Magali Noël

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Noël (homonymie).
Magali Noël
Description de cette image, également commentée ci-après

Magali Noël en 1960

Nom de naissance Magali Noëlle Guiffray
Naissance [1],[2]
Izmir, Turquie
Nationalité Drapeau de France Française
Décès (à 83 ans)
Châteauneuf-Grasse, Alpes-Maritimes, France
Profession actrice, chanteuse

Magali Noëlle Guiffray, dite Magali Noël, née le [1],[2] à Izmir (Turquie) et morte le à Châteauneuf-Grasse (Alpes-Maritimes), quelques jours avant son 84e anniversaire[3], est une actrice et chanteuse française.

Elle est notamment connue comme l'interprète de la chanson Fais-moi mal Johnny de Boris Vian et pour ses rôles dans plusieurs films de Federico Fellini.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance, formation et débuts[modifier | modifier le code]

Née de parents français travaillant dans le service diplomatique, Magali Noëlle Guiffray vit en Turquie jusqu'en 1951. Après avoir étudié le chant, la musique et la danse, elle débute à 16 ans comme chanteuse de cabaret et se produit ensuite dans des revues.

Venue en France, elle suit les cours d'art dramatique de Catherine Fontenay[4] et commence une carrière au théâtre et au cinéma.

Carrière[modifier | modifier le code]

Magali Noël se fait remarquer en 1955 dans le film Du rififi chez les hommes de Jules Dassin. Elle impose progressivement ses talents de comédienne au tempérament de feu dans Razzia sur la chnouf d'Henri Decoin, Les Grandes Manœuvres de René Clair, Elena et les Hommes de Jean Renoir.

Luciano Emmer, Marina Vlady, Magali Noël et Bernard Fresson à Schiphol le 1er juin 1960.

Elle prend une nouvelle dimension en incarnant l'un des symboles des fantasmes sexuels de Federico Fellini dans La Dolce Vita (1960), Satyricon (1969) et surtout Amarcord (1973), où elle campe l'inoubliable Gradisca, pin-up de province.

Malgré un rôle notable dans Z de Costa-Gavras, Palme d'or à Cannes en 1969, et de grands succès au théâtre, elle retient moins, par la suite, l'attention des producteurs. Elle retourne alors avec succès au music-hall.

Une nouvelle génération de réalisateurs lui donne ensuite des rôles à la mesure de sa sensibilité : Chantal Akerman (Les Rendez-vous d'Anna, 1978), Claude Goretta (La Mort de Mario Ricci, 1983), Tonie Marshall (Pentimento, 1989), Andrzej Żuławski (La Fidélité, 2000), Jonathan Demme (La Vérité sur Charlie, 2002)...

En 1986, elle interprète le rôle de la logeuse dans la comédie musicale Cabaret mise en scène par Jérôme Savary.

En 1992, elle joue « Julia Bertyl », une cantatrice célèbre, dans Les Cœurs brûlés, saga estivale de TF1.

En 1996, dans le film documentaire retraçant une partie de la carrière du peintre rouennais Marcel Peltier[5] avec lequel elle est devenue amie, elle récite le portrait de Marcel, un texte rédigé par le journaliste critique d'art normand Daniel Fleury.

En , elle est sur la scène de la Comédie des Champs-ÉlyséesMichel Fagadau et Jean-Claude Vial lui laissent carte blanche pour un Soleil blanc, spectacle musical exclusivement consacré à Jacques Prévert « parce qu’il croit en la jeunesse. […] Son immense tendresse me touche profondément. Son souci de défendre sans cesse les « petits » de l’existence, de ne tolérer aucune forme d’oppression. Sa folie, sa provocation, sa férocité, son humour et… sa douceur me fascinent[6]. » À cette occasion, 13 poèmes sont mis en musique pour la première fois pour « ce regard sur la vie entre rêve et réalité[7]. »

Fais-moi mal Johnny[modifier | modifier le code]

Sa carrière de chanteuse est marquée par la célèbre et audacieuse chanson Fais-moi mal Johnny, écrite par Boris Vian et composée par Alain Goraguer en 1956, reprise dans le film Le fauve est lâché en 1959.

Ce morceau est l'une des premières chansons rock'n'roll chantées en français, d'ailleurs interdite à l'époque à la radio à cause de ses paroles jugées trop osées[8].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1955 : Magali Noël numéro 1 : Le Rififi ; Johnny Guitar ; Si tu m'aimais ; J'aime valser dans tes bras, EP Philips 432.044
  • 1956 : Magali Noël : Rock and Roll : Fais-moi mal Johnny ; Strip-rock ; Alhambra rock ; Rock des petits cailloux de Boris Vian, LP Philips N 76.089 R, repris en EP Philips 432.131 Magali Noël numéro 2 : Rock and Roll (1957)
  • 1957 : Succès 45 t : Pan, pan, pan, poireaux pomm' de terre de Boris Vian, SP Philips 372.398
  • 1957 : Magali Noël numéro 3 : Magali se déchaîne : Mon oncle Célestin ; Oh ! si y avait pas ton père ; Eh ! Mama de Boris Vian etc.), EP Philips 432.185
  • 1957 : Magali Noël numéro 4 : Sexy songs : Oh ! (c'est divin) ; Nous avions vingt ans ; Mon a, mon amour de Boris Vian etc.), EP Philips 432.193
  • 1964 : Magali Noël chante Boris Vian (12 nouvelles chansons de cet auteur), LP Jacques Canetti
  • 1980 : Magali Noël : Fais-moi mal Johnny - nouvelle version et version anglaise intitulée Hurt me bad Johnny ; Relax de Boris Vian etc.), LP Disques Lazer / Distribution Carrere 67.486 (jamais repris en CD)
  • 1988 : Magali Noël chante Boris Vian, CD Jacques Canetti / Musidisc
  • 1989 : Regard sur Vian, avec Stéphanie Noël, enregistré en public à Beausobre, les 9 et 10 novembre 1989 (produit par Jean-Claude Vial / Disques-Office et Dominique Buscail / Buda Musique, distribué par Ades, existe en K7, en version 1 CD et en version 2 CD avec en prime sur cette dernière des enregistrements de documents rares avec Boris Vian offerts par la Radio Suisse Romande La Première). Réédition I.D.O.L. 2009
  • 1996 : Soleil blanc - Prévert 96, CD Sony / Dreyfus
  • 2002 : Magali Noël chante Boris Vian, CD Productions Jacques Canetti 589 703-2
  • 2002 : Magali Noël, comprend toutes les pistes des cinq 45 tours des années 50 ainsi qu'un choix des pistes du LP de 1964 ; Mercury (CD Story) 063 010-2
  • 2002 : Magali Noël : Rock and Roll, Mercury / Philips 063 031-2
  • 2009 : Regard sur Vian, réédition du double CD paru en 1989. Remasterisation mars 2009. (Disques Office/Disques Dreyfus)
  • 2011 : À toujours, album de 20 titres enregistrés entre le 16 juin et le 7 juillet 2010 au studio Ferber Paris. (Disques Dreyfus)

Théâtre[modifier | modifier le code]

Roman-photo[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Magali Noël sur Les gens du cinéma.com
  2. a et b Magali Noël sur Ciné-ressources/Cinémathèque française.
  3. « La chanteuse de Fais-moi mal Johnny est décédée », sur lefigaro.fr,‎ (consulté le 23 juin 2015).
  4. Catherine Fontenay sur data.bnf.fr
  5. Marcel Peltier sur data.bnf.fr
  6. Extrait de l’insert Pourquoi Prévert ? par Magali Noël, inclus dans le programme du spectacle 1996.
  7. Extrait de l’insert 1996.
  8. Bruno Pfeiffer, Boris Vian, l'homme qui fait parler le jazz 1/2, 6 juillet 2009, sur le blog « Ça va jazzer », Libération.fr
  9. Tribune de Genève. 2005. 24 mai
  10. Inventaire du Fonds Jean-Marie Serreau - Les tournées en Allemagne: George Dandin (1949).
  11. a, b, c et d Mémoire des Célestins - Magali Noël
  12. la programme
  13. la programme
  14. la programme
  15. la programme
  16. foto
  17. Le Carouge 1958-2008, foto
  18. Affiches de Théâtre
  19. les Archives du Spectacle
  20. Les chansons volent, Magali reste
  21. Théâtre du Passage
  22. Magali Noël, Le Clan : théâtre du Passage (Neuchâtel), du 26 au 30 novembre 2008, avec Hervé Sellin au piano
  23. Voir l'article Prix Reconnaissance des cinéphiles avec tous les liens utiles qui confirment cette récompense.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]