Sex and the City

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sex and the City
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo original de la série.
Titre original Sex and the City
Autres titres
francophones
Sexe à New York (Québec)
Genre Comédie dramatique
Création Darren Star
Acteurs principaux Sarah Jessica Parker
Kim Cattrall
Kristin Davis
Cynthia Nixon
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Chaîne d'origine HBO
Nb. de saisons 6
Nb. d'épisodes 94
Durée 30 minutes
Diff. originale
Site web http://www.hbo.com/sex-and-the-city

Sex and the City ou Sexe à New York (au Québec) est une série télévisée américaine créée par Darren Star et diffusée entre le et le sur HBO.

En France, la série est diffusée à partir du sur Téva, puis à partir du sur M6, au Québec, à partir du sur Séries+, en Suisse sur la TSR et en Belgique sur AB3.

La série raconte l'histoire de quatre amies new-yorkaises, trentenaires et célibataires : Carrie Bradshaw, Charlotte York, Miranda Hobbes et Samantha Jones.

Elle est récompensée par plusieurs Golden Globes et Emmy Awards. Après la fin de la série, l'histoire des quatre New-yorkaises a été portée au cinéma dans Sex and the City, le film puis Sex and the City 2. Une série télévisée préquelle, intitulée The Carrie Diaries et suivant la jeunesse de Carrie, a été diffusée entre 2013 et 2014 sur The CW.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Tiré d'un recueil de chroniques écrites par la journaliste Candace Bushnell, Sex and the City brosse le portrait de quatre amies new-yorkaises, trentenaires et célibataires : Carrie, journaliste tenant une rubrique dans laquelle elle dissèque les relations hommes-femmes ; Charlotte, galeriste naïve et romantique ; Miranda, avocate cérébrale et cynique et Samantha, attachée de presse, dévoreuse d'hommes. Le récit original est plus sombre et cynique que la série télévisée qui a, entre autres, supprimé les allusions aux drogues dures.

Distribution[modifier | modifier le code]

Actrices principales[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Acteurs récurrents[modifier | modifier le code]

Acteur Personnage Doublage en français Apparition
Chris Noth Mr Big Gabriel Le Doze Toutes les saisons
Willie Garson Stanford Blatch Georges Caudron Toutes les saisons
Ben Weber (en) Skipper Johnson Yann Le Madic Saisons 1 et 2
David Eigenberg Steve Brady Guillaume Lebon À partir de la saison 2
Mario Cantone Anthony Marentino Boris Rehlinger À partir de la saison 3
Lynn Cohen Magda Marion Game À partir de la saison 3
John Corbett Aidan Shaw Jérôme Keen Saisons 3, 4 et 6
Kyle MacLachlan Trey MacDougal Patrick Poivey Saisons 3 et 4
Frances Sternhagen Bunny MacDougal Maria Tamar Saisons 3, 4 et 5
Evan Handler Harry Goldenblatt Pascal Germain À partir de la saison 5
James Remar Richard Wright Patrice Baudrier À partir de la saison 4
Ron Livingston Jack Berger Patrick Delage Saisons 5 et 6
Jason Lewis Jerry (Smith) Jerrod Axel Kiener Saison 6
Mikhaïl Barychnikov Aleksandr Petrovsky Nicolas Marié Saison 6
Blair Underwood Robert Leeds Bruno Dubernat Saison 6

Source VF : Vox-O-Film[1]

Invités[modifier | modifier le code]

Au fur et à mesure que la série gagnait de la popularité, un certain nombre de personnes connues ont fait une apparition dans la série, jouant leur propre rôle ou non :

Personnages[modifier | modifier le code]

Personnages principaux[modifier | modifier le code]

Les interprètes de Charlotte York et Samantha Jones à l'after-party d'HBO après les Emmy Awards 1999.

Les personnages principaux de la série sont quatre amies :

  • Carrie Bradshaw est la narratrice de la série, chaque épisode est structuré autour de l'écriture de sa rubrique sur la sexualité (Sex and the City) dans The New York Star. Elle est passionnée de mode, et surtout de chaussures, et très attachée à son appartement de l'Upper East Side. Carrie tombe amoureuse de Mr Big dans la première saison, mais leur relation échoue. Par la suite, sa vie sentimentale est marquée par Aidan Shaw, Jack Berger et Aleksandr Petrovsky. Dans le dernier épisode de la série (Une Américaine à Paris - 2e partie), Carrie retrouve Mr Big.
  • Charlotte York est une marchande d'art issue d'une famille bourgeoise du Connecticut. Elle est la plus idéaliste et la plus prude du groupe, à la recherche du prince charmant. Elle se marie avec Trey MacDougal, mais son mariage n'est pas celui dont elle rêvait. Lors de son divorce, elle tombe amoureuse de son avocat, Harry Goldenblatt. Elle se convertit au judaïsme pour pouvoir l'épouser, puis ils adoptent une petite fille.
  • Miranda Hobbes est une avocate qui place sa carrière avant sa vie privée. Au fil des saisons, elle devient moins cynique sur les relations homme-femme. Après des hauts et des bas, elle se marie avec Steve Brady, avec qui elle a un enfant (Brady Hobbes), et déménage avec sa famille à Brooklyn.
  • Samantha Jones est attachée de presse. Elle est la plus âgée du groupe, mais c'est la plus grande séductrice, et sa vie sexuelle est mouvementée. Elle aura de nombreuses aventures, notamment avec Richard Wright, mais c'est aux côtés de Smith Jerrod, jeune acteur, qu'elle semble réellement trouver l'amour.

Personnages récurrents[modifier | modifier le code]

Sarah Jessica Parker et Chris Noth, l'interprète de Mr. Big, aux Emmy Awards 1999.

Les personnages récurrents sont principalement les amants et compagnons des quatre héroïnes de la série. Parmi eux, Mr Big, petit ami de Carrie, est le seul qu'on retrouve dans toutes les saisons et qui apparaît à la fois dans le premier et le dernier épisode de la série. D'autres compagnons de Carrie apparaissent de manière récurrente dans la série : Aidan Shaw, Jack Burger et Aleksandr Petrovsky. Trey MacDougal et Harry Goldenblatt sont les époux de Charlotte. Du côté de Miranda, Skipper Johnson, Robert Leeds et surtout Steve Brady marquent sa vie amoureuse. Samantha vit ses principales histoires avec Richard Wright puis Jerry (Smith) Jerrod.

En dehors des petits amis, on retrouve les amis homosexuels des filles, Stanford Blatch (pour Carrie) et Anthony Marentino (pour Charlotte). Magda, la femme de ménage puis nourrice de Miranda, apparaît également régulièrement dans la série ; tout comme la mère du premier époux de Charlotte, Bunny MacDougal.

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

L'histoire de la série est inspirée du livre du même nom de Candace Bushnell, qui regroupe ses chroniques parues dans The New York Observer. Candace Bushnell a affirmé dans plusieurs interviews que la Carrie Bradshaw de ses chroniques était son alter ego. Lors de l'écriture du livre Sex and the City, elle avait d'abord utilisé son vrai nom, mais pour des questions de vie privée, elle a créé le personnage de Carrie, avec qui elle partage ses initiales[2].

Son créateur, Darren Star, est aussi à l'origine de Beverly Hills 90210, Melrose Place (avec Heather Locklear) et a produit la série Miss Match (avec Alicia Silverstone).

Tournage[modifier | modifier le code]

Toutes les héroïnes montrent leur poitrine à l'écran, à l'exception de Sarah Jessica Parker (Carrie Bradshaw) qui expliquera être dans l'impossibilité de le faire à cause de sa pudeur. Kim Cattrall était la moins pudique (Samantha Jones). Elle montre son corps à plusieurs reprises dans l'épisode Narcisse.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Générique[modifier | modifier le code]

Le générique commence avec une musique au style jazz mené au son d'un saxophone. Lors du générique on voit défiler des images de l'héroïne principale Carrie Bradshaw en tutu rose en train de marcher dans les rues de New York et se faire éclabousser par un bus sur lequel se trouve une affiche publicitaire avec une photo d'elle en gros plan pour promouvoir les chroniques qu'elle écrit pour un journal new-yorkais. On aperçoit également des célèbres monuments de la ville comme le Chrysler Building, l'Empire State Building ou le pont de Brooklyn avec les noms des quatre actrices vedette et du créateur de la série.

Il existe deux versions du générique. La première montre des photos des gratte-ciel du sud de Manhattan et notamment des tours jumelles du World Trade Center, mais après les attentats du 11 septembre 2001, l'équipe de la série a changé les photos pour celles de l'Empire State Building. La première version du générique a été diffusée de la saison 1 jusqu'à l'épisode 12 de la saison 4, puis la deuxième version a pris le relais jusqu'à la fin de la série.

Diffusion[modifier | modifier le code]

[Quand ?]

Épisodes[modifier | modifier le code]

Thèmes[modifier | modifier le code]

Chacune des quatre héroïnes est censée représenter les différentes facettes qui constituent une seule et même femme. Ainsi, Charlotte sera le côté fleur bleue, Samantha celui de la sexualité débridée, Miranda la bourreau de travail et Carrie l'indépendante en quête du grand amour.

La particularité de la série repose sur le fait que, pour la première fois sur le petit écran[réf. nécessaire], des femmes parlent très crûment de leur vie sexuelle. Ces quatre femmes sont loin d'incarner des modèles de perfection, ce qui facilite l'identification de la téléspectatrice (voire du téléspectateur), qui peut se reconnaître dans leur quête de l'amour idéal et leurs interrogations. Par ailleurs, les héroïnes, et en particulier Carrie, apparaissent comme des icônes de mode, allant même jusqu'à lancer de nouvelles tendances.

Accueil[modifier | modifier le code]

Audiences[modifier | modifier le code]

La série a connu un succès dès sa première diffusion en 1999.

Réception critique[modifier | modifier le code]

Sex and the City a été critiqué pour ses personnages financièrement aisés, de couleur blanche et pour son ignorance de la population new-yorkaise de couleur, plus pauvre ainsi que ceux qui vivent dans les quartiers les plus pauvres de New York. Les personnages eux-mêmes ont été accusés d'être élitistes[3].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Influence culturelle[modifier | modifier le code]

De par son succès, la série aurait eu un impact sur le comportement des femmes, notamment sur les trentenaires et quadragénaires américaines, célibataires et plutôt aisées – comme les personnages de la série. Une étude de la société J. Walter Thompson rapporte qu'elle aurait ainsi rendu la haute couture « populaire », surtout auprès de ce public qui cherchait à acheter les robes ou les paires de chaussures vues dans la série. Autre exemple, les ventes d'un sex-toy en forme de lapin ont explosé après son utilisation par Charlotte dans l'épisode Le lièvre et la tortue[4]. L'émission a également popularisé la pratique de l'épilation « brésilienne »[4], contribuant, d'après la British Association of Dermatologists, à faire reculer le pou du pubis[5].

Depuis le succès de la série, il est possible de faire un « Sex and the City tour » de New York en bus, pour découvrir quarante lieux marquants de la série[6],[7].

La série Charmed s'est inspirée de Sex and the City dans le 2e épisode de la saison 8 Traquées.[réf. nécessaire]

Produits dérivés[modifier | modifier le code]

Sorties vidéo[modifier | modifier le code]

Intitulé du coffret Nombre
d'épisodes
Dates de sortie Nombre
de disques
Société de distribution
Drapeau des États-Unis États-Unis
(Zone 1)
Drapeau de la France France
(Zone 2)[8]
Intégrale - Première saison 12 2 Paramount Home Entertainment (France)
Warner Bros. Home Entertainment (États-Unis)
Intégrale - Deuxième saison 18 3
Intégrale - Troisième saison
Intégrale - Quatrième saison
Intégrale - Cinquième saison 8 2
Intégrale - Sixième saison 20 (1re partie)
(2e partie)
4
L'intégrale des 6 saisons 94 18
  • Les premières éditions des coffrets de la série étaient également édités au format VHS.
  • Entre 2005 et 2006, la série a été rééditée dans une collection intitulée Single Edition. Cette collection en 18 volumes est en réalité les DVD de chaque saisons vendus à l'unité[8].
  • En 2006, les coffrets ont été réédité avec de nouveaux packaging, uniquement en DVD[8].
  • Une collection de DVD intitulée Essentials a été éditée dans certains pays en 2006. Cette collection Best-of est composée de cinq DVD, vendus séparément, qui contiennent chacun trois épisodes liés par les thèmes qu'ils abordent : Luxure, Mr. Big, Romance, Ruptures et la Mode. Celui sur la Mode était une exclusivité des magasins Target.
  • Bien que la série soit une production de HBO, une filiale de WarnerMedia, Warner Bros. a distribué la série en vidéo uniquement aux États-Unis. Dans le reste du monde, c'est Paramount Pictures qui distribuait la série. Néanmoins, en 2018, Warner Bros. récupère les droits de distribution à l'international de la série et réédite l'intégrale dans un nouveau coffret composé de 19 DVD[9].

Films et séries[modifier | modifier le code]

Sex and the City a fait l'objet d'une adaptation cinématographique, Sex and the City, le film (Sex and the City), dans lequel les actrices de la série reprennent leurs rôles. Les chapeaux de Prudence Millinery pour Vivienne Westwood ont été sollicités à l'occasion du tournage du film en 2008 et apparaissent dans la séquence du défilé de mode. Il sort le . Le film est un succès commercial, rapportant 415 253 641 $ au box-office mondial, dont 152 647 258 $ aux États-Unis et au Canada, pour un budget d'environ 65 millions de dollars[10]. Au niveau mondial, il s'agit du 11e plus gros succès commercial de l'année 2008[11]. Aux États-Unis, le film rapporte plus de 55 millions de dollars le week-end de sa sortie, prenant la tête du box-office américain. Il réalise ainsi le meilleur démarrage de l'histoire pour une comédie romantique[12], pour un film « rated R » et pour un film dont le casting principal n'est composé que de femmes (sans tenir compte de l'inflation)[13]. En France, Sex and the City, le film se classe deuxième au box-office, derrière Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal, les deux semaines suivant sa sortie[14]. Au total, le film réalise 1 993 359 entrées en France, 316 669 en Belgique, 292 303 au Québec et 249 613 en Suisse[15].

Un second film, Sex and the City 2, sort le [16].

Au printemps 2012, le pilote de la série The Carrie Diaries mettant en vedette AnnaSophia Robb dans le rôle principal, inspiré du roman du même nom qui est en quelque sorte une préquelle de la série, a été choisi et est diffusé sur le réseau The CW en [17]. Cependant, elle est annulée après deux saisons, pour fautes d'audiences[18].

Adaptations[modifier | modifier le code]

La série est adaptée en version brésilienne sous le nom de Sexo e as Negas et est diffusée le [19]. Il y dévoile quatre femmes d'origines diverses[20].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiches de doublage », sur Voxofilm, (consulté le 25 septembre 2013).
  2. (en) Victoria Degtyareva, « Bushnell speaks on sex, city and shoes », Stanford Daily Online,‎ (lire en ligne, consulté le 27 septembre 2013).
  3. Arin Greenwood, « Sex and What City? », PopPolitics.com (consulté le 17 décembre 2006).
  4. a et b Cécile Mury, « “Sex and the city” ou la “libération” de la ménagère de moins de 50 ans », Télérama,‎ (lire en ligne, consulté le 9 octobre 2013).
  5. « "Sex and the city" responsable de l’extinction du morpion ? », sur TéléObs, (consulté le 9 octobre 2013).
  6. (en) Associated Press, « "Sex And The City" For Tourists », sur CBS News (consulté le 27 septembre 2013).
  7. (en) Sex and the City tour of New York, « Sex and the City tour of New York », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne, consulté le 27 septembre 2013).
  8. a b et c « DVD de la série en France », sur dvdseries.net,
  9. « L'intégrale de la série par Warner Bros. », sur amazon.fr,
  10. www.ozap.com 21 août 2011
  11. (en) « 2008 Yearly Box Office Results », Box Office Mojo (consulté le 6 octobre 2013).
  12. (en) Josh Friedman, « 'Sex' is a big hit among women », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne, consulté le 6 octobre 2013).
  13. (en) Michael Cieply et Bill Carter, « ‘Sex and the City’ Leads Weekend Box Office », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 6 octobre 2013).
  14. « Box-office France : Indiana Jones s'accroche », sur Pure Ciné, (consulté le 6 octobre 2013).
  15. « Sex and the City », sur Base de données Lumière (consulté le 6 octobre 2013).
  16. Sexe à New York 2 sur Cinoche.
  17. (en) « The CW Announces 2012-2013 Schedule », sur The Futon Critic, .
  18. (en) Amanda Kondolojy, « Carrie Diaries, Tomorrow People & Star-Crossed Cancelled by The CW », TV by the Numbers, (consulté le 8 mai 2014).
  19. (pt) « Inspirada em Sex and the city, Sexo e as negas narra as desventuras amorosas de quatro amigas », O Globo (consulté le 15 décembre 2016).
  20. (en) « Brazil’s new primetime show Sexo e as Negas serves the white gaze », Media Diversified (consulté le 15 décembre 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Amy Sohn, Sex and the City: Kiss and Tell, Updated Edition, (ISBN 0-7434-5730-7)
  • Deborah Jermyn, Sex and the City, Détroit, Wayne State University Press, coll. « TV Milestones Series », , 128 p. (ISBN 9780814332887)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]