Saint-Sylvestre (Ardèche)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Sylvestre.
Saint-Sylvestre
Le village de Saint-Sylvestre
Le village de Saint-Sylvestre
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Tournon-sur-Rhône
Canton Lamastre
Intercommunalité Rhône-Crussol
Maire
Mandat
Éliane Blache
2014-2020
Code postal 07440
Code commune 07297
Démographie
Gentilé Saint-Sylvestrois, Saint-Sylvestroises
Population
municipale
497 hab. (2012)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 59′ 26″ N 4° 44′ 57″ E / 44.9905555556, 4.7491666666744° 59′ 26″ Nord 4° 44′ 57″ Est / 44.9905555556, 4.74916666667
Altitude Min. 305 m – Max. 627 m
Superficie 15,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardèche (département)

Voir sur la carte administrative d'Ardèche
City locator 14.svg
Saint-Sylvestre

Géolocalisation sur la carte : Ardèche (département)

Voir sur la carte topographique d'Ardèche
City locator 14.svg
Saint-Sylvestre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Sylvestre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Sylvestre

Saint-Sylvestre est une commune française, située dans le département de l'Ardèche en région Rhône-Alpes.

Les habitants sont appelés les Saint-Sylvestrois et les Saint-Sylvestroises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le village de Saint-Sylvestre est situé à 23 kilomètres de Valence (Drôme) et se situe à 440 mètres d'altitude sur le piémont des monts du Vivarais.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes proches de Saint-Syvestre sont Plats (3,42 kilomètres), Champis (3,44 kilomètres), Saint-Romain-de-Lerps (4,13 kilomètres), Colombier-le-Jeune (4,38 kilomètres) et Gilhoc-sur-Ormèze (4,64 kilomètres)[2].

Rose des vents Colombier-le-Jeune Plats Rose des vents
Gilhoc-sur-Ormèze N Saint-Romain-de-Lerps
O    Saint-Sylvestre    E
S
Champis


Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Risques naturels[modifier | modifier le code]

En ce qui concerne les risques répertoriés, Saint-Sylvestre est sensible aux feux de forêt, aux mouvements de terrain et se trouve en zone se sismicité 3.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village a appartenu à la baronnie de Crussol. Avant la Révolution, la cure de Saint-Sylvestre formait un archiprêtré dont dépendaient les 33 paroisses rattachées à l’évêché de Valence.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

La Mairie est sans étiquette.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Madeleine Fouraison    
mars 2008 2014 Maurice Chantepy    
2014 en cours
(au 24 avril 2014)
Eliane Blache[3]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 497 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
850 477 572 729 662 622 716 912 930
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
963 977 974 925 927 845 870 869 818
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
783 749 660 623 581 596 548 526 486
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2012
507 475 385 363 334 350 447 475 497
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • La chapelle de Saint-Martin de Galejas, et sa fontaine "miraculeuse" guérissant les maladies de peau[réf. nécessaire](dont la gale, d'où son nom de "Galejas"). Attestée dès le Xe siècle dans la viguerie de Soyons, puis propriété de l'abbaye de Saint-Chaffre. Nombreuses croix gravées sur les blocs extérieurs. Il s'agit d'un édifice roman construit fin XIe-début XIIe siècle. La nef de la chapelle a bénéficié de travaux entre 1959 et 1961. La chapelle est ouverte lors de cérémonies religieuses et pour les journées du Patrimoine.
  • Il ne subsiste de l'ancienne église que quelques éléments près de l'ancien cimetière. L'église actuelle a été édifiée grâce à une souscription des habitants en mai 1874.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de Saint-Sylvestre. Il appartenait en 1400 au seigneur de Crussol Giraud Bastet. Il a également fait partie de la dote de Philippa de Fay à la Maison de Poitiers lors de son mariage avec Aymard III. En 1662, il était la propriété du capitaine François Gratien de Fay Villers. Il a ensuite été occupé par François du Faure, seigneur de Saint Sylvestre, en 1694, puis par son frère Alexis du Faure, et son neveu Louis Joseph Claude du Faure, chevalier, marquis de Saint‑Sylvestre et capitaine lieutenant des Mousquetaires noirs de la garde du Roi. Il est vendu en 1770 à Jean Boutaud, avocat puis à Samuel Adolphe Barde. En 1928 il est vendu aux enchères à Léon Terrasse. Le château est repris par son fils en 1945 qui le lègue à ses frère et sœur en 1998.
  • Le « Pont Romain » (mais cependant sans doute postérieur, les archéologues pensent qu'il a été construit au Moyen Âge), situé dans des gorges rocheuses, présente une arche imposante. Les rampes d'accès au pont ont néanmoins disparu, sans doute emportées par les inondations du Duzon et du Doiron postérieurement à 1820 (cadastre napoléonien). Ce pont se trouve sur un chemin muletier qui va des montagnes du Vivarais à la vallée du Rhône. Il est aujourd'hui un lieu très fréquenté par les promeneurs[6],[7].

Productions locales[modifier | modifier le code]

On peut acheter au village les abricots du pays, des confitures produites au lieu-dit Mazairas ainsi que des fromages.

Le château de Saint-Sylvestre

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.habitants.fr/habitants_saint-sylvestre_07297.html
  2. http://www.cartesfrance.fr/carte-france-ville/07297_Saint-Sylvestre.html
  3. « Liste des maires du département de l'Ardèche » [PDF], sur le site de la préfecture de l'Ardèche,‎ (consulté le 30 août 2015).
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2012.
  6. http://saint.sylvestre07.free.fr/histoire.htm
  7. André Blanc, Ponts gallo-romains et très anciens de l'Ardèche et de la Drôme, p. 77-99, Gallia, 1966, no 24-1 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :