Chemin de fer de Lens à Frévent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chemin de fer de Lens à Frévent
Ligne de Lens à Frévent
Image illustrative de l’article Chemin de fer de Lens à Frévent
Un train à Lens.
Pays Drapeau de la France France
Historique
Mise en service 1890
Fermeture 1948
Concessionnaires CEN
Caractéristiques techniques
Écartement Voie métrique (1,000 m)
Électrification Non électrifiée
Trafic
Exploitant(s) CEN
Trafic Voyageurs, marchandises

Le chemin de fer de Lens à Frévent est une ancienne ligne de chemin de fer secondaire qui a circulé entre ces deux villes dans le département du Pas-de-Calais entre et . Construit à voie métrique, il était exploité par la compagnie des Chemins de fer économiques du Nord (CEN).

Il fut appelé familièrement Le tortillard de Lens à Frévent.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Lens - Frévent (53,5 km) : ouverture le , fermeture le
  • Il fallait environ 3 h pour relier Lens à Frévent
Plan de la ligne en .

Ce petit train transportait de nombreux voyageurs mais aussi des marchandises, en particulier du charbon et des fruits et légumes pour alimenter le marché de Lens.

Infrastructure[modifier | modifier le code]

Voies et tracés[modifier | modifier le code]

  • Longueur de la ligne : 53,3 km.
Type de site utilisé (état )
Total Voie en chaussée ou en accotement Voie en site propre
53,3 km 21,956 km 31,344 km
100 % 41,2 % 58,8 %

Entre Bouret-sur-Canche et le terminus de la gare de Frévent, la plateforme de la ligne est en site propre et commune avec celle des Chemins de fer du Nord.

Stations[modifier | modifier le code]

Voir CEN, section arrêts pour la description des modèles standardisés d'arrêts.

À l'exception de la seconde gare de Liévin dotée d'un bâtiment à l'architecture unique, reconstruit après la Première Guerre mondiale, les gares et aubettes présentes sur la ligne sont de 2 types différents, l'un pour les gares présentant un bâtiment intégralement en briques à un étage et trois travées (1a) auquel peut-être adjoint une halle à marchandise (1b) et le second pour les haltes, comportant une aubette. Les CEN utilisent également, divers types de bâtiments classiques (remises, châteaux d'eau). La ligne possède en outre, plusieurs gares de jonction avec la Chemins de fer du Nord à Lens, Aubigny-en-Artois et Frévent.

Les gares n'appartenant pas aux CEN sont en italique.

Type : type de bâtiment standardisé, «u» bâtiment à l'architecture unique, «nc.» non concerné dans le cas de bâtiments d'autres compagnies, voir CEN, section arrêts pour la description des modèles standardisés d'arrêts.

Illustration Nom Arrêt Ville Type Remarques
Lens Gare Lens nc.
Liévin Gare Liévin 1b Voir la section : Les voies à Liévin et la gare
u
Uploaded 2019-02-14 000003.jpg
Souchez Gare Souchez 1a
Uploaded 2019-02-14 000001.jpg
Carency Station Carency 2
Villers-au-Bois l'ancienne gare (1).JPG
Villers-au-Bois Gare Villers-au-Bois 1a
Camblain-l'Abbé Gare Camblain-l'Abbé 1a
Aubigny-en-Artois Gare Aubigny-en-Artois nc.
Uploaded 2019-02-16 000002.jpg
Izel-les-Hameaux Gare Izel-lès-Hameaux 1a
Noyelle-Vion Gare Noyelle-Vion 1a
Avesnes-le-Comte Gare Avesnes-le-Comte 1b
Uploaded 2019-02-14 000002.jpg
Liencourt Station Liencourt 2
Estrée-Wamin Gare Estrée-Wamin 1a
Rebreuve-sur-Canche Station Rebreuve-sur-Canche 2
Frévent Gare Frévent nc.

Les voies à Lens[modifier | modifier le code]

Les voies à Liévin et la gare[modifier | modifier le code]

À la mise en service, la ligne emprunte la grand-rue de Liévin (avenue Jean Jaurès et rue Jean Baptiste Défernez) en voie unique et site banal avant de partir en site indépendant toujours en voie unique vers le sud au niveau de la rue Hoche. La gare de Liévin est à l'origine située dans le quartier de la Haute-Ville (actuel square Waldo Patzer, 50° 25′ 25″ N, 2° 47′ 08″ E) en accotement de la grand-rue. Elle se compose d'un bâtiment d'un type standardisé (1b) rencontré sur les réseaux des CEN du Nord et du Pas-de-Calais comportant un bâtiment intégralement en briques à un étage et trois travées auquel est adossé une halle à marchandise. La gare est démolie durant la Première Guerre mondiale et en , un projet de reconstruction est adopté, la nouvelle gare doit être établie à un nouvel emplacement au centre de Liévin à l'extrémité nord de l'avenue Arthur Lamendin avant le croisement avec la rue Marie Liétard (50° 25′ 12″ N, 2° 46′ 22″ E). Pour ce faire un nouveau tracé en partie en site indépendant est adopté bifurquant de la grand-rue de Liévin à hauteur du square Barbusse qui après avoir desservi la gare, rattrape l'itinéraire de la ligne par la rue Marie Liétard[a]. Les travaux réalisés, la nouvelle gare est mise en service en . À l'inverse des bâtiments aux plans standardisés construits par la compagnie sur ses réseaux du Nord et du Pas-de-Calais et du bâtiment de la première gare, la nouvelle gare possède une architecture unique.

La seconde gare a été démolie après la fermeture de la ligne entre et [1].

Dépôt[modifier | modifier le code]

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Locomotives à vapeur[modifier | modifier le code]

La Société de Chemins de Fer Economique du Nord possédait pour cette ligne 7 locomotives bicabines, 30 voitures et 139 wagons de marchandises.

Les locomotives no 23 et 30, de type 030T bicabine ont été endommagées par fait de guerre, puis reconstruites et livrées en 1924 par les Établissements Piguet à Lyon[b],[2], l'une pour le chemin de fer de Lens à Frévent, la seconde pour le tramway de Saint-Amand à Hellemmes[c], la 23 est par la suite mutée sur la ligne Boulogne - Bonningues[3]

Automotrices à essence[modifier | modifier le code]

En , la compagnie met en service un service renforcé entre la gare de Lens et la gare de Liévin. Pour ce faire elle achète quatre automotrices à essence Renault Scemia RS dont deux sont achetées neuves et deux autres achetées d'occasion à un réseau de la Marne. À l'origine dans une livrée sombre similaire à celles des locomotives à vapeur bicabines, les automotrices vont par la suite être repeintes dans une livrée comportant une bande claire en partie supérieure et une bande de couleur en partie inférieure.

Ces quatre automotrices sont affectées au service renforcé entre Lens et Liévin mais sont parfois engagées jusqu'à Souchez. Elles sont mises hors service au début de la Seconde Guerre mondiale par manque d'essence et le service renforcé est remplacé par une ligne d'autobus roulant au gazogène. Elles ne seront cependant jamais remises en service, le service d'autobus devenant permanent en remplacement du service ferré renforcé.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'ancien itinéraire en site banal par la grand-rue entre le square Barbusse et la rue Hoche est de fait abandonné.
  2. 785-89 1890 1000 030t CEN 41-45
  3. Ces deux lignes étant exploitées par les Chemins de fer économiques du Nord.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dominique Lampin et Serge Louart, Le Tortillard… de Lens à Frévent,

Sites et pages web[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Photographies aériennes IGN : mission C2405-0161_1973_CDP6398_5156, cliché n°5156, vue prise le & mission C2505-0021_1975_F2505-2705_0086, cliché n°86, vue prise le .
  2. Sébastien Jarne, « Liste de construction Piguet », liste de construction du matériel roulant des Établissements Piguet établie par Sébastien Jarne, 1988 (mis à jour 2005)
  3. Claude Wagner, Les petits trains de Ch'Nord : Histoire des voies ferrées d'intérêt local du Nord et du Pas-de-Calais, Éditions LR Presse, , 278 p. (ISBN 978-290365167-1), p. 50

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • Lignes CEN liste des lignes des Chemins de fer économiques du Nord.