Dans la ligne de mire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Dans la ligne de mire

Titre québécois Sur la ligne de feu
Titre original In the Line of Fire
Réalisation Wolfgang Petersen
Scénario Jeff Maguire
Musique Ennio Morricone
Acteurs principaux
Sociétés de production Columbia Pictures
Castle Rock Entertainment
Pays de production Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Thriller
Durée 128 minutes
Sortie 1993

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Dans la ligne de mire ou Sur la ligne de feu au Québec (In the Line of Fire) est un film américain réalisé par Wolfgang Petersen et sorti en 1993.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Au début des années 1990, Frank Horrigan, un agent du Secret Service, une unité du gouvernement américain affectée à la protection du président des États-Unis, est en fin de carrière. Présent à Dallas le , Horrigan s'en veut toujours de n'avoir pas pu éviter l'assassinat de John F. Kennedy alors qu'il faisait partie de l'équipe qui assurait sa protection.

Aussi, lorsqu'un ex-tueur de la CIA (Mitch Leary, qui se fait appeler « Booth » comme John Wilkes Booth) décide de s'en prendre au président actuel, prévoyant de l'assassiner alors que celui-ci se représente aux élections et fait de nombreuses apparitions publiques à travers le pays, Horrigan, toujours en poste, prend l'affaire à cœur. Malgré son âge avancé, il demande à retourner au service de protection présidentiel (Presidential Protective Detail), où il entame une relation avec sa collègue l'agent Lilly Raines.

Un jeu mortifère se met alors en place entre le tueur et le garde du corps.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Le producteur Jeff Apple commence à développer le scénario de Dans la ligne de mire au milieu des années 1980. Depuis son enfance, il avait prévu de tourner un film sur un agent de l'United States Secret Service pendant l'assassinat de John F. Kennedy[1].

Jeff Apple a été inspiré et intrigué par le souvenir vivant de sa rencontre avec le vice-président Lyndon B. Johnson, celui-ci étant entouré d'agents du Secret Service, en costume sombre avec des écouteurs et des lunettes de soleil. Le concept frappe ensuite Apple alors, qu’adolescent, il regarde les rediffusions télévisées de l’assassinat de John F. Kennedy[1].

En 1991, l'auteur Jeff Maguire rejoint l'aventure et termine le scénario qui allait devenir le film Dans la ligne de mire[1].

Inspiration[modifier | modifier le code]

Le personnage de Frank Horrigan est inspiré de Clinton J. Hill, un agent des services secrets qui fut, lors de l'assassinat de John F. Kennedy à Dallas, le premier à réagir aux coups de feu frappant le cortège présidentiel en grimpant sur le marchepied arrière de la voiture présidentielle Lincoln et repoussant la première dame Jackie Kennedy à l'intérieur de la voiture.[2]

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Le rôle du méchant était prévu au départ pour être tenu par l'acteur Sylvester Stallone.[réf. souhaitée]

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage commence à la fin de l'année 1992 à Washington, D.C[3]. Des scènes se passant à la Maison-Blanche sont filmées sur un décor existant tandis qu'un décor d'intérieur pour l'avion présidentiel Air Force One est construit, pour un coût de 250 000 dollars[3].

Une des intrigues secondaires du film concerne la campagne de réélection du président des États-Unis que Horrigan protège. Pour les scènes de rassemblement de campagne, le réalisateur a utilisé des séquences numériques modifiées des événements de la campagne du président George H.W. Bush et de celle du gouverneur Bill Clinton[3].

Le film a également utilisé des images numérisées provenant de films de l'acteur Clint Eastwood dans les années 1960, insérées dans les scènes d'assassinat de Kennedy. Comme Jeff Apple l'a décrit au Los Angeles Times, Clint « obtient la première coupe de cheveux numérique au monde »[4].

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Dans la ligne de mire a reçu un accueil critique majoritairement positif. Sur le site agrégateur de critiques Rotten Tomatoes, le film obtient un score de 96 % d'avis favorables, sur la base de 68 critiques collectées et une note moyenne de 7,79/10 ; le consensus du site indique : « Thriller honnête du plus haut niveau, [Dans la ligne de mire] bénéficie de la direction tendue de Wolfgang Petersen et des performances charismatiques de Clint Eastwood et John Malkovich »[5]. Sur Metacritic, le film obtient une note moyenne pondérée de 74 sur 100, sur la base de 16 critiques collectées ; le consensus du site indique : « Avis généralement favorables »[6].

Pour le critique Roger Ebert du Chicago Sun-Times, « La plupart des thrillers de nos jours concernent des cascades et de l'action. Dans la ligne de mire a un esprit »[7].

Box office[modifier | modifier le code]

Le film a connu un important succès commercial, rapportant environ 176 997 000 $ au box-office mondial, dont 102 314 000 $ en Amérique du Nord, pour un budget de production de 40 000 000 $[8]. En France, il a réalisé 955 164 entrées et 1 879 567 entrées en Allemagne[9].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Le film n'a gagné aucune récompense importante mais a été nommé trois fois aux Oscars du cinéma (Meilleur acteur dans un second rôle pour John Malkovich, Meilleur scénario original et Meilleur montage), trois fois aux BAFTA Awards (dans les mêmes catégories que pour les Oscars) et John Malkovich a été nommé pour le Golden Globe du meilleur acteur dans un second rôle et le Saturn Award du meilleur acteur dans un second rôle[10].

Autour du film[modifier | modifier le code]

On peut entendre la chanson As Time Goes By interprétée par Clint Eastwood au piano du bar.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Le nom de Frank Horrigan a été repris pour un personnage du jeu vidéo Fallout II (1998), un agent gouvernemental de l'Enclave (dans le jeu, ce qu'il reste du gouvernement des États-Unis) et principal antagoniste du héros[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) Kenneth Turan, « 'Fire' lines up a worthy villain for Clint », sur Los Angeles Times, .
  2. (en) Genevieve Carlton, « The Story Of Clint Hill, The Secret Service Agent Who Tried To Save John F. Kennedy’s Life »,
  3. a b et c (en) Howard Hughes, Aim for the Heart : The Films of Clint Eastwood, Londres, I.B. Tauris, , 304 p. (ISBN 978-1-84511-902-7)
  4. (en) Jane Galbraith, « A look inside Hollywood and the movies 'Line of Fire' Gives Crowd Control a New Meaning », sur Los Angeles Times, .
  5. (en) « In the Line of Fire (1993) », Rotten Tomatoes.com (consulté le 4 octobre 2020).
  6. (en) « In the Line of Fire Reviews », Metacritic.com (consulté le ).
  7. (en) Roger Ebert, « In the Line of Fire », sur Chicago Sun-Times.com, .
  8. (en) « In the Line of Fire », Box Office Mojo.com (consulté le 31 octobre 2019).
  9. « In the Line of Fire (1993) », jpbox-office.com (consulté le 31 octobre 2019).
  10. Awards for « Dans la ligne de mire », imdb.com.
  11. Fiche de Frank Horrigan sur un wiki spécialisé (consulté le 15 septembre 2019).

Liens externes[modifier | modifier le code]