Toudon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Toudon
Vue du village depuis le sentier vers la cime des Collettes.
Vue du village depuis le sentier vers la cime des Collettes.
Blason de Toudon
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Alpes-Maritimes
Arrondissement Arrondissement de Nice
Canton Canton de Roquesteron
Intercommunalité Communauté de communes des Alpes d'Azur
Maire
Mandat
Alain Brun
2008-2014
Code postal 06830
Code commune 06141
Démographie
Gentilé Toudonnais
Population
municipale
301 hab. (2011)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 54′ 05″ N 7° 06′ 54″ E / 43.9014, 7.115 ()43° 54′ 05″ Nord 7° 06′ 54″ Est / 43.9014, 7.115 ()  
Altitude Min. 192 m – Max. 1 512 m
Superficie 18,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

Voir sur la carte administrative des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Toudon

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

Voir sur la carte topographique des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Toudon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Toudon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Toudon

Toudon est une commune française située dans le département des Alpes-Maritimes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Ses habitants sont appelés les Toudonnais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toudon est une commune qui se situe dans le sud-est de la France, à une heure de route de Nice. Elle se situe plus précisément dans le canton de Roquesteron, dans le département des Alpes-Maritimes (06) en Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA).

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Les plus anciens textes datent du XIe siècle, citant le village sous le nom de "castrum de Todon" et "villa Thodoni".

Guy et sa femme Bismoda donnent deux pièces de vigne situées à "Tudomno", dans le comté de Glandèves", au monastère de Saint-Véran (monastère fondé par saint Véran, un moine de l'abbaye de Lérins puis évêque de Vence, à Cagnes-sur-Mer, et abandonné au XIe siècle), le 20 novembre 1032. Toudon dépendait de l'évêché de Glandèves. Toudon appartient à Jean de Glandèves en 1232. En 1252, Raibaud d'Ascros s'empare du village. Il est repris par Rostaing de Toudon avec l'aide du seigneur de Gilette. Le village appartient aux Grasse du Mas avant de passer aux Grimaldi de Beuil en 1382, à l'occasion de la guerre entre les héritiers de la reine Jeanne, jusqu'à l'exécution d'Annibal Grimaldi en 1621. Dès janvier 1614 le duc de Savoie avait placé à Toudon et Ascros des garnisons. Le château est détruite entre le 14 et le 19 avril 1621. Ensuite le village est une possession des Galléan pendant un siècle, puis, à la mort de Jean Galléan sans enfant, il passe en 1752 aux seigneurs de Roubion jusqu'en 1794. Le dernier seigneur est Pierre Louis Stanislas de Roubion.

Le village a dû subir plusieurs tremblements de terre. Ceux du 20 juin 1564, de 1619, et surtout du 15 février 1644 qui a provoqué la mort de 36 personnes et la destruction de 32 maisons. Celui du 23 février 1887 détruit la chapelle Saint-Jean.

Pendant la bataille de Gilette, qui commence le 30 septembre 1793 et le 18-19 octobre, le général autrichien De Wins est présent avec le bataillon de Mondovi pour surveiller la vallée du Var. Le village redevient une possession sarde en 1814 avant d'être rattaché à la République française, en 1860 après le vote du 15 avril[1]. Une route permet d'accéder à Toudon en 1895 à partir du pont Charles Albert sur le Var inauguré en 1852.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Toudon Blason D’or au milan de sable becqué et armé de gueules, essorant d’un rocher du même mouvant de la pointe, surmonté d’une étoile de seize rais aussi de gueules.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Jacques Castel    
mars 2008   Alain Brun[2]    

Depuis le 1er janvier 2014, Toudon fait partie de la communauté de communes des Alpes d'Azur. Elle était auparavant membre de la communauté de communes de la vallée de l'Estéron, jusqu'à la disparition de celle-ci lors de la mise en place du nouveau schéma départemental de coopération intercommunale.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 301 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
400 413 443 502 600 602 524 480 512
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
527 510 503 504 464 508 514 433 323
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
315 334 349 266 261 184 174 170 117
1982 1990 1999 2006 2007 2011 - - -
117 148 227 262 267 301 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4])
Histogramme de l'évolution démographique


Il existe des données sur la population dans le comté de Nice grâce à des relevés faits au cours d'enquêtes en 1701, 1754 et 1793[5] :

- 1701 : 90 feux,
- 1754 : 80 feux, avec 255 personnes,
- 1793 : 632 personnes

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Sainte-Élisabeth, dont le début de la construction date du XIe siècle. L'église a été restaurée au XVIIe siècle avec les pierres du château dont les vestiges s'étaient effondrés au cours d'un séisme. Elle est à nef unique et abside en cul-de-four avec une galerie du chœur en bois peint. Un transept a été ajouté au XVIIe siècle.
    Elle possède une porte en noyer cloutée, un lustre daté de 1543 et des tableaux du XVIIe siècle.
    Elle a été restaurée en 1929.
  • Chapelle Saint-Jean. Saint Jean Baptiste est le saint protecteur du village. La chapelle était déjà citée en 1200. Le séisme du 23 février 1887 détruit la chapelle dont il ne restait qu'un mur. Elle a été reconstruite en 1892. Elle a été restaurée en 1960.
  • Lavoir à arcades. Sa construction a été décidée par un vote du conseil municipal le 15 mai 1810. Son utilité va diminuer après l'installation de l'eau courante en 1941.
  • Musée, installé dans l'ancien moulin. On y présente des fossiles du crétacé trouvés à Toudon. Le moulin à farine a été installé en 1908. Dans une pièce a été reconstitué un intérieur des années 1930.
  • Hameau du Vescous, qui se trouve à 10 km de Toudon avec une chapelle restaurée.
  • Cime des Collettes, culminant à 1 513 m.
  • Il ne reste plus que quelques pans de murs de l'ancien château des comtes de Beuil[6].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yves Bernard, L'annuaire Touristique et Culturel des Alpes-Maritimes et de Monaco, p. 220, Éditions Campanile, 1997 (ISBN 2912366-003)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Vallée de l'Estéron : Toudon, Historique
  2. Site de la préfecture des Alpes-Maritimes, consulté le 20 juin 2008
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  5. Alain Ruggiero, La population du comté de Nice de 1693 à 1939, p. 43, Serre éditeur, Nice, 2002 (ISBN 2-86410-342-7) Google Livres
  6. Georges Barbier, Châteaux et places fortes du comté de Beuil, p. 186-187, Nice-Historique, 1994, no 11 Lire en ligne