Armée de l'air algérienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir AAF.
Force aérienne algérienne
Insigne officiel du Commandement des Forces aériennes d’Algérie
Insigne officiel du Commandement des Forces aériennes d’Algérie

Création
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Allégeance Armée nationale populaire
Type Armée de l'air
Effectif 25 000
Surnom AAF
Couleurs Algeria A-F Roundel.svg
Équipement 685 avions de chasse 385 hélicoptères d'attaque
Guerres Guerre des Sables
Guerre des Six Jours
Guerre du Kippour
Guerre civile algérienne
Rébellion salafiste au Maghreb
Commandant Général-major Abdelkader Lounès
L'argument 1(valeur <nowiki>145 hélicoptères de reconnaissance </nowiki>) n'existe pas dans le modèle appelé
L'argument 2(valeur <nowiki>65 hélicoptères </nowiki>) n'existe pas dans le modèle appelé
L'argument 3(valeur <nowiki>de transport des troupes </nowiki>) n'existe pas dans le modèle appelé
L'argument 4(valeur <nowiki>35 avions de transport militaire </nowiki>) n'existe pas dans le modèle appelé
L'argument 5(valeur <nowiki>33 avions de transport logistique </nowiki>) n'existe pas dans le modèle appelé
L'argument 6(valeur <nowiki>9 dronne sans pilote </nowiki>) n'existe pas dans le modèle appelé
L'argument équipement(valeur <nowiki>685 avions de chasse 385 hélicoptères d'attaque</nowiki>) n'existe pas dans le modèle appelé

L’armée de l'air algérienne, ou bien Al Quwwat Al Djawia Al Djaza'eria القوات الجوية الجزائرية en arabe est l’appellation officielle des forces armées aériennes de l’Algérie. Leur création survient au lendemain de l'indépendance algérienne en 1962. L'actuel commandant des forces aériennes le général Abdelkader Lounès, a été désigné à ce poste par le président de la République en .

Historique[modifier | modifier le code]

Constitution de l’AAF[modifier | modifier le code]

Dans les premiers temps, les premiers contingents de pilotes et mécaniciens d’aviation ainsi que d’officiers ont commencé à occuper les écoles russes vers la fin de 1960, la formation s'effectue dans certains pays arabes du Moyen-Orient, dans le cadre d’un programme d’entraide arabe, qui avait pour but de former et d'équiper la jeune force aérienne algérienne. L'Algérie reçoit à ce titre 18 avions d’entraînement Al Joumhouria (La République) fabriqués en Égypte ainsi que 5 MiG-15 pour l’interception.

En novembre 1962, des experts et instructeurs est-européens arrivent en Algérie et du matériel plus récent est livré : 5 biplaces MiG-15UTI, 6 avions de transport Il-14 et 10 hélicoptères Mil Mi-4 Hound. Deux Beech D18S sont acquis pour le transport des officiels du gouvernement.

Après la guerre des sables, opposant l'Algérie au Maroc en 1963, l'Algérie décide de se lancer dans un vaste programme d’entraînement et d'armement parrainé par l’Union soviétique ; ce programme a alors pour but de donner à l’Algérie la supériorité aérienne dans la région face au Maroc[réf. nécessaire].

Première phase de modernisation[modifier | modifier le code]

En 1964, l’Algérie acquiert ses premiers avions offensifs : 5 MiG-15Bis et MiG-17F en plus de quatorze bombardiers tactiques Il-28, ainsi que de nouveaux avions de transport : 6 Il-14, 1 Il-18 pour le gouvernement et un An-12. Ces avions sont livrés avec des armes et des munitions pour l’armée de terre. L’URSS procède également à la modernisation de la base aérienne de Boufarik.

La même année, la promotion d'élèves pilotes PE64A1 de la base aérienne 709 de Cognac reçoit plusieurs stagiaires algériens du grade de sous-lieutenant, habillés en civil, puis revêtus de l'uniforme français d'aviateur ; ils reçoivent successivement des galons de caporal, caporal-chef et sergent, afin de passer inaperçus parmi les aviateurs français qui ont en même temps avancé en grade ; l'entrainement a lieu sur des avions d'entraînement T-6, de fabrication américaine. Certains de ces officiers algériens ainsi habillés en aviateurs français avaient déclaré piloter auparavant des avions Jodel d'aéroclub dans le département français d'Algérie[1].

En 1965, un coup d’État militaire amène Houari Boumédiène au pouvoir. Il met en place un programme de modernisation et de formation et renforce également la coopération militaire avec l'Union soviétique. L'Algérie acquiert par la suite deux escadrons de chasseurs bombardiers MiG-17F, deux autres hélicoptères Mi-4 pour le transport, les missions d’attaque au sol et pour les missions de reconnaissance d’artillerie, 16 autres bombardiers Il-28 et 6 avions supersoniques MiG-21F13. 3 autres MiG-21 sont livrés en 1967.

Guerre des Six Jours[modifier | modifier le code]

Le premier engagement de l'Armée de l'air algérienne a lieu en 1967 pendant la guerre des Six Jours, impliquant deux escadrons de MiG-17, un escadron de MiG-21 et un d’Il-28 au sein de la coalition arabe. Avec près de 10 appareils l’Algérie aligne la deuxième force aérienne sur le front égyptien. Les MiG-17 sont alors pilotés par des aviateurs algériens tandis que les MiG-21 sont censés être pilotés par des aviateurs égyptiens, plus expérimentés. Mais à leur arrivée, les 6 premiers MiG-21 se posent sur la base aérienne d’El-Arich dans la péninsule du Sinaï qui entre temps était passée sous le contrôle des Israéliens et sont capturés. Quatre des MiG-21 sont remis aux États-Unis afin de tester l'appareil qu'il affrontent alors au Viêt Nam.

Après la défaite arabe et la supériorité confirmée des Israéliens dans les combats aériens, l’Algérie décide d’intensifier l’entraînement de ses pilotes avec l’acquisition d’un lot de 28 avions d’entraînement CM-170 Fouga Magister allemands, après une modernisation en France. 5 hélicoptères SA-330 Puma sont également acquis.

Au début de l’année 1971, la flotte compte près de 20 appareils avec comme avion principal le MiG-21, alors que les MiG-15 et MiG-17 ne font plus le poids face à des avions tels que le F-4 Phantom. À la suite d'un accord de partenariat militaire avec l’Union soviétique, l’Algérie acquiert des chasseurs bombardiers Su-7BMK afin de remplacer les MiG-17F.

Guerre du Kippour[modifier | modifier le code]

Le deuxième engagement direct de l’Algérie dans le conflit israélo-arabe a lieu en 1973, impliquant un escadron de bombardiers tactiques Su-7 escorté par un escadron de chasse MiG-21, ainsi qu'un troisième escadron équipé de MiG-17 pour des missions de soutien.

Trois appareils sont perdus, deux Su-7 dont les pilotes sont tués et un MiG-17 dont le pilote réussit à s'écraser près de sa base d’attache tout en s’éjectant et en évitant de se faire capturer.

Parallèlement, au début des années 1970 et avec l’aide de l’URSS, l’Algérie ouvre la première école militaire de pilotage à Tafraoui près d’Oran.

Guerre du Sahara occidental[modifier | modifier le code]

En 1975, le Maroc prend le contrôle du nord du Sahara occidental à la suite du retrait de l'Espagne et les combattants du front Polisario prennent les armes contre l'armée marocaine depuis Tindouf[réf. nécessaire].

Les deux seuls affrontements directs entre l'Algérie et le Maroc, lors des batailles d'Amgala [2],[3] , ne voient pas s'affronter les forces aériennes, et aucun affrontement aérien n'a lieu depuis ; l'Algérie renforce cependant ses moyens de défense à sa frontière ouest et sud-ouest.

Deuxième phase de modernisation[modifier | modifier le code]

un Il-78 Midas et un Su-30MKA en opération de ravitaillement en vol

Au début de 1978, l'Armée de l'air algérienne est composée de 5 000 hommes et équipée de 23 avions de combat. La flotte comprend alors 12 MiG-21MF, un escadron de chasseurs bombardiers équipé de 2 Su-7BMK, un escadron d’attaque équipé d'avions de chasse MiG-17, un escadron de bombardiers tactiques équipé de 4 Il-28 et un escadron de 2 CM-170 et 2 MiG-15 pour l’entraînement.

Vers la fin de la même année, le premier lot de 5 MiG-23 à géométrie variable est acquis, ainsi qu'un premier lot d'avions de chasse Mikoyan-Gourevitch MiG-25 Foxbat, toujours employé dans les missions de reconnaissance aérienne.

Premiers contacts avec l’Ouest[modifier | modifier le code]

Pendant l'année 1978, les systèmes d’entraînement sont restructurés et les premiers avions d’entraînement El Joumhouria sont remplacés par des T-34C acquis aux États-Unis.

En 1981, à la suite de sa médiation lors de la Crise iranienne des otages, l'Algérie gagne la sympathie de l’Amérique qui lui offre 6 avions de transport tactique C-130H et restitue les 6 MiG-21 saisis en 1967 par Israël. D’autres C-130H et C-130H-30 seront acquis par l’Algérie dans les années 1980.

Durant cette même période, d’autres MiG-23 et MiG-25 sont acquis et la flotte de MiG-21F est échangée contre 120 MiG-21MF/Bis plus modernes. En 1980, l'Algérie acquiert 39 appareils de type L-39 de fabrication tchécoslovaque.

Guerre civile algérienne[modifier | modifier le code]

Dans les années 1990 l’Algérie entre dans une guerre civile. Du fait de la crise économique et de la disparition de l'Union Soviétique, l’acquisition de nouveaux matériels est ajournée. Le retrait de près de 500 techniciens soviétiques présents avant 1990 rend difficile le maintien de la flotte opérationnelle. Cette période voit l'acquisition d'avions de transport stratégique Il-76, alors qu’une commande de 30 SA-330 Puma est annulée à la suite du crash des deux seuls appareils à avoir été livrés.

Les combats voient l'engagement d'escadrons d’hélicoptères de combat AS-350, Mi-17 et Mi-24MKIII, équipés partiellement d'équipements de vision nocturne, ainsi que des appareils de la 4e escadre pour des missions de bombardement de précision. L'introduction dans le conflit des 6 avions de reconnaissance Beech 1900DHisar a aussi joué un rôle important lors des combats contre des groupes islamistes, disposant de missiles sol-air portables de type Stinger.

Troisième phase de modernisation[modifier | modifier le code]

Avion multirôle Su-30MKA au-dessus de la base aérienne de Tamanrasset.
MiG-29S algérien.
Avion ravitailleur Ilyushin-78 (7T-WIH).
Su-30MKA.

À la sortie de la guerre civile, l'Armée de l'air algérienne décide de moderniser son matériel ainsi que son organisation, la formation et l’entraînement de son personnel naviguant et au sol. La chute de l’URSS et l’absence de techniciens internationaux la pousse développer les compétences nationales dans l’entraînement et la maintenance du matériel militaire. À cela s’ajoute le vieillissement de la flotte des MiG-21 et MiG-23.

Su-30MKA au-dessus de la base aérienne d'Oum El Bouaghi.

En 1997, suivant une décision sur la diversification de ses fournisseurs, l’AAF signe un contrat avec le constructeur sud-africain Denel pour l’acquisition de plusieurs drones Seeker de reconnaissance. L’AAF acquiert parallèlement en Ukraine 3 MiG-25RBSH de reconnaissance et signe un contrat avec les États-Unis portant sur l’acquisition de 6 Beech 1900D Hisar pour la reconnaissance.

Dans la même décennie, à la suite de l'intérêt suscité par l’hélicoptère sud-africain Rooivalk, les Mi-24D sont équipés avec les mêmes systèmes d’armes que celui-ci, leur donnant une capacité d’emport d’armes de précision guidées au laser et de bombardement tout temps. Quarante autres Mi-24V sont importés d’Ukraine entre 1998 et 2001. 6 ravitailleurs Il-78 Midas sont également acquis.

À la suite de la réduction de la flotte conséquente au retrait des Su-22, des MiG-21, d’une grande partie de MiG-25 et de MiG-23, l'Armée de l'air algérienne acquiert auprès de l'Ukraine et de la Biélorussie 6 Su-24MK, 16 MiG-29S et 9 MiG-25PDS, ainsi que 2 Su-24MK en service dans l’armée de l’air russe modernisés au format Bis.

Commandes de 250 appareils T 50 Horizon 2008/2015 Commandes de 250 appareils divers radars /chasses /surveillances ...

Organisation actuelle[modifier | modifier le code]

Insigne officiel du Commandement des Forces aériennes d’Algérie

Bases et escadrons[modifier | modifier le code]

Voici la répartition du matériel de guerre et de transport sur les différentes bases aériennes de l'AAF:

  • Aïn Beida: Escadre de chasse
    • Escadron de chasse: Su-30MKA
    • Escadron d’entraînement avancé: Yak-130
  • Ain Oussera :
    • 110e escadron de chasse : MiG-25PDS, MiG-25UB
    • 5e escadre de reconnaissance et de guerre électronique
    • 510e escadron de reconnaissance : MiG-25RBSH, Su-24MR
  • Annaba :
    • 115e Escadron d'hélicoptères : Mi-2
  • Biskra :
    • 1er Régiment d'hélicoptères de combat
    • 421e Escadron d'hélicoptères de combat: Mi-24V, Mi-24 III
    • 441e Escadron d'hélicoptères de combat: Mi-24V, Mi-24 III
    • 451e Escadron d'hélicoptères de combat: Mi-24V, Mi-24 III
    • Escadron de liaison: AS355B
    • 32e Escadron de transport: C-130H, C-130H-30
    • 3e Escadron de transport : C-130H, C-130H-30
  • Blida:
    • Escadre de liaison
    • Escadron de liaison: Ka-27,Ka-32
  • Oran
    • Base de Bousfer:
      • 3e Escadre de défense aérienne
      • 193e Escadron de chasse: MiG-29S, MiG-29UB
      • Escadron de liaison: Ka-27, Ka-32
  • Tafraoui
    • 8e Escadre d'entrainement
    • 640e Escadron d'entraînement primaire: Beech 200
    • 68e Escadron d'entraînement primaire: Beech C90B
    • 618e Escadron d'entraînement avancé: L-39C, L-39ZA
    • 658e Escadron d'écolage basique: Zlin 142C, Zlin 143
    • 678e Escadron d'écolage basique: Zlin 142C, Zlin 143
  • Béchar: 3e Escadre de défense aérienne
    • 153e Escadron de chasse : MiG-29S
    • Escadron de chasse: Su-30MKA
  • Boufarik:
    • Escadron: Be1900D
    • 1er Régiment d'hélicoptères de combat
    • 1er Escadron de liaison: AS355B
      • 2e Escadre de transport tactique
    • 322e Escadron de transport: C-130H, C-130H-30
    • 3e Escadron de transport: C-130H, C-130H-30
    • 3e Escadron de transport: Gulfstream IV, Gulfstream IVSP, Gulfstream V
    • 3e Escadron de transport: Beech 200
    • 3e Escadron de reconnaissance: Beech 200
      • 7e Escadre de transport tactique
    • 347e Escadron de transport : Il-76MD, Il-76TD
    • 357e Escadron de ravitaillement en Vol: Il-78
    • 367e Escadron de transport : Il-76MD, Il-76TD
  • Chlef:
    • 6e Régiment d'hélicoptères de manœuvre
    • 436e Escadron d'hélicoptères: Mi-171, Mi-8T, Mi-8PS
    • 456e Escadron d'hélicoptères: Mi-171,Mi-8T, Mi-8PS
    • 6e Escadron d'hélicoptères d'assaut: Mi-35K
    • Escadron de liaison: AS355
  • Mechria:
    • 2e Escadre d'entraînement
    • 632e Escadron d'instruction et d'appui "Tigre" : L-39ZA
  • Laghouat:
    • 4e Escadre d'appui et de pénétration
    • 274e Escadron d'appui et de pénétration: Su-24MK
    • 284e Escadron d'appui et de pénétration: Su-24MK
    • 294e Escadron d'appui et de pénétration: Su-24MK
    • Escadre de défense aérienne
    • Escadron d'interception: MiG-25MF, MiG-29s
    • Escadron d'interception: MiG-25MF, MiG-29s
  • Ouargla :
    • 11e regiment d'helicopteres de manœuvres
  • Setif:
    • 9e Régiment d'hélicoptères d'entraînement
    • 9e Escadron d'entraînement:AS355
    • 9e Escadron de Spécialisation: Mi-171
    • 9e Escadron d'hélicoptères d'entraînement: Mi-2
  • Tindouf:
    • 3e Escadre de défense aérienne
    • 113e Escadron de chasse: MiG-29S
    • Escadron de chasse: Su-30MKA

Aéronefs[modifier | modifier le code]

Acquisitions récentes[modifier | modifier le code]

Avion de combat Su-30MKA.

La visite du président russe Vladimir Poutine en 2006 en Algérie a été l'occasion de signer d'importants contrats en vertu desquels l'AAF devait recevoir dans l'intervalle de 2007-2010, des avions modernes appelés à remplacer le parc vieillissant de MiG-23 MF/BN, MiG-21 ou encore les MiG-29S acquis auprès de l'Ukraine et de la Biélorussie. Ces contrats prévoient la livraison de 28 Su-30MKA[4], de 16 Yak-130[5] et de 36 MiG-29SMT[6].

Après avoir signé un contrat pour l'acquisition de chasseurs MiG-29SMT et la réception d'un premier lot de 15 unités, les techniciens de l'AAF ont émis des réserves sur la qualité des appareils réceptionnés, ce qui a conduit à la révision du contrat initial, impliquant l'annulation du contrat d'acquisition des MiG-29SMT et l'acquisition de 16 Su-30MKA supplémentaires[6]. Une autre commande ratifiée en septembre 2015 confirme la livraison de 14 SU-30MKA supplémentaires. Ces appareils seront livrés en 2016 et 2017.

En janvier 2016, la Russie annonce après huit ans de négociations avoir reçu une commande de L’Algérie pour livraison de 12 bombardiers tactiques Su-34 Fullback pour remplacer ses 23 Su-24 Fencer.

Dotation[modifier | modifier le code]

Avion Origine Type Versions En service En commande Notes
Avions de Combat
Mikoyan-Gurevitch MiG29S Drapeau de l'Ukraine Ukraine
/Drapeau de la Biélorussie Biélorussie
Chasseur multirôle MiG-29S/UB 32[7] / 20[8] Modernisation : 2011-2013
Mikoyan-Gurevich MiG-25 Drapeau de l'URSS Union soviétique
/Drapeau de l'Ukraine Ukraine
Reconnaissance
Intercepteur
MiG-25PD
MiG-25PDS
MiG-25RB
13[7] / 17[8] Remplacés progressivement par 12 bombardiers Su-34 à partir de 2016[9]
Sukhoi Su-24 Drapeau de l'URSS Union soviétique
/Drapeau de la Russie Russie
Bombardier
Reconnaissance
Guerre électronique
Su-24MK2
Su-24MRK2
Su-24MP
23[7],[8] Programme de modernisation ou d’acquisition envisagé[9]
Sukhoi Su-30 Drapeau de la Russie Russie Chasseur multirôle Su-30MKA/MKR
Su-30M
44[7],[8] 14[7],[8] Réception de 28 Su-MKA en 2009[10] . 44 Su3-MKA/MKR en service à fin 2015. Commande de 14 Su-30 MKA en septembre 2015, livraison prévues en 2016 et 2017[11].
Soukhoï Su-35 Drapeau de la Russie Russie Chasseur multirôle Su-35S 0 24 Les forces aériennes de l’ANP ont déjà effectué des essais sur le Su-35 en février
Soukhoï Su-34[12] Drapeau de la Russie Russie bombardier tactique, lutte antinavire Su-34 (version d'exportation) 0 18 Commandes programmées pour 2016 et 2017
Avions d'Entrainement
B24R Sierra Drapeau des États-Unis États-Unis Entrainement B24R 12[13]
Aero L-39 Albatros Drapeau de la République tchèque République tchèque Entrainement avancé
Support léger
L-39ZA / L-39 C 30
Yakovlev Yak-130 Drapeau de la Russie Russie Entrainement avancé
Support léger
Yak-130 16 32
Zlín Z-142/Fernas-142 Drapeau de la République tchèque République tchèque
/Drapeau de l'Algérie Algérie
Entrainement Z-142 20 [14] Fabriqués sous licence en Algérie
Safir-43 Drapeau de la République tchèque République tchèque
/Drapeau de l'Algérie Algérie
Entrainement S-43 20 [14] Fabriqués sous licence en Algérie
Fouga CM-170 Magister Drapeau de la France France Entrainement 28
Agusta A.119 Koala Drapeau de l'Italie Italie
/Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Entrainement 8
Avions de Transport et de reconnaissance
Beechcraft King Air Drapeau des États-Unis États-Unis Transport/Liaison 200/350 (MPA) 3[7] / 7[8]
Beechcraft 1900 Drapeau des États-Unis États-Unis
/Drapeau du Canada Canada
Reconnaissance 1900D 6[7] / 12[8]
CASA C-295 Drapeau de l'Espagne Espagne Transport C-295 5[7] / 6[8]
Airbus A340 Drapeau de l’Union européenne Union européenne Transport de personnalités -500` 1
Iliouchine Il-76 Drapeau de l'URSS Union soviétique
/Drapeau de la Russie Russie
Transport
Transport
Il-76MD/TD 10[7],ref name="air&cosmos"/>
Lockheed C-130 Hercules Drapeau des États-Unis États-Unis Transport C-130H/C-130H-30 15[7],[8]
Pilatus PC-6 Drapeau de la Suisse Suisse Transport 2[7],[8]
Fokker F27 Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Transport 11[réf. nécessaire]
Fokker F28 Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Transport 2[réf. nécessaire]
Avions Ravitailleurs|Tanker
Iliouchine Il-78 Drapeau de la Russie Russie Tanker Il-78M/T 5[7],[8]
Hélicoptères
Bell 412 Drapeau des États-Unis États-Unis Transport 412EP 3[7],[8] VIP et transport
Eurocopter AS 355 Écureuil Drapeau de la France France Reconnaissance / Observation AS 355N/AS 555N 19[7] / 10[8]
Kamov Ka-32 Drapeau de la Russie Russie SAR Ka-32S/T 3[7],[8] 2 Ka-32T basés à Bousfer Air Base et 1 Ka-32C basé à Boufarik
Mil Mi-2 Drapeau de la Pologne Pologne Entrainement Mi-2 21[7] / 28[8]
Mil Mi-8/Mil Mi-17/Mil Mi-171 Drapeau de l'URSS Union soviétique
/Drapeau de la Russie Russie
Transport Mi-8/Mi-17/Mi-171 100[7] / 119[8] 43 Mi-171Sh will be upgraded to SuperHip format with ATE systems in Algeria [14]
Mi-24V Drapeau de l'URSS Union soviétique
/Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud
/Drapeau de l'Ukraine Ukraine
Hélicoptère d'attaque Mi-24MKIII/V SuperHind 35[7] / 45[8] 45 Mi-24MKIII Modernisé par ATE systems en Algérie [14]
Mil Mi-28 Drapeau de la Russie Russie Hélicoptère d'attaque Mi-28 havoc 4 38
Mil Mi-26 Drapeau de la Russie Russie transport lourd Mi-26T2S Halo 2 12
AgustaWestland AW139 Drapeau de l'Italie Italie
/Drapeau des États-Unis États-Unis
Transport 11[7],[8] 1[7],[8]
Drone
Denel Dynamics Seeker Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud reconnaissance 10
AL fajer L-10 Drapeau de l'Algérie Algérie reconnaissance
Amel (drone) Drapeau de l'Algérie Algérie reconnaissance
CCS - 01 Drapeau de l'Algérie Algérie reconnaissance

Munitions[modifier | modifier le code]

Missile air-air[modifier | modifier le code]

Missile air-sol/surface[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'histoire a paru dans le livre Secrets dévoilés auteur Peegee[réf. nécessaire] enregistré en 2008 à la Bibliothèque nationale de France et approuvé par le ministre de l'Intérieur, de l'Outre Mer et des Collectivités territoriales, ainsi que par le Président de la République française
  2. « Amgala II (1976) l'armée Algérienne a botte le cul de l'armée royal marocain enculée 1/2 »,‎ (consulté le 18 janvier 2016)
  3. « Tout sur la défense au Maghreb: Top Secret! Amgala mon amour! », sur secret-difa3.blogspot.fr (consulté le 18 janvier 2016)
  4. Livraison de deux Su-30MKA supplémentaires à l'Algérie
  5. Des Yak-130 pour l'Algérie
  6. a et b L'Algérie remplace ses MiG-29 par des Su-30 supplémentaires
  7. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s et t (en) « World air force 2015 ».
  8. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r et s Forces aériennes mondiales - Guide 2016/2017, Air & Cosmos, Hors-série N° 29.
  9. a et b « L’Algérie commande 12 bombardiers tactiques Su-34 Fullback auprès de la Russie », sur Zone Militaire (consulté le 17 janvier 2016)
  10. « L’Algérie a réceptionné toute sa commande de chasseurs russes SU-30MKA », sur www.algerie360.com,‎ (consulté en 13 jancier 2016)
  11. (en) « Algeria to Purchase 14 Russian Sukhoi Su-30 Fighter Jets », sur www.defenseworld.net (consulté le 13 janvier 2016)
  12. http://vedomosti.sfo.ru/articles/?article=46910
  13. http://armstrade.sipri.org/armstrade/page/trade_register.php
  14. a, b, c et d Order of Battle : Algeria - MilaviaPress.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :