Peaugres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Peaugres
Image illustrative de l'article Peaugres
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Tournon-sur-Rhône
Canton Sarras
Intercommunalité Annonay Rhône Agglo
Maire
Mandat
Ronan Philippe
2014-2020
Code postal 07340
Code commune 07172
Démographie
Population
municipale
2 006 hab. (2015 en augmentation de 2,4 % par rapport à 2010)
Densité 139 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 17′ 15″ nord, 4° 43′ 45″ est
Altitude Min. 300 m
Max. 627 m
Superficie 14,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Peaugres

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Peaugres

Peaugres est une commune française, située dans le département de l'Ardèche en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Un bourg résidentiel sur un plateau cultivé.

Sur le plateau nord-ardéchois, la commune de Peaugres a l'avantage d'être située entre le bassin annonéen et le bassin rhodanien. Des travailleurs de l'un ou l'autre pôle ont donc trouvé pratique de s'y installer. La commune est aussi un lieu de passage, avec notamment les nombreux visiteurs du Safari Parc. Elle dispose aussi d'une zone d'activités industrielles et artisanales.

Peu à peu, durant les dernières décennies, le village a pris la taille d'un bourg où de nouvelles formes de vie collective se sont installées, avec une quarantaine d'associations agricoles, sportives, culturelles, de loisirs… En 2015, les deux écoles totalisent plus de 300 élèves. Des locaux accueillent des animations pour la petite enfance et la jeunesse. Une quinzaine de commerces et de services se sont installés peu à peu.

À partir de juillet 1991, l'ouverture de la déviation du village a permis au village de se réapproprier son centre: réfection de la mairie, de la place centrale avec ses lavoirs et sa fontaine, sauvegarde des petites rues, aménagements d'itinéraires piétonniers[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Savas Félines Serrières, Peyraud Rose des vents
Saint-Clair N Bogy
O    Peaugres    E
S
Davézieux Saint-Cyr Colombier-le-Cardinal

Toponymie[modifier | modifier le code]

Peaugres s'est appelé en latin Prologo, mais en langue locale Peulgre, Polgres ou Piogres... 

Histoire[modifier | modifier le code]

Des fosses à feu et des silex, datant de 4 500 avant Jésus-Christ.

Le plateau de Peaugres a été occupé depuis très longtemps: lors de l'aménagement de la 2 fois 2 voies en 2006, des archéologues ont trouvé les traces de plusieurs "fosses à feu" et de silex, datant de 4 500 avant Jésus-Christ. Pour l'époque gallo-romaine, des briques et des tuiles romaines ont été retrouvées en divers endroits. Le pays s'est ensuite christianisé. Son prieuré a été dépendant d'abord des Bénédictins de Cluny, puis, à partir de 1376, des Célestins de Colombier le Cardinal.

La place de l'église, avec sa fontaine et son lavoir.

En fin de Moyen Âge, le territoire devait compter environ 600 habitants, moitié au village, moitié dans les hameaux. Il en a ensuite abrité un millier pendant presque tout le XIXe siècle. Le village s'est structuré autour du nouveau tracé de la route départementale. Il s'est construit une école religieuse pour les filles, une autre pour les garçons; on a agrandi l'église Saint-Martin (rattachée aujourd'hui à la paroisse catholique Saint-Christophe-lès-Annonay[2]) et aménagé la place publique…  

Au XXe siècle, avec le dépeuplement des campagnes, la population a diminué jusqu'à 578 habitants en 1968. L'installation de villas l'a fait monter ensuite très rapidement à 2 000 habitants dans les années 2000. 

À partir de juillet 1991, la déviation de la départementale autour du village a permis au cœur du village de se réorganiser[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Denis Badel    
mars 2008 en cours
(au 24 avril 2014)
Ronan Philippe[3] DVG Fonctionnaire

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5].

En 2015, la commune comptait 2 006 habitants[Note 1], en augmentation de 2,4 % par rapport à 2010 (Ardèche (département) : +2,89 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 020 758 889 827 931 1 049 1 056 1 056 1 013
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 059 1 009 1 057 976 972 984 1 004 972 869
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
848 796 724 733 658 642 628 562 591
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
572 578 654 1 028 1 456 1 681 1 911 1 945 1 978
2013 2015 - - - - - - -
1 963 2 006 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

En fin de Moyen Âge, le territoire devait compter environ 600 habitants, moitié au village, moitié dans les hameaux. Il en a ensuite abrité un millier pendant presque tout le XIXe siècle. Au XXe siècle, avec le dépeuplement des campagnes, la population a diminué jusqu'à 578 habitants en 1968. L'installation de villas l'a fait monter ensuite très rapidement à 2 000 habitants dans les années 2000.

Société[modifier | modifier le code]

Chaque année, à l'automne, un concours de labours.

Événements[modifier | modifier le code]

  • Février / mars: représentations théâtrales des Baladins.
  • Mars: Printemps des Écrivains.
  • Mai: Fête du Village.
  • Septembre: concours de labours et randonnée La Tamarisienne.
  • Novembre: Galop avec les loups.
  • Décembre: Illuminations.

Associations[modifier | modifier le code]

En 2015, une quarantaine d'associations fonctionnaient sur la commune.

  • Une douzaine de sports peuvent être pratiqués en association. "Courir à Peaugres" a fêté ses 25 ans.
  • Au niveau culturel, la Bibliothèque prête plus de 12 000 ouvrages par an, mais organise aussi des expositions et des rencontres. Le groupe théâtral Les Baladins assure en fin d'hiver une dizaine de représentations. La commission Mémoire de la Bibliothèque présente régulièrement le résultat de ses recherches historiques.
  • Parmi les loisirs proposés, on peut s'initier aux ordinateurs avec Peaugrinformatique, pratiquer des jeux vidéo et informatiques avec Ard'lan, le poker avec All in Raiser Club, des jeux de société avec "2 tartes 1 pion", du scrapbooking avec Scrapandco…
  • Le Comité des Fêtes encadre notamment la fête annuelle du village.
  • Peaugres a rassemblé des vieux métiers et accueille régulièrement juments poulinières et chevaux de traits[1].

Enfance et jeunesse en intercommunalité[modifier | modifier le code]

Peaugres village et colline.JPG

Sur le plateau de Peaugres, le secteur Enfance et Jeunesse est géré au sein d'un syndicat intercommunal qui regroupe six communes: Bogy, Charnas, Colombier le Cardinal, Félines, Peaugres et Vinzieux. Deux associations se sont spécialisées pour encadrer les diverses structures. L'Association de Gestion Intercommunale Petite Enfance (Agipe) rassemble 90 familles et gère la crèche multiaccueil L'îlot câlin de 25 places, le Relais d'assistantes maternelles "Les P'tits Câlins", et L'îlot parents pour des rencontres entre adultes.

Une autre association de parents "Activités Loisirs" gère le centre de loisirs "L'île au Soleil", qui rassemble plus de 150 familles et environ 300 enfants. Les 3 à 10 ans ont des activités organisées les mercredis et pendant les vacances scolaires. Les 11-13 ans organisent plus librement leurs programmes dans des salles communales. Les 14-17 ans ont aussi des locaux mais participent plus facilement à des camps. Enfin "L'île des parents" propose des occasions de rencontre[1].

Économie[modifier | modifier le code]

Une trentaine d'entreprises sont installées sur la zone d'activités qui se situe à cheval sur Félines (ZA Le Flacher) et Peaugres (ZA La Boissonnette). Ces entreprises totalisent plus de 500 salariés. Trois d'entre elles en comptent autour de la centaine: Euronat Ekibio (agroalimentaire), Les Fermiers de l'Ardèche (volailles), Plastic Omnium (pièces automobiles). Avec une cinquantaine de salariés, la chaudronnerie CTR. Avec une trentaine, Façonnage Alain et Krannich Solar (photovoltaïque). Avec une dizaine de salariés chacune: l'imprimerie Alpha, la menuiserie Bellevègue, l'agroalimentaire Crousti-Sud, la tuyauterie FPS, l'aérothermiste Steam, le chauffagiste Grange et fils, la chaudronnerie Guion, la découpe laser Sadela.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Un espace de découverte de l'environnement naturel et agricole.
    Le site de la Mure est un vaste domaine qui a été occupé au XVIe siècle par la famille de Baronnat. La résidence actuelle a été construite au début du XIXe siècle.
  • Un espace de découverte de l'environnement naturel a été récemment aménagé à proximité de la Mure, sur un terrain de 6 hectares.
  • La ferme Tiallou, au-dessus du village, rassemble des souvenirs et des usages de l'agriculture traditionnelle, avec animaux de ferme.
  • Le château de Montanet a été construit et aménagé au début du XXe siècle par le patron tanneur Louis Périlhou. Il est devenu en 1973 le siège du Safari Parc.
  • Au village, sur la place principale, les lavoirs ont été réhabilités et des croix ont été restaurées.

L'Entre Deux[modifier | modifier le code]

Un grand complexe intercommunal

Les deux communes de Peaugres et Félines avaient toutes deux besoin de salles plus grandes ou plus pratiques. Les deux communes se sont donc associées pour construire un ensemble moderne composé en fait de plusieurs locaux.

Une salle sert de dojo pour les activités de type judo. Une salle de réception de 400 m2 reçoit les fêtes et peut être louée.

La plus grande salle permet d'accueillir des activités physiques ou de grands événements. Il s'agit en fait d'un abri de grande taille, non chauffé et au sol goudronné. La pratique du sport y est possible, mais elle n'est pas homologuée pour des compétitions.

Un grand terrain extérieur complète l'ensemble.

Un emploi communal à mi-temps a été ouvert pour gérer le site[1].

Le Safari Parc[modifier | modifier le code]

Un parc qui reçoit 300.000 visiteurs par an.

Le Safari Parc de Peaugres a été créé en 1974 par le vicomte Paul de la Panouse. Il s'étend sur 80 hectares sur les communes de Peaugres et de St-Cyr. Il est divisé en deux secteurs, pour visite en voiture et à pied. Il rassemble plus de 1 000 animaux de 130 espèces différentes, dont une vingtaine dans le cadre de programmes européens pour les espèces menacées. Les spécimens présentés ne proviennent pas d'espaces naturels. Ils sont nés à Peaugres ou dans d'autres parcs zoologiques. Le parc reçoit, de début février à la mi-novembre, autour de 300 000 visiteurs. Il emploie une cinquantaine de personnes. Site du Safari parc

Article détaillé : Safari de Peaugres.

La ferme Tiallou[modifier | modifier le code]

Des animaux traditionnels de ferme accessibles au plus près.
Une immense collection d'objets quotidiens des siècles passés.

La ferme Tiallou est une ferme à l'ancienne maintenue en l'état par souci pédagogique. On peut y approcher au plus près les animaux traditionnels: poules, lapins, cochons, chèvres, ânes, chevaux... Un vaste bâtiment a permis de recueillir une grande quantité d'objets caractéristiques des siècles passés: outils à main, charrues, charrettes, vêtements et sous-vêtements, anciennes machines à laver, ustensiles de cuisine, four à pain qui fonctionne, mobilier ménager et scolaire... En 2016, la ferme est ouverte aux visites individuelles les 2es et derniers samedis et dimanches de chaque mois jusqu'au 30 octobre. Site de la Ferme Tiallou

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Paul Bourget, académicien français 1852-1935, issu d'une famille peaugroise, au niveau de son grand-père Claude Bourget.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et Bibliographie[modifier | modifier le code]

Henry Pizot: Notice historique sur la paroisse de Peaugres, 1865.

articles de François Bassaget dans le Dauphiné Libéré du 13 août 2015.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e articles de François Bassaget dans le Dauphiné Libéré du 13 août 2015
  2. site de la paroisse Saint-Christophe-lès-Annonay
  3. « Liste des maires du département de l'Ardèche » [PDF], sur le site de la préfecture de l'Ardèche, (consulté le 30 juillet 2015).
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :