Kippa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kippa
Image illustrative de l'article Kippa
Sources halakhiques
Textes dans la Loi juive relatifs à cet article
Talmud de Babylone Shabbat 156b, Kiddoushin 31a
Mishné Torah Ahava, Hilkhot Tefila 5:5
Choulhan Aroukh Orah Hayim 2:6

La kippa,(kɪˈpɑ; hébreu : כִּפָּה ou כִּיפָּה; pluriel: kippot כִּפוֹת ou כִּיפּוֹת), est le terme hébraïque d'une « calotte », également appelée aux États-Unis yarmoulke (aˈjɑrməlkə ou ˈjɑːməkə du yiddish : יאַרמולקע ), ou parfois kapele (yiddish : קאפעלע ) portée traditionnellement par les Juifs pratiquants.

La kippa dans les sources juives[modifier | modifier le code]

Dans la littérature rabbinique[modifier | modifier le code]

La coutume de se couvrir la tête commence à l'époque du deuxième Temple de Jérusalem. Ainsi le Talmud rapporte que « Rav Houna, fils de Rav Yehoshoua, ne marchait pas quatre coudées tête découverte, par égard envers la présence Divine »[1].

Cependant, ce n'est qu'à l'époque médiévale que l'on commence à légiférer sur le port de la kippa. Le rabbin Israel Isserlein (en) estime dans son livre le Troumat Hadechen qu'il n’y a pas d’interdiction formelle de se promener tête nue, il est juste bon de se couvrir la tête[2]. A contrario, le rabbin Joseph Karo légifère dans le Choulhan Aroukh (hébreu : שולחן ערוך « table dressée ») qu'il est interdit de marcher plus de 4 coudées (environ 2 mètres) la tête nue.

Nahmanide est également de cet avis[3],[4], alors que le Tossafiste Rabbi Perez de Corbeil (en) estime qu'il faut avoir la tête couverte, uniquement lorsque l'on prie ou que l'on se trouve dans une synagogue.

Le reste du temps, le port de la Kippa n'est pas une obligation[5]. Le rabbin Israel Bruna (en) estime lui dans sa responsa qu'il est formellement interdit de se promener tête découverte. Il explique que le passage du Talmud qui raconte l'anecdote de rav Houna ne traite que du port d’un second couvre chef.

Affaire du port de la kippa[modifier | modifier le code]

En janvier 2016, un professeur juif reconnaissable à sa kippa est agressé dans la rue à Marseille[6].Le président du Consistoire de Marseille conseille alors, aux juifs de ne plus porter de kippa dans la rue, ce qui suscite la réprobation du président du Consistoire central, celle du président du CRIF et celle du grand-rabbin de France Haïm Korsia qui suggère au contraire aux « supporteurs de l'Olympique de Marseille de revêtir mercredi 20 janvier un couvre-chef » à l'occasion d'un match de football[7]. De nombreuses personnalités prennent alors position sur le sujet, du rabbin Delphine Horvilleur[8] à Rony Brauman dont les propos[9] suscitent l'indignation de nombreuses personnalités et institutions juives[10] , en passant par le monde politique[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Talmud Babli, Kidouchine 31a
  2. Troumat Hadechen 2ème partie, Chapitre 203 203
  3. Hilkhot Deot 5;6
  4. Moré Nevoukhim 3;52
  5. Moshe Isserles, Darke Moche 2,2
  6. « Marseille : un homme portant la kippa attaqué au couteau », sur Le Point,‎
  7. Bernard Gorce, « Kippa : les Juifs de France entre prudence et résistance », sur La Croix,‎
  8. Elvire Camus, « Delphine Horvilleur : « Les religions doivent sortir du jeu de l’empathie prioritaire » », sur Le Monde,‎
  9. a et b « Rony Brauman : entre le voile et la kippa, "il y a deux poids, deux mesures" », sur Europe 1,‎ 16 jaznvier 2016
  10. « Propos criminels de Rony Brauman sur la kippa : Le Monde Juif .info saisit le CSA », sur Le Monde juif,‎