody's Talkin'" Harry Nilsson "The Mom & Pop Store" Semblable à la scène finale du film Midnight Cowboy.
"Hello" Lionel Richie "The Voice", "The Engagement" et "The Invitations" La chanson montre un reflet de la vie.
"Downtown" Petula Clark "The Bottle Deposit" Monsieur Wilhelm chante cette chanson quand il mentionne un projet où il veut que George travaille.
"Morning Train (9 to 5)" Sheena Easton "The Bizarro Jerry" et "The Butter Shave" Joué quand George et Kramer vont travailler.
"Shining Star" Earth, Wind & Fire "The Little Kicks" et "The Bookstore" Elaine fait sa danse fétiche.
"Adagio pour cordes" Samuel Barber "The Fatigues" Frank Costanza a un flashback quand il était cuisinier pendant la guerre de Corée. Cette scène et la musique font référence au film Platoon.
"Desperado" et "Witchy Woman" Eagles "The Checks" Le petit ami d'Elaine a une relation spéciale avec la chanson Desperado, et elle essaie de trouver une chanson qu'ils apprécient tous les deux. Elle mentionne Witchy Woman.
The Greatest American Hero" Joey Scarbury "The Susie" Le répondeur Georges contient la mélodie de cette chanson, mais avec un autre texte qu'il chante lui-même.
"Three Times a Lady" The Commodores "The Pothole" Newman chante cette chanson en conduisant du poisson pour un restaurant chinois.
"Mañana (Is Good Enough For Me)" Jackie Davis "The Blood" Joué quand Kramer et Newman font des saucisses dans l'appartement de Jerry.
"Slow Ride" Foghat "The Slicer" Elaine met cette chanson pour renverser le chat de son voisin.
"In-A-Gadda-Da-Vida" Iron Butterfly "The Slicer" Joué quand Elaine écoute le répondeur.
"Mexican Radio" Wall of Voodoo "The Reverse Peephole" Kramer chante cette chanson. Elle revient également après le générique.
"Good Riddance (Time of Your Life)" Green Day "The Clip Show" Passé pendant les intermèdes.
"Funiculì, Funiculà" Luigi Denza "The Maestro" Le Maestro et Elaine chantent cette chanson pendant qu'ils sont dans sa voiture.
"Don't Stop 'Til You Get Enough" Michael Jackson "The Clip Show" Passé pendant les intermèdes.
Master of the House des Misérables Robert Hossein, Claude-Michel Schönberg et Alain Boublil "The Jacket" George n'arrive pas à retirer cette chanson de la tête, et cela affecte le père d'Elaine, qui chante aussi cette chanson à la fin de l'épisode.

Controverses[modifier | modifier le code]

Les personnages de Seinfeld adoptent parfois un langage grossier. En effet, à ses débuts, la série est diffusé sur le câble et n'est pas sous la surveillance des organismes de censures.

L'épisode "The Puerto Rican Day" a été critiqué pour l'incident du drapeau brulé, mais aussi pour la représentation négative des Portoricains, comme la scène où une foule en colère endommage la voiture de Jerry. L'épisode a déclenché des lettres de colère, des protestations devant le Rockefeller Center de New York et des plaintes d'activistes portoricains. NBC s'est officiellement excusé pour l'épisode. Plus tard, l'épisode a été rediffusé à partir d'août 2002 car Sony Pictures Television, qui distribue la série, a déclaré que le temps avait passé depuis les protestations.

Crossover[modifier | modifier le code]

Le personnage de Kramer apparait dans l'épisode 8 de la saison 1, L'Appartement (The Apartment) de la série Dingue de toi. Il joue son propre rôle et le personnage Paul Buchman joué par Paul Reiser vient jusque dans l'appartement de Kramer et demande si Jerry est là, la série Dingue de toi et Seinfeld étant toutes deux produites par NBC. Le personnage de Kramer apparait aussi dans la série produite par CBS, Murphy Brown. Jerry seinfeld apparait aussi dans Dingue de toi[12].

Récompenses et nominations[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

Presse
Spectateurs

Produits dérivés[modifier | modifier le code]

Sorties DVD[modifier | modifier le code]

  • Les coffrets DVD, existent sous plusieurs formats (par saison, les neuf saisons réunies, différentes versions, bonus…).

Larry et son nombril[modifier | modifier le code]

Après l’arrêt de Seinfeld, Larry David créait la série Larry et son nombril (Curb Your Enthusiasm) où il y joue son propre rôle. Cette série comique suit les tribulations de Larry David, riche producteur hollywoodien et marié. Tout au long des épisodes Larry se retrouve dans des situations rocambolesques. La particularité de cette série et la participation de nombreux acteurs et actrices connues jouant leurs propres rôles. On y retrouve donc des acteurs de Seinfeld comme Jerry Seinfeld, Julia Louis-Dreyfus, Jason Alexander, Michael Richards et Philip Baker Hal. Les quatre acteur principaux de Seinfeld, se retrouvent durant toute la 7e saison qui s'articule sur la volonté de créer un épisode spécial de Seinfeld et de ce fait, les acteurs principaux y jouent donc leurs propres rôles. Dans cette saison, on voit les acteurs et Larry David travailler autour d'un épisode de Seinfeld dans décor reconstruit de la série et l'on apprend ce que sont devenus les quatre personnages principaux de Seinfeld après la fin de la série.[réf. souhaitée]

Comedians in Cars Getting Coffee[modifier | modifier le code]

Jerry Seinfeld, Jason Alexander et Wayne Knight, jouent leurs personnages respectifs de Seinfeld, dans un restaurant. Cette scène est diffusée à la mi-temps du Super Bowl XLVIII le 2 février 2014. La chaine américaine Fox Broadcasting Company a eu l'idée de faire ce spot pour le Super Bowl. Une version longue est apparue sur le site internet Crackle.com immédiatement après, dans un épisode de Comedians in Cars Getting Coffee intitulé "The Over-Cheer". Seinfeld a indiqué qu'il pense que cette vidéo serait probablement la dernière vidéo regroupant des acteurs de Seinfeld.

La chemise Puffy de l'épisode homonyme de Seinfeld affiché au Musée national d'histoire américaine

L'après Seinfeld[modifier | modifier le code]

Jerry Seinfeld[modifier | modifier le code]

Depuis la fin de la série, sa carrière consiste principalement à donner des spectacles. Le 2 novembre 2007, (le 12 décembre 2007 en France) est sorti Bee Movie : Drôle d'abeille, film des studios DreamWorks Animation dans lequel Jerry Seinfeld, également un des scénaristes du film, prête sa voix à Barry B. Benson, une jeune abeille qui décide d'intenter un procès aux humains pour vol de miel.

Dans la série Larry et son nombril (Curb your enthusiasm) mettant en scène Larry David (co-créateur de Seinfeld) jouant son propre rôle, toute la saison 7 (2009) s'articule autour de la volonté de créer un épisode spécial réunissant toute l'équipe de Seinfeld, Jerry Seinfeld apparaît donc tout le long de la saison en y jouant son propre rôle. Le 19 juillet 2012, il lance une web série baptisée Comedians in Cars Getting Coffee.

Julia Louis-Dreyfus[modifier | modifier le code]

Lorsque Seinfeld s'arrête en 1998, elle retrouve Woody Allen pour une apparition dans Harry dans tous ses états, puis prête sa voix au second film d'animation des studios Pixar, 1001 pattes, et prépare son retour télévisuel en solo. Mais la sitcom Ellie dans tous ses états, développée avec son mari, est vite annulée, au terme de deux saisons, en 2003. Elle rebondit vers un rôle récurrent dans l'acclamée comédie Arrested Development.

En 2006, Julia Louis-Dreyfus joue dans la nouvelle sitcom familiale Old Christine, qui connait de bonnes audiences et critiques. La série connait cinq saisons sur CBS, jusqu'en 2010. L'actrice remporte l'Emmy Award de la meilleure actrice dans une comédie dès la saison inaugurale. Elle sera nommée pour son travail sur les quatre saisons suivantes.

La comédienne rebondit aussitôt vers une nouvelle série : la satire politique Veep, lancée par la chaîne câblée HBO. Le programme s'assure rapidement le soutien de la critique et reçoit de multiples récompenses, notamment pour l'interprétation de la vice-présidente Selina Meyer par Dreyfus. Cette dernière remporte l'Emmy Award de la meilleure actrice comique pour chaque saison.

Parallèlement, elle choisit soigneusement ses apparitions au cinéma : elle double un personnage d'un autre film d'animation Pixar, Planes, et donne la réplique à un autre grand acteur révélé par la télévision, James Gandolfini, pour la comédie dramatique indépendante All About Albert, qui reçoit des critiques dithyrambiques[17].

Jason Alexander[modifier | modifier le code]

Après la fin de la série, il joue dans deux séries qui ne fonctionnent pas, Bob Patterson et Listen Up. Il interprète le personnage de Donny Clay depuis 2010, une parodie de mentor de développement personnel.

Il a fait des apparitions dans la deuxième saison de Curb Your Enthusiasm, jouant son propre rôle et apparait dans la septième saison de Curb Your Enthusiasm, avec les trois autres principaux membres principals de Seinfeld.

Alexander est apparu dans Star Trek Voyager, dans l'épisode "Think Tank". Il est apparu dans "One Night at Mercy", le premier épisode de la reprise éphémère de 2002 de The Twilight Zone, jouant Death. Il a figuré dans l'épisode Monk 2005 "M. Monk et l'autre détective" en tant que rival de Monk, Marty Eels. En 2006, Alexander a signé en tant que membre régulier de la deuxième saison de Everybody Hates Chris. Alexander était l'hôte du Comedy Central Roast de l'acteur William Shatner le 13 août 2006. En 2007, Alexander était une guest star dans le troisième épisode de la série de comédie d'improvisation Thank God You're Here.

En 2008, Alexander joue dans la série CBS Criminal Minds dans le rôle du professeur Rothschild, un tueur en série bien éduqué obsédé par la séquence Fibonacci qui envoie l'équipe dans une course contre le temps pour sauver ses dernières victimes. Il est retourné dans la même saison pour diriger l'épisode "Conflited", mettant en vedette l'acteur Jackson Rathbone. En 2011, Alexander était la vedette dans un épisode de "Harry's Law", jouant un professeur de lycée.

Michael Richards[modifier | modifier le code]

Il se lance dans sa propre série The Michael Richards Show qui dure neuf épisodes.

Le , l'acteur se produit au club de music-hall The Laugh Factory à West Hollywood (Californie) lorsqu'un groupe d'une vingtaine de personnes arrive un peu bruyamment et s'installe dans une loge au balcon. Excédé par l'attitude de ces spectateurs dont plusieurs afro-américains, Richards disjoncte et les prend à partie avec des propos racistes[18], répétant plusieurs fois le mot nègre[19].

À la suite de cet incident ayant profondément marqué l'opinion, Michael se retire en 2007 du stand-up pour prendre une « retraite spirituelle ». Il est fait allusion à cette altercation dans l'épisode 1 de la 11e saison de South Park, Avec nos excuses à Jesse Jackson. L'incident est à nouveau évoqué dans l'épisode 9 de la saison 6 de Les Griffin, Back to the Woods.

Il est apparu dans la septième saison de Curb Your Enthusiasm en 2009, pour la première fois depuis le finale de Seinfeld. En 2013, Michael Richards est revenu à la télévision quand il a joué le rôle de Frank dans la sitcom Kirstie.

Un éventuel retour[modifier | modifier le code]

Un retour de la série est possible selon Jerry Seinfeld[20].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « France 2 24/01/1998 16:48:42 00:23:23:00 Les invitations Seinfeld La famille sitcom », sur ina.fr
  2. « France 2 15:54:36 01:18:08:00 La famille sitcom : [programme du 24 Janvier 1998] », sur ina.fr
  3. « Fiche Ina.fr », sur ina.fr, consultée le 20 juillet 2013
  4. Seinfeld, meilleure sitcom de tous les temps (premiere.fr)
  5. Pour les Américains, "Seinfeld" reste la meilleure sitcom de tous les temps (rtl.fr)
  6. 100 greatest tv shows of all time (rollingstone.com)
  7. The Sopranos, Seinfeld named best-written shows of all time by Writers Guild of America (nationalpost.com)
  8. Seinfeld, sitcom la plus lucrative de la télévision (audiencesusa.com)
  9. The Most Watched TV Series Finales in History (statista.com)
  10. DVD Seinfeld Season 1
  11. http://seriestv.blog.lemonde.fr/2009/09/08/seinfeld-delicieux-grincements-de-la-vie-ordinaire/
  12. Mad About You with Jerry Seinfeld cameo (youtube.com)
  13. Seinfeld sur Metacritic (metacritic.com) - Consulté le 3 août 2018
  14. Seinfeld on IMDb (imdb.com) - Consulté le 3 août 2018
  15. Seinfeld sur Allociné (allocine.fr) - Consulté le 3 août 2018
  16. Seinfeld sur SensCritique (senscritique.com) - Consulté le 3 août 2018
  17. https://www.rottentomatoes.com/m/enough_said_2013/?search=enough%20said
  18. (en) Paul Farhi, 'Seinfeld' Comic Richards Apologizes for Racial Rant, The Washington Post, 21 novembre 2006.
  19. (en) 'Kramer's' Racist Tirade Caught on Tape TMZ, 20 novembre 2006.
  20. Un retour de la sitcom culte Seinfeld est "possible" selon Jerry Seinfeld (programme-tv.net)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]