Marisa Tomei

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marisa Tomei
Description de cette image, également commentée ci-après
Marisa Tomei en septembre 2012 au Festival de Toronto.
Naissance (53 ans)
New York, NY, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Actrice
Films notables Mon cousin Vinny
Les Taudis de Beverly Hills
Ce que veulent les femmes
The Wrestler
7 h 58 ce samedi-là

Marisa Tomei est une actrice américaine née le dans le quartier de Brooklyn, à New York. Après avoir travaillé sur le soap opera As the World Turns, elle se fait connaître dans un second rôle dans Campus Show, série dérivée du Cosby Show. Après être apparue dans de nombreux films, elle obtient une percée en 1992 avec la comédie Mon cousin Vinny, pour lequel elle obtient l'Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle.

Apparaissant dans de nombreux films au cours de ses quinze dernières années, elle a connu ses plus grands succès commerciaux avec Ce que veulent les femmes, Self Control et Bande de sauvages[1]. Elle a obtenu des critiques élogieuses pour ses prestations dans les films Décroche les étoiles, Les Taudis de Beverly Hills, 7 h 58 ce samedi-là et a obtenu deux nominations aux Oscars pour ses rôles dans In the Bedroom et The Wrestler.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Marisa Tomei, née à Brooklyn, New York, est la fille de Patricia Adelaide « Addie » (née Bianchi), professeur d'anglais et de Gary A. Tomei, avocat[2],[3]. Elle a un frère plus jeune, Adam Tomei, acteur, et a été en partie élevée par ses grands-parents paternels, Rita et Romeo Tomei[4]. Les parents de Marisa Tomei sont d'origine italienne ː sa grand-mère maternelle est de Sicile, son grand-père maternel est de Toscane, tandis que son père est également d'origine sicilienne[5],[6]. Marisa Tomei a grandi dans le quartier de Mildwood, Brooklyn (en)[7], où elle est captivée par les spectacles de Broadway. Ses parents, amateurs de théâtre, acceptent qu'elle fasse carrière comme actrice. À l'Andries Hudde Junior High School, elle joue le rôle de Hedy LaRue dans une production scolaire de How to Succeed in Business Without Really Trying. Après avoir été diplômée de l'Edward R. Murrow High School, à Brooklyn, en 1982, elle va à l'Université de Boston pendant un an[4].

Débuts (années 1980)[modifier | modifier le code]

Après des débuts en 1984 dans le feuilleton As the World Turns, elle obtient le rôle de Maggie Lauten dans la sitcom Campus Show durant la première saison. Son premier film, Le Kid de la plage, avec Matt Dillon, dans lequel elle tient un petit rôle, sort la même année.

De 1986 à 1991, elle ne tourne que trois longs-métrages : Playing for Keeps, écrit et réalisé par Bob et Harvey Weinstein, L'embrouille est dans le sac, adaptation cinématographique de la pièce de théâtre française Oscar[N 1] avec Sylvester Stallone et Zandalee, où elle joue aux côtés de Nicolas Cage. Mais ces trois films ne rencontrent pas l'adhésion de la critique et du public. De plus, sa prestation dans L'Embrouille est dans le sac lui vaut une nomination au Razzie Award du pire second rôle féminin[8],[N 2].

Révélation et consécration (années 1990)[modifier | modifier le code]

En 1992, elle prête ses traits à Mona Lisa Vito dans la comédie Mon cousin Vinny[9], après le refus de Lorraine Bracco de le jouer[10]. Son interprétation lui vaut de recevoir des critiques élogieuses, dont celle de Vincent Canby (en), notant qu'elle « donne tous les signes d'une excellente actrice »[11]. De plus, tourné avec un budget de 11 millions de dollars[12], le film rencontre un succès commercial avec 64,1 millions de dollars de recettes mondiales[13]. Pour sa performance, elle remporte l'Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle lors de la 65e cérémonie des Oscars, battant ainsi Miranda Richardson, Joan Plowright, Vanessa Redgrave et Judy Davis. Mais le critique de cinéma Rex Reed (en) crée une controverse – et un mythe hollywoodien mineur[14],[15],[16] – en suggérant que Jack Palance a annoncé le mauvais nom après l'ouverture de l'enveloppe[17],[18]. Bien que cette allégation a été réfutée à plusieurs reprises[19],[20] – l'Académie des Oscars a officiellement nié[21] – Marisa Tomei appelle cette histoire comme « extrêmement nuisible ». Le comptable de Pricewaterhouse a déclaré que si un tel évènement avait eu lieu, il y a un accord avec l'Académie pour que l'un d'entre eux marche sur scène, se présente et dise que le présentateur s'est trompé[22].

Après sa victoire aux Oscars, elle prête ses traits à la star du film muet Mabel Normand dans le film biographique Chaplin, sorti en décembre 1992, aux côtés de Robert Downey Jr., son petit ami de l'époque, qui incarne le rôle-titre. L'année suivante, elle joue dans le drame romantique Cœur sauvage, avec Christian Slater. Elle remporte, avec ce dernier, le MTV Movie Award du meilleur baiser, un an après avoir gagné celui de la meilleure actrice dans un second rôle pour Mon Cousin Vinny. Ce film obtient un excellent succès en salle.

Après avoir participé au thriller Equinox, avec Matthew Modine, qui connaît une distribution limitée en salles[13], elle rejoint, en 1994, le casting de la comédie dramatique Le Journal, réalisé par Ron Howard, dans lequel elle devient l'épouse enceinte du personnage incarné par Michael Keaton. Bien accueilli par la critique[23], Le Journal connaît un succès commercial au box-office avec 48,4 millions de dollars de recettes mondiales[13]. La même année, elle retrouve Downey pour la comédie romantique Only You, de Norman Jewison. Après un caméo dans la comédie à sketches Groom Service, suivi d'un des rôles principaux du film La famille Perez, de Mira Nair, elle décroche, en 1996, le rôle d'une mère célibataire, dans Décroche les étoiles, de Nick Cassavetes, partageant l'affiche avec Gena Rowlands. Sa prestation est saluée, notamment par le New York Times[24], et obtient une nomination au Screen Actors Guild Awards dans la catégorie meilleure actrice dans un second rôle[25]. Par la suite, elle a joué dans Bienvenue à Sarajevo de Michael Winterbottom.

En 1998, sa prestation dans la comédie dramatique indépendante Les Taudis de Beverly Hills, film de Tamara Jenkins, dans lequel elle partage l'affiche avec Natasha Lyonne et Alan Arkin, lui vaut d'obtenir une nomination à l'American Comedy Award du meilleur second rôle féminin la plus drôle[26]. Le long-métrage est bien accueilli par la critique[27], mais ne rencontre pas un véritable succès commercial[13], dépassant à peine son budget de production[28]. Toutefois, il a gagné le statut de film culte[29]. Le New York Times note qu'elle « est très charmante et drôle comme Rita »[30], tandis qu'un autre critique ajoute qu'elle est « courageuse et sexy, ... plus modérée qu'elle ne l'est habituellement »[31].

Après des années 1990 passées dans le cinéma indépendant, elle passe durant la décennie suivante à des productions commerciales[32].

Diversification (années 2000)[modifier | modifier le code]

L'actrice au Tribeca Film Festival 2008, pour la présentation de War, Inc..
L'actrice aux Oscars 2009, où elle est nommée pour sa performance dans The Wrestler.

En 2000, elle tient le rôle de Lola, serveuse d'un café et l'une des nombreuses conquêtes du personnage principal masculin, incarné par Mel Gibson, dans la comédie romantique Ce que veulent les femmes. Malgré des critiques mitigées[33],[34], le film rencontre un énorme succès commercial, avec 374,1 millions de dollars de recettes au box-office mondial, demeurant à ce jour le plus grand succès de la carrière de Tomei[13]. La même année, elle partage l'affiche du thriller fantastique The Watcher avec James Spader, un flop critique et commercial. Enfin, elle incarne l'héroïne de la comédie romantique Happy Accidents.

L'année suivante, elle enchaîne avec un rôle dans la comédie romantique Attraction animale, portée par Ashley Judd, Greg Kinnear et Hugh Jackman. Mais elle renoue aussi avec le cinéma indépendant :

Elle revient ensuite au cinéma indépendant : elle tient un rôle secondaire dans le drame In the Bedroom, nommé à cinq reprises aux Oscars. Tomei décroche une nomination dans la catégorie meilleur second rôle féminin – sa seconde nomination après celle de Mon Cousin Vinny.

Elle reçoit aussi une nomination au Golden Globe du meilleur second rôle féminin. Elle a également remporté plusieurs prix et de nombreuses nominations. In the Bedroom est bien accueilli par la critique[35],[36] et par le public[13]. Variety écrit qu'elle est « vainqueur dans ce qui est sûrement sa performance la plus naturelle et naturaliste »[37], tandis que Stephen Holden, critique du New York Times, ajoute qu'elle est une « triste et abimée Natalie, qui est facilement son meilleur rôle à l'écran »[38]. Avec les autres acteurs, elle a partagé une nomination au SAG Award de la meilleure distribution d'ensemble.

En 2002, elle revient à une production commerciale, en tenant l'un des rôles principaux de la comédie romantique Le Gourou et les Femmes, qui obtient un accueil mitigé des critiques de cinéma[39],[40] et un faible succès commercial[13].

L'année suivante, elle seconde le tandem Jack Nicholson et Adam Sandler pour la comédie noire Self Control. Et en 2004, elle est au casting de la comédie romantique Irrésistible Alfie, portée par Jude Law.

L'année 2005 est marquée par la sortie de trois films indépendants : elle tient d'abord le premier rôle féminin de la comédie musicale britannique Marilyn Hotchkiss' Ballroom Dancing and Charm School (en), face à Robert Carlyle. Puis elle est au casting de Loverboy, drame indépendant réalisé par l'acteur Kevin Bacon. Enfin, elle retrouve Matt Dillon, tête d'affiche du drame Factotum, écrit et réalisé par Bent Hamer.

L'année suivante, elle revient à des productions plus commerciales : elle est la tête d'affiche du thriller Danika, un flop critique et commercial. Puis elle joue dans quatre épisodes de la troisième saison de la série télévisée Rescue Me : Les Héros du 11 septembre, où elle séduit le héros incarné par Denis Leary.

En 2007, elle tient un second rôle dans la comédie dramatique populaire Bande de sauvages, menée par Tim Allen. Elle est ensuite au casting d'un drame indépendant de Sidney Lumet, 7 h 58 ce samedi-là.

En 2008, elle tient les premiers rôles féminins de deux films indépendants : War, Inc., mais surtout le drame The Wrestler, (Lion d'or à Venise), mis en scène par Darren Aronofsky et porté par la performance de Mickey Rourke dans le rôle-titre. Le film est aussi un succès commercial.

L'année 2010 est marquée par la sortie de la comédie indépendante Cyrus, écrite et réalisée par Jay et Mark Duplass. Elle tient le premier rôle féminin, aux côtés de John C. Reilly et Jonah Hill.

Succès commercial (années 2010)[modifier | modifier le code]

L'actrice au TIFF 2012, pour la première de Inescapable.

Durant les années 2010, l'actrice va pouvoir capitaliser sur sa réputation pour décrocher des rôles dans plusieurs productions médiatiquement exposées.

En 2011, elle joue dans deux productions médiatiquement exposées : le polar La Défense Lincoln, porté par un Matthew McConaughey en pleine renaissance créative. Puis elle joue une professeur sexy dans la comédie Crazy, Stupid, Love., joli succès critique et commercial signé Glenn Ficarra et John Requa. Enfin, elle est au casting du thriller politique Les Marches du pouvoir, réalisé par George Clooney.

L'année 2012 la voit poursuivre dans des productions commerciales : elle tient les premiers rôles féminins du film d'action Inescapable et de la comédie familiale Le Choc des générations, aux côtés de Billy Cristal. Les deux films sont des échecs critiques et commerciaux.

En 2014, elle donne la réplique à Hugh Grant pour la comédie dramatique Les Mots pour lui dire.

L'année 2015 la voit enchaîner deux projets : elle figure au casting de luxe de la comédie dramatique The Big Short : Le Casse du siècle, d'Adam McKay, puis joue dans la comédie de Noël Love the Coopers, avec Steve Martin. Enfin, elle joue dans cinq épisodes de la seconde saison de la série à succès Empire.

Mais c'est en 2016 qu'elle livre une prestation remarquée médiatiquement : elle prête ses traits à une version rajeunie du personnage May Parker dans l'univers cinématographique Marvel.

Son personnage est introduit dans le blockbuster évènement Captain America: Civil War, mais est surtout présent dans le long-métrage à succès Spider-Man: Homecoming, de Jon Watts.

En 2018, elle joue dans la comédie dramatique indépendante After Everything, puis apparait dans un épisode de la série à succès The Handmaid's Tale. Enfin, elle tient un rôle-clé du thriller horrifique American Nightmare 4 : Les Origines.

Elle redeviendra May Parker pour la suite attendue Spider-Man: Far From Home.

Au théâtre[modifier | modifier le code]

Marisa Tomei se consacre beaucoup au théâtre. Elle a pu interpréter à Broadway, le rôle-titre de Salomé aux côtés d'Al Pacino et de Dianne Wiest. Elle a également joué On ne paye pas ! On ne paye pas ! de Dario Fo. En mars 2004, à Bombay et à travers l'Inde, elle interprète avec Jane Fonda, Les Monologues du vagin d'Eve Ensler.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Longs-métrages[modifier | modifier le code]

Courts-métrages[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

A la 81e cérémonie des Oscars, en février 2009, pour The Wrestler

Voix francophones[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Et aussi 

Au Québec[modifier | modifier le code]

Note : la liste indique les titres québécois[47]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'Embrouille dans le sac est la seconde adaptation de la pièce au cinéma, la première étant celle réalisée par Édouard Molinaro, en 1967, avec Louis de Funès en vedette.
  2. Le prix a été remportée par Sean Young pour sa prestation dans Un baiser avant de mourir.
  3. Nommée avec Philip Seymour Hoffman, Ethan Hawke, Albert Finney, Rosemary Harris et Amy Ryan.
  4. Nommée avec Philip Seymour Hoffman, Evan Rachel Wood, George Clooney, Paul Giamatti, Ryan Gosling et Jeffrey Wright.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Marisa Tomei », sur Box Office Mojo (consulté le 2 avril 2011).
  2. (en) « Marisa Tomei Biography. », sur Tiscali.co.uk (consulté le 2 avril 2011).
  3. Who Do You Think You Are?, 10 février 2012.
  4. a et b (en) « Maris Tomei Biography. Yahoo! Movies », sur Yahoo! (consulté le 2 avril 2011).
  5. Euvino, Gabrielle. (ISBN 0028642341)&id=bEkR3iJtHSoC&pg=RA1-PA319&lpg=RA1-PA319&ots=tYMlA88pNj&dq=%22MARISA+TOMEI%22+ITALIAN&sig=0DCORYH6e8s5ikgJtj4LMjVmVRU#PRA1-PA319,M1 The Complete Idiot's Guide to Italian History and Culture. Alpha Books, 2002. (ISBN 0-02-864234-1).
  6. "Film professor researches how female stardom links to American views on immigration and ethnicity" « Copie archivée » (version du 31 octobre 2005 sur l'Internet Archive). University of North Texas. October 25, 2001.
  7. Collins, Glenn. "Actress's Challenge in Change of Pace and Diction", The New York Times, August 10, 1992. Retrieved October 23, 2007.
  8. (en) John Wilson, « (en) 1991 Razzie Awards », sur Razzies.com, (consulté le 7 mai 2013).
  9. « UP AND COMING: Marisa Tomei; She's Straight Out of Brooklyn », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  10. (en) « Trivia for « My Cousin Vinny » », sur IMDb (consulté le 7 mai 2013).
  11. Vincent Canby, « My Cousin Vinny (1992) Review », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  12. (en) « My Cousin Vinny », sur The Numbers (consulté le 8 mai 2013).
  13. a b c d e f et g (en) « Marisa Tomei », sur Box Office Mojo (consulté le 8 mai 2013).
  14. Roger Ebert « Movie Answer Man : the questions that will not die »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 12 mai 2013), August 27, 2000
  15. Diane Negra, Off-white Hollywood: American culture and ethnic female stardom Routledge, 2001, (ISBN 0-415-21678-8), p. 160
  16. Richard Roeper Urban Legends: The Truth Behind All Those Deliciously Entertaining Myths That Are Absolutely, Positively, 100% Not True, Career Press, 2000, (ISBN 1-56414-418-6), p. 127
  17. Truth and rumors: the reality behind TV's most famous myths, Google, (ISBN 978-0-275-99247-7, lire en ligne)
  18. Roger Ebert, « Movie Answer Man »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 12 mai 2013), June 15, 1997
  19. « Marisa Tomei Awarded Oscar by Mistake? », snopes.com (consulté le 31 juillet 2010)
  20. « Marisa Tomei on 'The Wrestler' and that weird, pesky rumor that she didn't really win the Oscar for 'Vinny' », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne)
  21. Roger Ebert, « Movie Answer Man »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 12 mai 2013)
  22. Josh Young, « Return Tomei », Entertainment Weekly,‎ (lire en ligne)
  23. (en) « The Paper », sur Rotten Tomatoes, Flixster (consulté le 10 mai 2013).
  24. Holden, Stephen The New York Times November 1, 1996 Unhook the Stars (1996) Retrieved February 2, 2011.
  25. (en) « Awards for « Unhook the Stars » », sur IMDb (consulté le 10 mai 2013).
  26. (en) « Awards for « Slums of Beverly Hills » », sur IMDb (consulté le 10 mai 2013).
  27. (en) « Slums of Beverly Hills », sur Rotten Tomatoes (consulté le 11 mai 2013).
  28. (en) « Slums of Beverly Hills », sur The Numbers (consulté le 11 mai 2013).
  29. (en) Josh Winning, « The Evolution Of Marisa Tomei : From « Toxic Avenger » to « Lincoln Lawyer » », sur TotalFilm, (consulté le 11 mai 2013)
  30. Janet Maslin, « The Slums of Beverly Hills (1998) », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  31. Emanuel Levy, « Slums of Beverly Hills », Variety,‎ (lire en ligne)
  32. Richard Schickel, The Appeal of Her Zeal, Time, May 18, 2002
  33. (en) « What Women Want », sur Metacritic (consulté le 11 mai 2013).
  34. (en) « What Women Want », sur Rotten Tomatoes (consulté le 11 mai 2013)
  35. « In the Bedroom », sur Metacritic (consulté le 11 mai 2013)
  36. « In the Bedroom », sur Rotten Tomatoes (consulté le 11 mai 2013).
  37. Todd McCarthy, « In the Bedroom », Variety,‎ (lire en ligne)
  38. Stephen Holden, « In the Bedroom (2001) », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  39. « The Guru », sur Metacritic (consulté le 11 mai 2013)
  40. « The Guru », sur Rotten Tomatoes (consulté le 11 mai 2013).
  41. (en) « Marisa Tomei », sur SNL Archives (consulté le 25 avril 2013).
  42. a b c d e f g et h « Fiche de l'actrice : les comédiennes de doublage V.F. », sur RS Doublage (consulté le 22 avril 2013).
  43. « Fiche de doublage V.F. du film « The Wrestler » », sur VoxoFilm (consulté le 22 avril 2013).
  44. « Fiche de doublage V.F. du film «The Watcher » », sur VoxoFilm (consulté le 22 avril 2013).
  45. « Fiche de doublage V.F. du film « Ce que veulent les femmes » », sur VoxoFilm (consulté le 22 avril 2013).
  46. « Fiche de doublage V. F. du film « Le Choc des Générations » », sur AlloDoublage (consulté le 22 avril 2013).
  47. a b c d e f g h i j k l m n o p q r et s « Fiche de l'actrice : les comédiennes de doublage V.Q. », sur Doublage Québec (consulté le 9 mai 2013).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :