Thiéry (Alpes-Maritimes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Thiéry
Thiéry (Alpes-Maritimes)
Vue du village depuis la piste de Paillers.
Blason de Thiéry
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Alpes-Maritimes
Arrondissement Nice
Intercommunalité Communauté de communes Alpes d'Azur
Maire
Mandat
Thierry Grandbouche
2020-2026
Code postal 06710
Code commune 06139
Démographie
Gentilé Thiérois
Population
municipale
108 hab. (2018 en augmentation de 4,85 % par rapport à 2013)
Densité 4,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 58′ 42″ nord, 7° 01′ 52″ est
Altitude Min. 351 m
Max. 1 783 m
Superficie 22,24 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Nice
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Vence
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Thiéry
Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes
Voir sur la carte topographique des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Thiéry
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Thiéry
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Thiéry

Thiéry (en occitan Tièri) est une commune française située dans le département des Alpes-Maritimes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont appelés les Tubans.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Situé sur la rive gauche du Cians et en partie du bassin versant du Moyen Var, Thiéry est à 13 km de Villars-sur-var et 65 km de Nice.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Vue du village depuis la piste de la Pinée.

Village perché culminant à 1 050 mètres d'altitude, Thiéry est un village alpin placé au centre d'un cirque montagneux boisé. La cité, car autrefois il y avait un château, est un site pittoresque perché en sentinelle sur un éperon rocheux.

La commune atteint une superficie de 2 224 ha dont 1 158 ha de forêts.

La commune de Thiéry domine la vallée du Var, les gorges du Cians, la vallée de l’Arzilagne et le vallon de Thiéry.

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Le ruisseau de l'Arzilagne, s’écoulant en contrebas de Thiéry, se termine en une cascade vertigineuse de 110 mètres de chute d’eau. Cela lui vaut d’ailleurs la quatrième place des plus hautes cascades d’Europe. On peut apercevoir furtivement la partie haute de cette cascade à partir de la route des gorges du Cians qui conduit à la station de Beuil-Valberg.

Climat[modifier | modifier le code]

Climat classé Csb dans la classification de Köppen et Geiger[1],[2].

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Pour accéder au village de Thiery, il y a une seule route qui part de Villars-sur-Var d'une longueur de 13 kilomètres. La route est étroite et, par certains endroits, elle peut être dangereuse.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Chemins de fer[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Carte communale en élaboration ou en révision[6].

Typologie[modifier | modifier le code]

Thiéry est une commune rurale[Note 1],[7]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[8],[9].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Nice, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 100 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (100 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (100 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (82,4 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (12,4 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (5,2 %)[12].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[13].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village de Thiéry, d’après sa célèbre légende, aurait été la proie des flammes à plusieurs reprises et les pierres noircies des murs en sont un témoignage frappant. Le mot « tubans » vient de « tubassine » qui signifie épaisse fumée en patois local. En effet, autrefois, les paysans éclairaient leur maison à l'aide de torches de bois résineux appelés « lumés », lesquels occasionnaient de fortes et épaisses fumées grasses. Celles-ci enfumaient l'intérieur des maisons et, par la même occasion, les habitants. Ceci explique alors l'appellation « Village des Tubans » qui signifie en réalité « Village des Enfumés ».

Pendant de nombreuses années, le village de Thiéry a été le grenier à blé du canton. En effet, c'était ici que l'on trouvait le meilleur grain et les champs de blé se retrouvaient essentiellement aux alentours du village (depuis le fond du vallon de Thiéry, en passant par la gorge jusqu'au col d'Astier et également à la Villa-Soubère). Un dicton célèbre illustrait bien cet état de fait : il était aussi difficile de trouver Thiéry sans grains que Villars sans vin !

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs à partir de 1904
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
15 mai 1904   Toussaint Cagnol    
17 mai 1908   Dominique Cagnol    
21 mars 1918   Baptistin Cagnol    
8 décembre 1919   François Gastaud    
17 mai 1925   Marius Aubert    
24 décembre 1933   Toussaint Cagnol    
19 mai 1935   François Gastaud    
16 novembre 1944   Léopold Cagnol    
2 octobre 1966   Marcel Raspini    
20 mars 1977   Fernand Amision    
16 juin 1994   Eugène-Élie Cagnol    
4 juillet 1994 2020 Jean-Marie Aubert DVD Employé
2020 En cours Thierry Grandbouche    

Budget et fiscalité 2018[modifier | modifier le code]

En 2018, le budget de la commune était constitué ainsi[14] :

  • total des produits de fonctionnement : 143 000 , soit 1 352  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 159 000 , soit 1 504  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 347 000 , soit 3 275  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 273 000 , soit 2 578  par habitant ;
  • endettement : 51 000 , soit 477  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 11,73 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 8,48 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 41,35 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet en 2017[15]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[17].

En 2018, la commune comptait 108 habitants[Note 3], en augmentation de 4,85 % par rapport à 2013 (Alpes-Maritimes : +0,5 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
250262286273260250217229223
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
217226229256195212203190195
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
1921561291196655505758
1982 1990 1999 2004 2009 2014 2018 - -
71839396102102108--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Établissements d'enseignements[20] :

  • Écoles maternelles et primaires à Touët-sur-Var, Villars-sur-Var,
  • Collèges à Puget-Théniers, Saint-Sauveur-sur-Tinée,
  • Lycée à Valdeblore.

Santé[modifier | modifier le code]

Professionnels et établissements de santé[21] :

  • Médecins à Villars-sur-Var, Puget-Théniers,
  • Pharmacies à Entrevaux, Gilette,
  • Hôpitaux à Villars-sur-Var, Puget-Théniers.

Cultes[modifier | modifier le code]

  • Culte catholique, Paroisse Notre-Dame du Var, Puget-Théniers, Touët-sur-Var[22], Diocèse de Nice.

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

  • Cultures en terrasses[23].
  • Élevage ovin et caprin.

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • L’auberge communale[24].
  • Gîtes.
  • Restaurants à Villars-sur-Var.

Commerces[modifier | modifier le code]

  • Commerces de proximité à Touët-sur-Var, Puget-Théniers, Villars-sur-Var.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Plan du château de Thiery vers 1650 par Carlo Morello
  • La place des Tubans[25],
  • L'église Saint-Martin[26],
  • Chapelles :
    • Chapelle Saint-Roch[27],
    • Chapelle de La Madone[28],
    • Chapelle Saint Antoine de Padoue[29],
    • Chapelle Saint Jean[30],
    • Ruines chapelle Sainte-Elisabeth[31]
  • La table d'orientation avec vue panoramique sur les gorges du Cians,
  • Vestiges du château de Thiéry[32],
  • Le beffroi[33].
  • Le patrimoine rural : Four à pain, La roue du Moulin à farine de l’Arzilagne, fontaine-lavoir.
  • Plaque commémorative[34]. Conflits commémorés : 1914-1918 - 1939-1945.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Honoré Claret Ponzone, noble niçois, Honoré Claret Ponzone, dont la famille conserva le fief jusqu’à la Révolution[35].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Thiéry
Blason de Thiéry Blason
Fuselé d’argent et de gueules à la tour d’or maçonnée de sable brochant sur le tout[36].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif (dir.), Le patrimoine des communes des Alpes-Maritimes en deux volumes, vol. II : Cantons de Menton à Canton de Villefranche-sur-Mer, Paris, Flohic Éditions, coll. « Le Patrimoine des Communes de France », , 574 p. (ISBN 2-84234-071-X)
    Canton de Villars-sur-Var : pp. 979 à 981 : Thiéry
  • Mesclun Tirenc, Claude Cagnol, Ed Mesclun Tirenc 2008
  • Thiéry de 1860 à 1914 un village des Alpes-Maritimes dans les plis de l’histoire, Claude Cagnol, Ed. Mesclun Tirenc, 2011
  • Naître et mourir à Thiéry aux XVIIe et XVIIIe siècles, Claude Cagnol, Ed. Mesclun Tirenc, 2012
  • Dr Michel Bourrier, Villages de montagne à l'heure de la grande guerre, Le canton de Villars-sur-Var, Nice, Lou Savel, , 280 p. (ISBN 2-9510630-1-6)
    Chapitre XVII : Thiéry, pp. 231 à 234
  • sous la direction de Colette Bourrier-Reynaud, La vallée du Var. Route des vignobles d'hier et des vins d'aujourd'hui, Nice, Serre Editeur, , 40 p. (ISBN 2-86410-314-1)
    Villars-sur-Var. Communes à lentour de Thiéry, Massoins et Tournefort, par Colette Bourrier-Reynaud, Présidente de l'Association culturelle Lou Savel de Villars-sur-Var, pp. 14 à 20 Syndicat mixte touristique des Alpes d'Azur (SITALPA). Ouvrage collectif coordonné par Colette Bourrier-Reynaud, présidente du SITALPA. L'Ancre Solaire
  • Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du moyen âge en France, Strasbourg, Editions Publitotal, 4ème trimestre 1979, 1287 p. (ISBN 978-2-86535-070-4 et 2-86535-070-3)
    Thiéry, pp. 1166-1167
  • Chiffres clés publiés par l'institut national de la statistique et des études économiques (INSEE). Dossier complet
  • Inventaire national du patrimoine naturel de la commune

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Climat de Thiéry
  2. Le climat méditerranéen dans le Haut Pays niçois, par le Dr Colette Bourrier-Reynaud, Association Lou Savel. Centre d'Études Immuno-Allergologiques de la Côte d'Azur]
  3. Circuler avec les cars Lignes d'Azur : Carte du réseau Lignes d'Azur
  4. Chemins de fer de Provence
  5. la gare du Train des Pignes à Villars-sur-Var
  6. État d'avancement des documents d'urbanisme, données SuDoCuH au 01/01/2018
  7. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  13. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  14. Les comptes de la commune
  15. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  20. Établissements d'enseignements
  21. Professionnels et établissements de santé
  22. Paroisse Notre-Dame du Var
  23. Les territoires agricoles
  24. L’auberge communale de Thiéry
  25. La place des Tubans
  26. L'église Saint-Martin
  27. La chapelle Saint-Roch
  28. Chapelle de La Madone
  29. Chapelle Saint Antoine de Padoue
  30. Chapelle Saint Jean
  31. Chapelle Sainte Elisabeth
  32. Georges Barbier, Châteaux et places fortes du comté de Beuil, p. 182-184, Nice-Historique, 1994, no 11 Lire en ligne
  33. Le beffroi
  34. Plaque commémorative
  35. Honoré Claret Ponzone
  36. L'Armorail des villes et des villages de France