Entraunes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Entraunes
Le village vu du sud-ouest sur son éperon rocheux entre le Var-Fleuve et le Bourdous.
Le village vu du sud-ouest sur son éperon rocheux entre le Var-Fleuve et le Bourdous.
Blason de Entraunes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Alpes-Maritimes
Arrondissement Nice
Canton Vence
Intercommunalité Communauté de communes des Alpes d'Azur
Maire
Mandat
Pierre Tardieu
2014-2020
Code postal 06470
Code commune 06056
Démographie
Gentilé Entraunois
Population
municipale
109 hab. (2014)
Densité 1,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 11′ 20″ nord, 6° 44′ 56″ est
Altitude Min. 1 100 m – Max. 2 916[1] m
Superficie 81,45 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

Voir sur la carte administrative des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Entraunes

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

Voir sur la carte topographique des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Entraunes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Entraunes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Entraunes

Entraunes, « porte » du parc national du Mercantour, est une commune française située dans le département des Alpes-Maritimes, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont appelés les Entraunois.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte simplifiée de la commune d'Entraunes aux limites en rose. Et en vert une partie de la limite inférieure de la zone centrale du parc national du Mercantour.

La commune d'Entraunes est située dans le coin nord-ouest du département des Alpes-Maritimes en limite de celui des Alpes-de-Haute-Provence. À 1 250 m d'altitude, le village d'Entraunes est, par la route, à 110 km au nord-ouest de Nice. Le fleuve Var y prend officiellement sa source au hameau supérieur d'Estenc dominé par les lacets de la route touristique du col de la Cayolle (2 326 m) assurant plus au nord sa liaison avec l'Ubaye et Barcelonnette par les gorges du Bachelard. Entraunes, commune-amont de la haute vallée du Var (le Haut-Var) et donc du Val-d'Entraunes, s'étend sur 8 145 hectares soit 81,45 km2. Son point le plus bas est situé à 1 100 m[2] d'altitude en aval dans le lit du Var sur sa limite intercommunale avec Saint-Martin-d'Entraunes. Son point le plus élevé est - pour les uns - au nord-est à 2 916 m[3] à la Pointe Côte de l'Âne sur sa limite intercommunale avec Saint-Dalmas-le-Selvage (limite qui est dans ce secteur la ligne de partage des eaux entre le bassin hydrographique du Var à l'ouest et celui de la Tinée à l'est)[4] et - pour les autres - à 2 880 mètres[5] sans précision concernant le sommet correspondant.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Entraunes
Uvernet-Fours(Alpes-de-Haute-Provence),
Allos(Alpes-de-Haute-Provence)
Uvernet-Fours(Alpes-de-Haute-Provence) Saint-Dalmas-le-Selvage
Allos(Alpes-de-Haute-Provence),
Colmars(Alpes-de-Haute-Provence)
Entraunes Saint-Dalmas-le-Selvage,
Saint-Étienne-de-Tinée
Colmars(Alpes-de-Haute-Provence),
Saint-Martin-d'Entraunes
Saint-Martin-d'Entraunes Châteauneuf-d'Entraunes

Sa limite occidentale − du col de la Cayolle au col des Champs − a servi de frontière de 1388 à 1860. Frontière entre, d'une part, les États de Savoie (dont Entraunes fait partie à compter de 1388) à l'est et, d'autre part, le comté de Provence (auquel Entraunes appartenait jusque là) incorporé ensuite au royaume de France à l'ouest. Il s'agit de la ligne de crêtes qui, du sommet des Garrets au nord aux grandes tours du lac et à l'Encombrette au sud, domine le lac d'Allos (le plus grand lac de montagne d'origine glaciaire d'Europe, situé dans la commune voisine d'Allos). Depuis 1979, elle fait partie du parc national du Mercantour dont elle est une des « portes », plus de la moitié de son territoire étant inclus dans sa zone centrale et le reste dans sa zone périphérique.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Géologie[évasif]

Les paysages de la commune d'Entraunes ont été modelés par les érosions successives notamment glaciaires. En effet, issu du soulèvement et du plissement alpins, ce massif du Pelat a été puissamment entamé par ces érosions[6], responsables d'une inversion totale du relief aujourd'hui achevée. En témoigne le synclinal perché de Roche-Grande[7] (C 2-3 : Crétacé supérieur = calcaire lithé) culminant à 2 753 m et dominant de près de 1 500 m le village d’Entraunes (au sud-ouest) aux maisons alignées[8] sur l'étroit éperon rocheux formé par la confluence du fleuve Var et du Bourdoux.

À 1 250 m d'altitude, le village d'Entraunes est situé en lieu et place de l'anticlinal originel creusé par les glaciers et les érosions postérieures sur une hauteur de près de 2 000 m jusqu'aux schistes noirs du Jurassique (J3-5) après avoir eu raison de la dure couche de calcaire tithonique (J7-8) formant une barre rocheuse aux taches ocre. Les millions de mètres cubes de roches ainsi libérés ont été transportés jusqu'à la mer et y ont formé notamment les collines de Nice correspondant à l'ancien delta sous-marin du Var. Le résultat de ces érosions apparaît sur la carte géologique simplifiée infra.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le fleuve Var y prend officiellement sa source située à 1 790 m d'altitude sur le verrou glaciaire d'Estenc. Mais, de fait, ses sources sont situées jusqu'à 6 km en amont, dans les grands vallonnements du cirque glaciaire de Sanguinière. Et notamment, vers le nord-est et la commune de Saint-Dalmas-le-Selvage, dans le vallon du col de la Roche-Trouée (2 600 m) dominé par la pointe de la côte de l'Âne culminant à 2 916 m. Et, vers le nord-ouest, dans le vallon du col de la Boucharde (2 543 m) voisin du col de la Cayolle.

Climat[modifier | modifier le code]

Son climat est méditerranéen de haute montagne. La hauteur cumulée de neige, fort variable, s'établit en moyenne à Entraunes à 1,80 m pour 20 jours de neige par an soit 15 % d'un total pluviométrique s'élevant à 1 384 mm, avec un fort excédent des pluies en automne et un déficit prononcé en été. Jusqu'à 1 600 m d'altitude, on trouve le chêne blanc et le pin sylvestre avec, au-dessus, des hêtres, sapins, épicéas et mélèzes, puis la prairie alpine avant les roches nues des sommets (la plupart en grès rose) et des éboulis. Et en tenant compte des fortes différences entre adrets et ubacs.

Appropriation étatique et restauration des terrains en montagne[modifier | modifier le code]

Par achats de terrains, l'État s'est approprié 47 % du territoire de la commune[9] avant 1914 notamment les parties nord et est de la commune. De ce fait, l'administration des Eaux et Forêts a pu y réaliser des travaux de restauration des terrains en montagne notamment dans la partie aval du cirque glaciaire de Sanguinière prolongée par le versant ouest de Gorgias reboisés en mélèzes et formant aujourd'hui un mélézin de très haute montagne sur des éboulis - ainsi stabilisés - de blocs de grès rose d'Annot.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La route des Grandes Alpes remonte sa vallée et passe donc par le col de la Cayolle à 2 326 m d'altitude. Col permettant de descendre au nord vers Bayasse (commune d'Uvernet-Fours) dans la vallée du Bachelard débouchant dans celle de l'Ubaye avec sa ville de Barcelonnette. Mais, à cause de l'enneigement, le col n'est ouvert que six mois par an à la circulation automobile.

Le sentier de grande randonnée GR 52A appelé « Panoramique du Mercantour » permet de relier Entraunes, d'une part à Colmars (04) par le col des Champs (2 045 m) à l'ouest et, d'autre part, à Châteauneuf-d'Entraunes par le col des Trente Souches (2 017 m) à l'est. Le GR 52A emprunte d'anciens sentiers muletiers qui permettaient aux Entraunois d'être reliés, vers l'ouest, à la vallée du Verdon et donc à la Provence et, vers l'est, aux vallées de la Tinée, de la Vésubie et du Cians.

Urbanisme, habitat et voies de communication[modifier | modifier le code]

Géographie et historique de l'habitat[modifier | modifier le code]

L'habitat est localisé dans les deux bassins en vallée, celui du chef-lieu s'étageant de 1 150 à plus de 1 600 m d'altitude à l'est jusqu'aux replats des Clots et, au nord, le bassin d'Estenc s'étageant lui de 1 600 à 1 900 m d'altitude. Entre les deux, le vallonnement suspendu d'Aiglière avec sa grande cascade a été habité jusqu'à la fin des années 1870.

Deux types d'habitat ont caractérisé la commune : l'habitat aggloméré au chef-lieu et l'habitat plus ou moins dispersé partout ailleurs. Au chef-lieu, il s'agit d'un village ancien édifié en position défensive sur l'éperon rocheux nord-sud modelé par la confluence du Var et de son affluent de rive gauche le Bourdoux. Village essentiellement structuré par les deux axes nord-sud de la Rue-Centrale et de la Grande-Rue. Grande-Rue qui, sur la partie est de l'éperon, part de la place surélevée de l'église (ex-place du Tribunal), passe par la place César-Payan (ex-place de l'Ancienne-Mairie) puis descend au sud jusqu'au Pied-de-Ville. Les autres rues étant plus ou moins parallèles à celle-ci, les maisons sont donc accolées et bien alignées du nord au sud. Au recensement de 1822[10], tous les terroirs sont encore habités. Le village comprend alors une quarantaine de maisons tandis que les fermes éparses ou des hameaux sont au nombre de 66. Les deux tiers étant localisés dans le bassin du chef-lieu : 4 à Loubérié, 2 à Champfaisan, 6 pour le secteur Serre-Clots-Barbevieille, 3 dans le Bourdous et 15 au Villard-Frache. On compte trois fermes dans le vallonnement d'Aiglière et 21 dans le bassin d'Estenc. Les inondations de 1843 expliquent la disparition de quelques-unes des maisons du village. Au cours de l'incendie de 1875, une grande partie des toits en bardeaux de mélèze et des planchers en bois des maisons du village furent la proie des flammes. Incendie qui permettra notamment la création, sur la Grande-Rue en face de la chapelle de Notre-Dame du Saint-Rosaire, d'une placette avec une fontaine et un lavoir couverts cartographiés sur le plan de 1900.

La desserte d'Entraunes par la diligence (puis par les toutes premières voitures automobiles) ne fut possible qu'à partir de 1890 avec la construction de la route carrossable y arrivant enfin au pont de la Rouguière (Vieux-Pont) après avoir desservi le chef-lieu Guillaumes puis Villeneuve d'Entraunes et St-Martin-d'Entraunes. Le plan de 1939 enregistre lui le nouveau tracé de la route nationale 202 franchissant alors le Var-Fleuve par un pont moderne inauguré l'année précédente. Avec les deux nouvelles places créées à cette occasion - celle de l'Oustanaou à l'entrée du village et l'actuelle place de la nouvelle mairie - c'est tout l'aménagement du village et sa desserte qui s'en sont trouvés transformés. Celui de 2004 enregistre l'ouverture sur 7 km de la route du Serre par les municipalités Marcel Payan (1965-1977) avec la création d'une tranchée au nord du cimetière et la construction d'un nouveau pont moderne permettant aux poids lourds de franchir le Bourdoux. Nouvelle route (classée depuis D 139) ayant créé un petit carrefour routier à la sortie nord du village. Et nouvelle route ayant permis depuis deux réalisations. Celle du hameau du Ciastel dont les chalets en bois relèvent du plan national de valorisation de la « filière bois française » et celle du camping municipal respectivement en rive droite et en rive gauche du Bourdoux. Deux réalisations effectuées par les municipalités Denis Sorba (1977-1995) ayant aussi mené à bien l'aménagement de la nouvelle mairie et favorisé l'extension nord-ouest du village sur la rive droite du Var.

Architecture ancienne[modifier | modifier le code]

Les maisons anciennes du village comme celles des écarts sont généralement trapues à base rectangulaire avec des façades aux enduits de couleur blanche, crème ou jaune pâle. Maisons aux couvertures en bardeaux de mélèze progressivement remplacés par des tôles plates puis ondulées après l'incendie de 1875. Vieilles couvertures en tôles souvent rouillées mais peu à peu remplacées par des « bacs acier » ou, à nouveau, par des bardeaux de mélèze comme pour l'église paroissiale. Quelques maisons auront des toits de tuiles notamment les quelques villas que firent construire à la Belle Époque de riches Niçois et dont la mieux conservée est la Villa Noé de 1910 avec ses fresques.

Au rez de jardin se trouvaient les salles voûtées occupées par le four à pain (dans les écarts), les caves, les remises et les bergeries. Bergeries transformées en étables lorsque les vaches laitières remplacèrent les brebis à partir de la création de la coopérative laitière de Guillaumes en 1903. Au premier étage étaient situées généralement la salle de séjour (cuisine plus ou moins grande avec son poêle à bois et ses annexes), éventuellement une ou deux chambres et la partie basse de la grange à foin. Au deuxième étage, les autres chambres et la partie moyenne de la grange. Et au-dessus, sous le toit, le grenier occupé pour partie ou en totalité par la partie supérieure de la grange. Grenier à pignon généralement ouvert vers le sud (séchoir) et, alors, avec un toit à une demi-croupe le protégeant du vent et des intempéries. Caractéristiques architecturales d'antan recommandées depuis les années 1980 et mises en œuvre notamment pour les maisons du lotissement de Pièce-Longe.

Nous disposons de quatre relevés[11] d'une ferme ancienne typique de l'architecture entraunoise, mais à pignon fermé et située dans le bassin d'Estenc. Relevés réalisés en 1977 par MM. Raoul Biocchini, Jean-Pierre Dalbéra et Sylvain Plagnard. Puis les photos d'une charpente typique des grandes maisons anciennes, d'une toiture en bardeaux de mélèze, du nouvel hôtel-restaurant d'Étienne Liautaud au début des années 1900 au village et, à Estenc, de l'hôtel « Relais de la Cayolle » construit après la Deuxième Guerre mondiale par Hector Antoniazzi.

Architecture intérieure et ameublement anciens[modifier | modifier le code]

L'architecture intérieure des maisons anciennes est illustrée par celle de cette petite maison de village à toit de tôles ondulées et à façade rénovée après l'incendie de 1875. Maison à quatre niveaux avec, en rez-de-jardin devenu rez-de-chaussée une grande cave voûtée servant de bergerie et de poulailler.

Les documents ci-après correspondent à d'autres maisons anciennes du village.

Architecture et habitat rénovés ou nouveaux[modifier | modifier le code]

Depuis les années 1980, les municipalités comme de nombreux particuliers ont procédé à des rénovations importantes tant des voies et places que de l'habitat. Rénovations et constructions nouvelles qui ont transformé quelque peu l'esthétique architecturale du village comme celle des campagnes autour du village et dans le bassin d'Estenc.

En 2009, sous la municipalité Pierre Tardieu, a été inauguré l'aménagement piétonnier de la place de la Mairie. Aménagement qui a induit la création d'une passerelle pour la relier au nouveau parking édifié en rive droite du Var. A aussi été réaménagée la place de l'Oustanaou située à l'entrée sud du village où a été implanté un grand panneau signalant la clue du Chaudan à côté du poteau marquant le départ vers Colmars (04) du GR 52A venant de Châteauneuf-d'Entraunes et de Péone après avoir traversé le village.

Logement[modifier | modifier le code]

Le nombre total de logements dans la commune est de 211[12]. Parmi ces logements, 25,1 % sont des résidences principales, 72,5 % sont des résidences secondaires et 2,4 % sont des logements vacants. Ces logements sont pour une part de 81,1 % des maisons individuelles, 11,3 % sont des appartements et enfin seulement 7,5 % sont des logements d'un autre type. Le nombre d'habitants propriétaires de leur logement est de 60,4 %[12]. Ce qui est supérieur à la moyenne nationale qui se monte, elle, à près de 55,3 %. Le nombre de locataires est de 26,4 % sur l'ensemble des logements ce qui est inférieur à la moyenne nationale qui est de 39,8 %[12]. On peut noter également que 13,2 % des habitants de la commune sont des personnes logées gratuitement alors qu'au niveau de l'ensemble de la France le pourcentage n'est que de 4,9 %. Toujours sur l'ensemble des logements de la commune, 1,9 % sont des studios, 11,3 % sont des logements de deux pièces, 30,2 % en ont trois, 30,2 % des logements disposent de quatre pièces, et 26,4 % des logements ont cinq pièces ou plus[12].

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Les projets des années 1960-1970 n'eurent qu'une existence virtuelle[modifier | modifier le code]

D'abord le projet de création d'une importante station d'altitude initié par les municipalités Marcel Payan (1965-1977). La commune en concéda la maîtrise d'ouvrage à la SETEC qui fixa son implantation, à moins de 1 km de la route du col, dans le site de Sanguinière. Plus précisément sur les amas de blocs erratiques de grès rose formant à 2070 m d'altitude la partie surélevée de la moraine à l'ouest du sentier et de la cuvette des cabanes de Sanguinière ainsi préservés. Site constituant la « porte » méridionale du plus grand domaine skiable des Alpes du Sud tel qu'il a été cartographié officiellement[13] en 1976.

Projet de station qui nécessitait un échange de terrains entre la commune et l'État. Échange non réalisé car l'État décida finalement d'étendre à tout le massif du Mont-Pelat son projet de Parc national initialement limité à la seule zone du Mercantour. Pourquoi ? Pour pouvoir couper en deux cette zone initiale et permettre ainsi la création de la station intégrée d'Isola 2000 avec sa route d'accès. Cependant, la municipalité, par sa délibération du 3 octobre 1976, demanda notamment, « pour préserver son avenir sur le plan sports d'hiver, la création d'un doigt de gant pour aménager (des) pistes skiables avec remontées mécaniques et téléporteur au val des Garrets, au val des Fournées et dans une partie de Sanguinière ».

Délibération et projet de Parc national pris alors en compte dans trois études. D'abord dans l' « Analyse prospective d'aménagement[14] » d'André Payan. Ensuite dans la « Proposition architecturale d'équipement[15] » de Raoul Biocchini, Jean-Pierre Dalbéra et Sylvain Plagnard. Proposition par eux d'un « stade de neige » à Estenc, de « fermes-accueil » éducatives et d'un aménagement en hameaux respectueux de l'environnement comme de l'architecture entraunoise. Et enfin dans le « Rapport » officiel de Laurent Chappis[16] (architecte-urbaniste de la montagne) qui, sur la rive droite du Var, prévoyait des remontées mécaniques dans le vallon des Fournées et dans la zone des Garrets.

Les projets, réalisés ou non, à la suite de la création du parc national du Mercantour en 1979.[modifier | modifier le code]

C'est une des municipalités Denis Sorba (1977-1995) qui eut la responsabilité de l'élaboration du 1er plan d'occupation des sols (POS) approuvé le 26 juin 1992. Premier POS limitant les zones constructibles à Estenc aux parcelles du secteur déjà construit et, à proximité immédiate du chef-lieu, à un projet d'une vingtaine de parcelles. Avec ce POS, modifié plusieurs fois puis remplacé en 2004 par la « Carte communale », la commune eut, à partir de 1992, la maîtrise relative de son aménagement car soumis au bon vouloir des propriétaires des parcelles constructibles.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, son nom est d'abord transcrit avec un « a » comme première lettre. Ce n'est qu'à partir de l'édit de 1702 que le « e » remplace le « a » et qu'on l'écrit « Entraunes ». Pour certains érudits (Dr. Paschetta, Albert Dauzat)[17], ce nom d'Entraunes proviendrait de la contraction de la locution latine inter amnes (entre deux cours d'eau) qu'on retrouve dans beaucoup de noms de lieux-dits en France. Et, ici, il correspondrait à la position défensive de l'éperon rocheux modelé par la confluence du Var-Fleuve et de son affluent le Bourdoux. Position défensive toujours occupée par le village et où le baron Jean de Bueil fit construire, après 1388, un fortin (château) qui commandait notamment les liaisons est-ouest entre Tinée, Var et Verdon.

Histoire[modifier | modifier le code]

La vallée du Haut-Var[18] a été fréquentée dès la préhistoire mais son occupation permanente et généralisée n'a été effective qu'à partir de la période romaine.

Après la conquête romaine (achevée en 14 av. J.-C.), Auguste organise les Alpes en provinces. Le territoire de l’actuelle commune de Entraunes dépend de la province des Alpes-Maritimes et est rattaché à la civitas de Glanate (Glandèves). À la fin de l’Antiquité, le diocèse de Glandèves reprend les limites de cette civitas[19].

Au Moyen Âge jusqu'en 1388[modifier | modifier le code]

Charles Ier comte de Provence de 1245 à 1285 nommé par le pape roi de Naples et de Sicile en 1265, ici avec son épouse Beatrice

De la fin de l'Empire romain d'Occident au Ve siècle jusqu'en 1388, Entraunes a d'abord fait partie de la Provence incluse en 536 dans le Royaume franc en expansion (à partir du règne de Clovis) de 481 à 751 puis, successivement, de l'Empire carolingien de 751 au Traité de Verdun en 843, du Royaume de Provence de 879 à 947, du Royaume de Bourgogne-Provence de 947 à 1032, du Saint-Empire romain germanique de 1032 à 1125 et enfin du seul comté de Provence de 1125 à 1388. Entraunes dépendait alors de la viguerie de Barcelonnette et a été rattachée en1385 au bailliage et à la juridiction de celle-ci.

C'est au Moyen Âge, vers le IXe siècle, que les différentes communautés villageoises du Val-d'Entraunes sont en place et leurs limites territoriales à peu près fixées. Ces limites territoriales sont d'ailleurs précisées dans un acte de 1271 et, à quelques retouches près, elles sont restées les mêmes jusqu'à nos jours. Et en cette année 1271, les paroisses de la vallée du Haut-Var font alors partie du comté de Provence et ont pour suzerain Charles Ier d'Anjou, comte de Provence mais aussi roi de Naples et de Sicile, et frère du roi Louis IX de France décédé l'année précédente au cours de la huitième croisade et qui sera canonisé en 1297 sous le nom de saint Louis.

En ce qui concerne ses libertés communales, la communauté entraunoise les a conquises dès le début du XIIIe siècle. En effet, les comtes de Provence ont alors accordé aux communautés du Val-d'Entraunes - et donc à celle d'Entraunes - des « chartes de franchises » leur conférant une autonomie certaine dans un texte roman d'une « soixantaine d'articles juxtaposés sans rigueur de méthode[20].» Et c'est ce texte écrit en roman qui, le 14 novembre 1388, fut remanié et retranscrit pour devenir « la nouvelle Charte du Val d'Entraunes » étudiée, publiée et commentée en 1922 par Canestrier[21] qui pense qu'elle « est à la fois, une constitution, un code de juridiction consulaire et un règlement de police urbaine[22]

Sous l'autorité de la Maison de Savoie de 1388 à 1792[modifier | modifier le code]

Borne frontière entre les États de Savoie (croix de Savoie) à l'est et la France (fleur de lys) à l'ouest au col des Champs
Retable à fresques de 1516 d'Andréa de Cella dans la chapelle Saint-Sébastien

En 1388, les communes de la vallée du Haut-Var - divisées quant à leur devenir - vont cependant passer majoritairement sous la domination de la Maison de Savoie, excepté les communes de Guillaumes et de Daluis qui restent dans le comté de Provence jusqu'en 1481. Le 14 novembre 1388, à Péone inféodé, au « domicile du notaire Pierre Clari[23]», les représentants des communautés du Val-d'Entraunes, après avoir prêté hommage et serment de fidélité au nouveau suzerain, le comte Amédée VII de Savoie, obtinrent confirmation, dans la nouvelle « Charte du Val-d'Entraunes[24] », de leurs libertés communales comme de la propriété de leurs biens de la part du baron Jean Grimaldi de Bueil, seigneur de la baronnie de Beuil (incluant Péone inféodé), gouverneur de Nice et sénéchal représentant officiel du nouveau suzerain avec qui il a négocié la dédition de Nice à la Savoie. Dédition dans le cadre de la division administrative des « Terres-Neuves de Provence » alors détachées du comté de Provence au profit de la Maison de Savoie et qui deviendront comté de Nice en 1526. Les libertés communales confirmées permettent alors aux chefs de famille d'Entraunes de se réunir sur la place du Tribunal (actuelle place de l'église), d'y élire leur « bayle » (maire), leurs deux « consuls » et autres « officiers » et de s'administrer sans dépendre d'un seigneur. Mais communauté qui devra accepter, sur injonction dudit baron Jean Grimaldi de Bueil, la construction en bordure de ladite place d'un fortin appelé « castéu[25] » (lou chastel [tSa'stel] en provençal-alpin désignant le château) pour surveiller et commander les communications Tinée-Var-Verdon.

Entraunes et Saint-Martin-d'Entraunes vont dépendre jusqu'en 1718 de la viguerie de Barcelonnette, tandis que Villeneuve-d'Entraunes, Châteauneuf-d'Entraunes, Sauze et Péone sont rattachées à celle de Puget-Théniers. Quant aux communes de Guillaumes et de Daluis, demeurées dans le comté de Provence, elles deviendront « françaises » en 1481 lorsque le roi de France Louis XI héritera du comté de Provence et elles ne seront soumises à la « Maison de Savoie » qu'à partir de 1760.

Alors qu'Entraunes dépend maintenant de la Maison de Savoie, sur le plan religieux, sa paroisse va continuer à dépendre jusqu'en 1801 du diocèse « français » de Glandèves dont le siège sera transféré à proximité immédiate à Entrevaux au XVIe siècle. De ce fait, dans le Val-d'Entraunes, l'usage comme l'enseignement du français sont autorisés par les différentes autorités civiles et religieuses. Pour les populations de la vallée du Haut-Var soumises à deux souverainetés distinctes - États de Savoie d'une part et Comté de Provence puis Royaume de France d'autre part -, ce régime exceptionnel d'usage commun du français comme de libre circulation des biens et des personnes favorisa les relations comme l'homogénéité des mœurs et des coutumes de ces habitants parlant tous, par ailleurs, à peu près le même dialecte relevant du provençal-alpin encore appelé vivaro-alpin ou « gavot ».

La foi religieuse des Entraunois s'exprime durant la Renaissance par la reconstruction de la chapelle dédiée à saint Sébastien et classée depuis monument historique. Les sieurs Arnaud et Tholozan - les deux plus riches du pays - obtiennent d'y faire venir en 1515 et 1516 le célèbre peintre et fresquiste Andréa de Cella pour y réaliser un retable dont les fresques ont été classées en 1947. Un siècle plus tard, au début du XVIIe siècle, est construite sur la Grande-Rue la chapelle Notre-Dame du Saint-Rosaire qui sera la chapelle des Pénitents Blancs. Et peu après, sur la partie nord surélevée du village, l'ancienne petite église du XIIIe siècle « Nostro Damo de Settembre » (saint Pons étant le patron de la paroisse), de style roman et de direction est-ouest, est transformée et agrandie selon un plan nord-sud à partir de « 1650 par l'addition d'une abside et d'une nef nouvelles, l'ancienne nef devenant le transept[26] ». Ce transept d'origine ancienne est ensuite doublé vers le sud par l'adjonction latérale, entre 1683 et 1727, de deux chapelles, l'une à l'est et l'autre à l'ouest de la nouvelle nef[27]. Chapelles définitivement intégrées à la nef lors des travaux de réfection de la toiture terminés en 1805[28]. Une église paroissiale au toit en bardeaux de mélèze, au curieux clocher asymétrique demi-circulaire, à l'autel en bois peint en blanc avec des dorures et à la douzaine de tableaux portant différentes signatures (Andréas 1655, J.André 1655, André 1684, André de Castellane 1696...) : tableaux attribués à l'École d'André de Castellane et aujourd'hui classés.

En ce qui concerne le fortin (château), en 1466, au cours de la guerre opposant Louis XI au duc de Savoie, le capitaine gascon Archibald d'Alzac et sa bande d'aventuriers incendient le village et son fortin (château). Un siècle plus tard, Jean-Baptiste Grimaldi, seigneur d'Ascros au service de la France de François Ier en guerre contre Charles Quint allié à la Maison de Savoie, détruit le fortin (château) et incendie le village. En juin 1597, les soldats français mettent le siège devant le fortin (château) reconstruit et alors défendu par le capitaine Pascalis. Investi par les soldats français, au printemps 1598, le fortin (château) est alors définitivement rasé[29].

Le traité d'Utrecht du 11 avril 1713, dans son article III, prévoit la restitution à Victor-Amédée II du duché de Savoie et du comté de Nice qui avaient été occupés par les troupes françaises pendant la guerre de Succession d'Espagne. L'article IV énumère les régions du Piémont et du comté de Nice que la France restitue et que des commissaires désignés par chacune des parties doivent préciser. Cependant, le 30 décembre 1714, une déclaration royale faite à Versailles rattache la vallée de Barcelonnette à la Provence française. La question est alors soulevée de l'appartenance d'Entraunes et de Saint-Martin-d'Entraunes qui relevaient jusque-là de la viguerie de Barcelonnette. En 1715, le duc de Savoie Victor-Amédée II (roi de Sicile de 1713 à 1718) nomme discrètement ses représentants pour ces deux villages en attendant un nouveau bornage. La frontière est fixée par la convention de Paris du 4 avril 1718 qui précise qu'Entraunes et Saint-Martin-d'Entraunes restent à la Maison de Savoie. Des bornes sont alors placées pour fixer la frontière entre la France (une fleur de lys) à l'ouest et les États de Savoie (une croix de Savoie) à l'est, notamment au col de la Cayolle, au col du Pas-de-Lausson et au col des Champs.

Église paroissiale des XIIIe et XVIIe siècles vue de l'est

C'est en 1718 que leur suzerain, le duc Victor-Amédée II de Savoie, devient roi de Sardaigne et organise son royaume « sarde » en conservant sa capitale fixée depuis 1563 à Turin. En ce début du XVIIIe siècle, Entraunes connaissait une vie traditionnelle évoluée et un niveau de vie moyen plutôt supérieur. Recensés en juin 1734, ses 666 habitants pratiquaient la polyculture de montagne et l'élevage des ovins. Ses agriculteurs disposaient alors de 104 chevaux et mulets, 105 bovins et 3942 ovins et caprins. Spécialisés dans l'embouche des agneaux comme dans la production des laines fines, les Entraunois valorisaient sur place leur production et les surplus des communes voisines. Laines fines d'abord filées puis tissées à domicile avec des métiers manuels produisant des pièces de drap (tissu de laine) vendues dans toute la région jusqu'au Lyonnais et au Piémont. Cette spécialisation s'était faite tant sous l'influence des bergers provençaux que sous celle des Entraunois allant en Provence par le col des Champs pour y commercer ou y travailler (en saison hivernale) voire s'y installer. En effet, le droit d'aînesse réservait la succession de l'exploitation agricole à un seul des enfants (l'aîné en priorité ou, à défaut, un des autres) et préservait ainsi les exploitations du démembrement. Mais la plupart des autres enfants étaient de ce fait obligés de partir parfois jusqu'à Marseille, Lyon ou Turin voire plus loin, pour être placés (ou mariées pour les filles) puis y vivre.

Aux prémices de la Révolution industrielle, en 1775, l'autorité royale met fin à l'élection de leurs édiles municipaux par les Entraunois et à ce qui restait de leurs libertés communales. Alors que son industrie de production familiale du drap est de plus en plus concurrencée, la population entraunoise atteint son maximum démographique l'année suivante, en 1776, avec 761 habitants. Sa hiérarchie sociale dépend alors, pour l'essentiel, de celle des propriétaires fonciers (agriculteurs ou non) fondée elle sur les inégalités de ressources. Ressources conditionnées par la superficie agricole utile comme par le nombre de têtes de bétail et de métiers à tisser dont chaque famille peut disposer. Mais, dans cette hiérarchie, viennent se placer les membres (la plupart propriétaires fonciers) d'une importante bourgeoisie rurale relativement instruite et cultivée. Et, mis à part les membres du clergé, on compte parmi elle plusieurs notaires et des rentiers.

Française de 1792 à 1814 puis encore sous l'autorité de la Maison de Savoie jusqu'en 1860[modifier | modifier le code]

Avec l'arrivée à Nice en septembre 1792 des troupes de la France révolutionnaire, les Entraunois, comme les autres habitants du comté de Nice, vont devenir provisoirement Français. En effet, par décret en date du 31 janvier 1793, la Convention réunit le comté de Nice à la France en créant le 85e département français sous le nom de département des Alpes-Maritimes. 85e département qui reprend alors les seules limites de la division administrative du comté de Nice. À Entraunes, le passage du régime royal de la Maison de Savoie à celui de la République française se fait sans violences mais non sans problèmes du fait de l'application des législations françaises successives et notamment celles concernant les prêtres et les biens d'Église. Si les églises et chapelles sont préservées en tant que « biens publics », les terres relevant des fondations religieuses sont vendues comme biens nationaux. Quant aux prêtres, un moment inquiétés, ils acceptèrent la formule assouplie du serment à la Constitution civile du clergé[30].

Paysanne faisant les foins

Dans la nuit du 29 au 30 septembre 1796, une partie de la paroi rocheuse du Pénas s'effondra dans un bruit effroyable. Les blocs détachés de la paroi roulèrent jusqu'au fond de la vallée emportant sur leur passage terres et bois du quartier « Pra-de-Buisse », encombrant la confluence des deux torrents du « Pénas » et des « Maures » et venant même s'entasser jusqu'au pont de La Rouguière-sur-le-Var. Pour empêcher que la situation ne s'aggrave, la population se mobilisa pour ouvrir des brèches suffisantes dans ces amoncellements de blocs, de terres et d'arbres afin de permettre aux eaux des deux torrents et du fleuve de s'écouler.

Sous le Premier Empire, en 1804, « maire et adjoints sont convoqués à Puget-Théniers pour prêter serment de fidélité à l'Empereur. Ensuite, le maire est chargé de recueillir les serments de tous les fonctionnaires municipaux y compris les instituteurs. C'est peut-être ce qui provoque la démission des conseillers nouvellement nommés, aussitôt remplacés par d'autres désignés par le sous-préfet Blanqui[31]. » Le maire et les habitants d'Entraunes devront d'ailleurs satisfaire aux nombreuses demandes et ordres du sous-préfet de Puget-Théniers : Jean Dominique Blanqui.

Avec la fin du Premier Empire, à la suite des traités de Paris de 1814 et 1815, Entraunes (avec le comté de Nice recréé) repasse, de 1814 à 1860, sous la suzeraineté du roi de Piémont-Sardaigne Victor-Emmanuel Ier. Celui-ci s'attache alors à la restauration de l'ordre existant avant 1792-1793. Et en août 1814, à Hiacinthe Lions maire depuis 1809, succède le nouveau consul (maire) Joseph Liautaud - « Signor Sindico di Entraunes » - nommé par les autorités de Turin qui contrôlent aussi étroitement l'administration de la commune que sous le Premier Empire.

L'industrie artisanale du drap va alors poursuivre son déclin amorcé dès la fin du XIXe siècle. Alors qu'ils procuraient d'importants revenus aux familles, les métiers à tisser la laine d'antan, devenus obsolètes, sont remplacés par une petite fabrique de drap dont les métiers sont mus par l'énergie hydraulique du Var et non plus par l'énergie humaine. D'où une forte progression de l'exode rural : Entraunes perd plus d'un quart de ses habitants (-26,1 %) en l'espace de 36 ans seulement. Le nombre de ses habitants passe en effet de 654 en 1822 à 483 seulement en 1858. De ce fait, Entraunes perd son ancienne suprématie sur le Val-d'Entraunes au profit de sa voisine Saint-Martin-d'Entraunes. Et dès 1835, les Entraunois vont donc dépendre du baile de Saint-Martin-d'Entraunes et du notaire de Guillaumes après avoir perdu les siens. De plus, la fabrique de drap est mise à mal par les inondations catastrophiques provoquées par les pluies torrentielles qui commencent dans la nuit du 31 octobre 1843 et vont durer trois jours. Des maisons, trois moulins et deux teintureries ainsi que des chemins, des ponts en bois et des terrains sont emportés par les eaux des torrents et du fleuve Var en crue. Les deux ponts en pierre de Saint-Sébastien et de La-Rouguière sont endommagés. Les dégâts sont considérables et sont chiffrés pour la commune à près de 60 000 livres. On compte de nombreux sinistrés réduits à la mendicité dont 21 pour le seul hameau d'Estenc[32].

À nouveau française depuis le plébiscite de 1860[modifier | modifier le code]

C'est en 1860 que les Entraunois vont redevenir Français sujets de l'empereur Napoléon III. Pour la première fois les 15 et 16 avril 1860, au suffrage universel masculin et par plébiscite, les 151 Entraunois majeurs de sexe masculin inscrits sont conviés à se prononcer par oui ou par non sur le rattachement à la France. Ils sont 147 à voter oui (soit 100 % des votants), 4 seulement s'abstenant et aucun ne votant non. Les 89 communes du comté de Nice, ayant voté oui à 83,8 % des inscrits et 99,2 % des votants, sont ensuite rattachées à la France du Second Empire et forment avec celles de l'arrondissement de Grasse (détachées du département du Var) le nouveau département des Alpes-Maritimes. C'est donc une nouvelle administration qui se met en place et qui applique la législation française en vigueur notamment en ce qui concerne leur administration communale. En 1870, les jeunes Entraunois sont mobilisés et participent à la guerre contre la Prusse déclarée par Napoléon III. L'un d'entre eux est d'ailleurs grièvement blessé à la bataille de Beaune-la-Rolande (Voir « 6.6 - Personnalités lées à la commune » : César Payan). À la suite de la défaite des armées françaises, la France passe en 1870 du Second Empire à la Troisième République.

Au nouveau cadastre français de 1870, la fabrique de drap est encore recensée mais sa production ne put résister longtemps à la concurrence des usines modernes. Notamment celle des usines de l'industrie lainière du nouveau royaume d'Italie constitué en 1861 par Victor-Emmanuel II de Savoie. À cette concurrence frappant son industrie du drap s'ajouta l'incendie du 19 janvier 1875 au cours duquel une grande partie des toits en bardeaux de mélèze et des planchers en bois des maisons du village furent la proie des flammes. Ayant ainsi perdu la possibilité de valoriser sa production de laine comme celle des communes voisines, la communauté entraunoise va se replier sur ses seules activités agro-pastorales et artisanales traditionnelles. En 1896, tous ses terroirs sont encore exploités à l'exception d'un seul, celui du hameau abandonné situé au-dessus de la grande cascade d'Aiglières. Mais, cent vingt ans après son maximum démographique de 1776, la population, qui a perdu la moitié de ses effectifs, ne compte plus que 375 habitants. Près de 85 % de ses actifs relèvent alors des seules activités agricoles. Mais qui sont ces montagnards, hommes, femmes et enfants ? Découvrons-les, endimanchés dans la vie civile ou en uniforme, à travers sept portraits et une photo de classe.

Avec la création de la coopérative laitière de Guillaumes en 1903, de plus en plus d'exploitants agricoles se mettent à élever des vaches laitières. Et cette nouvelle activité de production de lait frais destinée au ramassage journalier jusqu'au chef-lieu de canton modifie l'agriculture locale au détriment de l'élevage des ovins.

La route arriva à Entraunes, au pont Vieux (dit de la Rouguière), en 1890. L'ouverture des voies de communication (ferrées et routières) puis la desserte automobile d'Entraunes font entrer Entraunes dans l’ère industrielle, de la concurrence avec l'ouverture des marchés et de l'attraction exercée par la Côte d'Azur en plein développement. Effets atténués jusqu'en 1914 à Entraunes pour deux raisons. D'abord, les emplois et revenus créés par les travaux d'aménagement et de reboisement effectués par l’administration des Eaux et forêts, l'État étant alors propriétaire de 47 % du territoire communal. Et surtout, ceux créés, de 1907 à 1914, par l'important chantier de construction de la route du col de la Cayolle. Route qui aurait dû être inaugurée le 10 août 1914 par le président de la République Raymond Poincaré s'il n'y avait eu, après l'attentat de Sarajevo, la mobilisation décrétée le 1er août et la déclaration de guerre de l'Allemagne contre la France le 3 août.

La première phase de développement touristique date de cette période. Elle a concerné surtout le village avec, d'une part, la construction de l'hôtel Liautaud accueillant les touristes de la Côte, simples estivants ou randonneurs comme Victor de Cessole[33]. Et, d'autre part, la construction de villas typiques de la Côte d'Azur - villas Noé et l'Engadine - par quelques riches familles niçoises désirant y passer la période estivale avec leurs enfants.

Durant la guerre de 1914-18 puis la période de l'entre-deux-guerres jusqu'en 1939[modifier | modifier le code]

La Première Guerre mondiale interrompt ce développement et va affecter brutalement la vie sociale comme la démographie de la commune.

À partir de la mobilisation du 1er août 1914, tous les hommes déclarés aptes seront progressivement mobilisés des plus jeunes aux plus vieux. Le tableau analytique des 18 noms du monument aux morts (en 2 parties ci-dessus) servant de référence, les plus jeunes sont mobilisés à l'âge de 20 ans et le plus âgé (affecté à un régiment d'infanterie territoriale - RIT) - Étienne Liautaud - né en décembre 1871 avait presque 46 ans à sa mort en décembre 1917 suite à ses blessures de guerre. Sur ces 18 noms, seize sont nés à Entraunes et sont normalement enregistrés comme "Morts pour la France". Sur ces 16, six (37,5 %) ont été mobilisés dans des régiments d'infanterie (RI), trois (18,75 %) dans les bataillons d'élite de chasseurs alpins (BCA), trois (18,75 %) dans la "Territoriale" (RIT) compte tenu de leur âge (plus de quarante ans), deux (12,5 %) dans les régiments d'infanterie coloniale (RIC), un (6,25 %) dans l'artillerie de campagne (RAC armé des fameux canons de 75 mm) et un (6,25 %) dans une section des commis et ouvriers militaires d'administration (COMA).

Dix de ces "Morts pour la France" ont été mobilisés en août 1914 et sept d'entre eux (70 %) l'ont été dans des unités du 15e Corps d'armée. 15e Corps alors commandé par le général Espinasse (4 étoiles) originaire du département de l'Aude par son père lui aussi général. Et unités du 15e Corps alors présentes dans huit départements du Sud-Est de la France : Alpes-Maritimes, Var, Bouches-du-Rhône, Vaucluse, Basses-Alpes, Gard, Lozère et Corse. Sur ces 7 mobilisés d'août 1914 appartenant au 15e Corps d'armée, quatre appartiennent à sa 29e Division : 2 au 111e RI d'Antibes et 2 au 141e RI de Marseille. Les 3 autres faisant partie de la 30e Division : 1 au 173e RI de Corse, 1 au 19e RAC et 1 à la 15e section des COMA. Ces Méridionaux (Sud-Est) du 15e Corps font partie - avec les Lorrains du 20e Corps du général Foch et les Méridionaux (Sud-Ouest) du 16e Corps du général Taverna - de la 2ème Armée française du général de Castelnau (5 étoiles) chargée en août 1914 de reconquérir la partie de la Lorraine annexée au Reich allemand depuis 1871.

Conformément au plan obsolète du GQG du généralissime Joffre, sept des Entraunois "Morts pour la France" (et donc la grande majorité des mobilisés entraunois) ont ainsi pénétré (avec la 2ème Armée française) sur une vingtaine de kilomètres en Lorraine allemande du 14 au 19 août 1914 jusqu'au secteur de la forêt de Bride-Kerprich-Vergaville-Bidestroff. De ce fait, ils sont tombés dans le piège meurtrier du commandement allemand qui était de leur causer - en quelques jours - les plus grandes pertes humaines et matérielles possibles en attirant la 2ème Armée jusqu'à leurs puissantes lignes de défense de Morhange-forêt de bride-Bénestroff-Bassing-Omnon-Cutting. Et le 20 août, la contre-offensive victorieuse de la VIe Armée allemande - surpuissante avec ses mitrailleuses et son artillerie lourde moderne aux nombreux canons à cadence rapide - obligea les trois Corps de la 2ème Armée française à se replier d'une cinquantaine de kilomètres jusqu'au secteur de Nancy - en rive nord de la Meurthe - pour en assurer la défense. C'est ce jour-là, le 20 août 1914, que les deux premiers Entraunois de la liste des 18 noms - Charles Blanc (25 ans) et Damien Coste (27 ans) - furent tués et accusés avec tous les Méridionaux du 15e Corps d'armée de porter la responsabilité de la défaite. 15e Corps ainsi diffamé et pris comme "bouc émissaire" par le généralissime Joffre puis par le ministre de la Guerre Messimy (et son porte plume Gervais) pour ne pas avoir à rendre compte du fiasco de leur stratégie obsolète en Lorraine. Trois ouvrages récents en rendent compte différemment. Deux plutôt littéraires : celui de Maurice Mistre[37] - centré sur le seul 15e Corps et non sur la 2ème Armée française - et celui de Jean-Yves Le Naour[38] centré lui sur un historique des préjugés des gens du Nord vis à vis des Méridionaux. Et le troisième - celui d'André Payan-Passeron[39] - dont l'analyse scientifique pluridisciplinaire porte sur toute la 2ème Armée française et ses trois corps d'armée à partir du vécu du 141e RI de Marseille de l'entraunois Joseph Payan (son grand-oncle « Mort pour la France »).

Cependant dès le 25 août et jusqu'au 2 septembre 1914, ces mobilisés entaunois du 15e Corps participent à la 2ème offensive en Lorraine et aux combats victorieux de Lamath et Xermaménil. Mais brusquement, à partir du 3 septembre, ils doivent parcourir à pied en 4 jours 120 km vers l'ouest jusqu'à Bar-le-Duc où ils sont incorporés à la 3ème Armée du général Sarrail pour participer à la gigantesque bataille de la Marne[40] pour remporter la victoire de Revigny et poursuivre les forces allemandes en repli sur 41 km vers le nord jusqu'à Verdun où ils arrivent le 15 septembre 1914 en rive ouest de la Meuse dans le secteur Avocourt-Malancourt-Béthincourt-Forges où débute pour eux l'interminable guerre des tranchées[41].

À partir de 1915, quittant le 15e Corps pour le 38e Corps, la 30e Division est dirigée sur la Champagne avec notamment Joseph Baudoin (19e RAC) et Alfred Gilloux (173e RI) qui, blessé au combat, meurt le 22 août 1915 à l'hôpital militaire Villemin à Paris. La 29e Division - avec notamment Joseph Payan (141e RI) et Henri Botta (111e RI) - est restée dans le secteur ouest de Verdun au sein de la 3ème Armée. Elle y assure la défense du sous-secteur Haucourt-Malancourt (avec le bois de Malancourt et la fameuse cote 304) lorsque les Allemands déclenchent la bataille de Verdun le 21 février 1916 en rive est de la Meuse avant d'attaquer à partir du 6 mars en rive ouest. Alors intégrée dans la 2ème Armée sous les ordres du général Pétain (chargé d'assurer la défense « à tout prix » de Verdun), la 29e Division subit l'attaque victorieuse des forces allemandes surpuissantes en artillerie lourde et en effectifs avec le renfort d'une division bavaroise d'élite de 9000 hommes. La défense du bois de Malancourt est alors assurée par 13 compagnies : six des douze du 111e RI d'Antibes d'Henri Botta, trois du 106e RIT de l'Isère et quatre du 258e RI d'Avignon. Le 20 mars 1916, après un bombardement infernal, les Allemands - profitant des faiblesses de la défense française dans le bois aux tranchées et abris bouleversés - utilisent un stratagème diabolique et s'emparent en un temps record de la totalité du bois de Malancourt qui leur ouvre l'accès à la côte 304 où sont positionnées les batteries lourdes françaises. Reprenant alors la propagande de l'ennemi claironnant que « 2900 français non blessés se sont rendus sans combattre »[42], le commandement français de la 29e Division accuse ses soldats de haute trahison pour ne pas avoir assuré - selon lui - la défense du bois de Malancourt[43]. Et de ce fait, début 2017 sur Internet, reprenant les dires de Pierre Miquel, certains sites titraient encore : « 20 mars 1916 : la défaillance de la 29e Division ».

Pourtant, le général Pétain - commandant la 2ème Armée et donc tout le secteur de Verdun en mars 1916 - avait écrit en 1929 : « l'ennemi [...] enlevait du 20 au 22 mars nos points d'appui du bois de Malancourt [...]. Il devait ce premier succès réel sur la rive gauche à la brillante conduite de la 11e division bavaroise, unité d'élite, dont l'irruption soudaine avait surpris nos troupes »[44]. Philippe Pétain - alors maréchal de France - n'accuse en rien les soldats qui assuraient la défense du bois de Malancourt contrairement au général commandant la 29e Division qui, en mars 1916, a repris textuellement les assertions de la propagande ennemie pour proclamer que ses propres soldats seraient « à la fin de la guerre traduits en Conseil de Guerre » compte tenu de leur « lâcheté » et de leur « capitulation, désertion, abandon de poste en présence de l'ennemi »[45]. En juillet 2017, le chercheur André Payan-Passeron pensait avoir démontré scientifiquement dans son ouvrage que ces accusations étaient sans fondement et que ces soldats - d'après lui - avaient donc été diffamés[46].

Poursuivant leur offensive victorieuse, les Allemands s'emparent les deux jours suivants de tout le secteur limitrophe situé entre le bois et le village de Malancourt. Et c'est là que l'Entraunois Joseph Payan (1885-1916) meurt en héros le 22 mars 1916 sur le mamelon d'Haucourt avec ses camarades du 3ème bataillon du 141e RI de Marseille[47]. Sur les 16 « Morts pour la France » inventoriés, quatre sont morts à Verdun : en 1916 Joseph Payan le 22 mars et Joseph Baudoin du 19e RAC le 26 juin puis, en 1917, Jules léotard du 151e RI le 9 août et Jean-Baptiste Baudoin du 89e RIT le 1er septembre à l'âge de 43 ans. Le dernier à être « tué à l'ennemi » le 20 août 1918 est le chasseur alpin César Payan (1879-1918) du 65e BCP - un bataillon d'élite de chasseurs à pied de la 56e Division de réserve avec laquelle il a participé à la plupart des grandes batailles du nord de la France : Verdun en mai 1916, Somme en octobre 1916, Chemin des Dames en avril 1917, Montdidier en mars 1918 (où s'est joué le sort du pays et où, envoyés en urgence par le général Foch, César Payan et ses camarades de la 56e Division ont d'abord colmaté la brèche puis arrêté en quatre jours la formidable offensive de Ludendorff) et la Somme en août 1918. César Payan (dit Césaire) - Maire d'Entraunes de 1907 à 1918 - a été tué au début de l'offensive victorieuse des Alliès dite « des Cent-Jours » qui se termine avec la capitulation de l'Allemagne le 11 novembre 1918[48].

Non seulement la guerre a bouleversé la vie des familles entraunoises mais elle a favorisé psychologiquement les décisions de départ de beaucoup des survivants et notamment des mutilés pensionnés de guerre à qui sont offerts des emplois prioritaires dans les villes de la Côte d'Azur. Villes dont la remise en marche de l'économie multiplie les offres d'emplois et amplifie donc le flux d'émigration notamment de veuves de guerre avec leurs enfants pupilles de la nation. C'est ainsi qu'au recensement de 1921, le nombre d'habitants chute à 304 alors qu'il était estimé à 420 en 1914 soit une baisse de 116 habitants (- 27 %) en 7 ans.

La ligne de tramway construite jusqu'à Guillaumes, déficitaire, n’est exploitée que de 1923 à 1929. Et, en 1938, dans sa traversée d'Entraunes, la route des Grandes Alpes (RN 202) franchira le Var par un nouveau pont qui modifie l'architecture du village avec notamment l'aménagement de deux nouvelles places.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale de 1939-45 et depuis[modifier | modifier le code]

De mémoire d'homme, de la défaite de 1940 à la Libération en 1944, on n'a jamais vu d'uniforme italien ou allemand à Entraunes. En effet, du 10 au 24 juin 1940, sur le front des Alpes, l'armée française des Alpes, sous le commandement du général René Olry, a parfaitement contenu l'offensive des forces italiennes. Et Entraunes se retrouve ainsi dans la zone sud dite libre de l'État français. À Entraunes, on ne verra ni les Italiens qui occupent le sud-est de la France à partir du 11 novembre 1942, ni les Allemands qui les remplacent brutalement à partir du 8 septembre 1943 à la suite de la capitulation de l'Italie.

Avec le débarquement allié en Normandie à partir du 6 juin 1944, le mot d'ordre des Forces françaises de l'intérieur - sous l'autorité politique du GPRF présidé par le général Charles de Gaulle - est celui de l'insurrection nationale. Le 9 juillet 1944, Beuil, Péone-Valberg, Guillaumes, Saint-Martin-d'Entraunes passent sous le contrôle des 150 FFI armés et du Comité local de libération (CLL) pour le Haut-Var insurgé. Leur quartier-général est installé à Beuil dans l'hôtel Edelweiss. Le 18 juillet, 700 militaires allemands s'engagent dans les gorges du Cians et de Daluis mais sont arrêtés par les FFI au niveau des deux ponts (du Pra-d'Astier et de Berthéou) qu'ils ont fait sauter les 7 et 8 juillet. Le lendemain, les Allemands, attaquant aussi par les crêtes, s'emparent du col de Roua et occupent Guillaumes le 21 juillet. Obligés de se replier, une partie des FFI arrive jusqu'à Entraunes où leurs blessés sont soignés dans l'hôtel Liautaud. Avec leurs 95 blessés, les soldats allemands évacuent Guillaumes le 24 juillet. Le Haut-Var ainsi libéré se trouve sous le contrôle des chefs locaux de la Résistance qui doivent organiser le ravitaillement par des réquisitions même après le débarquement allié des 15 et 16 août sur la côte provençale entre Hyères et Cannes. Et, début septembre 1944, des soldats américains arrivent ainsi sur la place d'Entraunes.

Les Entraunoises ont, pour la première fois, le droit de vote aux élections municipales d'avril-mai 1945 permettant l'élection d'une nouvelle municipalité.

La deuxième phase de développement touristique de 1945 aux années 1970 concerne surtout le hameau d'Estenc. Celui-ci s'ouvre alors aux sports d'hiver avec l'arrivée de sportifs azuréens, notamment du Club alpin français (CAF), la construction de l'hôtel « Relais de la Cayolle », des premiers chalets et même d'un petit téléski.

La troisième phase n'a qu'une existence virtuelle dans les années 1960-1970. Elle concerne, à 2 000 m d'altitude, un projet de station de sports d'hiver et de tourisme dans le site du cirque glaciaire de Sanguinière relevant du domaine privé de l'État géré par l'ONF. Projet dont la commune d'Entraunes concède la maîtrise d'ouvrage à une société privée qui ne peut le réaliser du fait notamment de l'opposition de l'État à tout échange de ses terrains domaniaux avec ceux de la commune d'Entraunes.

La quatrième phase, à partir de la fin des années 1970, est celle du parc national du Mercantour progressivement négocié et mis en place par l'État avant sa création officielle en 1979[50].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Aux élections législatives de 2002[modifier | modifier le code]

Au 1er tour, sur 216 inscrits il y a eu 147 votants soit un taux d'abstentions de 31,94 %. Compte tenu des 3 votes blancs ou nuls, il y a eu finalement 144 suffrages exprimés qui se sont ainsi répartis sur 8 des 15 candidats :

43,75 % pour Christian Estrosi le candidat de l'UMP (33,30 au niveau national), 31,25 % pour Paul Cuturello candidat du PS-Verts-PRG (30,16), 12,50 % pour Jean Thiéry candidat du Front National (11,34), 7,64 % pour Jacques Tibéri candidat du PCF (4,82), 2,08 % pour Nadia Hamecha sans étiquette, 0,69 % chacun pour Pierre Mondolini de Génération écologie, Catherine Sackur des Alternatifs et Noura Slimane de Pôle républicain (1,19).

Au 2e tour du 16 juin 2002, sur seulement 75 suffrages exprimés, le candidat de droite Christian Estrosi (UMP) obtint 85,33 % à Entraunes et fut élu avec 84,04 % des voix au niveau de la 5e circonscription "Nice-Montagne" des Alpes-Maritimes. 14,67 % des suffrages entraunois allant au candidat d'extrême droite Jean Thiéry du Front national (15,96 dans la 5e circonscription).

À l'élection présidentielle de 2007[modifier | modifier le code]

Au premier tour, sur 201 inscrits il y a eu 170 votants soit un taux d'abstentions de 15,42 % seulement. Tous les votants ayant exprimé leur choix, les 170 suffrages exprimés se sont ainsi répartis sur 9 des 12 candidats :

37,06 % pour Nicolas Sarkozy candidat de l'UMP (31,18 au niveau national), 28,24 % pour Ségolène Royal candidate du PS (25,87), 12,94 % pour François Bayrou candidat du MODEM (18,57), 7,65 % pour Jean-Marie Le Pen candidat du Front National (10,44), 7,06 % pour Marie-Georges Buffet candidate du PCF (1,93), 2,35 % pour Dominique Voynet candidate des Verts (1,57), 2,35 % chacun pour José Bové (1,32) et Frédéric Nihous candidat du CPNT (1,15).

Au 2e tour du 22 avril 2007, sur 162 suffrages exprimés, le candidat de droite Nicolas Sarkozy (UMP) obtenait la majorité avec 51,23 % (contre 53,06 au niveau national) et devançait ainsi la candidate de gauche Ségolène Royal (PS) obtenant elle 48,77 % (contre 46,94 au niveau national).

Aux élections législatives du 10 juin 2007[modifier | modifier le code]

Au 1er tour, sur 204 inscrits, il y a eu 133 votants soit un taux d'abstentions de 34,8 %. Avec 0 vote blanc ou nul, les 133 suffrages exprimés se sont ainsi répartis sur 10 des 14 candidats :

53,38 % pour Christian Estrosi candidat (élu au 1er tour) de l'UMP (39,54 au niveau national), 18,05 % pour Paul Cuturello candidat du PS (24,73), 9,02 % pour Jeannine Thiemonge candidate des Verts (3,25), 7,52 % pour Francis Tujague candidat du PCF (4,29), 4,51 % pour Pascale Gacem candidate d'extrême gauche (3,41), 3,01 pour Karine Lambert candidate de l'UDF-Mt démocrate (7,61), 1,50 % pour Bruno Ligonie candidat du Front National (4,29), 1,50 % pour Pierre-Antoine Plaquevent candidat d'extrême droite (0,39), 0,75 % pour Serge Gabry candidat écologiste (0,80) et 0,75 % pour Jean-Jacques Remond candidat de CPNT-Chasse Pèche Nature et Traditions (0,82).

Aux élections européennes du 7 juin 2009[modifier | modifier le code]

Sur 213 inscrits il n'y a eu que 73 votants soit un taux d'abstentions de 65,73 %. Compte tenu des 5 votes blancs ou nuls, les 68 électeurs ayant exprimé leur suffrage ont voté pour les 9 listes suivantes :

35,29 % pour Europe-Écologie (16,3 au niveau national), 27,94 % pour l'UMP-liste de la majorité présidentielle (27,9), 13,24 % pour le Front de gauche (6,1), 7,35 % pour AEI-Alliance écologiste indépendante (3,6), 5,88 % pour le Modem-Mouvement démocrate (8,5), 4,41 % pour le NPA-Nouveau parti anticapitaliste (4,9), 2,94 % pour le Parti socialiste (16,5), 1,47 % pour LGDR-liste gaulliste Debout la République (1,8), 1,47 % pour Résistances (0,x).

Les 68 électeurs ayant exprimé leur suffrage n'ont donc accordé aucune voix aux 12 autres listes qui se présentaient. Les deux listes se réclamant de l'écologie obtiennent 42,64 % des suffrages exprimés contre 19,9 % au niveau national. Les quatre listes pouvant être classées à gauche obtiennent 55,88 % (contre 43,8 au niveau national) mais le Parti socialiste est laminé par le score d'Europe écologie animé par Daniel Cohn-Bendit, Eva Joly et José Bové. La liste de la majorité présidentielle (UMP) animée par Michel Barnier et Rachida Dati y fait le même score qu'au niveau national : 27,9 %.

Aux élections régionales de mars 2010[modifier | modifier le code]

Au 1er tour le 14 mars, sur 205 inscrits il n'y a eu que 91 votants soit un taux d'abstentions de 55,61 %. Avec un vote blanc ou nul, les 90 suffrages exprimés se sont ainsi répartis sur 9 des 10 listes en présence : 28,89 % pour Europe-Écologie soit 16,4 points de mieux qu'au niveau national (12,46 %), 26,67 % pour l'UMP et ses alliés (26,3 %), 24,44 % pour le PS et ses alliés soit 5,1 points de moins (29,54 %), 7,78 % pour le Front de gauche soit 1,6 point de mieux (6,11 %), 4,44 % pour le Front national soit 7,1 points de moins (11,6 %), 2,22 % pour le Nouveau parti anticapitaliste NPA (2,4 %), 2,22 % pour l'Alliance écologiste indépendante, 2,22 % pour la Ligue du sud, 1,11 % pour Lutte ouvrière (1,1 %) et 0 % pour le MODEM qui n'a réalisé que 4,31 % au niveau national. Les 3 listes de gauche (qui vont fusionner pour le 2e tour) ont donc recueilli 61,11 % soit 11,2 points de mieux que la Gauche au niveau national (49,99 %).

Au deuxième tour le 21 mars, sur 205 inscrits, il y a eu 89 votants (2 de moins) soit un taux d'abstentions de 56,59 % (+ 0,98 point). Avec 0 vote blanc ou nul, les 89 suffrages exprimés se sont ainsi répartis entre les 3 listes : 59,55 % à la liste d'union de Michel Vauzelle (PS et alliés, Europe Écologie et Front de gauche) soit 5,4 points de mieux qu'au niveau national (54,11 %), 35,96 % pour la liste UMP et alliés de Thierry Mariani (35,38 %) qui progresse de 9,3 points par rapport au 1er tour et 4,49 % pour la liste Front national de Jean-Marie Le Pen.


Administration municipale et intercommunale[modifier | modifier le code]

Depuis le 1er janvier 2014, Entraunes fait partie de la communauté de communes des Alpes d'Azur. Elle était auparavant membre de la communauté de communes de Cians Var, jusqu'à la disparition de celle-ci lors de la mise en place du nouveau schéma départemental de coopération intercommunale.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1904 3 mars 1907 Joseph Gilloux   Opposée au tracé rive est (gauche) de la route du col, sa municipalité démissionna le 04/11/1906
3 mars 1907 20 août 1918 César Ernest Payan   Artisan menuisier-ébéniste, mort au champ d'honneur le 20 août 1918. De 1915 à 1918, le conseiller César Liautaud eut délégation pour remplacer le maire mobilisé
sept. 1918 déc. 1919 Clément Lions   Conseiller désigné pour faire fonction de maire jusqu'aux élections municipales de déc. 1919
déc. 1919 1924 Joseph Brun   Agriculteur
1924 1925 Clément Lions   Agriculteur
1925 1927 Charles Gauthier   Commerçant, préposé au reboisement, président du syndicat agricole
1927 1935 Clément Lions   Agriculteur
1935 mai 1945 Étienne Liautaud   Hôtelier-restaurateur. Maintenu en fonction de 1940 à 1944 par les autorités de l'État français puis, secourant les résistants blessés dans son hôtel en juillet 1944, par celles du GPRF[51]
mai 1945 1953 Marcel Lions   Agriculteur
1953 1965 François Gollé   Chef d'entreprise du bâtiment et des travaux publics (BTP)
1965 1977 Marcel Payan   Proviseur de lycée professionnel
1977 1995 Denis Sorba   Professeur puis principal de collège
1995 2001 Bernard Baudin CPNT Instituteur spécialisé - président de la Fédération départementale des chasseurs des Alpes-Maritimes
mars 2001 mars 2008 Daniel Demontoux Les Verts Garde du parc national du Mercantour
mars 2008 en cours Pierre Tardieu[52] DVD Gérant de bureau d'étude

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La commune d’Entraunes, classée « porte » du parc national du Mercantour, y est incluse en totalité. Plus de la moitié de son territoire étant situé dans sa zone cœur (ex-zone centrale) et le reste dans son aire d'adhésion (ex-zone périphérique) selon la nouvelle terminologie (loi d'avril 2006). La protection des paysages comme de la flore et de la faune y a été renforcée et leur gestion très réglementée et encadrée sous l'autorité du parc. C'est ainsi que le parc national du Mercantour y a permis l'augmentation du nombre des chamois et y a assuré la réintroduction des bouquetins tandis que la fédération des chasseurs y effectuait un confortement de la population de cervidés. Cette richesse faunistique remarquable ne pouvait qu'attirer les loups revenus naturellement dans cette partie du parc national du Mercantour où ils font de régulières incursions. La commune d'Entraunes fait partie du réseau Natura 2000 : sa zone cœur faisant partie du « site Mercantour » alors que son aire d'adhésion fait partie du « site à chauves-souris des Entraunes » en cours de validation.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Pas de jumelage à notre connaissance.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[53]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[54],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 109 habitants, en diminution de -14,84 % par rapport à 2009 (Alpes-Maritimes : 0,39 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
642 582 613 654 675 572 483 479 454
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
436 412 401 406 396 375 359 371 403
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
304 268 233 234 201 142 141 103 122
1982 1990 1999 2007 2012 2014 - - -
121 127 125 128 120 109 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[55] puis Insee à partir de 2006[56].)
Histogramme de l'évolution démographique

Analyse de l'évolution démographique depuis le XVIIIe siècle : à Entraunes, le premier recensement complet n'a été réalisé qu'en 1718, la commune comptait alors 660 habitants. Avant cette date, les recensements ne décomptaient que les « feux » et donc, éventuellement, les noms des chefs de famille.

Évolutions de 1821 à 1954 1) des écarts du chef-lieu, 2) du chef-lieu et 3) du bassin d'Estenc
Évolutions de 1843 à 1952 1) des décès, 2) des naissances et 3) des mariages

Le maximum démographique est atteint dès 1776 avec 671 habitants. Soit 55 ans avant la commune voisine d'Allos (1 513 habitants en 1831) aux sources du Verdon et 74 ans avant les débuts de l'exode rural en France où le maximum de population rurale est atteint en 1850 avec 26,8 M de ruraux.

C'est qu'à Entraunes, toutes les terres agricoles disponibles (à faible productivité) sont alors exploitées et se révèlent insuffisantes en vallée de haute montagne. D'autant plus que, limitant jusqu'alors l'émigration, les compléments de revenus fournis par la production familiale de drap (avec des métiers à tisser à main) subissent - sur le marché régional - la concurrence des textiles en coton comme des filatures de laine dont certaines dans le Lyonnais commencent même à se mécaniser[57]. Ce à quoi s'ajoute le processus de concentration des exploitations qu'accentuera la Révolution industrielle. Les propriétaires aisés achètent les terres qu'ils convoitent afin d'agrandir leurs exploitations et donc leurs troupeaux d'ovins qui leur procurent agneaux à vendre et laine à filer et à tisser. Et cela aux dépens des cultures vivrières. De ce fait, les petits paysans obligés de vendre comme les garçons et les filles en surnombre (compte tenu du droit d'aînesse) sont, proportionnellement, de plus en plus nombreux à devoir partir pour se placer parfois fort loin jusqu'à Turin, Marseille et Lyon voire au-delà.

À partir de 1776 donc, les départs et les décès vont l'emporter définitivement sur les naissances et les arrivées. Le nombre d'habitants va donc décroître inexorablement excepté durant deux courtes périodes. Celle de 1901 à 1914 avec les travaux, financés par l'État, de reforestation et de construction de la route du col de la Cayolle. Et celle de 1931 à 1945 avec la crise dite de 1929 et la guerre.

Pyramide des âges en 1896

C'est ainsi qu'en 1896, cent vingt ans après son maximum, la population de la commune ne compte plus que 375 habitants soit moitié moins. Et sa pyramide des âges est alors celle d'une communauté agricole déjà vieillissante et écornée par l'exode rural avec 93 femmes pour 122 hommes de plus de 20 ans. Près de 85 % de ses actifs relèvent alors des seules activités agricoles. Agriculture qui dispose encore de 213 actifs - hommes et femmes, jeunes et adultes - avec ses 60 foyers de propriétaires exploitants, son seul foyer de fermier, ses 17 ouvriers agricoles, ses 14 journaliers et ses 7 bergers. Les actifs non agricoles ne sont plus que 38 soit 15 % du total seulement. Dix-neuf le sont dans l'artisanat de production avec 3 actifs dans deux moulins, 1 bourrelier, 1 maréchal-ferrant, 1 machiniste, 3 maçons, 3 menuisiers, 3 cordonniers, 2 tailleurs d'habits et 2 couturières. Et les dix-neuf autres le sont dans les services : 2 employées, 1 épicerie avec 2 actifs, 1 boucherie avec deux actifs, 2 hôtels-restaurants avec 4 actifs et 9 fonctionnaires (1 seul curé mais 1 instituteur (Henri Payan) et 4 institutrices, 1 facteur, 1 cantonnier et 1 garde forestier). Il n'y a plus de notaires comme en 1776 et la communauté entraunoise a donc déjà considérablement évolué.

Pyramide des âges en 1962

Au recensement de 1921, le nombre d'habitants chute à 304 alors qu'il était estimé à 420 en 1914 soit un recul de 116 habitants (- 27 %) en 7 ans seulement. C'est qu'aux 18 tués de la guerre 1914-1918 s'ajoute un exode rural amplifié par le départ de nombreux mutilés, veuves de guerre et orphelins pupilles de la nation qui acceptent les emplois prioritaires qu'on leur propose dans les villes de la Côte d'Azur.


En 1962, près de deux siècles après son maximum démographique de 1776, la commune ne compte plus que 127 habitants seulement. Les effectifs de sa population, divisés par six, ont donc diminué de 83 %. Et sa pyramide des âges n'est plus que celle d'une communauté résiduelle vieillie dont les dix exploitants agricoles âgés n'ont alors plus de successeurs.

À partir des années 1970-1980, ce sont les arrivées (nouveaux venus s'y installant et Entraunois retournant y passer leur retraite) qui compensèrent plus ou moins les départs (surtout des jeunes) et le déficit des naissances par rapport aux décès. Ces arrivées, notamment de couples avec enfants, vont redonner un peu de vie à la commune et vont permettre d'y maintenir ouverte son école à classe unique.

Comparaison de la pyramide des âges de l'année 1982 avec celle de l'année 1999

En 1982, vingt ans après, l'évolution positive est déjà manifeste.

Entraunes Wikipédia 992.jpg
Entraunes Wikipédia 991.jpg

Et de 1982 à 1999, l'évolution de la pyramide des âges de la commune d'Entraunes témoigne d'un rajeunissement certain. En effet, la tranche des jeunes de 0 à 19 ans progresse de 19 à 28 individus soit de + 47,4 %. Tandis que la tranche des personnes âgées de 75 ans et plus régresse de 20 à 15 individus soit de - 25 %[58].

La répartition en 2004 des 53 Ménages selon le nombre de personnes qui les composent

Ménages de : 1 personne 2 pers. 3 pers. 4 pers. 5 pers. 6 pers. ou +
Entraunes 30,2 % 32,1 % 20,8 % 9,4 % 5,7 % 1,9 %
Moyenne Nationale 31 % 31,1 % 16,2 % 13,8 % 5,5 % 2,4 %
Sources des données : INSEE[59]

En 2004, les données de la ligne « Entraunes » du tableau chiffrent en pourcentage la répartition des 53 ménages selon le nombre de personnes qui compose chacun d'eux. Répartition quasiment identique d'ailleurs à celle du niveau national. De ce point de vue, la population entraunoise, ne présentant pas de caractère particulier, témoigne bien de l'évolution de la population française.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le bâtiment à trois niveaux de l'école communale actuelle et sa grande cour ont été aménagés durant l'entre-deux-guerres. Les effectifs actuels sont suffisants pour maintenir ouverte sa classe unique.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

L'évolution de la fête patronale au XXe siècle : mis à part les fêtes religieuses traditionnelles, la grande fête à la fois profane et religieuse de la communauté entraunoise était celle de la fête patronale de la Nativité. Pour la partie religieuse, la grand-messe était célébrée le dimanche en fin de matinée dans l'église paroissiale pleine à craquer. Il y avait aussi une procession dans les rues du village. À partir des années 1920, à la sortie de la messe et en présence des autorités civiles et religieuses, on prit l'habitude de se recueillir devant le monument aux morts. Pour la partie essentiellement profane, il y avait d'abord les aubades en tout début de matinée. Aubades permettant aux musiciens de jouer devant les maisons et aux membres du comité des fêtes d'y pénétrer pour y recevoir les dons en argent nécessaires pour payer l'orchestre et les autres dépenses. Après la messe, on se réunissait sur la terre battue de la place de la Mairie (place César-Payan) puis, à partir de l'entre-deux-guerres, de la cour de l'école agrémentée pour la circonstance de sapins et de guirlandes de buis. On y écoutait les discours avant de boire l'apéritif d'honneur. L'après-midi ou le soir, on y revenait en famille pour le bal animé par l'orchestre installé sur une estrade et accompagné le plus souvent d'une chanteuse ou d'un chanteur.

Cette fête patronale avait lieu alors courant septembre lorsque les vacances scolaires d'été duraient de la veille du 14 juillet au 1er octobre jour de la rentrée. Mais, l'avancée de la rentrée scolaire décidée par l'État entraîna alors une bien moindre fréquentation du « festin » car la plupart des estivants étaient alors partis et les recettes ne suffisaient plus à payer l'orchestre. C'est pourquoi, en 1960, le comité des fêtes décida d'en avancer la date au mois d'août et d'en négocier les modalités avec les autres communes de la vallée. Son président Georges Blanc et André Payan obtinrent l'accord des autres présidents pour que le « festin » d'Entraunes se tienne les samedi et dimanche après les festivités du 15 août à Guillaumes. Ainsi fut sauvée ladite fête patronale et son concours de boules.

C'est en 1967 que le comité présidé par André Payan décida, avec les bénéfices réalisés, de commander le parquet démontable réalisé par la menuiserie des frères Maurice et Claude Payan et sur lequel on put enfin danser normalement l'année suivante. Tous les comités qui suivirent s'attachèrent à améliorer les équipements matériels comme les animations proposées. Après le parquet, l'autre grande innovation fut l'achat et l'installation, par l'équipe d'Albert Bazzaro, du chapiteau protégeant toute la cour de l'école tant des intempéries que du froid ou des ardeurs du soleil durant la fête patronale fréquentée par tous les jeunes et joueurs de boules de la vallée.

Santé[modifier | modifier le code]

Le médecin, dont le cabinet est installé au chef-lieu de canton à Guillaumes, se déplace jusqu'à Entraunes. La pharmacie la plus proche est elle aussi implantée à Guillaumes à 18 km d'Entraunes.

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

Mis à part le ski alpin, d'autres sports d'hiver sont pratiqués dans la commune d'Entraunes, notamment à Estenc (ski de fond) et dans le cirque de Sanguinière ou ailleurs (raquettes et ski de randonnée).

Hors période hivernale, la marche à pied se pratique sur tous les sentiers balisés dans la zone centrale du parc comme dans la zone périphérique (GR 52A). Mais aussi l'escalade de barres rocheuses, le deltaplane à la Bouisse et, dans la clue classée du Chaudan, le canyoning très réglementé.

Dans la zone périphérique du parc national uniquement et durant les périodes autorisées, la pêche à la truite et la chasse réglementée notamment des ongulés (sangliers, chamois, cerfs...).

À l'automne, la cueillette des champignons dans la zone périphérique du parc national.

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 26 167 €, ce qui plaçait Entraunes au 21 047e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[60].

Emploi[modifier | modifier le code]

Le nombre d'adultes hommes et femmes s'élevant alors à 60 et celui des actifs à 45, le taux d'activité était donc de 75 %. Ces 45 actifs se répartissaient en 20 ouvriers, 15 employés et 10 artisans, commerçants et professions libérales. Quarante d'entre eux avaient un emploi et 5 étaient à la recherche d'un emploi soit un taux de chômage de 11,1 % supérieur à la moyenne nationale.

Répartition des emplois par domaine d'activité

Agriculteurs Artisans, commerçants, chefs d'entreprise Cadres, professions intellectuelles Professions intermédiaires Employés Ouvriers
Entraunes 0 % 22,2 % 0 % 0 % 33,3 % 44,4 %
Moyenne Nationale 2,4 % 6,4 % 12,1 % 22,1 % 29,9 % 27,1 %
Sources des données : INSEE[61]

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

En 2004, il n'y a eu qu'une seule entreprise créée ce qui a placé cette année-là la commune au 22 755e rang au niveau national (sur 36 000 communes) pour les créations d'entreprises. La commune a atteint un nombre d'établissements total de 10 qui se répartissent de la façon suivante : deux entreprises dans le domaine de l'énergie, trois dans la construction, une dans le commerce, une dans les services aux entreprises et enfin trois pour les services aux particuliers[62].

En octobre 2010, la ferme l'Oustamura qui était à l'abandon est reprise par Corinne Van Themsche, apicultrice, qui y élève également des chèvres cachemire et propose un hébergement dans 3 yourtes situées en montagne.

Commerces[modifier | modifier le code]

Au village, une épicerie et l'hôtel-restaurant "Auberge de Roche-Grande" sur la place de la mairie ainsi que des gîtes ruraux communaux et privés dont les yourtes de l'Oustamura, ferme d'altitude.

À Estenc, l'auberge-hôtel "Le Relais de la Cayolle" et plusieurs gîtes et refuges dont le "Refuge de la Cantonnière", le gîte d'étape des Louiqs (Daniel Ferran)...

À l'ubac du col de la Cayolle et en saison estivale seulement, le refuge-auberge (ex-"La Bretonne") du parc national.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments religieux

  • la chapelle Saint-Sébastien a été classée aux monuments historiques par arrêté du 17 décembre 1947[63] pour son retable à fresques de 1515-1516 du peintre Andréa de Cella originaire de Finale (près de Savone) et habitant de Roquebrune. Reconstruit aux alentours de 1500, après la peste de 1467 à l'initiative du comte Clément de Amicis, ce tout petit édifice religieux est situé au débouché du pont sur le Var à la sortie nord-ouest du village d'Entraunes.
  • L'église paroissiale Notre-Dame-de-la-Nativité. Son transept est constitué par la petite église remaniée au XIIIe siècle, dédiée à saint-Pons, de style roman et d'orientation est-ouest. Église du XIIIe siècle trop petite qui est complètement transformée et agrandie à partir de 1650 notamment avec une nouvelle abside au nord et une nouvelle nef d'orientation nord-sud sur laquelle vont s'ouvrir vers le sud de 1683 à 1727 deux nouvelles chapelles latérales. Chapelles incorporées sous le même toit que celui de l'église lors des travaux de réfection de la toiture terminés en 1805. L'église paroissiale occupe la partie nord surélevée de l'éperon rocheux formé par la confluence du fleuve Var et du torrentueux Bourdoux. Elle possède un curieux et original clocher asymétrique en demi-cercle ainsi que de grands tableaux du XVIIe siècle portant différentes signatures mais attribués à l'école « André de Castellane » et classés.
  • La chapelle Notre-Dame du Saint-Rosaire, sur la Grande-Rue du village, a été construite au début du XVIIe siècle. Elle fut la chapelle des Pénitents Blancs. Elle a été restaurée après l'incendie de 1875. Restaurée en sanctuaire d'art religieux, elle réunit des tableaux et objets classés du XVIIe siècle provenant d'autres chapelles de la commune.
  • Du couvent ayant appartenu au monastère Saint-Eusèbe d'Apt ne subsiste, aujourd'hui, que des voûtes dans les maisons Botta et Boyer.
  • De la Commanderie des chevaliers de l'Ordre du Saint-Sépulcre au lieu-dit des Gourrées au nord du village, il ne reste plus que des ruines. Mais dans les années 1950, on y voyait encore, « au-dessus des écuries et des caves voûtées, trois étages comportant chacun six grandes pièces avec des fenêtres à ogive, des portes et des clefs de voûte ornementées de petites rosaces »[64]. Avec, à l'entrée, un linteau de pierre portant la croix de l'ordre et l'inscription « 1564, Santi Sepulcri Auxilium ». Ordre hospitalier et militaire organisé par Godefroy de Bouillon en 1099 et rétabli en 1496 par le pape Alexandre VI.


Monuments civils

  • La fontaine et le lavoir de la fin du XIXe siècle au village, après l'incendie de 1875.
  • Le monument aux morts au bloc de pierre taillé en obélisque sur l'ancienne place du Tribunal.
  • La maison Brun sur la Grand'Rue qui porte des armoiries sur pierre sculptée (représentées ci-dessus) et ayant appartenu à une des familles de gentilshommes du village
  • Les deux portes palières marquées 1720 (date gravée sur le linteau en pierre) et 1832 dans la Grande-Rue
  • L'ancienne mairie sur la place César-Payan
  • La nouvelle mairie sur la grande place du village

Espaces verts

  • À l'est du village d'Entraunes, la route carrossable du Serre recoupe le GR 52A qui conduit ensuite, à travers la forêt communale du Bois de la Moulière, au col des Trente-Souches (2 018 m) et, de là, soit au sud à la cime de l'Aspre (2 471 m), soit au nord à la cime de Pal (2 817 m), soit vers l'est au pittoresque hameau des Tourres sur la commune de Châteauneuf-d'Entraunes.
  • La clue du Chaudan (classée) au Sud-Ouest du village par le GR 52A qui conduit au col des Champs et à Colmars (04).
  • La cascade d'Aiglière, une des plus grandes d'Europe avec près de 100 m de dénivelé par le sentier rive droite du Var entre le village d'Entraunes et le pont du "Saut du Var" au hameau de Saint-Sauveur. Cascade provoquée par la barre de calcaire tithonique (Jurassique J7-8) dont la forme souligne la structure synclinale du vallonnement perché N.O-S.E qui s'étage de 1600 à 2745 m d'altitude jusqu'à la plus haute des Tours-du-Lac (Grande-Tour) dominant le Lac-d'Allos. Cascade et vallonnement visibles de la route D2202 à hauteur du lieu-dit l'Escaïoun sur la carte IGN 3540 est au 1/25000.
  • La source officielle du fleuve Var à Estenc avec son affluent de rive gauche, le torrent de Sanguinière aux sources multiples.
  • Le plan d'eau d'Estenc remplaçant en quelque sorte le lac glaciaire qui existait en amont du verrou d'Estenc avant que les eaux des sources du Var n'y creusent leur défilé visible à partir du pont conduisant vers l'est aux deux pittoresques routes des chalets.
  • Le « jardin alpin[65] » autour de la cuvette d'un ancien lac glaciaire sur la moraine latérale au nord-est d'Estenc.
  • Les cabanes de Sanguinière, à 2 049 m, dans la cuvette formée par un ancien lac glaciaire et traversée par les affluents de la Sanguinière. Cuvette située dans un cirque glaciaire aux éboulis boisés en mélèzes qui forment le mélèzin de la forêt domaniale de Sanguinière.
  • Le col de la Cayolle, à 2 326 m d'altitude, est un des plus hauts cols de la route des Grandes Alpes classée RN 202 en 1920 entre Nice et Thonon-les-Bains sur le lac Léman. Route construite entre 1907 et 1914 entre le village d'Entraunes et le col et aujourd'hui classée D2202.
  • Le circuit piétonnier des 5 lacs, avec un dénivelé de 439 m, offre une magnifique découverte de la haute montagne à partir du col de la Cayolle où on laissera sa voiture au parking paysager. De préférence, descendre vers le sud par le lac intermittent du col et gagner le lac du Lausson puis le Pas-de-Lausson avec vue sur le lac d'Allos et le Mont Pelat (3 052 m) et continuer par les lacs des Garrets et de la Petite-Cayolle pour monter au col de la Petite-Cayolle (2 642 m) et redescendre vers le nord en passant par le petit lac « de l'ubac » pour regagner le col de la Cayolle. Le circuit peut se faire en sens inverse et se limiter alors - en très peu de temps - à la découverte des paysages glaciaires du petit lac « de l'ubac » entouré de sa prestigieuse « corolle » de fleurs blanches : les linaigrettes de Scheuchzer ou joncs à coton de Scheuchzer (« Eriophorum scheucheri » du grec erion - laine - et pherô - je porte), une « espèce circum-arctique et alpine à fleurs formées chacune d'un pistil à 3 ovaires soudés par de nombreuses soies blanches groupées en un pompon unique[66] ». Itinéraire inverse pouvant se prolonger, par une courte mais raide ascension, jusqu'au col de la Petite-Cayolle à 2 639 m avec vue sur le lac éponyme sur son versant sud.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Le parler entraunois[modifier | modifier le code]

Entraunes dans l'aire du parler gavot (en vert pâle) faisant partie du vivaro-alpin (vivaro-aupenc) relevant du provençal

Le parler d'Entraunes a été étudié en 1938 par le linguiste danois Andreas Blinkenberg. En 1938, les Entraunois et les Entraunoises parlaient encore entre eux « l'entrounenc » (l'entraunois), un dialecte occitan du type provençal alpin appelé aussi « vivaro-alpin » et plus précisément « gavot ». Parmi les principaux traits linguistiques, on peut citer : la chute de -T- et -D- intervocaliques du latin "las fremas soun passaus" (les femmes sont passées), la désinence -ou de première personne du pluriel "chantou" (je chante), l'usage des articles définis pluriels "lous, las" (les aux 2 genres en français) comme dans le Cians, la Tinée, l'Ubaye, une partie de la Vésubie et des Paillons, la conservation des -s de pluriels "lous passes" (les pas), une conservation des finales -rn en -rt "lou jourt" (le jour) et une relative conservation de -L, -LL finaux du latin "lou chastel" ou "lou chasté" (le château). Compte tenu de sa situation géographique reculée favorisant la moindre altération du parler ancestral de ses habitants, la commune d'Entraunes fut choisie par le linguiste danois Andréas Blinkenberg. En 1938, celui-ci mena à bien ses recherches grâce au concours et à l'amabilité de quinze de ses habitants : M. et Mme César Ginésy et leur fils Arthur Ginésy, Mme Zénobie Emeric, M. Charles Gauthier ancien maire, M. et Mme Jean-Baptiste Baudoin avec leur fille Thérèsa et son époux M. Clément Gilloux maréchal-ferrant, M. Étienne Liautaud maire, M. et Mme Clément Lions ancien maire, M. Vidal Gilloux, Mme Veuve Varron et M. Joseph Gilloux meunier et secrétaire de mairie. L'université d'Aarhus de Copenhague a imprimé en français ses travaux sous le titre Le Patois d'Entraunes en deux plaquettes. La première sous titrée « Matériaux phonétiques, morphologiques et syntactiques » et la seconde sous-titrée « Matériaux lexicologiques » dans laquelle il a retranscrit par catégories la quasi-totalité des mots et expressions du dialecte entraunois avec leur(s) prononciation(s) phonétique(s). En 1938, les adultes entraunois - parfaitement bilingues - parlaient tous entre eux ce dialecte transmis oralement de génération en génération mais s'adressaient alors en français tant aux « étrangers » qu'à leurs enfants en bas âge qui avaient ensuite le temps de maîtriser, en seconde langue, le dialecte de leurs parents. Dialecte ayant évolué dans le temps en incorporant notamment un grand nombre de termes généraux et abstraits du parler provençal proprement dit, les Entraunois étant depuis fort longtemps en relation privilégiée avec la Provence par le col des Champs et la vallée du Verdon. Entraunes a d'ailleurs fait partie du royaume de Provence de 879 à 947 puis du royaume de Bourgogne-Provence de 947 à 1032, de la Provence féodale terre du Saint-Empire romain germanique de 1032 à 1125 et enfin du Comté de Provence de 1125 à la dédition de 1388 qui fait passer Entraunes sous l'autorité de la Maison de Savoie jusqu'à son rattachement définitif à la France en 1860 après celui, provisoire, de 1792 à 1814.


Du parler entraunois au français par l'écrivain et historien René Liautaud. Début d'une légende entraunoise dans Lou Lanternin (pages 9 et 12 du no 10 de juillet 1981), revue dirigée par Jean Toche et publiée de 1978 à 1983 par l'Académie du Val d'Entraunes (fondateur Albert Tardieu).

L'entrounenc La traduction française
« Lou saut dou diau. Era lou vint d'oust, de 1514, qu'arrivèri, esquintat, davant lou presbitèri. Venènt d'Arles, aviéu marchat, quasi sènsa discountinuà, pressàt de vèire moun ouncle Toumas, lou prèire d' Entraunos. Aquéu brav'ome avio tout fach pèr me faire estudià de curà. Coumo, dins un cou de testo, veniéu de tout abandounà, crégniou de gros reprochis. Me sucitavou tant qu'avançavou sènsa rèn vèire ni remarquà [...] » « Le saut du diable. C'est le vingt août, de 1514, que j'arrivai, épuisé, devant le presbytère. Venant d'Arles, j'avais marché, presque sans discontinuer, pressé de voir mon oncle Thomas, le prêtre d'Entraunes. Ce brave homme avait tout fait pour me faire préparer la prêtrise. Comme, dans un coup de tête, je venais de tout abandonner, je craignais de gros reproches. J'étais si soucieux que j'avançais sans rien voir ni remarquer [...] »

Us et coutumes d'antan[modifier | modifier le code]

À Entraunes, si la fille arrivait à faire faire treize plis avec son pouce à un crouis, sa mère lui disait : « Ma fille, tu es bonne à marier. » Un crouis ? Une pâte fraîche en forme d'oreille plissée dont voici la recette entraunoise. Malaxer à la fourchette 2 œufs, 3 cuillerées d'huile (de noix ou autre) et du sel avec 1 kg de farine (pour dix personnes) tout en y versant petit à petit 2 verres d'eau tiède. La pâte souple ainsi obtenue doit alors reposer. Elle est ensuite coupée en morceaux eux-mêmes étirés en tortillons (1) - de l'épaisseur du pouce - coupés en cylindres de la taille d'une noix puis aplatis (2). Avec le pouce droit (3) plisser la pâte (4) jusqu'à obtenir un crouis bien plissé (5). Faire cuire les crouis 15 à 20 minutes dans une eau bouillante salée et additionnée d'une cuillerée d'huile (de noix ou autre). Les retirer avec une passoire (en bois ou autre) et les servir avec une sauce de noix accompagnée ou non de fromage râpé. Sauce de noix obtenue en pilant dans un mortier 500 g de cerneaux de noix (pelés) avec une gousse d'ail pour obtenir une fine pâte homogène qu'on malaxe avec de la mie de pain (trempée dans du lait), du sel, du poivre et un peu d'eau de cuisson (tiède) des crouis pour la fluidifier.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • César Payan, (né le 10 mai 1844 à Entraunes, mort à Entraunes le 8 novembre 1894), fut instituteur public dans sa commune d'Entraunes et donc « hussard noir » de la République à partir du vote des lois scolaires Jules Ferry de 1879 à 1882. Fils de Césaire Payan (négociant) et de Charlotte Ollivier (de Saint-Martin-d'Entraunes), âgé de seize ans en 1860, il applaudit lorsqu'Entraunes et les 88 autres communes du comté de Nice votent leur rattachement à la France du Second Empire. Devenu ainsi Français sujet de l'empereur Napoléon III, il va accomplir ses trois années de service militaire puis, remobilisé comme sergent-major au 44e régiment de marche d'infanterie, sera grièvement blessé le 28 novembre 1870 à la bataille de Beaune-la-Rolande contre l'armée prussienne. Pensionné de guerre[67] pour avoir notamment perdu l'usage de sa main droite, il se marie à Eulalie Lions (1844-1918) avec qui il aura sept enfants. Il appartient d'abord à l'administration des Eaux et forêts qui le nomme à Clans (Alpes-Maritimes) puis, titulaire du brevet élémentaire, il revient à Entraunes comme instituteur pour se consacrer avec abnégation à l'instruction publique des Entraunois jusqu'à sa mort prématurée à l'âge de cinquante ans.
  • César Ernest Payan (né le 10 mars 1879 à Entraunes, mort pour la France le 20 août 1918 à Villers-lès-Roye dans la Somme), artisan menuisier-ébéniste, fut maire d'Entraunes de 1907 à 1918. Village qu'il s'efforça de moderniser par la mise en place de ses réseaux d'eau potable et de traitement des eaux usées toujours en fonctionnement et par le suivi rigoureux de la construction par l'État de 1907 à 1914 du tronçon de route desservant les hameaux de Saint-Sauveur et d'Estenc entre le village et le col de la Cayolle sur 15 kilomètres. Fils de César Payan (1844-1894) et d'Eulalie Lions (1844-1918), il épouse la jeune institutrice originaire de Bendéjun Honorine Bermond[68](1888-1960) qui lui donnera deux garçons : Marcel puis André. Président du Cercle de l'avenir, il est élevé à la distinction de chevalier du Mérite agricole par décret en date du 31 août 1910. Mobilisé dans les chasseurs alpins, le maire sera tué au Champ d'honneur le 20 août 1918 à Villers-les-Roye lors de la grande offensive alliée de la Somme. Décoré de la croix de guerre et médaillé militaire à titre posthume, il est inhumé dans la tombe individuelle n° 708 du cimetière militaire de Beuvraignes (Somme)[69].
  • André Payan (né le 6 juillet 1913 à Entraunes, mort le 7 avril 1984 à Nice), sorti sous-lieutenant de l'école des officiers de réserve de Saint-Maixent, a résisté avec ses hommes à l'attaque allemande de mai 1940 dans les Ardennes puis a participé à la bataille de Dunkerque où il a été fait prisonnier. En mai 1945, libéré par l'Armée rouge, il a ainsi participé à la protection et à la « délivrance » des célèbres collections du Musée de Dresde et notamment celles de la « Voûte verte » alors qu'il était prisonnier de guerre à l'Oflag IV-B dans la forteresse de Königstein en Saxe (Allemagne). Ancien de l'École normale de Nice puis de l'Ecole normale supérieure de l'enseignement technique (ENSET à Paris), il assura de 1945 à 1970 à l'école hôtelière de Nice la formation initiale et continue des personnels du tourisme et, en 1969, la création d'une ONG l'Association mondiale pour la formation touristique (AMFORT devenue AMFORHT) avant de devenir expert chef de projet du BIT pour l'aide au développement touristique dans plusieurs pays du Moyen-Orient et d'Afrique dans le cadre du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD - ONU).
Article détaillé : André Payan (tourisme).
  • René Liautaud (né le 11 mars 1913 à Entraunes, mort en 1990), est le fils de Jean-Baptiste Liautaud et de Marie Blanc appartenant tous les deux à de vieilles familles entraunoises. Reçu au concours d'entrée à l'Ecole normale de Nice (promotion 1930-33), il est donc d'abord enseignant avant de réussir au concours de recrutement des attachés d'intendance de l'Education nationale. Et, à ce titre, il sera donc gestionnaire d'un établissement scolaire à Aubagne (BdR 13) avant d'être nommé à l'Ecole normale de Nice puis au lycée professionnel Georges-Lamarque devenu lycée des Eucalyptus en 1964. Admiratif de l’œuvre de Jean Giono et passionné d'histoire régionale, il est connu en tant qu'inlassable chercheur fréquentant les archives paroissiales, municipales et départementales et surtout comme historien et écrivain ayant publié plusieurs ouvrages et de nombreux articles. Notamment deux romans : « Béatrice de Tende » en 1953 puis « Et la conque se tut » en 1963 dont l'action se déroule à Entraunes. Ensuite deux ouvrages historiques : « Histoire du pays niçois » (1971 - Editions du Rocher) et « Entraunes - La France rustique » (1982 - Editions Serre) dans lequel il a notamment analysé la conquête au Moyen Age par les habitants du val des Entraunes de leurs libertés communales progressivement réduites par les monarques du duché de Savoie devenu royaume de Piémont-Sardaigne. Et d'autres publications : un tiré à part « Une communauté de l'arrière-pays niçois : Entraunes » (pages 109 à 180 du n° 4 d'octobre-décembre 1977 de la revue NICE-HISTORIQUE), un « Essai de lexique français-entraunois avec correspondance en niçois » (222 pages - CRDP de Nice en 1985), un « Memento d'Histoire et de Géographie des Alpes-Maritimes » (79 pages), etc. A été le collaborateur régulier de la revue « Lou Lanternin » publiée par l'Académie du Val d'Entraunes (06470) de 1978 à 1983 et dans laquelle il a fait paraître de nombreux articles tant en français qu'en entraunois qu'il maîtrisait parfaitement : "L'église d'Entraunes", "Jesu Mario", "La fresque de Saint-Sébastien", "Las Fados", "Lou Saut dou Diau", "La peiro de Crous", "Lou cadavre dou Garret".
Article détaillé : René Liautaud.
  • Marcel Payan (né le 23 novembre 1909 à Entraunes, mort le 20 mars 2006 à Nice) est le fils de César Ernest Payan (1879-1918) et d'Honorine Bermond (1888-1960). Il fut maire d'Entraunes durant deux mandats de 1965 à 1977 et ses municipalités ont réalisé notamment la route de 7 km des Serres et le lac d'Estenc tout en négociant au mieux les conditions d'entrée de la commune dans le parc national du Mercantour alors en cours de création. Ancien de l'École normale de Nice ayant enseigné notamment en Nouvelle-Calédonie puis en Algérie. Ancien de l'école des officiers de réserve du service de santé des armées à Paris, il fut, en 1944 résistant FFI membre du Comité de libération de Roquebrune-Cap-Martin et, en 1945, le capitaine gestionnaire de l'hôpital militaire de Cannes installé dans l'hôtel Majestic réquisitionné. Fondateur à Nice en 1946 - dans les conditions exceptionnelles de la Libération - puis directeur de 1946 à 1967 de l'établissement public[70] d'abord « Centre d'apprentissage » Georges Lamarque (LEP lycée d'enseignement professionnel) qu'il eut la responsabilité de transformer de 1960 à 1964 en lycée polyvalent avec classes préparatoires scientifiques « Les Eucalyptus » dont le site présente sa biographie [3]. Chevalier du Mérite sportif, officier des Palmes académiques, commandant de réserve et médaillé d'honneur du Service de santé des armées.
  • Bernard Baudin (né le 24 décembre 1943 à Nice) a été maire d'Entraunes de 1995 à 2001. Son père - Wilfrid Baudin (commandant d'active) - était originaire de Péone alors que sa mère née Adrienne Gollé était, elle, originaire d'Entraunes. Ancien de l'École normale de Nice, il exerça les fonctions de directeur d'école spécialisée en milieu hospitalier. Président de la Société des chasseurs d'Entraunes à l'âge de 26 ans, il préside depuis 1988 la Fédération départementale des chasseurs des Alpes-Maritimes. De 1992 à 2004, il présida l'Association nationale des chasseurs de montagne. Conseiller régional (UMP) de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA) de 2004 à 2010. Président de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) de 2004 à 2009. Élu en 2008 et réélu en 2014 conseiller municipal (UMP) et adjoint au maire de Nice délégué aux parcs et jardins puis conseiller communautaire Nice-Côte d'Azur (Nice7). Élu en juillet 2010 au conseil d'administration de la Fédération nationale des chasseurs (FNC), il en devient le président le 21 septembre 2010 et, à ce titre, sera reçu le 28 mai 2013 à l'Élysée[71] par le président de la République François Hollande . Et, à ce titre, il est nommé en novembre 2010[72] au Conseil économique, social et environnemental (CESE à Paris) dont il fait partie de la « Section environnement et espace » et du « Groupe des personnalités qualifiées ». Élu le 27 mars 2011 conseiller général UMP dans le 7e canton de Nice, il fait partie du groupe majoritaire « Alpes Maritimes Ensemble » au Conseil général des Alpes-Maritimes. Chevalier de l'Ordre national de la Légion d'honneur et chevalier de l'Ordre national du Mérite.
M. Charles Ginésy, M. le Préfet Philippe Marland et M. Bernard Baudin en 1995 à Estenc

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason d'Entraunes

De gueules au sautoir ondé d'argent chargé en cœur d'une étoile de huit raies du champ

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Raoul Blanchard, Les Alpes occidentales, t. 5 : Les Grandes Alpes françaises du Sud, Editions Arthaud, Paris, 1949
  • Andréas Blinkenberg, Le patois d'Entraunes, t. 1 : Matériaux phonétiques, morphologiques et syntactiques, 1939, 132 p., t. 2 : Matériaux lexicologiques, 1940, 128 p., Universitetsforlaget, 1 Aarhus Ejnar Munksgaard, Copenhague, Danemark
  • Maurice Bordes (dir.) et Jean Ducat, Bernard Combet-Farnoux, Jean Gauthier-Dalché, José Gentil Da Silva, Henri Costamagna, Michel Derlange, Paul Gonnet, André Nouschi, Histoire de Nice et du pays niçois, Toulouse, Privat, coll. « Univers de la France et des pays francophones », , 488 p. (notice BnF no FRBNF34657881)
  • Fernand Braudel, L'identité de la France - Les hommes et les choses, tome III « Une économie paysanne jusqu'au XXe siècle », Arthaud-Flammarion, Paris, 1986, 477 p., (ISBN 2-7003-0595-7)
  • Yves Bravard, Le dépeuplement des hautes vallées des Alpes-Maritimes : ses caractères, ses conséquences démographiques, économiques et sociales, Imprimerie Allier, Grenoble, 1961, 285 p.
  • Victor de Cessole, « Autour de la source du Var, impressions d'un touriste », pages 52 et suivantes dans Nice Historique, no 4 (février 1898)
  • Jean-Louis Cossa, Promenade dans un jardin alpin au départ d'Estenc, coll. Cairns-cahiers de la découverte, Parc national du Mercantour, Nice, 1987
  • Monique de Kuyper, Etude morphologique des hauts vallons glaciaires du Var supérieur en amont du pont Saint-Roch, DES de géographie 1967 (directeurs MM. Jean Miège et Pierre Gabert de l'Université de Nice) publié dans les numéros 11 (juillet-août 1982) et 13 (été 1983) de la Revue de l'Académie du Val d'Entraunes "Lou Lanternin", (ISSN 0220-2956).
  • François Emmanuel Fodéré, Statistique des Alpes-Maritimes : histoire topographique, physique, naturelle, agraire, médicale, politique et morale, 1803
  • Paul Gonnet, La réunion de Nice à la France, Les Editions du Cabri, Breil-sur-Roya, 2003, 343 p., (ISBN 2-914603-10-X)
  • Michel et Marie-Louise Gourdon, Mémoire d'en haut : architecture et objets de la vie quotidienne dans les vallées du Mercantour, préfaces de Charles Ginésy (sénateur, maire de Péone-Valberg, président du conseil d'administration du Parc national du Mercantour) et de Luc Thévenon (conservateur en chef du patrimoine, membre du comité scientifique du Parc national du Mercantour), coédité par les Editions du Cabri et le parc national du Mercantour, Breil-sur-Roya, 2000, 223 p., (ISBN 2-908816-83-0)
  • Maurice Griffe, Le Comté de Nice (n° 24), Éditions Tableaux synoptiques de l'histoire, Le Cannet, 1996, 24 p., (ISBN 2-907854-31-3)
  • Maurice Griffe, La Provence (n° 13), Éditions Tableaux synoptiques de l'histoire, Le Cannet, 2007, 24 p., (ISBN 2-907854-41-0)
  • Lou Lanternin, Jean Toche (rédacteur en chef), revue publiée du no 1 (juillet 1978) au no 13 (juillet-août 1983) par l'Académie du Val-d'Entraunes (fondateur Albert Tardieu), Entraunes, (ISSN 0220-2956)
  • René Liautaud, Et la conque se tut, roman historique sur la fin du XVIIIe siècle dans le Val-d'Entraunes, Éditions l'Amitié par le livre, 1963, 253 p.
  • René Liautaud, Histoire du pays niçois, Éditions du Rocher, Monaco, 1971, 318 p., (ISBN 2-268-00004-4)
  • René Liautaud, « Une communauté de l'arrière-pays niçois : Entraunes », nos 3 et 4 (1977) de Nice Historique
  • René Liautaud, « Fondations et œuvres pies de la communauté d'Entraunes », p. 109 à 147 dans Nice Historique, no 3 (juillet-septembre 1979)
  • René Liautaud, « Un cadastre de 1702, celui d'Entraunes », pages 45 à 58 dans Mémoires Institut Préhistoire et Archéologie des A. Mmes, t. XXI (année 1977-78), Nice, 1979
  • René Liautaud, Entraunes : la France rustique, Editions Serre, Nice, 1982, 287 p., (ISBN 2-86410-016-9)
  • René Liautaud, « Le Val d'Entraunes durant la Révolution et l'Empire », pages 82 à 94, dans Nice Historique, no 3 (juillet-septembre 1984)
  • René Liautaud, Essai de lexique français-entraunois avec correspondance en niçois, CRDP, Nice, 1985
  • Marie-Odile Mergnac (sous la direction de) avec Baptiste Levoir, Marie-Anne Pirez, Isabelle Roy, Anne-Marie Tirand-Cuny et la collaboration de France Guenet, Pascale Moreau et Juliette Moreau, Les Payen ou Payan, Collection « Les dictionnaires patronymiques », Editions « Archives et culture », Paris, 1994, 164 p., (ISBN 2-909530-37-X)
  • Jean-Louis Panicacci, Les Alpes-Maritimes de 1939 à 1945 : un département dans la tourmente, coll. Actual, Editions Serre, Nice, 1989, 399 p., (ISBN 2-86410-134-3)
  • André Payan, « Étude de la structure foncière de la commune d'Entraunes de 1860 à 1966 », dans Recherches Régionales, Archives départementales des A-Mmes, Nice, 1967
  • André Payan, « L'évolution démographique et sociale du Haut-Var de 1896 à 1962 », p. 39-43 dans Recherches Régionales, archives départementales des Alpes-Mmes, Nice, no 3 (1970)
  • André Payan, « Les éléments de l'analyse pour une prospective de l'aménagement de l'espace montagnard : la commune d'Entraunes dans les Alpes niçoises », dans L'Espace : analyse, organisation et gestion de l'espace, Centre d'analyse de l'espace (dir. J.E. Hermitte), UER Civilisations, université de Nice, p. 77-96 (avec cartes), nouvelle série no 2 (octobre 1977)
  • André Payan-Passeron, Quelle Ecole et quels enseignants ? - Métamorphoses françaises sur trois générations, Éditions L'Harmattan, Paris, 2006, 266 p., (ISBN 2-296-00604-3), voir sur internet sa fiche auteur [4] ainsi qu'un aperçu de son ouvrage [5]
  • André Payan-Passeron, Quelques vérités sur la guerre de 1914-18 - Deux frères, Joseph et Césaire, « Morts pour la France », Éditions L'Harmattan, Paris, 2017, 298 p., (ISBN 978-2-343-12515-2), voir sur internet sa fiche auteur [6] ainsi qu'un aperçu de son ouvrage [7]
  • Nelly Payan, Monographie d'Entraunes, édition personnelle reliée, 12 avril 1956, 78 pages format 23,7 × 34
  • Michel Perréard, Le Var et ses affluents : construire dans le Haut-Pays sans compromettre l'architecture traditionnelle, plaquette éditée par la direction départementale de l'Agriculture (DDA 06), 1980
  • Jean-Paul Poinsot, Guide annuaire des communes de France : édition Alpes-Maritimes, Éditions Toscane, 1994, 570 p.
  • Élisabeth Ravel, Souvenirs du Haut-Var : des gorges de Daluis au gorges du Cians, Guillaumes, Sauze, Daluis, Val-d'Entraunes, Beuil, Péone, Valberg, Les éditions du Cabri, 1988, 88 p., (ISBN 2-903310-70-X)
  • Paul Raybaut, Les sources régionales du pays de Nice, Fayard, 1979, 407 p., (ISBN 2-213-00786-1)
  • Alain Ruggiero (sous la direction de) avec Annie Arnaud, Jacques Basso, Michel Bottin, Michel Derlange, Paul-Louis Malausséna, Jean-Louis Panicacci, Laurent Ripart, Ralph Schor, Alain Venturini et Olivier Vernier, Nouvelle histoire de Nice, avec une bibliographie exhaustive p. 346 à 372, un index des noms de personnes et un index des noms de lieux, Editions Privat, Toulouse, février 2006, 383 p., (ISBN 2-7089-8335-0)
  • Gaston Roupnel, Histoire de la campagne française, Bernard Grasset 1932, puis Collection « Terre Humaine », Plon, Paris, 1974, 374 p., (ISBN 2-259-00218-8)
  • Rémi-Numa Stevelberg, La gendarmerie dans les Alpes-Maritimes de 1942 à 1945, « Prix littéraire de la gendarmerie 2004 », Serre Editeur, Nice, 2004, 175 p., (ISBN 2-86410-400-8)
  • Luc Thévenon, La montagne et la vie : hautes vallées du Var et du Cians, avec une abondante bibliographie concernant la haute vallée du Var puis chacune de ses communes (p. 105 à 110), Serre Editeur, Nice, 2007, 112 p., (ISBN 9782864104803)
  • Luc Thévenon, Frontières du comté de Nice: à la recherche des bornes perdues sur l'ancienne limite des royaumes de France et de Piémont-Sardaigne, Serre Editeur, Nice, 2005 (ISBN 9782864104292)

Cartographie[modifier | modifier le code]

  • Carte-guide n°5 « Haute vallée du Var - canton de Guillaumes », échelle 1/25 000, éditée par l'IGN.
  • Carte « Alpes de Provence - Tinée-Ubaye », échelle 1/50 000, éditée par l'IGN et les Éditions Didier et Richard, Grenoble, 1973.
  • Carte TOP 75 n°75010 « Mercantour », échelle 1/75 000 pour l'ensemble du parc du Mercantour et du secteur alpin des Alpes Maritimes et 1/25 000 pour les sections particulières 1) du col de Pouriac, 2) du * mont Pétoumier, 3) de la vallée des Merveilles, 4) du mont Pelat et 5) des Cluots, carte éditée par l'IGN, Paris, 2011.
  • Carte TOP 100 n°165 « Nice-Draguignan », échelle 1/100 000, éditée par l'IGN, Paris, 2008.
  • Carte no 341 « Alpes Maritimes », échelle 1/150 000, éditée par Cartes et guides Michelin, Paris.
  • Les 60 cartes légendées contenues dans le guide « Rando Haut Pays » édité par le Conseil général des Alpes-Maritimes, Nice, 2000, 84 p.
  • Carte géologique détaillée de la France : feuille XXXV-40 d'Allos, échelle 1/50 000, éditée par le Service de la carte géologique de France, Paris.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Page 27 du Diplôme d'études supérieures de géographie, « La population du Haut-Var de 1896 à 1962 » par André Payan sous la direction du Professeur Jean Miège, 203 pages format 21x29,7, octobre 1967, Faculté des lettres et sciences humaines de Nice
  2. Opus cité page 27
  3. Opus cité,page 27
  4. carte IGN au 1/25000 de la « Haute vallée du Var »
  5. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne]. Ce Répertoire géographique des communes publié par l'IGN indique pour chacune des 36 680 communes de France les altitudes min et max ; il ne s'agit pas d'un document spécifique d'Entraunes ce qui est regrettable.
  6. Monique de Kuyper, Le val de glace ou les formes calcaires du val d'Estenc, p. 2-5 dans la revue du Val-d'Entraunes Lou Lanternin, no 11, juillet-août 1978.
  7. Monique de Kuyper, Les crevasses de Roche Grande, p. 2-7 dans la revue du Val-d'Entraunes Lou Lanternin, no 13, été 1983.
  8. L'habitat du Val d'Entraunes, p. 17-24 dans la revue de l'Académie du Val-d'Entraunes Lou Lanternin, no 10, juillet 1981, d'après les études de Michel Perréard auteur de la plaquette Le Var et ses affluents : construire dans le Haut-Pays sans compromettre l'architecture traditionnelle publiée en 1980 par la direction départementale de l'agriculture (DDA 06).
  9. André Payan (dir. Jean Miège) in La structure foncière de la commune d'Entraunes de 1860 à 1966, université de Nice (mémoire secondaire de DES de géographie), Nice, octobre 1967, page 6
  10. René Liautaud, p. 260 in Entraunes, la France rustique, Édition Serre, Nice, 1982, 287 p., ( (ISBN 2-86410-016-9)
  11. Raoul Biocchini, Jean-Pierre Dalbéra et Sylvain Plagnard, p. 93-94 in Proposition architecturale d'équipement pour une commune en zone de montagne : Entraunes (mémoire de fin de stage d'architectes DPLG), PROMOCA le 5 novembre 1977.
  12. a, b, c et d Données INSEE compulsées par le JDN - Logement à Entraunes
  13. Carte ministérielle de 1976 reproduite p. 18 dans Le Moniteur du 4 septembre 1977
  14. André Payan (dir. Jean-Emile Hermitte), Éléments de l'analyse pour une prospective de l'aménagement de la commune d'Entraunes, Université de Nice (mémoire de DEA pluridisciplinaire), Nice, juin 1977
  15. Raoul Biocchini, Jean-Pierre Dalbéra et Sylvain Plagnard, Proposition architecturale d'équipement pour une commune en zone de montagne : Entraunes (mémoire d'architectes DPLG), Promoca le 5 novembre 1977, 149 p. format 29x41
  16. Remontées mécaniques de 700 et 800 m de dénivelée préconisées dans le secteur des Garrets et le ravin des Fournées par Laurent Chappis (architecte-urbaniste de la montagne concepteur de la station de Courchevel) dans son « rapport » à M. J. Florent chargé de mission 1978-79 pour la création du Parc national du Mercantour, p. 12-20 du n° 5 novembre-décembre 1979 de la revue Lou Lanternin
  17. René Liautaud, p. 15 dans Entraunes : la France rustique, éditions Serre, Nice, 1982, (ISBN 2-86410-016-9)
  18. André Payan (dir. Jean Miège), « Cadre historique » p. 21-24 dans La population du Haut-Var de 1896 à 1962, Université de Nice (mémoire principal du DES de géographie), octobre 1967, 203 p.
  19. Brigitte Beaujard, « Les cités de la Gaule méridionale du IIIe au VIIe siècle », Gallia, 63, 2006, CNRS éditions, p. 22
  20. Canestrier, « L'inféodation des communes du comté de Nice » in Nice historique, 1944
  21. Canestrier, Annales de la Société des lettres, sciences et arts, 1922
  22. René Liautaud, page 17 in Entraunes : la France rustique, Éditions Serre, Nice, 1982, 287 p., (ISBN 2-86410-016-9)
  23. Esther Druaux, " Un témoignage de la vie médiévale à la source du Var : le document des archives communales de Villeneuve-d'Entraunes ou une charte de 1388 établie à Péone (06)", pages 161 à 196 in "Péone au fil des siècles" édité, sous la direction de Claude Salicis, par l'Institut de préhistoire et d'archéologie Alpes Méditerranée (IPAAM), Mémoires tomes LII/LIII- 2010/2011, Éditions IPAAM, Nice, 2011, 554 pages, (ISBN 978-2-9518478-9-7), EAN 9782951847897, ISSN 1286-4374.
  24. René Liautaud, p. 17 dans Entraunes : la France rustique, Éditions Serre, Nice, 1982, (ISBN 2-86410-016-9)
  25. « Castéu » (en provençal ou niçois) équivalent du terme gavot local « ciastel » (avec l'écriture toscanisante "cia" de la prononciation "cha" typique du gavot) comme nom de lieu-dit au village
  26. Pages 94 et 95 in Paul Canestrier, « Curiosités historiques et artistiques du Haut-Var » pages 88 à 95 du n°2 d'avril-septembre 1954 de la revue Nice-Historique
  27. Plan de l'église page 4 in René Liautaud, « L'église d'Entraunes » dans le n° 1 de la revue de l'Académie du Val d'Entraunes Lou Lanternin
  28. Délibération du conseil du 31 décembre 1783 page 99 in René Liautaud, Entraunes: la France rustique
  29. Pages 51 à 53 in René Liautaud, Entraunes: la France rustique
  30. René Liautaud, opus cité pages 131 et 132
  31. Page 137 in René Liautaud, Entraunes : la France rustique
  32. Pages 141 à 143 in René Liautaud, Entraunes: la France rustique
  33. Victor de Cessole,« Autour de la source du Var, impression d'un touriste », dans Nice historique, n° 4, février 1898
  34. [1]
  35. Tableau créé par André Payan-Passeron auteur de l'ouvrage "Quelques vérités sur la guerre de 1914-18" publié en juillet 2017 par les éditions L'Harmattan ISBN 978 2 343 12515 2
  36. Tableau créé par André Payan-Passeron auteur de l'ouvrage "Quelques vérités sur la guerre de 1914-18" publié en juillet 2017 par les éditions L'Harmattan ISBN 978 2 343 12515 2
  37. Maurice Mistre, « La légende noire du 15e Corps », C'est-à-dire éditions, Forcalquier, 2009, 240 pages
  38. Jean-Yves Le Naour, « La légende noire des soldats du Midi », Vendémiaire Éditions, Paris, 2013,192 pages
  39. Pages 31 à 67 de l'ouvrage d'André Payan-Passeron : « Quelques vérités sur la guerre de 1914-18 » publié en juillet 2017 par les éditions L'Harmattan, Paris, 302 pages, ISBN 978 2 343 12515 2
  40. Pages 67 à 80 de l'ouvrage d'André Payan-Passeron
  41. Pages 80 à 91 de l'ouvrage d'André Payan-Passeron
  42. Page datée du 30 mars du JMO 26N693/6 du 141e RI de Marseille
  43. Pages 139 à 141 de l'ouvrage de Pierre Miquel, « Mourir à Verdun », Éditions Taillandier, Paris, 1995 réédité en 2011, 317 pages
  44. Page 69 de « La bataille de Verdun » par Philippe Pétain, éditions Payot, Paris, 156 pages
  45. Page datée du 30 mars du JMO 26N693/6 du 141e RI de Marseille
  46. Pages 92 à 121 et 284 à 290 de l'ouvrage d'André Payan-Passeron
  47. Pages 122 à 129 de l'ouvrage d'André Payan-Passeron
  48. Pages 162 à 280 de l'ouvrage d'André Payan-Passeron
  49. [2]
  50. Réponses de Jean Bedel adjoint au chargé de mission pour la création du parc national du Mercantour à la réunion d'information tenue à Entraunes le 9 août 1978 avant l'ouverture de l'enquête publique, p. 9-14 du n° 2 (novembre-décembre 1978) dans la revue Lou Lanternin (responsable Jean Toche)
  51. René Liautaud, « Maires et adjoints de 1860 à nos jours » p. 158 et « La guerre de 1939-45 dans le Val-d'Entraunes » p. 172-173 dans Entraunes : la France rustique, Editions Serre, Nice, 1982, 287 p., (ISBN 2-86410-016-9).
  52. Site de la préfecture des Alpes-Maritimes, consulté le 20 juin 2008
  53. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  54. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  55. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  56. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  57. Yves Lequin (sous la direction de), p. 278 in Rhône-Alpes 500 années-lumière, Mémoire industrielle, Plon, 1991, 500 p., (ISBN 2-259-02447-5)
  58. Recensement de l'INSEE en 1999 - Population totale par sexe et âge
  59. Données démographiques d'après l'INSEE
  60. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 novembre 2012).
  61. Données démographiques d'après l'INSEE compulsées par le Jdn
  62. Données économiques d'après l'INSEE compulsées par le Jdn
  63. Notice no PA00080717, base Mérimée, ministère français de la Culture
  64. Page 94 in Paul Canestrier, Les curiosités naturelles et artistiques du Haut-Var dans Nice historique n°2, avril-septembre 1954
  65. Jean-Louis Cossa, « Promenade dans un jardin alpin au départ d'Estenc », coll. Cairns-cahiers de la découverte, parc national du Mercantour, Nice, 1987
  66. Page 124 in Fleurs du Mercantour, Édition Dromadaire-Parc National du Mercantour, juillet 1992, 154 p., (ISBN 2-909518-02-7)
  67. « [...] mis à la retraite et pensionné en 1872 après cinq années de services pour cause de blessures et d'infirmités » page 36 du volume « Les Payen ou Payan » de la collection des « Dictionnaires patronymiques » publié en 1994 par les éditions« Archives et Culture » (ISBN 2-909530-37X)
  68. André Payan-Passeron, « Institutrice en 1908 », p. 28-29 dans le magazine Lou Sourgentin, no 143 (octobre 2000), (ISSN 1243-0773)
  69. fiche militaire de César Ernest Payan
  70. Création et histoire du lycée Les Eucalyptus
  71. - Entretien officiel - en tant que président de la fédération nationale des chasseurs - le 28 mai 2013 à l'Élysée avec le président de la République française François Hollande.
  72. - Membre du Conseil économique, social et environnemental