Stand-up

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Un artiste de stand-up

Le comique de scène, ou monologue comique (en anglais américain stand-up comedy, abrégé en stand-up en français) est un genre comique où un humoriste seul, sans décor, sans accessoire, prend l'auditoire à témoin des histoires qui lui sont arrivées. Cette forme particulière de spectacle solo (one-man-show) est apparue à la fin du XIXe siècle aux États-Unis.

Terminologie[modifier | modifier le code]

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Il s'agit d'un spectacle comique au cours duquel un humoriste s'adresse au public de manière informelle, sans accessoires, sans costume, en racontant des histoires drôles, souvent inspirées du quotidien, assez courtes et sans interruption. Le spectacle est mis en scène de façon à paraître le plus improvisé possible (notamment, on brise le quatrième mur et on doit éviter de présenter un personnage stéréotypé), ce qui n'est pas toujours le cas parce que le texte est énormément retravaillé et perfectionné.

Au cours du spectacle, l'humoriste est à la merci de son public. Son succès dépend en particulier de ses talents en matière de spontanéité, mais aussi de ses capacités à faire face à un raté et à savoir y réagir.

L'origine ethnique ou confessionnelle de l'humoriste est souvent une base permettant à celui-ci de jouer, d'appuyer, de détourner les stéréotypes et les clichés que ces origines supposent.

En France[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Jamel Debbouze fut l'un des premiers à se réclamer du stand-up, avec ses codes américains. Toutefois, par le passé, des humoristes comme Robert Lamoureux, Guy Bedos ou Pierre Desproges s'adressaient également directement au public, sans composer de personnages. Aujourd'hui, Tomer Sisley ou Gad Elmaleh revendiquent également cette influence, bien que le second ait débuté par un one-man-show qui n'entrait pas dans cette catégorie.

L'actrice et humoriste américaine Alison Arngrim, qui incarna le personnage de Nellie Oleson dans la série télévisée La Petite Maison dans la prairie, est une spécialiste du stand-up depuis l'âge de 15 ans. Elle a proposé en France à partir de 2008 un spectacle inspiré de son rôle dans la célèbre série, en duo avec l'auteur et comédien Patrick Loubatière.

Jamel Debbouze et Kader Aoun ont créé le Jamel Comedy Club, diffusé sur Canal+, afin de donner un coup de projecteur sur des artistes se réclamant de cette forme de spectacle, comme Fabrice Eboué et Thomas Ngijol.

Depuis la fin des années 2000, le comique de scène connaît un renouveau dû au développement des plateformes de partages de vidéo (Norman, le Woop, etc.). Alors qu'on reproche beaucoup à cette discipline de niveler vers le bas, on assiste à un réel changement avec l'arrivée de comédiens tels que Gaspard Proust ,Yassine Belattar.[réf. nécessaire] La référence américaine en la matière plus citée est Louis CK (créateur de la série Louie).

États-Unis[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, les communautés noires et juives sont connues pour avoir donné nombre d'humoristes de scène renommés, comme Jerry Seinfeld, Woody Allen pour la première et Richard Pryor, Eddy Murphy, Chris Rock et Martin Lawrence pour la seconde.

Richard Pryor a bouleversé, dans les années 1970, les règles du monologue de scène dans son pays. S'appropriant le terme péjoratif de nigger avec sa création du personnage de Super Nigger, il a ouvert la voie à nombre de rappeurs et de comiques noirs[1].

Parmi la première génération de stand-up comedians (comiques de scènes) américains, on peut citer Mort Sahl, Lenny Bruce, Miles Bennett et Dick Gregory.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thomas Sotinel, Richard Ptyor, comique américain, Le Monde, 14 décembre 2005.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :