Villars-sur-Var

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Villars-sur-Var
Villars-sur-Var
L'église Saint-Jean-Baptiste.
Blason de Villars-sur-Var
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Alpes-Maritimes
Arrondissement Nice
Intercommunalité Communauté de communes Alpes d'Azur
Maire
Mandat
René Briquetti
2020-2026
Code postal 06710
Code commune 06158
Démographie
Gentilé Villarois
Population
municipale
769 hab. (2018 en augmentation de 15,12 % par rapport à 2013)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 56′ 17″ nord, 7° 05′ 52″ est
Altitude Min. 239 m
Max. 1 803 m
Superficie 25,27 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Nice
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Vence
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Villars-sur-Var
Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes
Voir sur la carte topographique des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Villars-sur-Var
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villars-sur-Var
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villars-sur-Var

Villars-sur-Var (en occitan Vilar de Var, en italien Villar del Varo) est une commune française située dans le département des Alpes-Maritimes, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont appelés les Villarois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune située dans la moyenne Vallée du Var, au nord de Nice entre Massoins et Puget-Théniers.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Village sur plusieurs niveaux à flancs de colline, dominant le cours du Var.

Reliefs environnants[1] :

  • Contreforts du mont Pincogul[2].
  • Pointe des 4 Cantons.
  • Mont Ragias.

Catastrophes naturelles - Sismicité[modifier | modifier le code]

Le 2 octobre 2020, de nombreux villages des diverses vallées des Alpes-Maritimes (Breil-sur-Roya, Fontan, Roquebillière, St-Martin-Vésubie, Tende...) sont fortement impactés par un "épisode méditerranéen" de grande ampleur[3].Certains hameaux sont restés inaccessibles jusqu'à plus d'une semaine après la catastrophe et l'électricité n'a été rétablie que vers le 20 octobre. L'Arrêté du 7 octobre 2020 portant reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle a identifié 55 communes, dont Villars-sur-Var, au titre des "Inondations et coulées de boue du 2 au 3 octobre 2020"[4].

Le risque naturel ou technologique majeur dans les Alpes-Maritimes : Villars-sur-Var "zone 4 à sismicité moyenne"[5],[6].

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Cours d'eau sur la commune ou à son aval[7] :

  • Var (fleuve),
  • vallon du bau de mars,
  • torrent des gravières,
  • ravin de laugière,
  • Ruisseau de l'Ablé, de l'Espignole, de la Bouléria, de Belous, de la Gorgia[8].

Villars-sur-Var dispose de la station d'épuration de Villars Espignole d'une capacité de 1 200 Équivalent-habitants[9].

Climat[modifier | modifier le code]

Climat classé Csb dans la classification de Köppen et Geiger[10].

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Village desservi par la route nationale 202 puis la D 226.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Chemins de fer[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Commune membre de la Communauté de communes Alpes d'Azur[14]. La communauté de communes, créée le 1er janvier 2017 regroupe 34 communes des vallées du Var, du Cians et de l'Estéron.

Aménagement du territoire[modifier | modifier le code]

Une charte de pays a été définie pour l'aménagement du territoire de la Communauté des Communes Vallées d’Azur[15].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Villars-sur-Var est une commune rurale[Note 1],[16]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[17],[18].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Nice, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 100 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[19],[20].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (95,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (95,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (78,8 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (9,1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (7,8 %), zones agricoles hétérogènes (4,3 %)[21].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[22].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Villars, du latin villa, désigne une exploitation agricole[23].

Histoire[modifier | modifier le code]

Occupé par la tribu celto-ligure des Eguituri, romanisé en 54 avant notre ère, christianisé au IVe siècle, le territoire n’a cessé de changer de mains et d’évoluer au fil des siècles[24],[25],[26].

Durant la deuxième guerre mondiale, Villars-sur-Var s’illustre avec son curé, l’abbé Cœuret, qui organise sous le nom de « capitaine Benoît » un réseau de résistance en mettant au point dans sa paroisse un dispositif d'alerte, utilisant le téléphone de la gare et la cloche de l'église, qui évita toute arrestation de Juifs malgré plusieurs visites de la Gestapo[27]. La municipalité de Villars-sur-Var a inauguré, le 6 juillet 1997, une plaque commémorant son activité résistante et humanitaire[28] qui lui a valu d'être nommé Justes parmi les Nations.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[29]
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1929 mars 1941 Georges Aurand    
1941 1943 Louis Robin    
1943 1944 Roch Dalmas    
1944 1945 Marius Perdigon    
mai 1945 1949 Eugène Donadei    
1949 mars 1965 Maurice Reynaud    
mars 1965 mars 1971 René Miquelis    
mars 1971 mars 1977 Hubert Filibert    
mars 1977 mars 1983 Régis Boyer    
mars 1983 mars 1989 Georges Pettenaro    
mars 1989 1999 Colette Bourrier-Reynaud    
1999 2020 Edgard Malausséna PG Retraité de l'enseignement
Conseiller régional
2020 En cours René Briquetti    

Depuis le 1er janvier 2014, Villars-sur-Var fait partie de la communauté de communes des Alpes d'Azur. Elle était auparavant membre de la communauté de communes des vallées d'Azur, jusqu'à la disparition de celle-ci lors de la mise en place du nouveau schéma départemental de coopération intercommunale.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[30]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[31].

En 2018, la commune comptait 769 habitants[Note 3], en augmentation de 15,12 % par rapport à 2013 (Alpes-Maritimes : +0,5 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
562593614666858903934906841
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
8478458178211 290741732707616
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
556603631670574450394491383
1982 1990 1999 2006 2011 2016 2018 - -
465507553646671757769--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[32] puis Insee à partir de 2006[33].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Établissements d'enseignements[34] :

  • École maternelle et primaire,
  • Collèges à Saint-Martin-du-Var, Puget-Théniers, Saint-Sauveur-sur-Tinée.
  • Lycée à Valdeblore.

Santé[modifier | modifier le code]

  • Hôpitaux de Nice.
  • Professionnels de santé : médecins généralistes[35], kinésithérapeutes à Touët-sur-Var, Saint-Martin-du-Var[36].

Cultes[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité[modifier | modifier le code]

Les comptes 2009 à 2019 de la commune s’établissement comme suit[38],[39] :

Évolution financière (en k€).
Postes 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019
Produits de fonctionnement 701 € 684 € 693 € 761 € 738 € 913 € 714 € 760 € 736 € 834 € 802 €
Charges de fonctionnement 488 € 502 € 619 € 537 € 555 € 867 € 581 € 550 € 554 € 607 € 601 €
Ressources d’investissement 260 € 596 € 479 € 1 000 € 586 € 365 € 402 € 597 € 242 € 972 € 541 €
Emplois d’investissement 363 € 558 € 304 € 466 € 678 € 412 € 678 € 374 € 380 € 899 € 385 €
Dette 104 € 63 € 28 € 674 € 636 € 610 € 582 € 551 € 547 € 473 € 446 €
Source : Ministère de l’Économie et des Finances[40] :

Fiscalité 2019

  • Taux d’imposition Taxe d’habitation : 12,10 %
  • Taxe foncière sur propriétés bâties : 3,39 %
  • Taxe foncière sur les propriétés non bâties : 31,44 %
  • Taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 %
  • Cotisation foncière des entreprises : 0,00 %
  • Montant total des dettes dues par la commune : 446 000 uros. Population légale : 730 habitants, soit 587 uros par habitant.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2017 : médiane en 2017 du revenu disponible, par unité de consommation : 19 470 [41].

Économie[modifier | modifier le code]

Vignobles de Provence.

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Le « Clos Saint-Joseph » possède les seules vignes du département à bénéficier de l'appellation d'origine contrôlée (A.O.C.) « Côtes de provence »[42].

En effet, la plupart des autres communes de cette appellation se situent dans le département du Var et quelques-unes dans les Bouches-du-Rhône. C’est la plus étendue des appellations provençales.

Apiculteur bio et l'agriculture raisonnée sur la commune[43].

Bergerie des Royers[44].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Commerces[modifier | modifier le code]

  • Commerces de proximité : boulangerie, épicerie, boucherie, magasin multi-services[47].
  • Chocolaterie à la gare du train des Pignes[48].
  • Ancienne tuilerie[49].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux :

Retable mise au tombeau[54].
Retable, tableaux : l'Annonciation, la Naissance de Jésus Christ, la Fuite en Egypte, la Descente de Croix[55].
Tableau : Saint Barthélémy martyrisé[56].
Statue Saint Jean-Baptiste[57].
Orgue à cylindres le plus ancien de France[58],[59].
Plaque d'église faisant office de monument aux morts[60].
  • Chapelle Saint Antoine[61].
  • Chapelle Sainte-Brigitte[62].
  • Chapelle Saint Claude[63].
  • Chapelle Saint Jean du Désert[64].
  • Chapelle Sainte-Pétronille[65],[66].
  • Chapelle des Pénitents-blancs-du-Gonfalon-de-la-Sainte-croix, Monuments aux Morts[67],[68].
  • Chapelle Sainte Madeleine Bagon[69].
  • Chapelle Saint Roch[70].

Patrimoine civil :

  • Vestiges du château de l'Esperon[71].
  • La maison de Maurice.
  • Maison du poilu[72].
  • Peintures d'Edmond Baudoin sur la fontaine de Sarzit et dans le lavoir.
  • Maison des Templiers[73],[74].

Patrimoine rural :

  • Vacherie des « Douinas »[75].
  • Lavoir du moulin[76]
  • Lavoir à grain[77].
  • Moulin à huile[78].
  • Four communal en forme d'igloo.
  • Canal touristique et botanique.
  • Calanchons (ruelles typiques).
  • Portes anciennes et Poternes.

Réalisations et projets[modifier | modifier le code]

Les réalisations effectuées dans la commune de Villars-sur-Var sont nombreuses :

  • rénovation du patrimoine historique : moulin à huile, lavoir, lavoir à grain, plantation d'oliviers, canal du moulin datant de deux siècles ;
  • mise en place d'une politique de respect de l'environnement : bassins d'eau potable traités aux UV, aide à l'installation d'un jeune viticulteur, éclairage public économique, soutien à l'installation d'agriculteurs et éleveurs, remise en état des sources et installations rurales ;
  • projet d'école Haute qualité environnementale soutenu depuis 10 ans.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Villars-sur-Var Blason
Tiercé en fasce : au 1) d’azur aux deux étoiles d’argent, au 2) fascé du même et de gueules de quatre pièces, au 3) d’or aux deux oliviers arrachés de sinople[79].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Reliefs, sols
  2. L'Archéologie du Mont Pelat au Mont Brune
  3. Alex : Épisode méditerranéen en Provence en octobre 2020
  4. Communes reconnues en état de catastrophe naturelle - Alpes-Maritimes et Côtes-d'Armor
  5. Le risque naturel ou technologique majeur
  6. Communauté de communes des Alpes d'Azur
  7. L'eau dans la commune
  8. Hydrographie
  9. Description de la station
  10. Table climatique
  11. Circuler avec les cars Lignes d'Azur : Carte du réseau Lignes d'Azur
  12. Chemins de fer de Provence
  13. La gare du Train des Pignes à Villars-sur-Var
  14. Communauté de communes Alpes d'Azur
  15. Pays vallées d'Azur - Mercantour
  16. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 23 mars 2021).
  17. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 23 mars 2021).
  18. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 23 mars 2021).
  19. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 23 mars 2021).
  20. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 23 mars 2021).
  21. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 28 mai 2021)
  22. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 28 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  23. Trésors du patrimoine
  24. Cartographie du patrimoine architectural de l'arrière-pays du Comté de Nice : Villars-sur-Var
  25. Présentation du village
  26. Le Comté de Nice en Images, Villes et villages du Comté de Nice : Villars-sur-Var
  27. Les juifs et la question juive dans les Alpes-Maritimes de 1939 à 1945, pages 11 et 45, par Jean-Louis Panicacci
  28. Presbytère de Villars-sur-Var durant la Seconde Guerre mondiale
  29. [1]
  30. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  31. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  32. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  33. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  34. Établissements d'enseignements
  35. Professionnels de santé
  36. Kinésithérapeutes
  37. Saint Jean Baptiste
  38. Les Comptes des Communes, Analyse des équilibres financiers fondamentaux Les comptes des communes, Chiffres Clés - Fonctionnement - Investissement - Fiscalité - Autofinancement – Endettement : La Commune de Villars-sur-Var
  39. Villars-sur-var : la dette en 2018
  40. Les comptes individuels des communes et des groupements à fiscalité propre (années 2009 à 2019)
  41. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  42. Le vin de Villars-sur-Var, La longue histoire d'une Appellation d'Origine Contrôlée : Côtes de provence
  43. Villarelle n° 60 Spéciale agriculture
  44. Bergerie des Royers et ses gravures
  45. Commerces
  46. GR510 Sentier des 8 vallées
  47. Commerces de proximité
  48. Chocolaterie à la gare du train des Pignes
  49. Ancienne tuilerie
  50. Eglise
  51. Notice no PA00080919, base Mérimée, ministère français de la Culture Église, inscription par arrêté du 8 mars 1983
  52. Église Saint Jean Baptiste
  53. Eglise paroissiale Saint-Jean-Baptiste
  54. Notice no PM06001240, base Palissy, ministère français de la Culture retable du maître-autel
  55. Notice no PM06001241, base Palissy, ministère français de la Culture retable, tableaux
  56. Notice no PM06001243, base Palissy, ministère français de la Culture tableau : Saint Barthélémy martyrisé
  57. Notice no PM06001242, base Palissy, ministère français de la Culture statue : Saint Jean-Baptiste
  58. Notice no PM06002756, base Palissy, ministère français de la Culture orgue à cylindres : partie instrumentale de l'orgue
  59. Notice no PM06002755, base Palissy, ministère français de la Culture orgue à cylindres. L'orgue à manivelle a été transféré en 1819 de Savoie à Villars-sur-Var
  60. Plaque d'église
  61. Chapelle Saint Antoine
  62. Chapelle Sainte Brigitte Villars sur Var
  63. Chapelle Saint Claude
  64. Chapelle Saint Jean du Désert
  65. Chapelle Sainte Pétronille Salvaret Villars sur Var
  66. Chapelle Sainte-Pétronille : Contribution de la Sauvegarde de l'art français à la restauration
  67. .Chapelle des Pénitents-blancs-du-Gonfalon-de-la-Sainte-croix
  68. Chapelle des Pénitents, monument aux morts de la guerre de 1914-1918
  69. Chapelle Sainte Madeleine Bagon
  70. Chapelle Saint Roch
  71. Georges Barbier, Châteaux et places fortes du comté de Beuil, p. 184-186, Nice-Historique, 1994, no 11 Lire en ligne
  72. La longue mémoire des pierres : Le monument aux morts dans la chapelle des Pénitents et la maison du Poilu à Villars sur Var, 15 janvier 2002, de Colette Bourrier-Reynaud et Michel Bourrier-Reynaud
  73. Bernard Falque de Bezaure, Sur les traces des Templiers du Var, des Alpes-Maritimes, Domaine de l’Olympe, Les Milles (13290), Provençalement Vôtre, , 183 p. (ISBN 2-914438-05-2, lire en ligne)
    Villars--sur-Var : p. 169
  74. Docteur Michel Bourrier, Chroniques de Villars-sur-Var, Histoire des Banarels du haut-pays niçois, Nice, Collection « Ma Région », Éditions Alain Lefeuvre, , 350 p. (ISBN 2-902639-23-6)
    Les templiers XIIe et XIIIe siècles, pp. 45-46
  75. Restauration de la Vacherie des « Douinas » : L'intervention de la Fondation du patrimoine
  76. Les fours et les moulins, La forge…
  77. Trésors d'un village perché
  78. Moulin à huile, sur alpesazurpatrimoine.fr/
  79. Vallée d'Azur Est : Villars-sur-Var, Vexillologie Provençale, sur le site personnel de Dominique Cureau

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]