Lavilledieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lavilledieu
Lavilledieu
Vue d'ensemble de la vieille ville de Lavilledieu.
Blason de Lavilledieu
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Largentière
Canton Berg-Helvie
Intercommunalité Communauté de communes du Bassin d'Aubenas
Maire
Mandat
Gérard Saucles
2014-2020
Code postal 07170
Code commune 07138
Démographie
Population
municipale
2 071 hab. (2015 en augmentation de 7,7 % par rapport à 2010)
Densité 141 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 34′ 35″ nord, 4° 27′ 14″ est
Altitude Min. 196 m
Max. 371 m
Superficie 14,65 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte administrative de l'Ardèche
City locator 14.svg
Lavilledieu

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte topographique de l'Ardèche
City locator 14.svg
Lavilledieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lavilledieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lavilledieu
Liens
Site web lavilledieu-ardeche.fr

Lavilledieu est une commune française située dans le département de l'Ardèche en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Lavilledieu est située dans le canton de Villeneuve-de-Berg. Proche de la vallée du Rhône, c'est une des nombreuses localités traversées par la route nationale 102, axe routier au trafic important qui relie Montélimar au Puy-en-Velay. Lavilledieu possède une zone d'activités nommée « Les Persèdes », qui regroupe de nombreuses entreprises, entre autres la centrale de traitement des déchets et le centre de tri (SIDOMSA) de la région d'Aubenas. Depuis fin 2013, la commune accueille également un crématorium, le second implanté en Ardèche ; le premier est à Bourg-Saint-Andéol.

Ces distances kilométriques séparent Lavilledieu des villes suivantes :

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Lavilledieu est limitrophe de six communes[1], toutes situées dans le département de l'Ardèche et réparties géographiquement de la manière suivante :

Rose des vents Saint-Didier-sous-Aubenas Lussas Mirabel Rose des vents
Aubenas N Mirabel
O    Lavilledieu    E
S
Vogüé

Saint-Germain

Saint-Germain Saint-Germain

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

On retrouve des traces de vie à Lavilledieu depuis le XXIIe siècle av. J.-C.. Des dolmens et des sarcophages témoignent d'une population présente sur le site. Le hameau de Bayssac, est une ancienne villa gallo-romaine, à l'origine de la commune. En effet, la paroisse de Saint-Martin-de-Bessac est attesté dans un document du Xe siècle[2]. C'est à Bayssac que des religieuses bénédictines venues de l'abbaye Saint-André-le-Haut de Vienne fondent un prieuré. Quelque temps plus tard elles quittèrent Bayssac pour bâtir un couvent à quelques centaines de mètres, sur une petite éminence, cœur du village actuel. Ce couvent est à l'origine du nom de la commune, du latin villa dei, "le domaine de Dieu". Au XVIIe siècle, les moniales s'installèrent à l'intérieur des remparts d'Aubenas où la Maréchale d'Ornano, seigneur de la ville et tante de la prieure de Lavilledieu, construit pour elles un couvent dont demeure la chapelle : le dôme Saint-Benoît. Elles conservèrent des propriétés à Lavilledieu jusqu'à la période révolutionnaire[3].
Lavilledieu fut le théâtre de la fin tragique de la révolte de Roure dans la nuit du 25 juillet 1670. C'est aux abords du bourg et dans le bois de Mias (vers Lussas) que les paysans révoltés furent attaqués par l'armée royale commandée par le marquis de Castries. Une centaine d'hommes furent tués[4].

En août 1944, lors du retrait des troupes d’occupation, des habitants furent exécutés et de nombreuses maisons incendiées par des soldats allemands.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1792 1795 Martin Sauze    
1795 1798 Jean-Louis Pastré    
1798 1807 Martin Sauze    
1807 1818 Martin Fargier    
1818 1830 François Vernède    
1830 1848 Casimir Lauriol    
1848 1865 Louis Rigaud    
1865 1870 Félix Lauriol    
1870 18 août 1897
(décès)
Louis Ernest Roustain Gauche Négociant
Conseiller général
mai 1897 décembre 1919 Louis Lauriol Républicain  
décembre 1919 1924 Paul Mounier Républicain  
décembre 1919 mai 1929 Gustave Mounier Républicain  
mai 1929 1932 Gustave Auzas Républicain  
1932 mai 1935 Victorin Agier Républicain  
19 mai 1935 1936 Alfred Bonnet Modéré  
1936 1941
(révoqué)
Charles Auzas    
1941 1944 Georges Rigaud   Président de la Délégation spécial nommé par le Préfet
24 août 1944 27 octobre 1945
(démissionnaire)
Joseph Quercioli PCF Président du Comité de Libération
Élu maire le 18 mai 1945
27 octobre 1945 mars 1959 Julien Auzas PCF  
mars 1959 28 mars 1965 Louis Avond PCF  
28 mars 1965 18 mars 2001 Lucien Auzas PS Agriculteur
Conseiller général
Président du Sidomsa
18 mars 2001 22 mars 2008 Yvon Eyrolet PCF Agent EDF
22 mars 2008 en cours
(au 24 avril 2014)
Gérard Saucles[5] UMP puis LR Général dans l'Armée de l'air
Président du SIVOM Olivier de Serres

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7].

En 2015, la commune comptait 2 071 habitants[Note 1], en augmentation de 7,7 % par rapport à 2010 (Ardèche (département) : +2,89 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5626436386569209469471 0131 002
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0391 0269921 0441 0531 010933912994
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
926910911720684702704611605
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
5436408549301 2641 4301 7521 9492 071
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Lavilledieu et la littérature[modifier | modifier le code]

  • Lavilledieu est le théâtre du roman Soie, d'Alessandro Baricco., qui a inauguré la bibliothèque municipale en 1999.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Anthoine du Roure (-1670), petit propriétaire terrien et instigateur de la révolte du Roure en 1670.
  • Lucien Auzas (1930-2017), maire de 1965 à 2001, conseiller général de 1976 à 2001, président du Sidomsa de 1976 à 2004, président du SIVOM Olivier de Serres de 1983 à 2001 et suppléant de Jean-Marie Alaize de 1988 à 1993.
  • Hubert Mounier dont le père était originaire du village, y a vécu et y est enterré
  • Serge Tekielski, dit Candide (1931-2002), antiquaire originaire de Lyon installé dans une belle maison traditionnelle à Bayssac en 1968, a collecté des oeuvres d'art populaire puis a exposé et promu des artistes singuliers (Gérard Lattier, Lena Vandrey, Philippe Dereux etc) et a enfin créé une maison d'édition (la première à éditer Pierre Rabhi). Son "Petit Musée du Bizarre" a été un lieu phare de l'Art brut et de la décentralisation culturelle.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Lavilledieu

Les armes de Lavilledieu se blasonnent ainsi :
Tiercé en pairle renversé : au 1er de sable à la grappe de raisin d'argent tigée et feuillée de gueules, au 2e de sinople à la clef d'argent posée en bande, au 3e d'azur à la crosse abbatiale d'argent et au chapelet brochant du même en orle.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Direction départementale de l'équipement (DDE), « Carte en relief de l'Ardèche avec limites communales », sur http://www.ardeche.equipement.gouv.fr, (consulté le 16 février 2011)
  2. Vie de Saint Venance, évêque de Viviers 517-537
  3. "Histoire de Villeneuve-de-Berg", Abbé Mollier, 1866
  4. chronique vivaroise, "Anthoine de Roure et la révolte de 1670", Raoul de Vissac, Paris 1895
  5. « Liste des maires du département de l'Ardèche » [PDF], sur le site de la préfecture de l'Ardèche, (consulté le 30 juillet 2015).
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  10. Notice no PA00116723, base Mérimée, ministère français de la Culture