29e division d'infanterie (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 29e division.
29e division d’infanterie
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Division d'Infanterie
Rôle Infanterie
Guerres Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Batailles 1914 - bataille de Morhange
1914 - Bataille du Grand Couronné
1914 - 1re bataille de la Marne
(Bataille de Revigny)
1918 - Bataille de l'Avre

La 29e division d'infanterie est une division d'infanterie de l'armée de terre française qui a participé à la Première et à la Seconde Guerres mondiales.

Les chefs de la 29e division d’infanterie[modifier | modifier le code]

  • 18 octobre 1873 - 30 décembre 1873 : général Micheler (n'a pas pris possession)
  • 31 décembre 1877 - 9 avril 1879 : général Zentz d'Alnois
  • .
  • 10 juin 1879 - 27 février 1883 : général de Bellemare
  • 3 mars 1883 : général Thiéry
  • 6 mai 1890 - 22 septembre 1896 : général Verrier
  • .
  • 9 novembre 1896 - 22 janvier 1898 : général Metzinger
  • 26 janvier 1898 : général Caze
  • 16 mai 1901 - 20 mai 1908 : général Fabre
  • .
  • 17 juin 1908 - 17 mai 1909 : général Meunier
  • 22 mai 1909 : général Beaudenom de Lamaze
  • 20 novembre 1912 : général Carbillet
  • 28 janvier - 22 avril 1916 : général Guyot d'Asnières de Salins
  • 22 avril 1916 - 14 avril 1917 : général Rouquerol
  • 14 avril 1917 - 7 avril 1918 : général Bernard
  • 7 avril 1918 - : général Barthélémy
  • 28 juillet 1919 - 19 janvier 1920 : général Menvielle
  • .
  • 9 février 1921 : général Descoings
  • 2 novembre 1922 : général Breton
  • 25 novembre 1925 : général Payot
  • 16 décembre 1926 - 6 mars 1928 : général Mittelhausser
  • .
  • 19 mai 1928 - 8 juin 1930 : général Duchêne
  • .
  • 24 mai 1931 : général Chédeville
  • 12 décembre 1933 - 6 avril 1935 : général Moyrand
  • .
  • 10 mai 1935 : général Olry
  • 26 septembre 1937 - 1er juillet 1940 : général Gérodias
  • 1962 : général Simon

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Composition au cours de la guerre[modifier | modifier le code]

  • Infanterie :
3e régiment d’infanterie d’août 1914 à novembre 1918
111e régiment d’infanterie d’août 1914 à avril 1916
112e régiment d’infanterie d’août 1914 à juin 1915
141e régiment d’infanterie d’août 1914 à novembre 1918
165e régiment d’infanterie d’avril 1916 à novembre 1918
258e régiment d’infanterie de juin 1915 à mars 1916 (dissolution)
351e régiment d’infanterie d’avril 1916 à mai 1917 (dissolution)
6e bataillon de chasseurs à pied d’août à novembre 1914
23e bataillon de chasseurs à pied d’août à septembre 1914
24e bataillon de chasseurs à pied d’août à novembre 1914
27e bataillon de chasseurs alpins d’août à septembre 1914
  • Cavalerie :
1 escadron du 6e régiment de hussards d'août 1914 à janvier 1916
2 escadrons du 10e régiment de hussards de janvier 1916 à janvier 1917
2 escadrons (puis 1 à partir de juillet 1917) du 11e régiment de dragons de janvier 1917 à novembre 1918
  • Artillerie :
3 groupes de 75 du 55e régiment d'artillerie de campagne d'août 1914 à novembre 1918
103e batterie de 58 du 38e régiment d'artillerie de campagne de juillet 1916 à janvier 1918
101e batterie de 58 du 55e régiment d'artillerie de campagne de janvier à novembre 1918
12e groupe de 155c du 118erégiment d'artillerie lourde de janvier à juillet 1918
5e groupe de 155c du 136e régiment d'artillerie lourde de juillet à novembre 1918
  • Génie :
63e régiment d’infanterie territoriale d'août à novembre 1918

Historique[modifier | modifier le code]

Mobilisée dans la 15e Région

1914[modifier | modifier le code]

14 août : combat à Montcourt et vers Coincourt.
19 août : combat de Vergaville et de Bidestroff.
7 - 11 septembre : bataille de Revigny : combats vers Vassincourt. À partir du 11, poursuite vers le nord, par Vavincourt et Beauzée-sur-Aire, jusque dans la région nord-ouest de Verdun.

1915 - 1916[modifier | modifier le code]

28 octobre : attaque de Forges par des éléments de la D.I.
29 octobre : mouvement de rocade, et occupation d'un secteur entre Béthincourt et la Meuse, puis le 6 novembre, occupation d'un secteur vers Malancourt et le pont des Quatre Enfants.
20 décembre : attaque française vers Malancourt.
15 janvier 1915 : front étendu, à gauche, jusque vers Vauquois.
26 février : attaque allemande sur la tranchée de Malancourt.
8 mai : front étendu, à droite, jusqu'à Béthincourt.
22 novembre : front réduit, à gauche, jusqu'à Avocourt.
20 mars 1916 : combats aux bois de Malancourt et d'Avocourt.
  • 26 mars – 1er avril : retrait du front et repos vers Chevillon.
  • 1er – 17 avril : transport par V.F. dans la région de Dunkerque ; repos.
  • 17 avril – 8 octobre : mouvement vers le nord-est et occupation d'un secteur vers Nieuport.
  • 8 octobre – 23 décembre : retrait du front, regroupement vers Bergues. À partir du 14 octobre, transport par V.F. dans la région de Crèvecœur-le-Grand ; instruction au camp. À partir du 4 novembre, mouvement vers le sud-est de Beauvais ; repos et instruction.
8 novembre - 14 décembre : les brigades alternent entre elles pour des travaux exécutés vers Proyart et Cappy.
  • 23 décembre 1916 – 8 janvier 1917 : mouvement vers Grandvilliers ; repos.

1917[modifier | modifier le code]

  • 8 – 10 janvier : transport par V.F., de la région Conty, Longueau, dans celle de Dunkerque.
  • 10 janvier – 20 juin : occupation d'un secteur à Nieuport : 23 avril, attaque allemande précédée d'une violente émission de gaz.
  • 20 juin – 12 septembre : retrait du front (relève par l'armée britannique) ; repos dans les régions de Vieille-Église et de Calais (éléments occupés à des travaux vers Waayenburg).
19 juillet : mouvement vers Rexpoëde, et, le 29 juillet, vers Vieille-Église et Calais ; repos et instruction.
  • 12 septembre – 6 octobre : mouvement vers le front et occupation d'un secteur vers Bikschote et Langemark.
  • 6 octobre – 6 novembre : retrait du front ; éléments au repos dans la région de Roesbrugge-Haringe, puis dans celle de Warhem ; éléments occupés à des travaux sur tout le front de Belgique.
  • 6 – 13 novembre : occupation d'un secteur vers Kloosterschool et Drie Grachten.
  • 13 – 16 novembre : retrait du front (relève par l'armée belge) ; repos vers Bourbourg et Saint-Pierre-Brouck.
  • 16 novembre 1917 – 4 janvier 1918 : mouvement vers le front, et, le 18 novembre, occupation d'un secteur entre Nieuport et la mer du Nord (relève d'éléments britanniques), étendu à droite, le 8 décembre, jusqu'à Saint-Georges-sur-l'Aa.

1918[modifier | modifier le code]

  • 4 janvier – 25 mars : retrait du front, mouvement vers Bergues ; travaux de 2e position.
  • 25 mars – 14 avril : regroupement, et, à partir du 29, transport par V.F. à Boves et à Longueau. Engagée, vers Hangard, dans la Bataille de l'Avre (2e bataille de Picardie), au fur et à mesure du débarquement :
4 avril : combats sur la Luce, et, le 5, vers le bois de Sénécat et vers Hangard. Puis organisation d'un secteur dans la région Hangard, l'Avre.
  • 14 avril – 1er mai : retrait du front. Le 20 avril, transport par V.F. à Tannois ; repos.
  • 1er mai – 23 août : mouvement vers le front et occupation d'un secteur vers Bezonvaux et Damloup, étendu à gauche, le 3 juin, jusque vers la ferme de Chambrettes, puis, le 12 juillet, jusque vers Beaumont.
  • 23 août – 2 septembre : retrait du front, et, à partir du 25 août, transport par V.F. à Pont-Sainte-Maxence, puis transport par camions vers Ecuiry ; repos et instruction.
  • 2 septembre – 4 octobre : mouvement vers le front ; engagée (région de Laffaux) dans la poussée vers la position Hindenburg : les 14 et 15 septembre, participation à la bataille de Vauxaillon ; puis organisation des positions conquises, au sud d'Allemant.
  • 4 octobre – 2 novembre : retrait du front ; repos vers Villers-Cotterêts.
  • 2 – 11 novembre : mouvement vers le front ; préparatifs d'offensive. À partir du 5 novembre, engagée dans la poussée vers la Meuse : poursuite par Vervins, jusqu'à Signy-le-Petit.
  • 11 novembre : retrait du front et regroupement vers Marle et Vervins.

Rattachements[modifier | modifier le code]

  • Affectation organique :
À la mobilisation : 15e corps d’armée
Août 1915 : isolée
juin 1917 : 36e corps d’armée
16 juin – 14 décembre 1917
26 mars – 19 avril 1918
2 août – 5 septembre 1914
26 février – 31 mars 1916
20 avril – 24 août 1918
6 septembre 1914 – 31 janvier 1916
25 – 26 août 1918
27 octobre – 11 novembre 1918
15 octobre 1916 – 7 janvier 1917
26 août – 26 octobre 1918
23 décembre 1917 – 25 mars 1918
1er avril – 14 octobre 1916
8 janvier – 15 juin 1917
15 – 22 décembre 1917
1er- 25 février 1916

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

Le 10 mai 1940 la 29eDIAlp, sous les ordres du général Gerodias, réserve du grand quartier général (RESERVE GQG, sous les ordres du général Gamelin) qui est intégré à l'armée des Alpes.

À cette date la 29e Division d'Infanterie Alpine (DIAlp) se compose de :

Campagne de France[modifier | modifier le code]

La 29e DIAlp est envoyée sur la Somme (Ligne Weygand) fin mai 1940 entre la 3e DLI à droite et la 19e DI à gauche (PC à Champien), au sein de la 7e Armée du Général Frère.

Elle y reçoit le 5 juin 1940 l'attaque allemande (Opération Fall Rot) ; percée de la 4.PzD vers Noyon et se repliera en ordre jusque sur la Vienne.

L’après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]