AgustaWestland EH101 Merlin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Merlin.

EH101 Merlin HM.1
Image illustrative de l’article AgustaWestland EH101 Merlin
Un EH101 de la Royal Navy.

Rôle Hélicoptère de transport
Constructeur Drapeau : Italie Agusta Westland
Leonardo (à partir de 2016)
Premier vol
Mise en service 2000
Date de retrait Toujours en service
Équipage
2
Motorisation
Moteur Rolls-Royce Turbomeca RTM332-02/8
Nombre 3
Type turbine
Puissance unitaire 2 100 ch
Nombre de pales 5
Dimensions
Image illustrative de l’article AgustaWestland EH101 Merlin
Diamètre du rotor 18,6 m
Longueur 19,5 m
Hauteur 6,65 m
Masses
À vide 10 500 kg
Performances
Vitesse de croisière 278 km/h
Vitesse maximale 309 km/h
Plafond 4 575 m
Distance de convoyage 1 400 km

L'EH101 est un hélicoptère de transport produit par le constructeur italien AgustaWestland (fusionné avec Leonardo-Finmeccanica en 2016)

Origine[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1970, la Royal Navy britannique émit un cahier des charges pour un hélicoptère de lutte anti-sous-marine destiné à remplacer le Westland Sea King. Le futur appareil devait être plus compact que le Westland Sea King avec une capacité d’emport supérieure et des performances supérieures. Alors que le programme SKR (Sea King Replacement) prenait forme (l’appareil devait recevoir la désignation WG.34), il apparut que la Marina militare italienne avait un besoin similaire, et après négociations entre Westland et Agusta, une coentreprise fut constituée en . European Helicopter (EH) Industries avait son siège à Londres, mais la charge de travail était partagée à égalité entre les industriels anglais et italiens, et le futur appareil prenait la désignation « EH101 ».

La perche de ravitaillement en vol.

Ce programme a donné naissance à un appareil tri-turbine conventionnel dans sa forme mais assez fin d’allure pour une machine de ce type. Le fuselage est réalisé avec une structure en nid d’abeille à base d’un alliage aluminium-lithium habillée de panneaux composites, la poutre porte-empennages venant se replier le long du fuselage, sauf pour les versions possédant une rampe de chargement arrière. Le rotor principal est composé de 5 pales en matériaux composites, le rotor anti-couple est quadripale et le train d’atterrissage escamotable. Parmi les améliorations par rapport au Westland Sea King on note des prises d’air de turbines situées latéralement, pour faciliter leur dégivrage, un système de flottaison d’urgence utilisant des flotteurs gonflés à l’hélium et une alimentation en carburant sous pression pour optimiser les temps de ravitaillement.

Au cours du Salon du Bourget de 1985, EH Industries présenta une maquette grandeur et annonça un certain nombre de versions :

  • Series 100 : version navale de base, destinée à la lutte ASM.
  • Series 200 : version navale utilitaire, sans rampe de chargement arrière.
  • Series 300 Heliliner : transport civil tout-temps destiné aux opérations offshore.
  • Series 400 : version de transport militaire, peut embarqué 2 palettes master 463 l[1].
  • Series 500 : version utilitaire civile, avec rampe de chargement arrière.

Développement[modifier | modifier le code]

Le programme EH101 devait subir de nombreux retards, la fin de la guerre froide ayant entraîné une évolution des besoins en matière de défense. Le développement de l’avionique de lutte ASM a posé également quelques problèmes et en 1986 la faillite de Westland n’arrangea pas les choses. Enfin plusieurs accidents émaillèrent le programme des essais en vol. Les premiers exemplaires entrèrent donc en service dans la Royal Navy avec cinq ans de retard.

Dix prototypes furent réalisés, curieusement désignés « Prototypes de présérie » (PP) :

  • PP0 : cellule d’essais statiques, souvent désigné Iron Bird.
  • PP1 : premier prototype à prendre l’air, en Grande-Bretagne, le 9 octobre 1987.
  • PP2 : premier prototype construit en Italie, utilisé pour les essais embarqués sur les navires italiens. Cet appareil fut détruit sur accident début 1993, entraînant la suspension des essais en vol durant cinq mois.
  • PP3 : prototype de la version civile, qui prit l’air le . Cette machine fut utilisée pour les essais par temps froid au Canada, mais participa aussi à des essais d’armement.
  • PP4 : prototype de la version navale, perdu sur accident en 1995 (Rupture d’un câble de commande)
  • PP5 : prototype de la version ASM destinée à la Royal Navy.
  • PP6 : prototype de la version destinée à la Marine italienne, construit par Agusta en Italie.
  • PP7 : prototype d’une version navale utilitaire à rampe arrière. Gravement endommagé durant un atterrissage d’urgence en Italie en 1996, il fut cependant réparé.
  • PP8 : prototype civil, premier vol en 1990.
  • PP9 : prototype civil et dernier à voler, il prit l’air en 1991.

Les premières commandes furent confirmées en 1991 avec obtention des certifications anglaise et italienne. La certification américaine fut obtenue seulement en 1994.

Le fut finalisé l’accord devant aboutir à la fusion d’Agusta et Westland. AgustaWestland est né le , entraînant de fait la disparition d’EH Industries.

Versions[modifier | modifier le code]

  • Merlin HM1 (ou Mk1): hélicoptère de lutte ASM livré à la Royal Navy en 44 exemplaires entre 1997 et 2002 et qui équipe les quatre Naval Air Squadron No 284 (destroyer Type 45), No 814 (porte-hélicoptères HMS Bulwark (L15) et HMS Albion (L14) de la Royal Navy)[2], No 820 (navire-hôpital RFA Argus de la Royal Fleet Auxiliary et No 824 (Frégates Type 23 et Type 26)[3]. Il est motorisé avec 3 turbines Rolls-Royce Turbomeca RTM322-01/8 ou RTM332-02/8 de 2 100 ch au décollage. Compte tenu des retards enregistrés et des difficultés de mise au point, le prix unitaire de l’appareil avait sérieusement dérapé, mais cet hélicoptère fit rapidement l’unanimité auprès des équipages pour sa facilité de pilotage grâce à un pilote automatique très performant. Très maniable, le Merlin est aussi d’entretien très facile. Aménagé pour 2 pilotes et deux opérateurs électroniques, il dispose d’une suite informatique particulièrement performante conçue par Lockheed Martin UK et d’un sonar immergé de grande puissance. Diverses bouées optiques[Quoi ?] sont également stockées dans deux soutes rotatives situées à l’arrière de la cabine. Un radar Blue Kestrel 5000 situé sous le fuselage assure lui une couverture à 360° pour le guidage de missiles anti navires de surface[4].
  • Merlin HM2 (ou Mk2) : Seconde évolution des hélicoptères Merlin HM1 de la Royal Navy. Il comprend un nouveau cockpit numérique avec notamment des écrans tactiles, la modernisation du système tactique, des liaisons de données, du système de vision nocturne et sonar. Le radar Blue Kestrel 5000 est aussi modernisé. Les essais se sont terminés en [5]. Le contrat avec Lockheed Martin est évalué à 750 millions de livres (1 150 milliards d’euros)[6],[7]. Les cinq premiers Merlin HM2 ont été réceptionnés par la Royal Navy le [6] avant leur entré en service en 2014 avec une capacité opérationnelle initiale au sein de la Royal Navy. Fin 2015, 24 exemplaires ont atteint leur pleine capacité opérationnelle. Le coût du programme est de 760 millions de Livres Sterling (environ 1,1 milliard d'euros). Le standard Mk2 doit permettre à la Royal Navy d'utiliser les Merlin jusqu'en 2029[5].
  • Merlin HM2 ASaC : hélicoptère au standard Mk2 équipé du système de surveillance et de contrôle aéroporté Crowsnest (ASaCh). Il comprend notamment un radar Thales Searchwater sous radôme en position bâbord qui pivote sous l’aéronef pendant le vol. Il est associé à un système de mission Thales Cerberus. Le premier vol à lieu le et la capacité opérationnelle initiale devrait être atteinte en 2020[8].
  • Merlin HC3 (ou Mk3) : hélicoptère de transport d’assaut pour la Royal Air Force. Capable de transporter 30 hommes ou 16 blessés en civières, il se distingue du Merlin HM.1 par une avionique beaucoup plus simple, mais est équipé d’équipements de contre-mesures électroniques, le cockpit est conçu pour permettre l’utilisation de lunettes infrarouges et d’un système FLIR. Il se distingue aussi par la présence d’une rampe de chargement arrière, la possibilité d’installer une perche de ravitaillement en vol et des armes en sabord.
  • Merlin HC3A : 6 appareils commandés par la marine royale danoise (Mk 512) et reconditionnés par AgustaWestland pour les besoins de la Royal Air Force.
  • Merlin IHC3 : standard intermédiaire d'évolution des HC3/3A de la Royal Navy avant leur conversion au standard HC4/4A. Il concerne notamment sept Merlins de la Royal Air Force transférés à la Royal Navy pour remplacer les Westland WS-61 Sea King d’ici le printemps 2016. Il comprend le montage d’une tête de rotor principal pliable, diverses modifications du châssis pour les opérations sur le pont et de l’adaptation de nouveaux points d’amarrage. L’avionique est également revue avec l'ajout d’équipements spécifiques à la Royal Navy[9].
  • Merlin HC4/4A (ou Mk4) : standard destiné à la Royal Navy et reposant sur la configuration IHC3 avec l’ajout du pliage de la queue de l’appareil pour une utilisation sur des bâtiments de surface[10]. La livrée traditionnelle verte est par ailleurs remplacée par une livrée «gris maritime». 25 appareils de la Royal Navy sont concernés. Le premier appareil a effectué son vol inaugural le [11] pour une entrée en service en 2017[10].
  • EH101 Mk 110 : hélicoptère de lutte ASM pour la Marina militare. Sensiblement identique au Merlin HM.1, il se distingue par une avionique essentiellement italienne fournie par Alenia, l’utilisation de torpilles Whitehead Moto Fides A244/S, ainsi que de missiles antinavires Marte Mk 2.
  • EH101 Mk 112 : appareil de contre-mesures électroniques et de guet aérien pour la marine italienne. 4 exemplaires équipés d’un radar de contre-mesures Eliradar HEW-784 ont été commandés en 1997, mais leur livraison n’est pas prévue avant .
  • EH101 Mk 410 : appareil de transport pour la marine italienne.
  • EH101 Mk 510 : le premier EH101 civil, équipé de turbines General Electric CT7-6 de 1 920 ch et aménagé pour le transport de 30 passagers, a été livré au département de la Police Métropolitaine de Tokyo et mis en service en .
  • EH101 Mk 512 : appareil de transport et de sauvetage destiné à la marine royale danoise.
  • EH101 Mk 612 : appareil de recherche et sauvetage destiné à la force aérienne royale norvégienne.
  • EH101 Mk 641A : appareil de recherche et sauvetage destiné à la force aérienne indienne.
  • HH-101 Caesar : appareil dédiée à la récupération des forces spéciales et destiné à l'Aeronautica Militare. Ils emportent trois mitrailleuses M134 Gatling de 7,62 mm sur les côtés et la rampe arrière. Les sièges du cockpit sont blindés et les opérateurs de mitrailleuses bénéficient aussi d'une protection balistique. Enfin les HH-101 bénéficient d'une perche de ravitaillement.
  • MCH101 : hélicoptère produit sous licence par Kawasaki à Gifu destiné à la force maritime d'autodéfense japonaise. La tête de série a été produite à Yeovil. Ces appareils sont spécialisés dans la guerre des mines aéroportée[12]. Ils sont équipés d'un sonar remorqué AN/AQS-24A de Northrop Grumman, déployé depuis la porte arrière, ainsi que d'un système électro-optique de détection laser AN/AES-1 ALMDS sur le flanc gauche destiné à la détection des mines de surface.
  • CH149 Cormorant : appareil de sauvetage maritime développé spécifiquement pour l'Aviation royale canadienne à partir de la version civile de l’EH101. Disposant d’une rampe de chargement et d’un treuil, le prototype a effectué son premier vol en Italie le . Il a été livré en vol au Canada début 2001.

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Utilisateurs militaires[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Algérie Algérie[modifier | modifier le code]

AW101 Mk 610 des forces navales algériennes.
Forces navales algériennes[modifier | modifier le code]

6 AW101 Mk 610 au sein des forces navales algériennes et destinés aux missions SAR ont été commandés en pour livraison sous 24 mois.

Armée de l'air algérienne[modifier | modifier le code]

Deux exemplaires (7T-WVD et 7T-WVB) ont aussi été commandés pour le transport VIP pour la présidence algérienne. Ils ont été réceptionnés le [13] et affectés au Groupe de Liaisons Aériennes Ministérielles (GLAM) sur la base de Boufarik. Ces deux appareils remplacent deux Eurocopter EC225 Super Puma en version VIP qui ont été mis en vente à la suite d'un scandale lié à la découverte de composants israéliens[14].

Drapeau du Canada Canada[modifier | modifier le code]

CH149 Cormorant no 909 de l'aviation royale canadienne.

Les forces armées canadiennes ont lancé dès 1987 un processus de sélection pour le remplacement des Sikorsky CH-124 Sea King de lutte anti sous-marine et les Boeing CH-113 Labrador de recherche et sauvetage[15]. Il fut décidé de commander 43 CH-148 Petrel de lutte anti-sous-marine et CH-149 Chimo de recherche et sauvetage tous deux basés sur l'AW101. Mais en 1993, le gouvernement canadien annula la commande de la version anti sous-marine à la suite de la découverte de problème de fiabilité, dans le service après-vente et auquel s'ajoutèrent à des revirements politiques. Le CH-148 Cyclone, dérivé du Sikorsky H-92 Superhawk sera finalement sélectionné en 2004 pour cette mission.

Affectation[modifier | modifier le code]

Désignés localement CH149 Cormorant, les premiers ont été livrés le au 442e escadron de transport et sauvetage sur la base des Forces canadiennes Comox (Colombie-Britannique), la formation des équipages ayant été assurée par la Medium Support Helicopter Aircrew Training Facility (MSHATF) installée sur la base aérienne de Benson (en) en Grande-Bretagne, où étaient basés les Merlin HC.3 de la RAF. Le MSHATF fut ensuite transformé en Operational Training Unit sur la base des Forces canadiennes de Gander (Terre-Neuve-et-Labrador), où a été constitué en le 103e Escadron de recherche et sauvetage. Furent ensuite équipés le 413e Escadron de transport et sauvetage de la base des Forces canadiennes de Greenwood (Nouvelle-Écosse), et en le 424e Escadron de transport et sauvetage de la base des Forces canadiennes de Trenton (Ontario).

La moyenne de disponibilité pour l'année 2008 est inférieure à 50 %. Le un CH149 s'est abîmé près de la Nouvelle-Écosse lors d'un exercice de sauvetage. Trois membres de l'équipage sont morts et quatre blessés. La cause serait des fissures dans la queue. En 2010, la flotte de CH149 Cormorant a atteint les 40 000 heures de vol[16]. La flotte comporte 14 exemplaires à la fin 2015[17]. Deux appareils supplémentaires ont été commandés en 2019 pour soutenir les opérations de recherche et de sauvetage[18].

Modernisation[modifier | modifier le code]

Le Canada a annoncé en 2018 la modernisation de sa flotte de CH149 Cormorant[19]. Ces CH-149 CMLU (Cormorant Mid-Life Upgrade) seront au standard AW101-612 actuellement livrée à la Norvège[18]. Ils incorporeront entre autres une nouvelle avionique, des capteurs électro-optiques / infrarouges et un radar à balayage électronique actif de configuration comparable à ceux embarqués par les appareils norvégiens pour les missions de recherche et sauvetage. Cette mise à jour doit permettre de faire voler les CH149 au moins jusqu'en 2040. Sept appareils supplémentaires seront aussi commandés étendant ainsi la flotte à 21 appareils[19]. Il pourrait s'agit d'appareils neufs ou bien d'une reconfiguration des neufs exemplaires de VH-71 acquis par le Canada à la suite de l'annulation du programme américain. Ces derniers ont été achetés en 2011 pour 164 millions de dollars pour servir de pièces détachées pour l'entretien des CH149 Cormorant[20]. Ils sont stockés chez IMP Aerospace en Nouvelle-Écosse.

Drapeau du Danemark Danemark[modifier | modifier le code]

AW101 Rescue 09 des forces armées danoises.

14 EH101 Mk 512 ont été commandés en pour remplacer les Sikorsky S-61 Sea King dans des missions de transport logistique et de recherche et sauvetage. Ils ont été construits entre 2005 et 2009. Si le premier exemplaire [ZJ990/M-501] effectua son premier vol le , le premier exemplaire livré [ZJ991/M-502] n'arriva à Karup que le . L’escadrille 722 fut déclarée opérationnelle en avec 8 appareils. En un accord passé entre le Ministère de la Défense britannique et le Danemark, les 6 appareils de transport tactique destinés à la marine danoise [M-501 et M-510/514] sont transférés à la RAF en échange d'appareils neufs commandés par le MoD. Les huit appareils destinés aux missions de recherche et sauvetage ont été progressivement mis à jour jusqu'en 2014 avec l'installation d'une tourelle MX-15 électro-optique/infrarouge de Wescam[21].

Drapeau de l'Italie Italie[modifier | modifier le code]

Marina militare[modifier | modifier le code]
EH101-112A [2-09] de la Marina militare.

Alors qu’elle avait annoncé un besoin pour 36 appareils, la marine italienne a finalement commandé 16 hélicoptères en 1997, répondant à trois versions différentes mais toutes équipées de turbines General Electric T700-GE-T6A de 2 040 ch : 8 EH101 Mk 110 [MM.81480/87] de lutte ASM, 4 E101 Mk 112 [MM81488/91] de lutte électronique et 4 EH101 Mk 410 de transport utilitaire. Le premier appareil destiné à la marine italienne a pris l’air le . Les 8 Mk 110 ont été livrés en au Nucleo Valutazione Operative de Luni/La Spezia, transformé l’année suivante en 1er Grupelicot. Le 4e Grupelicot de Tarente a ensuite été constitué, tandis que les Mk 410 ont permis de créer un Nucleo Lotta Anifibia, également à Tarente.

Aeronautica Militare[modifier | modifier le code]
HH-101A Caesar [15-01] de l'Aeronautica Militare.

L'Aeronautica Militare a commandé 15 exemplaires de l'AgustaWestland AW101 dans une version HH-101 Caesar dédiée à la récupération des forces spéciales, mais aussi la recherche et sauvetage (SAR et Combat-SAR) et les évacuations sanitaires (EVASAN), ainsi que l'interception d'aéronefs lents[22],[23].

Le premier appareil est entré en service opérationnel en au sein du 15e Stormo (it) sur la base aérienne de Cervia (it)[23]. Ils seront aussi déployés au sein du 37e Stormo (it) basé à Trapani en Sicile[22].

Drapeau du Japon Japon[modifier | modifier le code]

14 MCH101 ont été commandés par la force maritime d'autodéfense japonaise au début 2002. Le premier exemplaire [8651] a été livré par AgustaWestland le , tandis que le premier exemplaire produit au Japon [8652] a été livré le à l’usine Kawasaki de Gifu. Trois exemplaires (CH101) doivent remplacer les Sikorsky S-61A-1 basés en Antarctique, les autres (MCH101) remplacent les Sikorsky MH-53E utilisés pour les missions de déminage aéroporté au sein du 51 Kokutai d’Atsugi. Le premier appareil équipé pour la guerre des mines est livré le pour une entrée en service prévue en 2016[12],[24].

Drapeau du Nigeria Nigeria[modifier | modifier le code]

Deux AW101 Mk 641 en configuration VIP ont été commandés par la force aérienne nigériane. Le premier vol a eu lieu le [25]. Ils ont été réceptionnés le et le [NAF281]. Ces appareils proviennent de la commande annulée par l'Inde. Ils seraient affectés à la 101 Presidential Air Fleet stationné à l'aéroport international Nnamdi Azikiwe d'Abuja[26],[27]. Les deux appareils ont par la suite été reconfigurés pour réduire les coûts de fonctionnement de la présidence nigériane. Le premier est adapté au transport sanitaire tandis que le second est modifié pour le transport de troupes[28].

Drapeau de la Norvège Norvège[modifier | modifier le code]

AW101 Mk612 [ZZ102] de la force aérienne royale norvégienne.

Le AW101 Merlin a remporté l'appel d'offre lancé en 2012[29] pour le remplacement des 12 Sea King Mk-43 pour des missions de recherche et sauvetage (programme NAWSARH)[30],[31]. Le cahier des charges norvégien imposait que l’hélicoptère choisi devait être capable de récupérer jusqu'à 20 personnes à partir d'un navire à 150 NM (277 km) de la base d'exploitation et avoir une portée maximale de 240 à 360 NM[30]. Il était en compétition face à l'Eurocopter EC225 tandis que le NH90, le Sikorsky S-92 et le Boeing-Bell V-22 Osprey ont été éliminés dès le premier tour[32],[33]. Seize EH101 Mk612 en configuration recherche et sauvetage ont été commandés en avec une option sur six appareils supplémentaires pour la force aérienne royale norvégienne dans le cadre d’un contrat de 1,15 milliard d’euros[33].

Le premier exemplaire a été présenté officiellement le [34], puis au salon du Bourget 2017[35]. Le premier appareil a été livré le et les livraisons doivent s'étirer jusqu'en 2020[36]. Ils sont équipés d'un nouveau radar Selex-ES Osprey opérant à 360° et à antenne active (AESA) et de deux treuils de sauvetage[35]. Le premier appareil s'est retourné sur son flanc droit lors d'essais moteur une semaine après sa réception[37] sans que cela n'affecte le calendrier de livraison des appareils[38].

Drapeau de la Pologne Pologne[modifier | modifier le code]

La marine polonaise a commandé quatre AW101 pour remplacer ses quatre Mil Mi-14PL de lutte anti-sous-marine et ses deux Mil Mi-14R de recherches-sauvetages en mer[39] pour un montant de 380 millions d'euros[40]. Les quatre AW101 correspondraient à un premier lot destiné à la lutte anti-sous-marine mais pouvant aussi effectuer des missions de recherche et sauvetage au combat. Les appareils devraient être livrés pour 2021-2022. Les évaluations ont été effectuées à Gdynia avec à un AW101 de sauvetage norvégien. Leonardo s'est engagé en retour à investir 90 millions d'euros via sa filiale locale PZL-Świdnik pour la maintenance des appareils[41] qui servira aussi à l'assemblage des appareils.

Drapeau du Portugal Portugal[modifier | modifier le code]

EH101 Merlin [19602] de la force aérienne portugaise.

Le le gouvernement portugais a confirmé le choix de l’EH101 pour assurer le remplacement des Aérospatiale SA 330S-1 Puma. 12 appareils équipés de Rolls-Royce Turboméca RTM 322 (6 destinés aux opérations SAR [19601/06], 2 réservés à la surveillance des zones de pêche [19607/08] et 4 affectés aux missions de reconnaissance armée et de sauvetage en milieu hostile [19609/12]) ont été commandés de préférence aux Sikorsky S-92 et Eurocopter Cougar Mk 2. Le premier a été livré le à Vergiate, Italie, les deux suivants sont arrivés à la base aérienne 6 de Montijo le et le dernier a été livré en . L’escadron 751 Puma (8 appareils) a été déclaré opérationnel le à Montijo, avec un détachement permanent à Porto Santo, Madère, l’escadron 751 Albatrozes a été activé le suivant à la base aérienne de Lajes, aux Açores.

Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Royal Navy[modifier | modifier le code]
AW101 HM1 no 50131 de la Royal Navy.

44 Merlin HM.1 ont été commandés pour être embarqués sur les frégates de la classe Duke (Type 23) et leurs successeurs Type 26, les destroyers de la classe Daring (Type 45), les porte-avions de la classe Invincible et différents navires de combat ou de soutien logistique. Le premier appareil de série a volé le et le premier Merlin HM.1 doté de son avionique de combat le . Le premier appareil a été livré à la Navy le , et une section d’évaluation opérationnelle (No. 700 Naval Air Squadron (en)) constituée le . Le dernier appareil a été livré fin 2002. Le No. 824 Naval Air Squadron (en) a été activé en pour la formation des équipages, et la première unité opérationnelle, le No. 814 Sqdn (en), a été commissionné fin 2001, suivi des No. 820 et No. 829 Sqdn. Toutes ces unités sont stationnées sur la base de Culdrose (en), en Cornouailles, et ont été interdites de vol en mars 2004 après qu’un Merlin HM.1 eut été victime d’une panne d’anti-couple. L’enquête ayant révélé un défaut de fabrication de la tête de rotor, les vols ont repris début 2005. Début 2007 huit frégates Type 23 avaient été modifiées pour recevoir cet appareil bien que le No. 829 Sqdn, chargé d’alimenter ces navires, ne dispose que de 6 sections.

10 systèmes Crowsnest ont été commandés pour un montant de 269 millions de livres sterling à Thales UK en 2017[8]. Ils doivent permettre de convertir en Merlin HM.2 ASaC les Merlin Mk2 qui bénéficieront d'une mise à niveau pour intégrer le système. Les Merlin HM.2 ASaC doivent remplacer les Sea King S-61 Mk7 ASC de surveillance et contrôle aérien qui furent retirés du service en 2018 et équiperont le porte-avions HMS Queen Elisabeth[4] à partir de 2020.

Royal Air Force[modifier | modifier le code]
AW101 HC3 de la Royal Air Force.

La Royal Air Force a commandé 22 Merlin HC.3, qui ont été mis en service le au sein des No. 28 Sqdn. Ces appareils ont été utilisés dans les Balkans début 2003, puis dans le sud de l’Irak à partir de 2005 dans le cadre de l’opération Telic (en). Craignant de manquer d’appareils, le ministère de la Défense britannique a acheté 6 appareils au Danemark en 2007, commandant en échange 6 appareils supplémentaires qui seront livrés à l'armée de l'air royale danoise. Après reconditionnement par AgustaWestland à Yeovil, les hélicoptères achetés au Danemark, désignés Merlin HC.3A, doivent permettre de constituer le No. 78 Squadron (en).

Utilisateurs civils[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite[modifier | modifier le code]

Deux AW101 commandés en version VIP. Le premier vol a eu lieu le [42].

Drapeau du Japon Japon[modifier | modifier le code]

Un unique EH101 Mk 510 a été mis en service par le département de la Police Métropolitaine de Tokyo en 1999.

Drapeau du Turkménistan Turkménistan[modifier | modifier le code]

AW101 Mk643 [EZ-S715] de Turkmenistan Airlines.

Deux appareils en version VIP ont été commandés par Turkmenistan Airlines en [43]. Ils font partie de la commande annulée par l'Inde. Le premier vol a eu lieu le [42]. Les deux appareils immatriculés EZ5714 et EZ5715 stationnent régulièrement sur la base militaire d'Aktepe si bien que certains journalistes se demandent si cette commande en version VIP ne chercherait pas à contourner une licence d'exportation militaire d'autant plus que ces version VIP peuvent emporter des armements comme leurs équivalents militaires[44].

Clients potentiels[modifier | modifier le code]

Échecs[modifier | modifier le code]

Drapeau des États-Unis États-Unis[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Marine One et Lockheed Martin VH-71 Kestrel.
VH-71 atterrissant sur le site de la Maison-Blanche.

En 2001, un programme de remplacement des vieillissants SH-3 Sea King pour le transport du président des États-Unis (Marine One) a été lancé, mais il fut gelé par manque de crédit. Le projet initial, développé en 2005, reposait sur une adaptation de l'AW101 en collaboration avec Lockheed Martin sous la licence US 101 et avec pour désignation militaire VH-71 Kestrel. Initialement prévu pour une mise en service en 2008, le projet fut abandonné en 2009 face aux retards et à la dérive des coûts. Le projet a ensuite été relancé sous la présidence de Barack Obama. AgustaWestland s'est alors associé avec Northrop Grumman en 2012 pour tenter de relancer le projet sans succès[45],[46].

Cette collaboration avec Northrop Grumman visait aussi le remplacement des hélicoptères de sauvetage de l’US Air Force[45]. Les appareils auraient été assemblés sur un site près de Philadelphie.

Drapeau de l'Inde Inde[modifier | modifier le code]

Trois Merlins Mk-641A réceptionnés par la force aérienne indienne sur une commande initiale de douze exemplaires dans le cadre d'un contrat de 556 millions d’euros signé en pour le transport de personnalités. Depuis l'annulation du contrat sur fond d'affaire de corruption, les trois Merlins Mk-641A sont destinés à des missions de recherche et sauvetage en mer[47]. Ils devraient finalement être rendus à AgustaWestland dans le cadre du litige qui oppose l'Inde au fabricant. La cour d'appel de Milan a par ailleurs condamné Agusta Westland en 2014 à rembourser 228 millions de dollars à l'Inde sur les 252 millions de dollars encaissés (soit 45 % du coût du contrat)[48].

Affaire de corruption[modifier | modifier le code]

Le contrat a été suspendu en 2013[49] à la suite de l'ouverture d'une enquête pour corruption puis définitivement annulé en [50],[51]. Parallèlement les autorité italiennes ont soupçonné des pots-de-vin[52] pour un montant de 50 millions d'euros entraînant l'arrestation le de Guiseppe Orsi, président de Finmeccanica, et de Bruno Spagniolini, président d'Agusta Westland[53]. Une seconde affaire est aussi évoqué et lié à un versement de 5 millions de dollars à un général de l’Indian Air Force afin que les critères techniques concernant l'appel d'offre pour l'achat de 197 hélicoptères légers (LUH, Light Utility Helicopter) soient revus à la baisse. Néanmoins, AgustaWestland n'a pas été retenu, les finalistes étant l'Eurocopter AS550 C3 Fennec et Kamov Ka-226T[49].

Drapeau de l'Indonésie Indonésie[modifier | modifier le code]

La force aérienne indonésienne a sélectionné en l'AW101 pour le transport du président indonésien[54]. Trois appareils furent commandés en configuration VIP pour un montant de 120 millions de dollars. Le premier vol a eu lieu en [55].

Imbroglio politico-judiciaire[modifier | modifier le code]

Cependant la commande de l'AW101 a été refusé par le président de la république indonésienne Joko Widodo qui réclamait un appareil produit localement ou avec un contenu local important ce que l'industrie indonésienne est incapable de faire[56]. La force aérienne indonésienne proposa en d'acquérir un unique AW101 en configuration militaire et non plus VIP[57] mais le général Gatot Nurmanty demanda l'annulation de cette acquisition au ministre de la Défense Ryamizard Ryacudu. Malgré tout, l'unique AW101 arriva en Indonésie en et il fut aussitôt mis sous séquestre par la police indonésienne qui enquête sur la procédure d’acquisition[57]. Il semble en effet que la force aérienne ait passé commande sans en avertir son ministre de tutelle.

Accidents notables[modifier | modifier le code]

  • Le , un EH101 [MMX600] d'Agusta Spa s'est écrasé lors d'un test de mesure acoustique vers Cameri. Une erreur d'usage sur le frein de rotor principal entrainant un incendie serait la cause de l'écrasement qui a coûté la vie aux 4 membres d'équipage[58].
  • Le , un EH101 [ZF644] de Westland Helicopters a rencontré des problèmes lors d'un vol d'essai vers 12 000 pieds. Trois membres d'équipages sont sortis de l'appareil vers 10 000 pieds tandis que le pilote s'en est échappé vers 1 200 pieds après s'être assuré que l'hélicoptère s'écraserait dans une zone sécurisée près de la route A303 entre Exeter et Londres. L'accident résulterait d'une défaillance d'une pièce du système de contrôle du rotor de queue. L'appareil totalisait 463 heures de vol en 385 sorties. Suite à son accident l'appareil [ZF649] est devenu le second banc d'essai du moteur RTM322[59].
  • Le , un AW101 HM1 [ZH844] de la Royal Navy s'est écrasé en mer au large de l'île de Skye. L'accident serait du à un éventuel serrage partiel du frein de rotor principal entrainant une défaillance du rotor. L'appareil a été délibérément coulé en raison des mauvaises conditions météo par dégonflage des ballons de flottaison mais les forts courants l'ont entrainé contre les rochers. L'épave a été récupéré deux semaines plus tard. L'appareil n'avait que 20 heures de vol et était stationné à la No. 700 Naval Air Squadron. Les 5 occupants ont été récupérés sains et saufs par un bateau[60].
  • Le , un AW101 HM1 [ZH859] de la Royal Navy s'est écrasé sur la base aérienne de Culdrose (en). Les deux membres d'équipages ont du être extrait de la carcasse et trois autres personnes en dehors de l'appareil ont aussi été blessés[61]. Les dégâts sont trop importants pour envisager sa réparation.
  • Le , un CH149 [149914] du 413e Escadron de transport et sauvetage de l'Aviation royale canadienne s'est écrasé en mer lors d'un entraînement nocturne de récupération de blessé depuis un navire de pêche[62]. L'appareil a percuté l'eau à 69 nœuds soit environ 128 km/h. Sur les sept membres d'équipage, seuls les deux ingénieurs de vol et le technicien ont été incapables de sortir de la carlingue et sont morts. Les dégâts furent par ailleurs trop importants pour envisager une réparation de l'appareil.
  • Le , un AW101 HM3 [ZJ133] de la Royal Air Force a effectué un posé dur de nuit sur la base aérienne d'Holtville (en) aux États-Unis[63]. Trois membres d'équipage ont été blessés.
  • Le , un AW101 HM3 [ZJ138] de la Royal Air Force a effectué un posé dur lors d'un atterrissage d'urgence de nuit au camp Shorabak en Afghanistan[64].
  • Le , un AW101 Mk 512 [M-518] des forces armées danoises s'est écrasé à la suite d'un incident lors de son atterrissage à 13 km de Mazâr-e Charîf[65]. Les 6 membres d'équipages ont souffert de blessures légères.
  • Le , un AW101 Mk 641 [NAF281] de la force aérienne nigériane s'est renversé pendant le roulage lors de son entrée dans le hangar sur la base aérienne de Makurdi[66],[67]. Seul un ingénieur de bord était présent dans l'appareil et souffre de blessures légères. Le rotor est détruit et l'appareil présente d'autres dommages importants.
  • Le , un AW101 algérien s'écrase dans le wilaya de Tipaza, après une collision avec une ligne à haute tension. Les trois membres d'équipage sont tués sur le coup[68]. L'équipage s'entraînait à un exercice de sauvetage de nuit et l'appareil fut utilisé plus tôt dans la journée pour escorter la frégate El Moudamer de la classe El Radii et filmer son arrivée en Algérie[69],[70].
  • Le , un CH101 [8193] de la force maritime d'autodéfense japonaise s'est écrasé sur la base aérienne d'Iwakuni (en) lors d'un entraînement au soulèvement d'une charge de 500 kg[71]. L'appareil a fini sur le flanc gauche et le rotor a été détruit. Trois des huit membres d'équipage ont été blessés et un autre souffrait de vertiges.
  • Le , un EH101 Mk 612 [0268] de la force aérienne royale norvégienne se couche sur le flanc à l'aéroport de Stavanger. Il s'agissait du premier appareil d'une commande de 16 exemplaires réceptionné juste une semaine auparavant ()[37]. Deux personnes était à bord et trois ingénieurs se situait dehors à proximité. Il n'y a eu aucun blessé. Le rapport du bureau d'enquête d'accident militaire (Statens havarikommisjon for Forsvaret - SHF) ne signale aucune avarie technique et considère que c'est une conjonction d'erreur humaines qui est à l'origine de l'accident[72].

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Dans Skyfall, Silva attaque le manoir Skyfall, où James Bond grandi, à bord d'un AW101 Merlin qui sera détruit lors de l'explosion du manoir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « 463L Pallet Cargo System », sur www.globalsecurity.org, (consulté le 18 décembre 2018)
  2. (en) « 814 Naval Air Squadron | Royal Navy », sur www.royalnavy.mod.uk (consulté le 11 janvier 2016)
  3. (en) « 824 Naval Air Squadron | Royal Navy », sur www.royalnavy.mod.uk (consulté le 11 janvier 2016)
  4. a et b (en) « Merlin Mk 2 », sur www.royalnavy.mod.uk, (consulté le 11 janvier 2016)
  5. a et b Pascal Kümmerling, « Le «Merlin» HM.2 bientôt en service ! », sur avia news, .
  6. a et b « Réception des premiers Merlin Mk2 pour la Royal Navy », sur Defens'Aero, .
  7. Quentin Michaud, « La Royal Navy perçoit ses premiers Merlin Mk2 », sur Air & Cosmos, .
  8. a et b Pascal Kümmerling, « Début des essais pour le Merlin HM.2 ASaC ! », sur avia news, (consulté le 15 avril 2019).
  9. Pascal Kümmerling, « Mise à niveau des Merlin ! », sur avia news, .
  10. a et b Pascal Kümmerling, « Arrivée du premier Merlin HC4/4A ! », sur avia news, (consulté le 2 novembre 2016).
  11. Emmanuel Huberdeau, « Premier vol d'un Merlin Mk4 », sur Air & Cosmos, .
  12. a et b Emmanuel Huberdeau, « Premier MCH-101 de guerre des mines pour le Japon », sur Air & Cosmos,
  13. « EXCLUSIF: Les Merlins de la Présidence arrivés en Algérie », sur MenaDefense, .
  14. « Les Hélicoptères de la Présidence finalement mis en vente! », sur MenaDefense, .
  15. Marcel, « Quel successeur pour les vénérables Sea King canadiens ? », sur avionslegendaires.net, .
  16. Pascal Kümmerling, « Les CH-149 Cormoran ont atteint les 40’000 heures de vol ! », sur avia news, .
  17. « Les aéronefs de l’aviation royale canadienne en 2015 et en images », sur Avions légendaires, .
  18. a et b Pascal Kümmerling, « Des CH-149 additionnels pour le Canada ! », sur avia news, .
  19. a et b Pascal Kümmerling, « Le Canada prépare la modernisation des CH-149 « Cormoran » ! », sur avia news, .
  20. Nicolas, « Une deuxième vie au Canada pour les hélicoptères présidentiels américains? », sur 45eNord, .
  21. Pascal Kümmeling, « Le Danemark modernise ses AW101 ! », sur avia news, .
  22. a et b Jean-Pierre Husson, « Mise en service opérationnel du premier HH-101A de l'AMI », sur Air & Cosmos, .
  23. a et b Pascal Kümmerling, « Italie, entrée en service de l’HH-101 «CAESAR» ! », sur avia news, .
  24. Pascal Kümmerling, « La marine japonaise a reçu son premier MCH-101 ! », sur avia news, 12 mars2015
  25. (en) « First Nigerian AW101 flies; Mi-35Ms and Mi-171Shs on order », sur defenceWeb, (consulté le 13 juillet 2019)
  26. (en) « Nigerian Air Force acquiring AW101 helicopters », sur defenceWeb, (consulté le 13 juillet 2019)
  27. (en) « AW101 Merlins for Nigeria in VVIP configuration », sur Africa Aerospace, (consulté le 13 juillet 2019)
  28. (en) « Nigerian government transfers two AW101s to the Air Force », sur defenceWeb, (consulté le 13 juillet 2019)
  29. Pascal Kümmerling, « Quel hélicoptère SAR pour la Norvège ? », sur avia news, (consulté le 13 juillet 2019)
  30. a et b Pascal Kümmerling, « La Norvège a choisi l’AW101 «Merlin» ! », sur avia news, .
  31. Michel Cabirol, « Eurocopter perd un très beau contrat en Norvège face à son rival italien AgustaWestland », sur La Tribune, (consulté le 2 janvier 2014).
  32. Pascal Kümmerling, « «Short list» pour le futur hélicoptère SAR norvégien ! », sur avia news, (consulté le 13 juillet 2019).
  33. a et b Yann Cochennec, « La Norvège préfère l’AgustaWestland 101 Merlin », sur Air & Cosmos, (consulté le 13 juillet 2019)
  34. Pascal Kümmerling, « Présentation du premier AW101 norvégien ! », sur avia news, (consulté le 13 juillet 2019).
  35. a et b Pascal Kümmerling, « Salon du Bourget, Leonardo présente l’AW101 norvégien ! », sur avia news, .
  36. Pascal Kümmerling, « Leonardo a livré le premier AW101 à la Norvège ! », sur avia news, (consulté le 13 juillet 2019)
  37. a et b « Leonardo a livré le premier hélicoptère AW101 Recherche et sauvetage à la Norvège », sur Defens'Aero, 13/07/2019,
  38. Arnaud Angrand, « AW101 : La Norvège ne bouleversera pas son calendrier de livraison », sur Air & Cosmos, .
  39. « La Pologne fait le choix européen pour le remplacement de ses Mil Mi-14 », sur Avions légendaires, (consulté le 13 juillet 2019).
  40. (en) « Poland Procures Four Leonardo AW101 Maritime Helicopters for ASW and CSAR », sur Navan News, .
  41. Pascal Kümmerling, « La Marine polonaise aura des AW101 ! », sur avia news, .
  42. a et b « EH101/AW101 - Transport VIP », sur Helico Passion (consulté le 13 juillet 2019).
  43. (en) AgustaWestland, « AW1043 AW101 Turkmenistan », sur Lenoardo company, .
  44. (en) Italian Arms, « Turkmenistan (#ItalianArms): A Dictator, Millions of Euros, and Italy’s Bureaucracy », sur bellingcat, (consulté le 13 juillet 2019)
  45. a et b Pascal Kümmerling, « On reparle de l’hélicoptère présidentiel ! », sur avia news, (consulté le 13 juillet 2019)
  46. Stefan Barensky, « Marine One : AgustaWestland jette l'éponge », sur Air & Cosmos, Air & Cosmos, (consulté le 13 juillet 2019)
  47. Arnaud, « Le parc aérien de l’Indian Air Force en 2017 et en images », sur avions légendaires, .
  48. (en) Manu Pubby, « India to encash 228 m euros bank guarantees of Agusta », sur The Indian Express, .
  49. a et b Laurent Lagneau, « Le groupe italien d’armement Finmeccanica plongé au coeur d’un scandale de corruption », sur opex360, .
  50. Gabrielle Carpel, « L'Inde annule sa commande auprès d'AgustaWestland », sur Air & Cosmos, .
  51. Laurent Lagneau, « L’Inde a annulé l’achat de 12 hélicoptères AW-101 d’Agusta-Westland », sur opex360, .
  52. Laurent Lagneau, « Le choix des futurs hélicoptères légers de l’armée indienne suspendu à une affaire de corruption », sur opex360, .
  53. « Le patron de Finmeccanica arrêté », sur Air & Cosmos, .
  54. Pascal Kümmerling, « AW101 présidentiel pour l’Indonésie ! », sur avia news, .
  55. Pascal Kümmerling, « Premier vol pour l’AW101 indonésien ! », sur avia news, .
  56. Pascal Kümmerling, « Indonésie, bisbille sur le choix de l’AW101 ! », sur avia news, .
  57. a et b Pascal Kümmerling, « Scandale autour de la livraison de l'AW101 indonésien ! », sur avia news, .
  58. (en) « ASN Wikibase Occurrence # 32482 », sur AviationSafetyNetwork, .
  59. (en) « ASN Wikibase Occurrence # 48767 », sur AviationSafetyNetwork, .
  60. (en) « ASN Wikibase Occurrence # 70593 », sur AviationSafetyNetwork, .
  61. (en) « ASN Wikibase Occurrence # 70592 », sur AviationSafetyNetwork, (consulté le 13 juillet 2019).
  62. (en) « AASN Wikibase Occurrence # 23136 », sur AviationSafetyNetwork, (consulté le 13 juillet 2019).
  63. (en) « ASN Wikibase Occurrence # 73818 », sur AviationSafetyNetwork, (consulté le 13 juillet 2019).
  64. (en) « ASN Wikibase Occurrence # 159698 », sur AviationSafetyNetwork, (consulté le 13 juillet 2019).
  65. (en) « ASN Wikibase Occurrence # 170437 », sur AviationSafetyNetwork, (consulté le 13 juillet 2019).
  66. (en) « ASN Wikibase Occurrence # 191638 », sur AviationSafetyNetwork, (consulté le 13 juillet 2019).
  67. (en) « Nigerian Air Force AW101 damaged in accident », sur defenceWeb, (consulté le 13 juillet 2019).
  68. « Accident mortel d'un AW.101 Merlin algérien », sur Avions légendaires, (consulté le 13 juillet 2019).
  69. « Crash d’un AW101 Merlin de la marine 3 morts », sur MenaDefense, .
  70. « EXCLUSIF La frégate MEKO El Moudamer arrive à Alger », sur MenaDefense, (consulté le 13 juillet 2019).
  71. (en) « ASN Wikibase Occurrence # 198456 », sur AviationSafetyNetwork, (consulté le 13 juillet 2019).
  72. (en) « ASN Wikibase Occurrence # 201671 », sur AviationSafetyNetwork, (consulté le 13 juillet 2019).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jane's all the world's aircraft, édition 1998/1999
  • Robert Hewson, EH Industries EH101, World Air Power Journal, volume 21, été 1995

Compléments[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]