Sestrières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sestrières
Blason de Sestrières
Héraldique
Vue de Sestrières
Vue de Sestrières
Noms
Nom italien Sestriere
Nom occitan Sestrieras
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région du Piémont Piémont 
Ville métropolitaine Citta metropolitana di Torino - Stemma.svg Turin 
Code postal 10058
Code ISTAT 001263
Code cadastral I692
Préfixe tel. 0122
Démographie
Gentilé sestrieresi
Population 889 hab. (31-12-2010[1])
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 57′ 00″ nord, 6° 53′ 00″ est
Altitude Min. 2 035 m
Max. 3 280 m
Superficie 2 500 ha = 25 km2
Divers
Saint patron Sant'Edoardo
Fête patronale 13 octobre
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Piémont

Voir sur la carte administrative du Piémont
City locator 14.svg
Sestrières

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Sestrières

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Sestrières
Liens
Site web http://www.sestriere.it/

Sestrières (en italien : Sestriere) est une commune italienne de moins de 1 000 habitants, située dans les vallées occitanes, dans la ville métropolitaine de Turin, dans la région Piémont, dans le nord-ouest de l'Italie.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Sestrières se trouve sur le col homonyme, qui met en communication le Val Cluson et le Val de Suse. Elle est dominée au nord-ouest du Mont Fraiteve, 2701 m, à sud-est du Mont Sises, 2658 m, de la Pointe Rognosa (en italien Punta Rognosa di Sestriere), 3280 m, et du Mont Motta, 2850 m.
Les groupes d'habitations (hameaux en français et frazioni en italien) sont "Sestriere Colle" (Sestrières-Col), sur la ligne de partage des eaux, "Sestriere Borgata" (Sestrières-Bourgade), en val Cluson, "Champlas du Col" et "Champlas-Janvier", en val de Suse.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’existence de la commune est récente : sur la volonté de Benito Mussolini, elle est créée par le décret du 18 octobre 1934 à partir de la frazione Sauze di Cesana (appartenant à la commune de Cesana Torinese, de l’ex-commune de Champlas du Col qui redevient une frazione et de la frazione Borgata (appartenant à la commune de Pragela)

La famille Agnelli, propriétaire de la FIAT, fit construire la station et ses hôtels en forme de tour sur des plans de Vittorio Bonadè-Bottino (1889-1979), ingénieur-architecte représentatif de l'architecture totalitaire rationaliste.

La vie administrative de la commune commence le 1er janvier 1935 et un blason est choisi : une bande noire et une verte et, au milieu, une paire de ski représentant la vocation de la station de sports d’hiver de Sestrières. Le premier maire est Paolo Frà.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La terminaison -iera occitane est très courante pour désigner une aire. Exemples : Pinadièra (aire des pins), Pignèra (aire où l'on ramasse les cônes pour les pignes), etc.

  1. François Arnaud (alpiniste) et notaire 1843-1908 Barcelonnette en Ubaye dans deux de ses livres dit que s'est un toponyme courant lié à la Sistra Livèche ombellifère encore appelé céleri perpétuel ou ache des montagnes ( Levisticum officinale), ayant de nombreux usages médicinaux.
  2. Une étude du parlé en Queyras de 1877[2] : dit ce toponyme fort ancien (Sistriéra) et déjà employé par le Romains pour le col de la Sestrière (route de Briançon à Pignerol) appelé par eux Petra ou Porta Sistraria, et le font dériver de sistre. Cette racine a donné dans l'Ubaye et ailleurs bien des lieux qui n'ont ni cols, ni chemins, mais qui sont pleins de sìstra.
  3. Un traité italien de toponymie 1997[3]: Cistrières (France) et Sestrières (Italie),d'origine mesure de grain en latin Sextaria.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Oulx est située sur la ligne du Fréjus qui relie Turin à la frontière française. Elle est desservie entre autres par les TGV qui vont de Paris à Milan.

Sport[modifier | modifier le code]

Station de sports d'hiver[modifier | modifier le code]

Créée en 1934, la station de Sestrières fait partie du domaine skiable franco-italien de la Voie lactée (Via lattea). Elle a accueilli les Championnats du monde de ski alpin 1997 et les Jeux olympiques de Turin en 2006. Par ailleurs, elle est régulièrement utilisée pour les Coupes du monde de ski alpin.

Autres sports[modifier | modifier le code]

C'est dans le stade de la ville que l'Ukrainien Sergueï Bubka établit le 31 juillet 1994 un record du monde du saut à la perche avec un saut à 6,14 mètres[4], record battu le 15 février 2014 par Renaud Lavillenie à Donetsk.

Le lieu accueille toujours annuellement la Course de côte Cesana - Sestrières, ayant compté près de vingt fois pour le Championnat d'Europe de la montagne, entre 1963 et 1992.

Cyclisme[modifier | modifier le code]

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

Sestrières, montée classée en troisième catégorie, accueille parfois des arrivées du giro, souvent précédée par le col du Finestre. En 2011, lors de l'avant-dernière étape, Vasil Kiryienka s'y imposait tandis qu'Alberto Contador conservait son maillot rose qui lui fut retiré plus tard en raison de sa suspension rétroactive. Le giro fit encore son retour en 2015 lors de l'avant-dernière étape. Fabio Aru remportait sa deuxième étape devant Ryder Hesjedal. Mais l'avance de Fabio Aru fut insuffisante pour reprendre le maillot rose à Alberto Contador, malgré une défaillance de celui-ci dans le col du Finestre.

Tour de France[modifier | modifier le code]

C'est dans cette station que l'américain Lance Armstrong a remporté sa toute première étape de haute montagne sur le Tour de France 1999.

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
14 juin 2004 8 juin 2009 Andrea Maria Colarelli Lista Civica  
8 juin 2009 en cours Valter Marin Lista Civica  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Sestriere Colle, Borgata Sestriere, Champlas du Col, Champlas Janvier

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Oulx, Pragela, Sauze d'Oulx, Cesana Torinese, Sauze di Cesana

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Habitants recensés


Jumelages[modifier | modifier le code]

Maires successifs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. "Patois des Alpes Cottiennes, et en particulier du Queyras", Dr. J.A Chabrand et A. de Rochas d'Aiglun; Grenoble, Maisonville et Fils. 1877
  3. La Rivista italiana di Onomastica, 1997 p. 419-432 (Libre d'accès www.persee.fr/doc/anami_0003-4398_1998_num_110_224_2604_t1_0544_0000_4). étude de toponymie de Jean-Pierre Chambon
  4. (en)« Records du monde du saut à la perche », sur iaaf.org (consulté le 3 mars 2013)