Saint-Antonin (Alpes-Maritimes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Antonin.
Saint-Antonin
Vue sur le village en venant du vallon de La Penne.
Vue sur le village en venant du vallon de La Penne.
Blason de Saint-Antonin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Alpes-Maritimes
Arrondissement Arrondissement de Nice
Canton Vence
Intercommunalité Communauté de communes des Alpes d'Azur
Maire
Mandat
Christian Meyffret
2014-2020
Code postal 06260
Code commune 06115
Démographie
Gentilé Santantoninois
Population
municipale
109 hab. (2014 en augmentation de 2,83 % par rapport à 2009)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 54′ 41″ nord, 6° 58′ 51″ est
Altitude 800 m
Min. 625 m
Max. 901 m
Superficie 6,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

Voir sur la carte administrative des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Saint-Antonin

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

Voir sur la carte topographique des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Saint-Antonin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Antonin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Antonin

Saint-Antonin est une commune française située dans le département des Alpes-Maritimes et la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Ses habitants sont appelés les Santantoninois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (janvier 2017). Découvrez comment la « wikifier ».

Histoire depuis le Moyen Age=Village du Val de Chanan, propriété des moines de l'Abbaye de Lérins à partir du XIe siècle (donation de l'église de Saint Antonin "Sanct Antolin" et ses dépendances par Boniface Malbec et de ses frères Aldebert et Pierre en 1091) Recensement an 1260 : 19 feux Recensement an 1313 : 27 feux Recensement an 1319 : 27 feux Moyen Âge : seigneurs et personnages importants[1] Village du Val de Chanan, propriété des moines de l'Abbaye de Lérins à partir du XIe siècle (donation de l'église de Saint Antonin "Sanct Antolin" par Boniface Malbec et de ses frères Aldebert et Pierre en 1091)

Recensement an 1260 : 19 feux

Recensement an 1313 : 27 feux

Recensement an 1319 : 27 feux

Village abandonné en 1343.

Seigneurs et personnages importants du Moyen Âge :

Boniface Malbec et ses frères Aldebert et Pierre

Geoffroi de Châteauneuf, seigneur d'Ascros et Saint-Antonin

Raimond Flotte, seigneur de Cuébris qui épouse la fille de Geoffroi de Châteauneuf vers 1320

Antoine Flotte, leur fils, 1369

Guillaume Flotte- 1394

Geoffroi Flotte, fils d'Antoine-seigneur de Saint-Antonin, Cuébris-1406

Degane Rostang de Peiresc, fille de Guillaume Rostang de Peiresc et de Louise Flotte de Cuébris 1399-1432

Arnaud de Villeneuve, coseigneur de Saint-Antonin 1418-1463

Honoré de Castellane, neveu et héritier d'Arnaud à Saint-Antonin

Saint-Antonin est un village de culture provençale puisqu'il est resté attaché à la Provence (partie dénommée "Provence Orientale") lors de la dédition du Comté de Nice à la Savoie en 1388[2].

C'est seulement au XVIIIe siècle, soit 4 siècles plus tard, que la commune est rattachée au Royaume de Sardaigne (dont dépend le Comté de Nice) par le Traité de Turin (24 mars 1760) et devient San Antonino.

Guillaumes, Daluis, Auvare, Saint-Léger, La Croix, Puget-Rostang, Cuebris, La Penne, Saint-Pierre deviennent également sardes.

À l'époque de la Révolution Française, le village devient français en 1792 lors de l'entrée dans Nice de l'Armée du Midi (29 septembre 1792)

Saint-Antonin, et plus largement le comté de Nice revient à nouveau, le 23 avril 1814, sous le contrôle du roi de Sardaigne.

A San Antonino vers 1840, les mesures de France étaient conservées comme dans tous les villages devenus sardes après 1760.Les monnaies du roi de Sardaigne et celles de France avaient cours.

Saint Antonin serait une ancienne possession des Templiers: Une église des Templiers est indiquée par G. Casalis vers 1830-1840 ainsi que dans le "Le jeune Niçois instruit de sa patrie-notice historique sur le comté de Nice-1850 " qui attribuent la création d'une église dédiée à Saint Antonin aux Templiers: San Antonino : l’église paroissiale dédiée à S. Antonino dont on célèbre la fête le 2 Septembre se trouve sur une colline à 400 mètres de l’habitat, ce qui revient probablement à situer cette église sur le lieu du cimetière actuel.[3]

La commune de Saint-Antonin est rattachée à la France suite au vote du référendum des 15 et 16 avril 1860. Les habitants du village ont voté à 100% pour devenir français. (27 votants / 27 "oui" pour le rattachement à la France).

Saint-Antonin aura appartenu au Comté de Nice durant seulement 78 ans, contrairement par exemple au village voisin d'Ascros, qui lui aura été niçois durant 450 années.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Saint-Antonin
Blason de Saint-Antonin Blason De gueules au Lion d'Or, tenant de sa patte dextre une balance de même.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1861 1867 Joseph Niel    
1867 1874 Prosper Niel    
1874 1881 Jean-Honoré Augier    
1881 1884 Joseph Amiel    
1884 1887 Jean-Louis Chier    
1887 1919 Joseph Dalmas    
1919 1925 Jean Niel    
1925 1932 Joseph Raybaud   agriculteur
1932 1945 François Chier    
1945 1965 Jean Augier    
1965 1983 Roger Mouremble   instituteur
1983 1987 Georges Meyffret   agriculteur
1987 en cours Christian Meyffret PCF Commerçant

Depuis le 1er janvier 2014, Saint-Antonin fait partie de la communauté de communes des Alpes d'Azur. Elle était auparavant membre de la communauté de communes des vallées d'Azur, jusqu'à la disparition de celle-ci lors de la mise en place du nouveau schéma départemental de coopération intercommunale.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5].

En 2014, la commune comptait 109 habitants[Note 1], en augmentation de 2,83 % par rapport à 2009 (Alpes-Maritimes : +0,39 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1872
103 114 122 111 118 133 102 116 118
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
90 98 117 119 112 116 100 114 90
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
87 87 72 64 44 36 44 43 54
1990 1999 2006 2011 2014 - - - -
55 78 104 113 109 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. TOME XXX, Annales de la société scientifique et littéraire de Cannes-J.A Durbec Le Chanan et ses environs
  2. Comté de Nice
  3. (it) « Goffredo Casalis », Wikipedia,‎ (lire en ligne)
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.